Avertir le modérateur

Mémoire et Monde Combattant

  • Accordons la gratuité des transports pour les veuves d’anciens combattants... parce qu'elles le valent bien!

    Je présente ce soir un vœu au Conseil d'arrondissement pour qu'une promesse faite aux anciens combattants puisse enfin être honorée. Notre majorité n' avais pu le faire, d'une part à cause de la crise de 2008 impactant les finances publiques et surtout à cause des modifications de tarifs décidées par le STIF qui avait bloqué toute évolution. Le temps est venu de remettre cette question à l'ordre du jour, comme le demande les associations d'anciens combattants chaque année. Si je ne peux avoir de réponse ce soir, j'espère que le maire de Paris prendra position en personne lors du Congrès de la FNACA du 7 et 8 novembre prochain.


    Conseil du 12e arrondissement du 4 novembre 2013

    Vœu relatif à la gratuité des transports aux veuves d’anciens combattants

    déposé par Fabrice MOULIN

    au nom du Parti Radical de Gauche

    Considérant que Bertrand DELANOË a proposé à l’élection municipale de 2008 dans le programme des listes « Paris, un temps d’avance… », au chapitre « Paris, ville de mémoire » : « Nous accorderons la gratuité des transports aux veuves d’anciens combattants, ces derniers en bénéficiant déjà, à l’initiative de l’actuelle équipe municipale. »

    Considérant que la carte Navigo Émeraude-Améthyste (Zones 1-2) propose de voyager en illimité à Paris Gratuité pour les anciens combattants, veufs ou veuves de guerre, de 65 ans et plus, et la gratuité pour les bénéficiaires d’un minimum social et /ou de Paris solidarité. 40€/an pour les usagers justifiant d'un impôt avant réduction inférieur ou égal à 2 028€  (2 287 € en cas de renouvellement)

    Considérant que le décret n° 91-24 du 4.01.1991 (J.O. du 10 janvier 1991) accorde la qualité de ressortissantes de l'office National des anciens combattants (O.N.A.C.), aux veuves d'anciens Combattants titulaires de la carte du combattant ou du T.R.N., et á ce titre peuvent prétendre á une aide sociale, administrative, financière, ainsi que des institutions de l'O.N.A.C. (art. D.432 du Code des Pensions militaires d'invalidité)

    Considérant que les veuves d’anciens combattant sont majoritairement des veuves d’anciens combattant en Afrique du Nord, Algérie, Maroc, Tunisie.

    Considérant que le Président de la FNACA PARIS, Jean LAURANS, a rappelé dans un courrier adressé au Maire de Paris le 7 octobre 2013 : « Avoir passé sa vie avec un ancien combattant en Afrique du Nord, c’est avoir, c’est avoir, dès son retour, soutenu son moral, sa réinsertion dans la vie civile, c’est l’avoir soigné de ses blessures morales et physiques. Nos veuves parisiennes à l’identique de celles des départements d’Ile de France, qui bénéficient de cette gratuité depuis de nombreuses années, méritent en cette matière la reconnaissance de notre ville. Par ailleurs, cette carte de transport gratuite aux veuves dont le mari décédé était titulaire, ne créé pas de dépenses supplémentaires. Cela ne modifie pas dans l’absolu les crédits de la ville accordés à ce poste. »

    Le Conseil municipal du 12e arrondissement demande au maire de Paris d’inscrire au budget de la Ville et du Département de Paris la gratuité des transports pour les veuves d’anciens combattants.

  • 1943 l'année des tournants, une expo mémoire en mairie

    Du 12 au 20 juin, après avoir célébré les 70 ans de la création du Conseil National de la Resistance par Jean Moulin, et au moment de la commémoration de l'Appel du Général de Gaulle, notre mairie accueille une exposition du Musée de la Resistance Nationale, très détaillée et instructive sur l'année 43 et ses boulversement dans l'organisation et la fédération des mouvements de résistance intérieure ainsi que des partis républicains en lutte contre le régime du maréchal Pétain et la barbarie nazie.

    Malheureusement, l'actualité nous rappelle fréquemment que la haine combattue hier est encore présente dans notre société.

  • Le 27 mai, journée nationale de la Resistance ?

    Lundi prochain, comme chaque 27 mai, nous commémorerons en mairie avec l'Association Nationale des Anciens Combattants et Ami(e)s de la Résistance (ANACR) la création du Conseil National de la Resistance.

    Or le Sénat a adopté jeudi 28 mars à l’unanimité moins deux voix une proposition de loi instaurant une journée nationale de la Résistance le 27 mai. Ce texte, adopté par 346 voix contre 2, doit encore être inscrit à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale pour poursuivre son parcours parlementaire et espérer être adopté définitivement.

    Cette nouvelle journée commémoriative correspond au 27 mai 1943, date à laquelle le Conseil National de la Résistance (CNR) s'est réuni pour la première fois 48 rue du Four à Paris, sous la présidence de Jean Moulin.

    C'est cette création qui entraîna, le 29 décembre 1943, celle des Forces Françaises de l'Intérieur (FFI).

    De même, la création du CNR conduisit à la mise en place, sous son autorité, des comités locaux et départementaux de la libération qui remplacèrent les autorités de Vichy, au fur et à mesure de la libération des villes et des départements.

    Dès la création du CNR, le 27 mai 1943, l'ensemble de la résistance intérieure est placée sous l'autorité du Comité français de libération nationale puis du Gouvernement provisoire de la République Française, écartant ainsi tout risque de coupure entre les deux composantes, intérieure et extérieure, de la France combattante. Le CNR réunissait tous les partis politiques et syndicats opposés au régime de Vichy.

    Après l'insittution en 2012 par françois Hollande du 29 mars 1962, date du cessez-le-feu en Algérie, comme date officielle de commémoration de la guerre d'Algérie, cette nouvelle journée nationale est une nécessié pour le travail de mémoire.

    En effet alors que les femmes et des hommes qui ont libéré notre pays du nazisme et du fascisme disparaissent, les tentations négationnistes, l'ignorance et l'oubli font leur oeuvre.

    La commémoration officielle de cette date du 27 mai 1943 est donc un repère particulièrement important pour toute la jeunesse de notre pays, mais aussi pour ceux qui sont nés après la guerre, avec le CNR.

    La proposition de loi de trois articles précise que cette journée de la Résistance « n’est ni fériée, ni chômée » et qu’une partie de cette journée doit être consacrée dans les écoles aux thèmes de la Résistance et de la Déportation. D'ailleurs j'ai proposé à l'occasion de la réforme des rythmes scolaires que le temps pédagogique dégagé permette de renforcer le travail de mémoire auprès des scolaires.

    Cette journée aurait également le mérite de rappeler l'héritage légué par le CNR à la France d'après guerre, un programme de gouvernement riche d'avancées sociales telles que la sécurité sociale, les services publics, la retraite par répartition, la liberté de la presse, le vote des femmes.

  • Commémoration de la Victoire sur le nazisme le 8 mai 1945

    8 mai 45 2013 3.JPG

    Caserne Lachambaudie

    8 mai 45 2013 4.jpg

    Commissariat central du 12e

    8 mai 45 2013.JPG

    Monument aux morts de la mairie du 12e

    avec (de gauche à droite) les élu(e)s François Pellegri, Catherine Baratti-Elbaz, Laurent Touzet, Fabrice Moulin, Corine Atlan-Tapiero, Michèle Blumenthal, Raphaël Greck, Jean-luc Romero

  • Vous qui passez... Charlotte Delbo et le souvenir de la Déportation

    En cette fin avril où nous commémorons la Journée nationale du Souvenir de la Déportation, nous avons rendu hommages aux résistants, internés, déportés et toutes les victimes de la barbarie nazie en déposant des gerbes au monument aux morts ainsi qu'à la plaque que nous avons inauguré pour la mémoire des 60 enfants juifs de l'arrondissement déportés non scolarisés. Notre maire Michèle Blumenthal a rappelé, comme toujours avec le ton juste, que la vigilance est toujours d'actualité contre les résurgences de la xénophobie, de l'antisémitisme et aussi de l'homophobie. Ce qui est malheureusement de plus ne plus vraie dans le contexte politique de ces derniers mois, lorsque l'on voit les dérapages honteux des opposants au mariage pour tous, y compris de certains députés de droite, ou le rapprochement idéologique et y compris physique, dans la contestation dans la rue des militants et mêmes des élus de la droite dite républicaine et du FN.

    Cérémonie du souvenir de la Déportation 2013 2.JPG

    Michèle Blumenthal a également cité un très émouvant poème de la résistante Charlotte Delbo, véritable leçon de vie :

    Prière aux vivants pour leur pardonner d’être vivants

    Vous qui passez

    bien habillés de tous vos muscles

    un vêtement qui vous va bien

    qui vous va mal

    qui vous va à peu près

    vous qui passez

    animés d’une vie tumultueuse aux artères

    et bien collée au squelette

    d’un pas alerte sportif lourdaud

    rieurs renfrognés, vous êtes beaux

    si quelconques

    si quelconquement tout le monde

    tellement beaux d’être quelconques

    diversement

    avec cette vie qui vous empêche

    de sentir votre buste qui suit la jambe

    votre main au chapeau

    votre main sur le coeur

    la rotule qui roule doucement au genou

    comment vous pardonner d’être vivants...


    Lire la suite

  • Du Protocole républicain, des desiderata et division de l'UMP

    Conseil d'arrondissement du 3 décembre : Valérie Montandon, conseillère de Paris UMP, a posé une Question orale :

    "Lors des commémorations du 11 novembre dernier dans le 12 eme arrondissement, le titre des élus de l’opposition n’a pas été annoncé lors du dépôt des gerbes de fleurs devant le monument aux morts. Pourquoi ce manque de courtoisie républicaine ?"

    Voici ma réponse, dont la conclusion a visiblement fait des heureux au-delà des rangs de la majorité :

    "Madame Montandon, vous ne cesserez de me surprendre.

    Vous exprimez soudainement le désir en cette fin d’année 2012 de poser nommément une gerbe aux commémorations de notre arrondissement, alors que ce n’était pas le cas pendant toutes les années précédentes de cette mandature et encore moins de la part de monsieur Casa.

    Il connaissait les usages républicains auxquels vous vous référez, et sachez que je suis tout autant attaché au respect de la tradition républicaine.

    Or justement le protocole français est régi par le décret n°89-655 du 13 septembre 1989, modifié le 15 novembre 2008, relatif aux cérémonies publiques, préséances, honneurs civils et militaires « Lors d’une cérémonie officielle, le dépôt de gerbe est réservé, par tradition républicaine, aux seules autorités publiques ainsi qu’aux organisations d’anciens combattants ».

    Le protocole ne prévoit pas le dépôt de gerbe nominative.

    C’est pourquoi le 11 novembre, Madame BLUMENTHAL et moi-même, en tant qu’adjoint en charge de la mémoire combattant ont déposé une gerbe au nom de la Mairie du 12e et donc de tous les élus de la municipalité.

    Donc rassurez-vous, Mme Montendon, c’est aussi en votre nom que nous déposons la gerbe municipale.

    L’organisation protocolaire étant confiée au Comité d’Entente, je lui soumettrais la question de savoir comment les élus qui le souhaitent pourraient déposer une gerbe en marge des cérémonies.

    Mais avouez que si tous les élus déposaient nommément une gerbe cela ralentirait considérablement les cérémonies et leur donnerait un caractère ubuesque.

    Devrais-je moi-même déposer une seconde gerbe en mon nom propre ou au nom du Parti Radical de Gauche, et mes 25 collègues de la majorité à la suite, et d’autres en leur nom, ou de l’UMP canal Copé ou du R-UMP Fillon ?

    Ce sont les Maires et Présidents des autorités publiques qui désignent leur représentant.

    C’est ainsi monsieur Romero, conseillé régional, élu dans le 12e, qui a déposé la gerbe au nom Jean Paul Huchon. Et ce n’était pas à un autre conseillé régional pas même élu à Paris de s’en arroger ce droit.

    Quant à madame Mazetier c’est en qualité de députée réélue de notre arrondissement.

    Et pour finir, je vais vous dire ce qui a véritablement choqué dans le rang des anciens combattants, et même dans vos rangs. C’est qu’une personne qui n’a aucun mandat ni droit ni titre, autre que candidat UMP battu en juin 2012, se glisse entre les élus, les présidents d’associations et le commissaire de Police de l’arrondissement pour saluer les drapeaux! Cela c’est contraire à l’usage républicain.

  • Une plaque en mémoire des "Zoos humains"

    Conseil d'arrondissement du 3 décembre : J'ai présenté le projet de délibération voté à l'unanimité DAC 794 Appositions de plaques commémoratives relatives à la reconnaissance et la dénonciation des «zoos humains» qui se sont tenus à Paris à l’époque coloniale.

    Comment ne pas être ému par le destin de ces femmes et de ces hommes arrachés à leur terre natale pour être exposés dans de véritable zoos humains lors de l’Exposition coloniale internationale et des pays d’Outre-Mer de 1931.

    Cette exposition voulait exalter l’Empire et affirmer la « mission civilisatrice et bienfaitrice » de la France sur ses colonies. Des propos que l'on entend malheureusement encore aujourd'hui dans certains discours politique!

    Elle rencontra un énorme succès mais fut aussi contesté, notamment par des artistes surréalistes.

    Lors de sa séance des 19 et 20 mars 2012, le Conseil de Paris a émis le vœu que des plaques, rappelant ces épisodes indignes de l’histoire de la colonisation au regard des droits humains, soient apposées dans les lieux les plus emblématiques où se déroulèrent ces évènements.

    Ces plaques apposés dans les 12e, 16e et 19e arrondissement s'inscriront dans la continuité du travail de mémoire engagé avec l'exposition-parcours dans le bois de Vincennes qu'avait organisée la Mairie du 12e arrondissement en 2006.

    ­Voici le texte de celle qui orenra la Porte Dorée anciennement Palais des Colonies édifié lors de l'Exposition :

    "Le 6 mai 1931, l’Exposition coloniale internationale et des pays d’Outre-Mer a ouvert ses portes après plus de mille jours de travaux. C’est la plus grande exposition coloniale que la France ait connue. Pendant plusieurs mois et sur plus de 110 hectares, des pavillons coloniaux français et étrangers, diverses reconstitutions ainsi que l’exhibition de plusieurs centaines de « figurants indigènes » ont invité le public à un « Tour du monde en un jour ». Cette immense propagande a contribué à légitimer la colonisation. Le 15 novembre 1931, l’exposition s’est achevée après que 33 millions de tickets d’entrées furent vendus. Le Palais de la Porte Dorée, qui a abrité le musée permanent des colonies, est aujourd’hui le principal vestige de cette période d’apogée de l’expansion coloniale."

  • Apposition de la plaque aux victimes de la rafle du Vel d'Hiv sur notre mairie

    En 2012, nous commémorons une des plus grandes tragédies du XXe siècle, la rafle des juifs arrêtés en juillet 1942 par des policiers français sur ordre du régime de Vichy, parqués au Vél d'Hiv puis déportés par les allemands vers les camps d'exterminations.

    Or peu de gens le savent mais notre mairie d'arrondissement était pendant l'occupation l'ancien commissariat central du 12e et c'est dans ses murs que furent regroupés les hommes, femmes et enfants juifs de l'arrondissement victimes de la rafle.Apposition plaque raflé ancien commissariat du 12e 2.jpg

    Afin qu'on se souvienne de ces terribles évènements, le Comité 12e de l'Association pour la Mémoire des Enfants Juifs Déportés (AMEJD) avait proposé d'apposer une plaque commémorative, à l'instar de celles sur les murs des écoles de l'arrondissement pour honorer la mémoire des enfants victimes de la Shoah. Notre conseil d'arrondissement a voté avant l'été un projet de délibération sur le principe d'une plaque commémorative et c'est celle-ci que nous avons dévoilé le 22 novembre, sur le mur de la façade arrière de la mairie rue Bignon où était jadis la porte du commissariat.

    L'apposition de cette plaque doit évidemment avoir un rôle pédagogique de transmission de la mémoire. Pas moins de 6 classes de CM2 assistaient à la cérémonie au cours de laquelle M. Zylberstein a livré un témoignage poignant : raflé en 1942, emmené au commissariat du 12e puis au Vel d'Hiv, libéré car son père juif était prisonnier de guerre, puis raflé une nouvelle fois en 1944 et envoyé à Bergen-Belsen avec sa famille où il a survécu jusqu'à la libération du camps...

    Apposition plaque raflé ancien commissariat du 12e.jpg

    Notre maire Michèle Blumenthal (lire son discours ici) , Jacques Wittenberg, président de l'AMPEJD 12, et Catherine Vieu-Charier, mairie-adjointe de Paris chargé de la Mémoire, ont dévoilé la plaque. Le Commissaire du 12e était également là, représentant du Préfet de Police de Paris était présent et nous avons rappelé également l'action des policiers qui ont prévenu les juifs de la rafle et des résistants du groupe "honneur de la Police".

     

  • Défilé pour le 11 novembre et accroc au Protocole

     
    Une commémoration qui a permis à notre maire Michèle blumenthal de rappeler l'état permanent de guerre entre pays européens aux XIX et XXe siècle et comment la paix retrouvé depuis 70 ans sur notre continent justifie le Prix Nobel de la Paix attribué à l'Union européenne cette année.
     
    Voici un extrait de son discours (l'intégral est à consulter ici) :
     
    "Ce Prix Nobel de la Paix est une reconnaissance du passé, un message d’espoir pour le présent et un encouragement à faire davantage dans le futur.
    Le rêve que Victor Hugo esquissait lors du congrès pour la paix de 1849 a été réalisé et permettez moi de le citer :
    « Au XXe siècle, il y aura une nation extraordinaire. Cette nation sera grande ce qui ne l’empêchera pas d’être libre. Elle sera illustre, riche, pensante, pacifique, cordiale. Cette nation : elle s’appellera l’Europe. Elle s’appellera l’Europe au XXe siècle et aux siècles suivants.
    Un jour viendra où la guerre paraîtra aussi absurde et sera aussi impossible entre Paris et Londres, entre Petersbourg et Berlin, entre Vienne et Turin, qu’elle serait impossible et qu’elle paraîtrait absurde aujourd’hui entre Rouen et Amiens.
    Un jour viendra où vous France, vous Russie, vous Italie, vous Angleterre, vous Allemagne, vous toutes, nations du continent, sans perdre vos qualités distinctes et votre glorieuse individualité, vous vous fondrez étroitement dans une unité supérieure, et vous constituerez la fraternité européenne.
    Un jour viendra où les boulets et les bombes seront remplacés par les votes, par le suffrage universel des peuples.
    Un jour viendra où l’on montrera un canon dans les musées comme on y montre aujourd’hui
    un instrument de torture, en s’étonnant que cela ait pu être !
    Nous aurons : La patrie sans la frontière, le budget sans le parasitisme, le commerce sans la douane,
    l’éducation sans l’abrutissement, la jeunesse sans la caserne, le courage sans le combat, la justice sans l’échafaud, la vérité sans le dogme. »
     
     
    Petite anecdote : à la fin des cérémonies, les "autorités" c'est-à-dire les élus, la Police, l'armée et les présidents d'associations serrent la main des porte-drapeaux. Or cette année Charles Beigbeder, qui n'est rien de plus qu'un candidat UMP battu aux législatives nous a emboité le pas...
    Sans doute en s'imposant ainsi pensait-il séduire au monde combattant ? Peine perdu, il n'a fait que les ulcérer par cet affront au Protocole, comme beaucoup me l'ont confié, sans même parler des élus de son propre camp qui ont visiblement eu du mal à digérer l'affront... à leur propre mandat! Quel amateur ce Charles!
     
    https://mail-attachment.googleusercontent.com/attachment/?ui=2&ik=cc5ca5e20f&view=att&th=13af43ae7e51e417&attid=0.1&disp=inline&safe=1&zw&saduie=AG9B_P-64nUqe0xIrccIewW7ekrV&sadet=1352717329543&sads=rSPkmsSw-1dfGBPHZ-DwMRo07u8

  • Quand l'UMPPA du 12e a la nostalgie coloniale...

     

    Au conseil d'arrondissement du 8 octobre, l'UMPPA a déposé un vœu qui sous des allures anodines fleure bon la nostalgie de la France coloniale. Après le nouveau dérapage de Jean-François Copé et ses "vols de pains aux chocolats par des musulmans" ou les amalgames indécents du maire du 8e, soutien de Fillon, la droite parisienne semble de plus en plus sous influence du Front National. C'est ce que j'ai tenu a dénoncer en répondant au nom de notre majorité et de l'exécutif municipal. Il semble d'ailleurs que mes arguments ont eu leur effet car si la majorité a bien évidemment repoussé ce vœu, seul Valérie Montandon a voté pour, Gérard Rey s'abstenant et les autres UMP ne participant pas opportunément au vote ! En plus d'être irresponsable, la droite du 12e est toujours plus divisée...


    Voeu déposé par Valérie MONTANDON, Conseiller de Paris, et les élus du Groupe UMPPA, relatif à la restauration de la statue du Commandant Marchand


    Considérant que, l’expédition du commandant Jean Baptiste Marchand qui a traversé l’Afrique du Congo au Nil, de 1896 à 1899, fut une réelle expédition de plus de 6 000 km, d’une durée de 3 ans et qu’elle fait partie intégrante de l’histoire de France,

    Considérant que, les ambitions de cette mission ne peuvent pas se résumer seulement à des fins impérialistes ou mercantiles, mais qu’elles furent aussi motivées par un élan humanitaire en apportant notamment de la connaissance à des populations ne bénéficiant pas de moyens techniques, éducatifs ou encore médicaux comme par exemple, les nombreux soins dispensés par le docteur Emily auprès des nombreuses tribus rencontrées,

    Considérant que, le retour en France des explorateurs fut triomphal et que cette mission qui fut jalonnée de hauts faits de courage et participa au renforcement de l’unité nationale,

    Considérant que, cette mission « appelée mission Marchand » impulsa aussi une nouvelle donne dans le rapport de force franco-britannique et put servir de socle à une nouvelle diplomatie entre les deux pays,

    Considérant que, la statue du Commandant Marchand n’a jamais été restaurée après l’attentat anticolonialiste de 1983 et qu’elle est laissée à l’abandon dans un entrepôt de la ville de Paris,

    Valérie MONTANDON et les élus du groupe UMPPA émettent le vœu que la ville de Paris restaure la statue du commandant Marchand et qu’un emplacement dans le 12ème  lui soit attribuée.

     

    Réponse de Fabrice MOULIN, Adjoint à la Maire du 12ème arrondissement :


    « Je ne sais si vous avez écrit vous-même ce voeu mais j’estime la ficelle un peu grosse voire choquante. Vous ne nous avez pas habitué à avoir un tel intérêt pour l’Histoire et la Mémoire dans notre arrondissement. Alors je me pose la question de savoir pourquoi ce voeu et pourquoi maintenant ?

    L’Histoire de France est ce qu’elle est. Ne nions pas le passé colonial de la France, passé auquel ont aussi participé de grands hommes de la République, et je me suis toujours opposé à la réécriture de l’Histoire. Mais tout de même ! Donner une dénomination à une rue ou une place, poser une statue est un acte symbolique, a une signification qui transmet un message à nos concitoyens à une époque donnée et dans un lieu donné.

    Par exemple, lorsque nous commémorons les 50 ans de la fin de la guerre d’Algérie, nous honorons la Mémoire des appelés et des morts d’une guerre dans une démarche de réconciliation entre deux pays aujourd’hui. Lorsque nous rappelons le souvenir de Félix Eboué dans le 12ème, nous honorons l’apport capital des armées d’Afrique Equatoriale Française dans la légitimation de la France libre du général de Gaulle.

    Alors quel est le message que vous souhaitez transmettre ici ?

    Tout d’abord vous n’ignorez pas qu’il existe déjà un monument commémorant l’expédition MARCHAND. Il a été érigé en 1934 en face de l’ancien musée des colonies, au palais de la Porte Dorée. Entre parenthèses, ce musée est aujourd’hui devenu la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration qui, comme me le précisait mon collègue Richard BOUIGUE, n'a été inaugurée ou visitée par aucun ministre des gouvernements précédents.

    Le monument dont je parle est sculpté et stylisé avec les silhouettes de 6 militaires français, 6 tirailleurs sénégalais et Jean-Baptiste MARCHAND. Sur un bouclier de bronze, les noms de tous apparaissent : le commandant MARCHAND, les 14 militaires français, les 152 tirailleurs sénégalais et votre bon docteur Emily dont vous parlez dans le voeu.

    Précisons qu'il y a aussi une rue au nom de la mission MARCHAND dans le 16ème arrondissement, nous ne pouvons pas dire que Paris manque de rappels à cette expédition.


    Dans vos considérants vous dites « cette mission dont les ambitions ne peuvent pas se résumer seulement à des fins impérialistes ou mercantiles mais furent aussi motivées par un élan
    humanitaire ». Excusez-moi mais la mission MARCHAND n’était pas un élan humanitaire mais une mission stratégique au moment du partage de l’Afrique entre les puissances coloniales. D’ailleurs vous le précisez après. Lorsque je lis « élan humanitaire », je me demande si vous n’êtes pas plus nostalgique de la loi UMP en 2005 sur le rôle positif de la colonisation que du commandant MARCHAND.

    Vous écrivez aussi « la mission MARCHAND impulsa aussi une nouvelle donne dans le rapport de force franco-britannique ». Il faut tout de même rappeler que la crise de Fachoda a quasiment abouti à une guerre entre le Royaume-Uni et la France. Finalement l'Entente cordiale a été signée par le gouvernement d'Emile COMBES, mais après que MARCHAND eut été obligé d'abandonner Fachoda et de rentrer en France. Donc on peut toujours dire qu’il s’agit d’une conclusion positive, mais ce n’est tout de même pas extraordinaire! A l’heure où l’Europe actuelle est en crise, nous avons surtout besoin de renforcer les liens de solidarité au sein de l’Union Européenne, alors célébrer la crise de Fachoda me paraît un peu étrange. Certes l’Europe est un compromis mais cela ne me paraît tout de
    même pas très heureux de faire cela.


    La statue fut retirée lors de la restructuration du square il y a plus de 30 ans. Il s’agit d’une figure de la politique colonialiste du XIXème siècle aussi je ne vois pas quel message vous souhaitez transmettre avec ce voeu ?

    Des citoyens peuvent avoir cette demande, cela peut se comprendre mais un parti politique qui se dit républicain, selon moi doit se montrer responsable. Personnellement, je vois dans ce voeu un symptôme de la course du "plus à droite que moi tu meurs" à laquelle vous vous livrez au sein de l’UMP depuis que Nicolas SARKOZY en a pris la présidence. Il s’agit d’une compétition qui "altère le pacte républicain". C’est bien la première fois que je cite François BAROIN mais je le fais ce soir.

    Je souhaitais vous dire enfin que vous avez tout de même fait un heureux avec ce voeu puisque la première personne qui m’a parlé dans l’arrondissement de cette statue, quasiment avec vos mots d’ailleurs, est le candidat aux dernières législatives du Front National.

    Vous comprendrez qu'au nom de l'exécutif et de mon groupe j’invite nos amis et collègues à voter contre ce voeu. »

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu