Avertir le modérateur

Conseil d'arrondissement 2008-2014

  • Maire-adjoint à la Sécurité et la Prévention dans le nouvel exécutif de la mairie du 12e

    Ce dimanche 13 avril 2014, le conseil d'arrondissement a élu la nouvelle maire du 12e, Catherine Baratti-Elbaz, ainsi que ses 12 adjoints qui formeront l’exécutif municipal ces 6 prochaines années.

    J'ai eu l'honneur d'être choisi comme Maire-adjoint chargé de la Sécurité et de la Prévention. C'est une fierté et aussi une lourde charge car ces mois de campagne ont bien montré que c'est une des préoccupations majeures des habitants et comme l'a dit Anne Hidalgo "la sécurité est un droit pour tous".

    executif 12e.jpg

    TOUTES LES DELEGATIONS AUPRES DE LA MAIRE DU 12e :

     

    • Premier Adjoint chargé des Grands Projets, du développement économique et de l’emploi, de la vie associative et du Budget Participatif: Richard Bouigue

    • Adjointe à la Maire chargée du logement et de la qualité de l’habitat : Eléonore Slama

    • Adjoint à la Maire chargé des transports, de la voirie et des déplacements – Quartiers Bel air sud et nord : David Gréau

    • Adjoint à la Maire chargé des affaires scolaires et périscolaires : Laurent Touzet

    • Adjointe à la Maire chargée de la petite enfance, de la protection de l’enfance et des familles : Lunise Marquis

    • Adjointe à la Maire chargée de la mémoire et du monde combattant : Brigitte Velay-Bosc

    • Adjoint à la Maire chargé de la démocratie locale : Régis Peutillot

    • Adjointe à la Maire chargée de la qualité de l’espace public, de la végétalisation et de la propreté – Quartiers Aligre-Gare de Lyon et Bercy : Florence Chopin-Genet

    • Adjoint à la Maire chargé de la culture et du tourisme – Quartiers Vallée de Fécamp, Jardin de Reuilly, Nation-Picpus : Jean-Luc Romero-Michel

    • Adjoint à la Maire chargé de la sécurité et de la prévention : Fabrice Moulin

    • Adjointe à la Maire chargée de la jeunesse et des sports : Fadila Taïeb

    • Adjointe à la Maire chargée des espaces verts, de la biodiversité et de l’agriculture urbaine : Evelyne Honoré

    • Conseillère d’Arrondissement déléguée auprès de la Maire, chargée de la vie étudiante : Manon Gromberg

    • Conseillère d’Arrondissement déléguée auprès de la Maire chargée de l’égalité Femmes-Hommes et de la lutte contre les discriminations : Emmanuelle Pierre-Marie

    • Conseiller d’Arrondissement délégué auprès de la Maire chargé de l’environnement et du développement durable : Christophe Teisseire

    • Conseillère de Paris déléguée chargée des affaires sociales, santé et solidarité: Pénélope Komitès

    • Conseillère de Paris déléguée chargée des finances, des marchés publics et des équipements de proximité : Sandrine Charnoz
  • Election de Catherine Baratti-Elbaz : "Une mandature placée sous le signe de l'optimisme et de la volonté"

    Mon intervention au premier conseil d'arrondissement de la mandature où nous avons présenté la candidature de Catherine Baratti-Elbaz au poste de maire du 12e, élue avec les 23 voix de la majorité contre 7 blancs de l'opposition. Se sont également exprimés Valérie Montandon présidente du groupe UMP-UDI-Modem, Nicolas Bonnet, président du groupe PCF, Christophe Nadjovski pour EELV et Emmanuel Grégoire, président du groupe Socialiste, Radical de Gauche et citoyens.


    Madame la Présidente de séance, mes chers collègues,

    Quelques mots au nom du Parti Radical de Gauche que j'ai l'honneur de représenter ici.

    Tout d'abord pour saluer les femmes et les hommes élus qui forment ce conseil municipal et pour remercier les électeurs du 12e arrondissements.

    Les 23 et 30 mars 2014, les habitantes et les habitants du 12e ont voté majoritairement pour notre liste au premier et au second tour, permettant du même coup la victoire en voix et en sièges des listes soutenant Anne Hidalgo, élue dimanche dernier nouvelle maire de Paris.

    Ce vote constitue une approbation du bilan de l’équipe municipale précédente, et permettez moi de saluer de nouveau l'action de Michèle Blumenthal et des élus dont certains ne siègent plus aujourd'hui avec nous.

    Ce vote est une preuve de confiance envers Catherine Baratti-Elbaz que nous avons l'honneur d'élire maire aujourd’hui, mais aussi d'adhésion au projet porté par notre liste de rassemblement de la gauche.

    Chaque formation politique qui a contribué à ce rassemblement peut revendiquer une part de la victoire mais celle-ci est aussi due à la dynamique collective qu'a su insuffler notre tête de liste.

    Je m'inscris toujours dans cette dynamique collective. Je suis fier que se soit constitué au conseil de Paris le groupe "Radicaux de gauche, centre et indépendants". Au conseil d'arrondissement, je siègerai au sein d'un groupe de rassemblement qui s’appellera donc "Socialiste, Radical de gauche et citoyens" dont je tiens à saluer le nouveau président Emmanuel Grégoire pour son sens du dialogue.

    En tant qu’élu du Parti Radical de Gauche du 12e, j'aurai à cœur de respecter et de faire respecter le contrat de mandature passé devant et avec les Parisiens : nos engagements pour faire un Paris d'avenir avec encore plus de logements, de dynamisme économique, de solidarité, de transports innovants, de sécurité qui est une droit pour tous.

    La confiance des habitants du 12e nous oblige. Nous leur devons une mandature placée sous le signe du respect : le respect du débat démocratique, le respect du choix des électeurs, le respect des opinions de chacun, dans la majorité comme dans l'opposition, le respect enfin des institutions de notre République laïque.

    Nous leur devons également de leur redonner espoir et confiance dans l'avenir dans une période de crise économique propice au repli sur soi, au refus des différences, au déclinisme savamment entretenu par certains.

    Le philosophe Alain disait : "le pessimisme est d'humeur ; l'optimisme est de volonté"

    Je suis sûr qu'avec vous comme maire du 12e, ensemble nous saurons placer cette mandature sous le signe de l’optimisme et de la volonté!

  • Convocation à la première séance du conseil d'arrondissement : élection de la maire et de ses adjoints

  • Une liste de rassemblement pour le 12e et pour Paris avec Catherine Baratti-Elbaz et Anne Hidalgo

    Grâce à l'accord de rassemblement des partenaires de la majorité municipale de gauche Parti Socialiste (PS), Parti Communiste Français (PCF) et Parti Radical de Gauche (PRG) pour la victoire d'Anne Hidalgo à la mairie de Paris, ainsi que l’ouverture vers la société civile, les colistiers de la liste conduite par Catherine Baratti-Elbaz réunissent toute l'éventail de la gauche jusqu'au centre-gauche et plus largement toutes les Parisiennes et tous les Parisiens qui veulent poursuivre les transformations ambitieuses de notre capitale engagées depuis 2001 et l'élection de Bertrand Delanoë.

    Je suis fier de représenter avec le PRG une gauche réformiste, républicaine, laïque et moderne sur cette liste. Maire-adjoint chargé de la mémoire, du monde combattant et du tourisme, âgé de 39 ans, j'ai été honoré de ce mandat municipal dans l'équipe de Michèle Blumenthal consacré au travail de mémoire, tant des victimes des atrocités du XXe siècle que des sacrifices de ceux qui se sont battus pour la France.

    J'ai beaucoup travaillé aussi pour développer le tourisme dans notre arrondissement au service des commerçants et des sites culturels, notamment en organisant la Chasse aux Trésors de Paris, un évènement ludique de découverte des richesses cachées et du tissu associatif, culturel et commerçant de l'arrondissement, qui réunissait chaque année plusieurs milliers de personnes dans les rues du 12e.

    Cadre dans le secteur du tourisme, je suis enfin le seul représentant sur la liste du Quartier Reuilly-Diderot que je me ferai un devoir de garder au coeur de nos préoccupations comme il l'est dans notre arrondissement.

    Face à une droite divisée, les équipes autour d’Anne Hidalgo sont plus que jamais en ordre de marche pour gagner la bataille des municipales et continuer à œuvrer avec sérieux et responsabilité au service des parisiens

    Autour d’Anne Hidalgo, nous avons une équipe à l’image du 12ème arrondissement, un collectif rassemblé pour construire avec les Parisiennes et les Parisiens un projet progressiste, innovant et solidaire pour Paris et le 12ème.

     

    Photo liste le-12ème-qui-ose-avec-Catherine Baratti.jpg

     

    Composition de la liste du 12ème arrondissement pour les élections municipales

    1. Catherine BARATTI-ELBAZ, 44 ans, enseignante & chercheuse en Biologie, Maire-adjointe du 12e chargée de la voirie et des déplacements (Nation).

    2. Jean-Louis MISSIKA, (ouverture), 63 ans, professeur au CNAM, Conseiller de Paris du 12e, Adjoint au Maire de Paris chargé de l’innovation de la recherche et des universités. Co-directeur de campagne d’Anne Hidalgo.

    3. Sandrine CHARNOZ, (PS), 42 ans, urbaniste, cadre RATP, Conseillère de Paris du 12e (Vallée de Fécamp).

    4. Emmanuel GREGOIRE, (PS), 36 ans, ancien consultant & chef d’entreprise dans le secteur de la santé, collaborateur ministériel (Daumesnil).

    5. Catherine VIEU-CHARIER, (PCF), 57 ans, enseignante, Conseillère de Paris du 12e, Adjointe au Maire de Paris chargée de la Mémoire et du Monde Combattant.

    6. Laurent TOUZET, (PS), 36 ans, professeur d’Histoire-Géographie, Maire-adjoint du 12e chargé des espaces verts, de l’environnement et du développement durable (Montgallet)

    7. Pénélope KOMITES, (PS), 54 ans, cadre du secteur social, ex-directrice générale de Greenpeace France, Maire-adjointe du 12e chargée des affaires sociales, des solidarités, de la santé et du handicap (Bastille).

    8. Nicolas BONNET-OULALDJ, (PCF),39 ans, cadre du secteur sportif, Maire-adjoint chargé de la prévention, de la tranquillité publique, de l’égalité homme-femme et de la lutte contre les discriminations (Vallée de Fécamp).

    9. Fadila TAIEB, (PS), 47 ans, greffière, Maire-adjointe chargée des affaires scolaires et de la réussite éducative (Bercy).

    10. Richard BOUIGUE, (PS), 44 ans, assistant parlementaire, ex-délégué vie associative dans une fédération d’éducation populaire, Maire-adjoint du 12e chargé de la démocratie locale (Bel Air).

    11. Lunise MARQUIS, (PS), 34 ans, chargée de mission communication, Maire-adjointe chargée de la petite enfance et des familles (Vallée de Fécamp).

    12. Jean-Luc ROMERO-MICHEL, (ouverture), 54 ans, Président d’associations de lutte contre le sida & les discriminations et pour le droit à mourir dans la dignité. Conseiller Régional (Porte Dorée).

    13. Brigitte VELAY-BOSC, (PCF), 54 ans, formatrice auprès de travailleurs en situation de handicap, responsable syndicale (Nation)

    14. Régis PEUTILLOT, (PS), 32 ans, juriste dans le secteur culturel, secrétaire de conseil de quartier (Bercy).

    15. Florence CHOPIN-GENET, (PS), 61 ans, ingénieur d’études, ancienne commerçante du marché d’Aligre, conseillère de quartier (Aligre-Gare de Lyon).

    16. Sébastien MARQUE, (PCF) 37 ans, ingénieur informaticien dans un grand groupe privé (Porte de Vincennes).

    17. Eléonore SLAMA, (PS), 29 ans, chargée de mission, (Picpus).

    18. Guy TABACCHI, (PS), 46 ans, ingénieur dans un grand groupe industriel, conseiller d’arrondissement du 12e, chargé des finances, des marchés publics et des équipements de proximité (Vallée de Fécamp).

    19. Manon GROMBERG, (PS), 22 ans, étudiante (Aligre).

    20. Fabrice MOULIN, (PRG), 39 ans, cadre dans le secteur du tourisme, Maire-adjoint chargé de la mémoire, du monde combattant et du tourisme (Reuilly Diderot).

    21. Isabelle MALLE, (PS), 49 ans, cadre dans un grand groupe bancaire (Nation).

    22. Youssef CAMARA, (PS), 66 ans, responsable médiation dans une société de prévention, syndicaliste & dirigeant associatif, secrétaire de Conseil de quartier (Nation-Picpus).

    23. Morgane SAURIAU, (PS), 27 ans, conseillère en insertion professionnelle des 16-25 ans, responsable du Mouvement des Jeunes Socialistes (Bel Air).

    24. Gérard TEMPION, (PS), 65 ans, ancien chef d’entreprise, conseiller d’arrondissement chargé du soutien à la création et à la dynamique locale (Bercy).

    25. Marie-Agnès STRAZEL, (PS),40 ans, hôtesse de l’air, conseillère de quartier (Aligre-Gare de Lyon).

    26. Pierre-Alix BINET, (PS), 23 ans, étudiant en sciences économiques, conseiller de quartier (Bercy).

    27. Nawal EL BEKRI-BESRI, (PS), 42 ans, formatrice, ex-responsable dans un mouvement ’éducation populaire (Vallée de Fécamp).

    28. Mathieu DELMESTRE, (PS), 28 ans, photographe indépendant (Montgallet).

    29. Léa MARTINOVIC, (PS), 22 ans, étudiante en lettres & management de la culture, bénévole dans une association de soutien scolaire (Michel Bizot).

    30. Djaffar BOUKAOUMA, (PS), 37 ans, ingénieur & web-entrepreneur (Bel Air).

  • Elections municipales 2014 - Accord programmatique et politique PRG-PS

    Découvrez l'intégralité de l'accord politique et programmatique entre PS et PRG pour les élections municipales de mars 2014 signé et paraphé ce matin par le premier fédéral du PS Paris Rémi Féraud, notre président fédéral du PRG Paris Jean-Bernard BROS, et bien entendu notre candidate du rassemblement de la gauche et du centre-gauche à la mairie de Paris, Anne Hidalgo.

    En cas de victoire à Paris, le PRG devrait gagner plusieurs élus d'arrondissement ayant vocation pour beaucoup à devenir adjoints aux maires. Nous pourrons également former un groupe politique radical de centre-gauche républicain et progressiste au Conseil de Paris. Parmi les 23 candidats radicaux de gauche à Paris présents sur les listes de rassemblement PS-PC-PRG figure en place éligible un PRG sur la liste de la majorité du 12e arrondissement conduite par ma collègue Catherine Baratti-Elbaz.

     

  • Bercy Village : clients, patrons et salariés veulent l'ouverture le dimanche. Nous aussi, sous condition

    Les commerçants de Bercy Village ont aujourd'hui bravé l'interdiction qui leur est faite d'ouvrir leurs commerces le dimanche dans ce quartier très fréquenté le weekend et qui compte de nombreux restaurants, un multiplexe cinéma et de nombreux sites de loisirs. Les commerçants qui ont toujours ouvert le dimanche à Bercy Village se le sont vu interdire dernièrement par décision de justice et ont perdu jusqu'à 30% de leur chiffre d'affaires. Et ils ont fait aujourd'hui une opération pour sensibiliser l'opinion et les politiques de la situation assez ubuesque dans laquelle ils se trouvent face à un empilement de lois et réglementations contradictoires et inefficaces.

    Je me suis rendu au nom du PRG 12e à Bercy Village et j'ai eu l'occasion de dialoguer avec entrepreneurs, salariés et clients et le verdict est sans appel. Les employés, dont beaucoup d'étudiants qui veulent travailler le dimanche pour étudier la semaine, travaillent sur la base du volontariat et bénéficient de rémunération et bénéficie d'un repos compensateurs, et la fermeture le dimanche leur fait perdre du revenu, parfois jusqu'à 300 € par mois.

    Ceux qui prétendent que le travail le dimanche est la faute des patrons et qu'ils pourraient payer mieux la semaine sans faire le chiffre d'affaires du weekend n'ont aucune connaissance du fonctionnement de l'économie. Ceux qui pensent que le dimanche doit être un jour obligé pour tous à consacrer au temps spirituel ou à la culture omettent juste de respecter le principe de liberté qui, plus particulièrement à gauche, devrait être la valeur cardinale de la justesse de nos décisions. Rappelons cette évidence : c'est aux citoyens de choisir s'ils préfèrent faire les magasins ou se balader au Bois de Vincennes le weekend, voire les deux, et sûrement pas à l'Etat ou à la mairie de décider pour eux.

    Les entrepreneurs de Nature & Découvertes et d'Alice Délice mettent en avant les avantages donnés aux salariés et expliquent bien que pour eux il ne s'agit pas de libéraliser partout et sans condition les ouvertures, y compris de leurs autre magasins en France. Mais Paris et ce quartier sont spécifiques.

    Notons que les commerces de Bercy sont tous centrés autour de la culture, de l'art de vivre, du loisirs, et sont dans un quartier dont la fréquentation touristique francilienne, française et même étrangère est indéniable. Ajoutons enfin qu'il y a peu de commerces de proximité dans le quartier de Bercy, dont peu d'impact, mais que par contre on compte 2 gares, un complexe sportif en pleine mutation, le Palais Omnisports de Paris Bercy, un parc, la Cinémathèque Française, des salles de congrès et conférences, et un grand nombre d'hôtels! Bref le quartier de Bercy - qui va s'ouvrir sur Charenton - a dans son ensemble a vocation à devenir une destination de tourisme à part entière.

    Nous avons eu fréquemment l'occasion de discuter de l'ouverture des commerces le dimanche à Bercy en Conseil d'arrondissement, et ma réponse n'a pas variée. Notre majorité, Front de Gauche, PCF et PG compris, a voté en 2006 pour la création d'une zone touristique à Montmartre, il n'y a donc pas de tabou sur cette question. Mais comme on l'a vu dans d'autres cas comme Bricorama, les lois actuelles ne sont plus adaptées, ni les zones touristiques anciennes dont les limites paraissent toujours arbitraires, ni les PUCES mal ficelés et il faut revoir l'ensemble du dispositif législatif, comme notre ministre du commerce Sylvia Pinel et le gouvernement l'ont décidé.

    Les calculs politiques de court terme et les alliances provisoires doivent s'effacer devant la résolution des problèmes de manière pragmatique et c'est la période électorale qui s'ouvre qui doit permettre de trancher un débat complexe en toute franchise. Rappelons que 89% des Franciliens se déclarent pour l'ouverture des commerces le dimanche et une écrasante majorité favorable à travailler ce jour là sous certaines conditions.

    C'est pourquoi les Radicaux de gauche affirment clairement que les autorisations d'ouverture le dimanche peuvent potentiellement créer de l’emploi et de l'activité économique mais que celles-ci doivent être conditionnées par un respect de règles de rémunération au moins double, de repos compensateurs et d'une délibération des salariés et d'une garantie de volontariat. En attendant de créer une zone touristique à Bercy Village, il y a une autre solution que nous avons proposé au nom du PRG dans notre programme "Faire le Paris d'avenir" : que les maires puissent autoriser des dérogations permettant l'ouverture 12 dimanches par an contre 5 aujourd'hui.

    Ce serait donc au futur maire de Paris de décider en toute transparence, dans le dialogue et en contact avec le terrain de permettre d'ouvrir. Cela permettrait aussi aux Grands Magasins d'ouvrir le dimanche au moins une fois par mois, ce qui est la moindre des choses pour la première destination mondiale du tourisme.

    Antoine Lemarchand, patron de Nature & Découvertes, s'est montré intéressé par cette solution intermédiaire qu'il a qualifié "à l'italienne" car c'est ce qui se passe en Italie et fonctionne bien.

    Le rapport Bailly commandé par le gouvernement pour une remise à plat de la réglementation avance comme solution de laisser aux maires une dérogation pour 10 dimanches! On y est presque!

  • Accordons la gratuité des transports pour les veuves d’anciens combattants... parce qu'elles le valent bien!

    Je présente ce soir un vœu au Conseil d'arrondissement pour qu'une promesse faite aux anciens combattants puisse enfin être honorée. Notre majorité n' avais pu le faire, d'une part à cause de la crise de 2008 impactant les finances publiques et surtout à cause des modifications de tarifs décidées par le STIF qui avait bloqué toute évolution. Le temps est venu de remettre cette question à l'ordre du jour, comme le demande les associations d'anciens combattants chaque année. Si je ne peux avoir de réponse ce soir, j'espère que le maire de Paris prendra position en personne lors du Congrès de la FNACA du 7 et 8 novembre prochain.


    Conseil du 12e arrondissement du 4 novembre 2013

    Vœu relatif à la gratuité des transports aux veuves d’anciens combattants

    déposé par Fabrice MOULIN

    au nom du Parti Radical de Gauche

    Considérant que Bertrand DELANOË a proposé à l’élection municipale de 2008 dans le programme des listes « Paris, un temps d’avance… », au chapitre « Paris, ville de mémoire » : « Nous accorderons la gratuité des transports aux veuves d’anciens combattants, ces derniers en bénéficiant déjà, à l’initiative de l’actuelle équipe municipale. »

    Considérant que la carte Navigo Émeraude-Améthyste (Zones 1-2) propose de voyager en illimité à Paris Gratuité pour les anciens combattants, veufs ou veuves de guerre, de 65 ans et plus, et la gratuité pour les bénéficiaires d’un minimum social et /ou de Paris solidarité. 40€/an pour les usagers justifiant d'un impôt avant réduction inférieur ou égal à 2 028€  (2 287 € en cas de renouvellement)

    Considérant que le décret n° 91-24 du 4.01.1991 (J.O. du 10 janvier 1991) accorde la qualité de ressortissantes de l'office National des anciens combattants (O.N.A.C.), aux veuves d'anciens Combattants titulaires de la carte du combattant ou du T.R.N., et á ce titre peuvent prétendre á une aide sociale, administrative, financière, ainsi que des institutions de l'O.N.A.C. (art. D.432 du Code des Pensions militaires d'invalidité)

    Considérant que les veuves d’anciens combattant sont majoritairement des veuves d’anciens combattant en Afrique du Nord, Algérie, Maroc, Tunisie.

    Considérant que le Président de la FNACA PARIS, Jean LAURANS, a rappelé dans un courrier adressé au Maire de Paris le 7 octobre 2013 : « Avoir passé sa vie avec un ancien combattant en Afrique du Nord, c’est avoir, c’est avoir, dès son retour, soutenu son moral, sa réinsertion dans la vie civile, c’est l’avoir soigné de ses blessures morales et physiques. Nos veuves parisiennes à l’identique de celles des départements d’Ile de France, qui bénéficient de cette gratuité depuis de nombreuses années, méritent en cette matière la reconnaissance de notre ville. Par ailleurs, cette carte de transport gratuite aux veuves dont le mari décédé était titulaire, ne créé pas de dépenses supplémentaires. Cela ne modifie pas dans l’absolu les crédits de la ville accordés à ce poste. »

    Le Conseil municipal du 12e arrondissement demande au maire de Paris d’inscrire au budget de la Ville et du Département de Paris la gratuité des transports pour les veuves d’anciens combattants.

  • Après Vélib et AutoLib, le PRG va proposer ScootLib au Conseil de Paris

    Un article de Ivan Valerio publié sur le Lab d'Europe 1

    | 11/10/13 - 19:38

    BOITE A IDEES - A six mois des élections municipales parisiennes, le PRG va mettre à la table du Conseil de Paris ces 13 et 14 octobre l'une des idées de son programme pour 2014 : le ScootLib

    Le principe ? Comme son nom l'indique, le ScootLib et le petit frère, version scooter électrique, du Vélib et d'AutoLib, qui sévissent déjà dans les rues de la capitale. L'idée est de mettre en place "le chainon manquant entre Vélib et Autolib, un moyen de déplacement écologique", explique le PRG dans un communiqué. 

    C'est une idée qui était déjà dans le programme du parti en 2008 pour la précédente campagne municipale, précise au Lab l'entourage de Jean-Bernard Bros, président de la fédération PRG de Paris. 

    Si le PRG le présente lors de ce Conseil de Paris, c'est que c'est un moyen d'ouvrir le débat, sur un élément qui est à nouveau dans le programme du PRG pour 2014, et de l'adosser à la délibération prévue à l'ordre du jour sur la convention avec le syndicat mixte Autolib métropole. Et surtout, d'obliger la majorité de Bertrand Delanoë à se positionner sur la question : 

    On a eu des signaux contradictoires de la part des socialistes. La proposition a été discutée en groupe, mais nous n'avons pas trouvé d'accord. Là, l'exécutif va être obligé de rendre un avis, favorable ou défavorable.

    En juillet dernier, le maire-adjoint aux transports, le socialiste Julien Bargeton, déclarait pourtant au Parisien que le projet était "en réflexion". Mais fixait d'abord une autre priorité : "équiper les Vélib' d'une assistance électrique".

    Pour défendre son idée, le PRG indique que l'utilisation du scooter a augmenté de 34% à Paris en 10 ans. Et les radicaux présentent en exemple une autre grande ville européenne qui a adopté ce système : Barcelone. La capitale catalane a présenté Motit, un système de scooters électriques en libre service en mai dernier.

  • Une caserne et des bébés au menu du Conseil

    Au menu du dernier Conseil d'arrondissement, deux sujets qui ont marqué à plusieurs reprises cette mandature et qui pourraient bien arriver à une conclusion bientôt, heureuse pour l'une peut-être dramatique pour l'autre.

     

    D'abord, la Caserne de Reuilly, pendant très longtemps propritété de l'Etat, immense terrain laissé à l'abandon, que jamais le gouvernement précédent de François Fillon n'a accepté de vendre, uniquement pour de petits calculs politiques.

    C'est chose faite : notre conseil a voté le protocole d'accord de vente à des conditions favorables de la caserne que la Mairie de Paris va pouvoir transformer en un nouveaux quartier :

    • 400 à 500 logements, tous locatifs, dont 50% de logements sociaux (conformément au Plan local d'urbanisme, pour les familles comme pour les étudiants et les jeunes travailleurs), 20% de logements à loyer maîtrisé et 30% de logements privés à loyer libre plafonné, afin de garantir une véritable mixité au cœur du nouveau quartier.
    • des activités commerciales
    • une crèche municipale de 66 berceaux.

    Et qu'à fait l'opposition UMP-UDI à cette bonne nouvelle ? ils ont voté contre !

    Ils s'étaient déjà opposés à la mobilisation cet hiver de la Caserne pour ouvrir des lits d'hébergments d'urgence, et ils se plaignement encore maintenant que celle-ci va laisser la place à du logement, dont la répartition garanti une mixité et un accès aux classes moyennes sur la moitié des futurs logements.

     

    Deuxième dossier moins réjouissant, la maternité des Bluets dont la situation financière est devenue très critique. L'établissement réputé pour sa philosophie sur un accompagnment personnalisé à l'accouchement, bien éloigné de l'usine à bébés et surtout de la tarifiaction à l'activité qui est devenu en 2004 le mode de financement des hôpitaux par l'Autoristé Régionale de Santé.

    Rappelons que la maternité  des  Bluets  est  un  pôle  de périnatalité de grande qualité dans l’Est Parisien, avec une maternité de niveau I, un centre  agrée  de  procréation  médicalement  assistée, un  service  de  gynécologie  chirurgicale,  un centre de planification  familiale et de dépistage des maladies  sexuellement  transmissibles, un service d’urgence ouvert 24h/24.

    Face aux difficultés financières, l’ARS avait mis en place en mars 2012 une mission d’appui et calculé le besoin rapide de 4 millions d’euros pour éviter la cessation de paiement, et émis des préconisations que l’association tente aujourd’hui de mettre ne oeuvre pour se rapprocher de l’équilibre.

    Cependant l'ARS n'a pas répondu pour l'instant au bsoin de finacnement de l'association ce qui menace la survie de la maternité.

    Lors du dernier conseil les élus socialistes, radicaux et apparentés, ont émis un voeu au  Maire de Paris pour demander à l’Agence Régionale de Santé (ARS) un rapport d'étape sur les Bluets avant de trouver une solution à la situation financière de la maternité des Bluets assurant sa pérennité.

    Il a été voté par la majorité, dont EELV qui avait proposé un voeu similaire. Par contre le voeu des du PC-PG a été écarté. Il demandait à la Ville de Paris de prendre en charge 6 millions d'euros de trou sans attendre. Il est toujours facile de se montrer généreux avec l'argent de autres, le risque étant de gacher des ressources sans rien régler sur la durée. Je suis intervenu pour le rappeler, car si la maternité rend des services inestimables, on ne peut user de l'argent des parisiens pour éponger une dette sans même avoir fait l'analyse complète des difficultés réélles dûes à la tarification à l'activité de celles liés à des dysfonctionnements internes et problèmes de gestion, et de ce fait de trouver les moyen d'y remédier et d'assurer la pérennité financière de l'établissement.

    Pas à une contradiction près, et toujours près à jouer l'opportuniste alors qu'il prétend nous donner régulièrement des leçons de bonne gestion, le conseiller de Paris de droite Gérard Rey a voté pour le voeu du Front de gauche!

    Les Bluets vont donc mal, mais c'est sur un diagnostic précis que l'ARS et le Minsitère de la Santé avec le concours de la Mairie devront conduire la maternité modèle vers le chemin de la complète guérison.

     

  • Création d'une aire d'accueil pour les gens du voyage, un choix humaniste

    Notre Conseil municipal a voté le 15 avril pour la création d'une aire d'accueil des gens du voyage sur le plateau de Gravelle - aujourd'hui un parking - dans le Bois de Vincennes, alors que l'UMP cherchait tous les arguments possibles pour s'y opposer. Cette mesure, assortie d'un important effort de révégétalisation de parcelles du bois, est pourtant nécessaire pour respecter la loi qui impose à toutes les grandes communes de créer une aire d'accueil des gens du voyage.

    Ceux-ci, rappelons-le, sont nos concitoyens à part entière, et ce même s'ils ont fait un choix de vie nomade qui ne s'apparente pas au mode de vie de la majorité, et ils doivent être respectés. Et c'est proprement hallucinant de voir les opposants à ce projet, à Paris comme dans les communes riveraines, utiliser les amalgames et les caricatures les plus dégradantes pour stigmatiser une part de la population française. Le prie ayant été commis pas la commune de Joinville qui a utilisé ses moyens de communication municipaux pour monter sa population contre le projet d'aire d'accueil. Je soutiens d'ailleurs le PRG de Joinville qui a déposé plainte avec les autres forces de gauche pour porter plainte contre le maire de Joinveille. Le choix de créer cette aire est un choix humaniste.

    L'UMP du 12e aura elle déposé un voeu pour créer à la place un terrain de foot... Et quand on lui rétorque qu'il y a déjà pléthore de terrains de foot autour du site, elle propose un terrain de rugby ! Berf, peu importe le besoin, l'UMP veut n'importe quoi qui ne soit pas une aire d'accueil ! On voit bien là le fameux syndrome appelé en anglais NIMBY Not in My Backyard, litteralement "pas dans mon jardin" qui est la tendance à vouloir que les équipements nécessaires mais parfois contraignants soit plutôt installé chez le voisin qu'à côté de chez soi! C'est un penchant pour la lacheté, un encouragement des peurs des habitants qui n'honorent pas l'action politique.

    Et encore une fois rappelons que les gens du voyage ne sont pas des nuisances, ce sont nos concitoyens qui payent leurs impôts et ont le droit à la même considération et qualité de service que les autres. C'était le sens de la Loi, et c'est le sens du vote de notre majorité municipal.

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu