Avertir le modérateur

La République En Marche

  • J'ai décidé de quitter le groupe Socialiste Radical et Citoyen du conseil du 12e arrondissement

    Imprimer

    A l’attention d’Emmanuel Grégoire

    Président du groupe Socialiste, Radical et Citoyen

    Au conseil du 12e arrondissement

     

    Paris le 16 avril 2018

     

    Monsieur le Président,

     

    Par la présente je vous signifie ma décision de quitter le groupe Socialiste, Radical et Citoyen du conseil municipal du 12e arrondissement.

    Chacun sait dans la majorité que j’ai fait campagne officiellement pour Emmanuel Macron à l’élection présidentielle de 2017 et pour les candidats aux législatives de la majorité présidentielle dans le 12e arrondissement, Pacôme Rupin et Laetitia Avia, devenus respectivement députés LREM des 7e et 8e circonscriptions de Paris. Personne n’ignore non plus que, bien que n’ayant pas été élu à ce titre, je suis adhérent de La République en Marche, comme plusieurs élus de la majorité municipale parisienne.

    Un an après, mon soutien reste entier à la politique de transformation profonde du pays qui était au cœur du projet du candidat Emmanuel Macron et qu’il met en œuvre en tant que Président, avec sa majorité et son gouvernement qui compte deux ministres issus du mouvement radical réunifié.

    Or depuis les élections, notre groupe a porté presque à chaque conseil des vœux ou s’est associé à des vœux des élus communistes, EELV ou Générations, présentés au nom des « groupes de la majorité municipale », dont la portée va bien au-delà des compétences et problématiques de notre arrondissement, voire de notre commune, sans rapport avec le programme de mandature et dont le seul objectif commun semble d’interpeler, critiquer, caricaturer, gêner l’action du gouvernement. Comme si nous confondions compétences des conseils municipaux et assemblées parlementaires ; et ce alors même que les habitants de notre arrondissement comme les Parisiennes et les Parisiens ont très largement voté en faveur de cette action.

    Je m’étais déjà élevé contre cette tentation de coller à tout prix aux positions de nos collègues les plus gauchistes à l’époque de la présidence Hollande, et notamment sur la question de l’ouverture des commerces le dimanche ou les récépissés de contrôle d’identité. Plusieurs fois j’ai demandé à la maire et vous-même d’éviter d’inscrire à l’ordre du jour ou d’émettre un avis favorable à des vœux qui n’avaient pas l’assentiment de tous les membres du groupe, sans succès.

    J'ai demandé une explication de vote et m’y suis opposé à chaque fois. Je le ferai encore ce soir contre le vœu téléguidé par la CGT contre la réforme de la SNCF.

    En tant qu’élu, j’ai toujours exprimé en toute indépendance mes positions et mes désaccords avec certains de nos collègues, et je salue en cela votre conception bienveillante du débat démocratique. Mais je ne souhaite plus aujourd’hui être automatiquement associé à des déclarations qui ne reflètent absolument pas mes convictions et ne servent pas l’intérêt de nos concitoyens.

    C’est pourquoi je quitte le groupe et vous demande de bien vouloir en changer le nom afin d’en supprimer la référence au parti radical de gauche aux couleurs duquel j’ai été élu en 2014. J’inscrirai dorénavant mon action et mes prises de paroles dans la lignée de celles du groupe des Démocrates et Progressistes au conseil de Paris, présidé par Julien Bargeton, qui entend participer à l’élaboration de la politique municipale tout en soutenant la politique impulsée par le Président Emmanuel Macron et conduite par le gouvernement d’Édouard Philippe.

     

    Veuillez agréer, monsieur le Président, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

     

     

    Fabrice Moulin

    Conseiller municipal et Maire-adjoint du 12e arrondissement

  • Législatives des 11 et 18 juin 2017 : au second comme au premier tour, mon choix c'est Laetitia AVIA

    Imprimer

  • Je soutiens avec le PRG Laetitia Avia, la candidate La République En Marche dans la 8e circonscription de Paris

    Imprimer

  • Avec Laetitia Avia et Emmanuel Macron pour des forces de sécurité publique efficaces

    Imprimer

    Qu’il s’agisse de menace terroriste, dont les attentats du Royaume-Uni nous rappellent la tragique actualité, ou de petite délinquance, nos concitoyens demandent des réponses concrètes qui rassurent et assurent leur sécurité au quotidien. Ces solutions efficaces que nous réclament depuis longtemps les habitants du 12e et du 20e arrondissement, c’est Emmanuel Macron qui les a portées. Et pour que le nouveau Président de la République les mette en œuvre, il faut lui donner une majorité absolue en votant pour Laetitia Avia, la candidate de la République en Marche dans la 8e circonscription de Paris, que je soutiens avec le Parti Radical de Gauche (PRG).

    Des solutions pragmatiques et graduées

    Ces solutions, ce sont d’abord 10 000 policiers et gendarmes supplémentaires et 5 000 postes de garde-frontières européens. Mais augmenter les effectifs des forces de l’ordre ne résout rien si leurs missions n’évoluent pas. C’est pourquoi en limitant les tâches indues des policiers (transfèrement de prisonniers, etc.) et en favorisant la dématérialisation des procédures pénales, on remettra les agents sur le terrain pour créer une véritable police de sécurité quotidienne. Elle sera mieux intégrée dans le tissu social des quartiers, mieux à même d’intervenir et de traiter les problèmes de proximité, et ainsi de répondre aux préoccupations de chacun de protection et de tranquillité.

    Pour faire cesser le sentiment d’impunité de certains délinquants, dont les petits trafics et les incivilités rendent infernale la vie de leurs voisins, une batterie de sanctions immédiates sera développée. Par exemple, par des contraventions appliquées aux petites infractions (comme l’usage de petites doses de cannabis), dont le montant devra être suffisamment important pour être réellement dissuasif. Il sera également possible, sous le contrôle d’un juge, d’interdire à un individu générateur de troubles de fréquenter un lieu durant un certain délai. 

    Nouveaux partenariats innovants

    Les contrats locaux de sécurité et de prévention de la délinquance expérimenteront de nouveaux partenariats innovants entre policiers et habitants :

    • Des représentants pourront être élus dans les quartiers pour établir une relation de confiance avec la police ;

    • Des outils numériques permettront de recueillir l’avis de la population sur l’action de la police et les politiques menées ;

    • Une politique de transparence et d’explication sera systématiquement déployée par la police.

    Et comme l’action de la police ne peut être efficace qu’avec la confiance de la population, il est prévu de généraliser le port de caméras-piétons par les forces de l'ordre. L’objectif est de rendre la légitimité de leurs interventions indiscutables.

    Enfin, parce que malheureusement nos arrondissements ont été meurtris par la barbarie, en particulier lors de la prise d’otage de l’Hypercacher, soutenons les décisions du Président Macron en matière de lutte contre le terrorisme :

    • Création d’une « task force » des services de renseignements contre Daesh ; 

    • Lutte contre les intégrismes et la propagande djihadiste ;

    • Création de centres fermés de petite taille spécifiquement dédiés à recevoir des personnes radicalisées ;

    • Renforcement du déploiement de militaires de l’opération Sentinelle pour protéger les populations. 

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu