Avertir le modérateur

Campagne législatives 2012

  • Un groupe Radical, Républicain, Démocrate et Progressiste à l'Assemblée nationale

    Pour la 1ere fois dans l'histoire de la Ve République, le Parti Radical de Gauche dispose d'un groupe à l'Assemblée nationale.


    En effet, mardi 26 juin, un groupe Radical, Républicain, Démocrate et Progressiste a
    été constitué à l'Assemblée nationale. Au nombre de 13 et bientôt 14, après l'entrée au parlement des suppléants des ministres Sylvia Pinel et Jérôme Cahuzac, les Radicaux de gauche forment le 3e pilier de la majorité à côté du PS et d'EELV et le 6e groupe à l'Assemblée nationale.


    Composé de députés radicaux de gauche, de députés républicains, progressistes et démocrates, ce groupe sera présidé par Roger-Gérard Schwartzenberg.


    Ce groupe qui se reconnaît dans les valeurs républicaines et qui appartient pleinement à la majorité présidentielle tient à affirmer sa loyauté envers le gouvernement de Jean-Marc Ayrault et la
    politique qui sera menée.
    Au demeurant, le groupe RRDP fera entendre sa spécificité humaniste avec toute la liberté d'expression et de vote de chacune de ses composantes.

    Liste des membres du groupe RRDP :


    M. BRAILLARD THIERRY, Député du Rhône

    M. CHARASSE GERARD, Député de l'Allier

    M. CARPENTIER JEAN-NOEL, député du Val-d'Oise

    Mme DUBIE JEANINE, Députée des Hautes-Pyrénées

    M. FALORNI OLIVIER, Député de Charente-Maritime

    M. GIACOBBI PAUL, Député de Corse-du-Sud

    Mme GIRARDIN ANNICK, Députée de Saint-Pierre-et-Miquelon

    M. GIRAUD JOËL, Député des Hautes-Alpes

    M. KRABAL JACQUES, Député de l'Aisne

    Mme ORLIAC DOMINIQUE, Députée du Lot

    Mme PINEL SYLVIA, Députée de Tarn-et-Garonne

    M. ROBERT THIERRY, Député de la Réunion

    M. SAINT-ANDRE STEPHANE, Député du Pas-de-Calais

    M. SCHWARTZENBERG ROGER-GERARD, Député du Val-de-Marne

    M. TOURRET ALAIN, Député du Calvados

  • 13 députés PRG élus aux législatives, un an de campagne et ses conséquences

    En attendant d'analyser avec plus de précision les enseignements à tirer de ce scrutin, notamment dans le 12e arrondissement, faisons un petit retour rapide sur les résultats du second tour des législatives et ses conséquences, tant à l'assemblée nationale qu'au gouvernement.

    Rappelons que Sandrine Mazetier, députée PS de la 8e circonscription de Paris (12e-20e), auquel le PRG avait apporté son soutien comme à chacun des candidats socialistes parisiens de la majorité présidentielle, a remporté haut-la-main le scrutin avec 61,5% des suffrages, face à Charles Beigbeder dont le parachutage depuis le XVIe n'aura rien donné de bon pour la droite. Ce score démontre une fois encore, hormis les qualités intrinsèques de notre députée, que le travail de la majorité municipale comme le programme de Hollande rencontre un écho positif parmi les habitants de l'arrondissement.

    Gageons qu'il en est de même pour Patrick Bloche, député maire du 11e, qui a remporté une victoire encore plus massive (69%) dans la 7e circonscription qui comporte le quartier des Quinze-Vingt, Aligre et la Gare de Lyon, et dont la suppléante n'est autre que Michèle Blumenthal.

     

    nombre-sieges-partis.jpg

    Au niveau national, la majorité est absolue pour la gauche et pour soutenir François Hollande, ce dont nous nous réjouissons. Absolue pour le PS seul avec quelques 300 députés (en comptant les DVG), ce dont nous nous réjouissons un peu moins car l'hégémonie est à craindre. Mais nous nous réjouissons que le PRG compte à lui seul au moins 13 députés, qui se sont chacun fait élire dans des circonscription où ils s'étaient présentés plusieurs fois, dans lesquelles ils étaient sortants ou qu'ils ont arraché à la droite, et même parfois contre le PS et EELV comme Thierry Braillard qui de dissident dans la 1er circonscription de Lyon a battu le député sortant UMP au second tour !

    Il n'y a donc pas eu de parachutage en terrain conquis comme ce fut le cas pour d'autres candidats d'autres formations, et notamment à Paris.

    Déjà candidat en 1997 et suppléant d'Anne Hidalgo, notre ami et conseiller de Paris PRG du 15e arrondissement, Gilles Alayrac, a fait une brillante et courageuse campagne contre Jean-François Lamour, député et président du groupe UMPPA à Paris.

    Soutenu par Bertrand Dalanoë et Anne Hidalgo, et plusieurs ministres, notre candidat a fait progesser la gauche au 1er tour, à tel point que pour la 1ère fois le total des voix de gauche équivalait celui de droite. Avec de nombreux radicaux, j'ai tenu à l'aider à faire campagne pour ce combat que je juge historique pour Paris. Et j'ai pu constater la difficulté qu'il y a à faire campagne à gauche dans un arrondissement tenu par un maire UMP et où les militants socialistes n'étaient pas toujours aussi mobilisés que ceux que je connais dans le 12e... Et pourtant il s'en est fallu de peu que la 13e circonscription de Paris bascule, mais il a considérablement fait progresser la gauche dans ce bastion UMP; au point qu'il semble enfin à portée de main pour 2014!

    Le PRG représente le 3e parti politique à gauche à l'Assemblée nationale derrière le PS et EELV et il devrait pouvoir constituer un groupe politique autonome dont le président sera l'un de nos anciens ministres sous Jospin et député du Val de Marne, Roger-Gérard Schwartzenberg.

    L'existence de ce groupe ne pourrait être qu'une bonne chose pour la majorité et le gouvernement et je reprendrai mot pour mot un passage à ce sujet dans l'édito du Monde au lendemain du second tour. C'est cette prise en compte constante de la sphère économique, créatrice d'emplois, de la modernisation des entreprises vers une plus grande démocratie sociale, et un développement de l'économie sociale et solidaire que je voudrais nous voir défendre ces cinq prochaines années. Ainsi que la défense des libertés individuelles de tous les citoyens, y compris face aux excès des lois et réglementations qu'un gouvernement est toujours capable d'inventer avec les meilleures intentions du monde...

    824287396.2.JPG

    Enfin, le remaniement du gouvernement Ayrault II apporte encore son lot de satisfaction pour le PRG puisqu'après la nomination à un poste régalien comme Ministre de la Justice de notre ancienne candidate à la présidentielle, Christiane Taubira, c'est Sylvia Pinel qui est promue Ministre de plein exercice, toujours au Commerce, Artisanat et Tourisme, et Anne-Marie Escoffier, sénatrice radicale de gauche, qui entre au gouvernement comme Ministre déléguée à la Décentralisation.

    Alors que le Modem se révèle enfin comme une impasse politique (incapacité à s'inscrire de manière claire dans une majorité) et subit une débâcle totale (leader battu, score minimes, propositions inaudibles), nos choix de l'année écoulé, à commencer par notre participation aux primaires ouvertes, se révèlent bénéfique pour l'ensemble de la gauche. Nous prouvons qu'il existe bien un centre ancré à gauche qui sait faire valoir sa spécificité et son utilité. Nous sommes donc en bonne position pour aborder les années qui viennent, dont les défis, on le sait, seront immenses et préparer les prochaines échéances inévitablement difficiles et où il faudra compter sur le PRG. A commencer par le 12e où je pressens que le combat se jouera au centre...

  • Taubira en vélo pour soutenir Sandrine Mazetier

    Ancienne candidate du PRG à la présidentielle et nouvelle Garde des Sceaux, Christiane Taubira est venu samedi 2 juin au marché du Cours de Vincennes pour soutenir notre députée Sandrine Mazetier et candidate dans la 8e circonscription de Paris (12e-20ème) soutenue par le PS et le PRG pour donner une majorité à François Hollande aux législatives des 10 et 17 juin.
     
    Après une matinée à l'assemblée générale de l'Association française des magistrats de la jeunesse et de la famille (AFMJF) où les juges des enfants l'ont ovationnée (lire l'article du Monde), la Ministre est arrivée en vélo - c'est aussi ça l'audace du changement - et a été accueillie par Sandrine Mazetier et de nombreux élus et sympathisants, avant d'aller ensemble à la rencontre des électeurs sur le marché où elle a reçu un accueil chaleureux et a pris le temps de parler avec beaucoup de monde.
    Photo : Ancienne candidate du PRG à la présidentielle et nouvelle Garde des Sceaux, Christiane Taubira est arrivée en vélo pour soutenir Sandrine Mazetier sur le marché du Cours de Vincennes. Elle a reçu un accueil chaleureux et a pris le temps de parler avec beaucoup de monde. Cette audace et cette simplicité c'est aussi ça le changement!
     
    Accompagné de la présidente des Jeunes Radicaux de Gauche, Sandra-Elise Reviriego, j'ai pu constater que cette femme politique humaniste et chaleureuse provoque toujours autant d'enthousiasme et d'engouement  qu'il y 10 ans.Taubira-FM-Mazetier juin 2012.jpg N'en déplaise à la droite qui se répand en calomnies et fausses rumeurs espérant faire de sa nomination un repoussoir en flattant les pires instincts de certains électeurs à la manière du FN...
     
    Christiane Taubira a rendu hommage au travail de Sandrine Mazetier à l'Assemblé nationale où elles ont siégé ensemble au groupe Socialistes Radicaux et Citoyens : "Nous avons besoin de députées du calibre de Sandrine Mazetier pour soutenir le gouvernement et le changement voulu par les Français avec François Hollande".

  • Pourquoi j'ai demandé la suppléance de Sandrine Mazetier

    Les membres du Comité Directeur du PRG, où j'ai l'honneur de siéger, ont approuvé l'accord législatif négocié avec le PS. Celui-ci laisse la 13e circonscription de Paris à un candidat radical. Ce combat contre Jean-François Lamour, député du 15e arrondissement et président du groupe UMP au Conseil de Paris, sera mené avec talent et ténacité par notre ami Gilles Alayrac, conseiller de Paris PRG du 15e arrondissement, qui y a déjà été candidat de rassemblement de la gauche par deux fois, en 1997 et 2002. Ce territoire où la gauche progresse à chaque élection peut être conquis, si la gauche sait rester unie.

    Le PRG Paris avait traditionnellement 1 circonscription réservée et 2 suppléances : celle d'Annick Lepetit dans le 17e, et celle de Christophe Caresche dans le 18e. Nos deux suppléants n'ayant pas souhaité se représenter, notre fédération a proposé au PS parisien de nouvelles candidatures à la suppléance, dont la mienne auprès de la députée du 12e arrondissement, Sandrine Mazetier.

    Le fait que je sois candidat ne me donne pas automatiquement  Bien entendu, la tempête créée chez les socialistes par les accords avec les Verts et le parachutage de Cécile Duflot dans le 11e a rendu le PS parisien assez rétif au besoin d'un plus large rassemblement. A cela s'ajoute la bronca qu'avait provoqué dans la section du PS 12e le choix d'une suppléance hors PS lors de la précédente législative. Toujours est-il que, selon mes informations, c'est Catherine Baratti-Elbaz qui devrait être désignée ce soir comme suppléante de Sandrine Mazetier.

    Loin de moi l'idée de critiquer Sandrine Mazetier, avec qui j'ai de très bonnes relations et dont je respecte l'engagement constant pour notre arrondissement comme la fougue avec laquelle elle combat la politique du gouvernement au Parlement. Ni d'attaquer la personne de ma collègue Catherine Baratti-Elbaz, adjointe à la voirie et aux transports, présidente du groupe socialiste et radical au conseil d'arrondissement. Celle-ci est présente sur le terrain, son travail est reconnu et elle mène avec détermination et efficacité ses dossiers.

    J'ai assez d'expérience politique pour comprendre les équilibres politiques et ne pas confondre "demander" et "exiger" et avouons que je ne suis ni surpris de la décision de choisir une socialiste ni véritablement déçu. Mais je regrette tout de même une insuffisante complémentarité dans le tandem ainsi créé.

    Tout d'abord, il me semble que la parité doit fonctionner dans les deux sens, et que si un député homme doit être suppléé par une femme, une députée femme devrait être suppléée systématiquement par un homme. Ensuite, Sandrine Mazetier et Catherine Baratti-Elbaz ont également toutes les deux soutenues la candidature de Martine Aubry aux primaires organisées par le PS avec le PRG. Je note d'ailleurs que je suis le seul élu municipal à avoir appelé à voter François Hollande au second tour. Enfin, il me semble que dans la continuité des primaires, le PS se serait grandi à accepter un plus grand nombre de candidat(e)s ou de suppléant(e)s issues du PRG, et aurait envoyé un message positif.

    A cet égard, j'ai été assez consterné par la motion de la fédération de Paris du PS, reprise par la section socialiste du 12e, qui a mis dans un même sac l'accord passé entre leur direction nationale avec Europe-Ecologie-Les Verts et celui passé avec le PRG. Outre que l'accord qui concerne les radicaux est infiniment moins généreux que celui des Verts, nous ne volons de circonscription à aucun député socialiste, et notre candidat Gilles Alayrac est le plus implanté et le plus légitime des candidats de la 13e circonscription. Surtout, nous avons fait le choix de ne pas présenter de candidat à la présidentielle et de participer à la primaire, le choix du rassemblement derrière François Hollande quand toutes les autres formations de gauche s'acharnent sur le candidat socialiste. Cette loyauté ne devrait pas nous valoir d'injustes critiques. Au passage l'accord Verts-PS a touché l'un des nôtres à Lyon, Thierry Braillard, qui est victime d'une candidature verte alors qu'il a le soutien de son maire Gérard Collomb et de François Hollande.

    Cela dit, n'entendant plus parler de l'accord PS-PRG, je suppose que la raison l'aura emporté concernant le volet parisien. J'espère maintenant qu'un ou plusieurs de mes amis radicaux soient désignés comme suppléant afin que notre représentation ne soit pas amoindrie. Et si le PS fait campagne honnêtement avec le PRG aux côtés de Gilles Alayrac pour faire enfin triompher la gauche dans le 15e contre Lamour, je soutiendrais sans réserve Sandrine Mazetier et sa suppléante aux législatives dans le 12e.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu