Avertir le modérateur

Vie de l'arrondissement - Page 8

  • Où était l'UMP en cette journée de souvenir ?

    Chaque année l'Association des Déportés Internés Résistants (ADIRP) du 12e commémore à la mairie du 12e arrondissement la Journée du SOuvenir de la Déportation le dernier samedi d'avril. Cette année l'Association pour la Mémoire des Enfants Juifs Déportés du 12e étaient associés à cette commémoration toujours très émouvante. La maire et les élus de la majorité étaient évidemment en nombre mais aucun élus ni représentant de l'opposition UMP... qui étaient fiers d'être en train de tracter sur un marché. Cela en dit long sur leurs priorité et le peu de cas qu'ils font de la mémoire, et dans ce climat d'extrême-droitisation de la campagne électorale par le Président sortant, cette absence de la droite a été ressentie comme un manque de respect par beaucoup de témoins, victimes et familles qui espéraient un rassemblement républicain.

    Je trouve pour ma part que privilégier la campagne contre la transmission de la mémoire comme l'a fait la droite est injustifiable.

    Jean Ferrat - Nuit et brouillard

  • Raymond Aubrac écrivait que Sarkozy allait contre les idées de la République

    C'est avec tristesse que nous avons appris le décès du grand résistant Raymond Aubrac qui avec sa femme Lucie ont écrit parmi les plus belles pages de la Résistance, et aussi les plus tragiques car il fut témoin de l'arrestation de Jean Moulin lors de la réunion du Conseil National de la Resistance à Caluire.

    Les obsèques d'Aubrac auront lieu lundi au Père Lachaise et sa famille, qui n'a pas souhaité que des personnalités politique prennent la parole par peur que ces obsèques soient l'occasion de récupération politique, se désespère d'avoir une réponse sur la présence du président-candidat qui n'a pas daigné les contacter... Ce n'est pas une attitude digne d'un Président, mais cela ça n'étonnera plus personne...

    Je suis d'ailleurs heureux d'apprendre que l'hommage à Raymond Aubrac sera fait par Jean-Louis Crémieux-Brilhac, grand homme de la France Libre aussi que nous avons eu la chance d'accueillir pour une conférence passionnante à la mairie du 12e arrondissement à l'occasion des 70 ans de l'Appel du 18 juin 1940.

    Ce n'est pas par contre de la récupération mais respecter la parole d'un citoyen engagé jusqu'au bout que de rappeler que Raymond Aubrac avait officiellement appelé à voter pour François Hollande :

    "Je suis persuadé que François Hollande Président de la République française rendra au pays sa confiance et qu’il aidera tous les Français à mieux se projeter dans l’avenir. Nous avons besoin de changement. J’ai lu le programme et sans vous commenter les soixante précieuses mesures, je suis convaincu qu’il faut avancer avec l’idée d’un futur positif.

    Sachons saisir notre chance le 22 avril 2012. Croyez-moi, il est la chance du changement. Il est notre chance. Il est la chance de l’avenir. Tout cela doit nous donner envie de nous imaginer en 2050, dans une France meilleure, sereine et engagée."

    (à lire sur le site de François Hollande ici)

    Selon le Monde, Raymond Aubrac avait également séverement critiqué Nicolas Sarkozy. Il avait signé, avec d'autres résistants, l'appel des Glières, regrettant que Nicolas Sarkozy utilise le plateau, ce site emblématique du maquis, pour en faire un lieu de pèlerinage où construire son propre mythe.

    L'appel lui reprochait aussi plus généralement d'abandonner les idéaux développés pendant les années sombres par le Conseil national de la Résistance (CNR) : "Sécurité sociale et retraite généralisée, contrôle des féodalités économiques, droit à la culture et à l'éducation pour tous, une presse délivrée de l'argent et de la corruption, des lois sociales, ouvrières et agricoles."

    Raymond Aubrac allait encore plus loin dans l'admonestation : "La critique essentielle que je fais au chef de l'Etat et au gouvernement n'est pas d'aller contre le programme du CNR, malgré mon attachement à ce programme. Je leur reproche d'aller contre les idées de la République, les idées de démocratie, d'égalité et de ce que nous pensions être le besoin de progrès social." (Passage de témoin, Calmann-Lévy, 2011).

  • Demain on sera sur l'esplanade de Vincennes, Paris 12e !

    La droite colle des affiches autour de la mairie et elle croit vraiment que les habitants du 12e vont courir à la Concorde écouter le discours d'un président-candidat qui a failli à toutes ses promesses. Même ceux qui ont voté pour lui en 2007 n'y croient plus, les gens en ont assez des discours de stigmatisations dignes de l'extrême-droite.

    Les habitants qui nous parlent lors des porte-à-porte pour le candidat ou lors des tractages nous le répètent et s'il restent des indécis à convaincre à gauche, on croise peu de sarkozystes convaincu.

    Nous on sera sur l'esplanade du chateau de Vincennes dimanche, et pas parce que c'est plus près de chez nous, mais parce que depuis le début le PRG veut un Président humaniste qui rassemble à gauche et au-delà et que nous croyons que seul François Hollande peut ramener la croissance et l'éspérance en France. Le Changement c'est maintenant !

  • Rassemblement festif autour de François Hollande à Paris (Vincennes) le 15 avril

    Ce dimanche 15 avril marquera un temps fort de la campagne de François Hollande, à quelques jours du 1er tour de l'élection présidentielle. Jusqu'à 100 000 personnes sont attendues pour soutenir le candidat du Parti Radical de Gauche et du Parti Socialiste, pour un meeting en plein air sur l'esplanade du Château de Vincennes, à Paris en lisière de notre arrondissement.


    Programme

    - Des animations seront en place à partir de 12 heures 30 : ateliers pour les enfants, fanfare, stands pour déjeuner ;

    - Dès 13 heures, des groupes musicaux seront sur scène : le groupe Le Bal puis Jacob Desvarieux, du groupe Kassav', et ses musiciens ;

    - François Hollande et Bertrand Delanoë prendront ensuite la parole.

    Pour ce grand meeting national, nous vous invitons à participer massivement à ce moment déterminant pour entretenir et accroître la dynamique qui portera notre candidat à la victoire.


    Nous vous proposons de retrouver les militants radicaux parisiens à 13h00 au niveau de l'entrée du Parc Floral (accessible facilement depuis l'esplanade) pour un "pique nique radical" et nous rejoindrons ensuite ensemble l'esplanade (notez qu'il n'est pas assuré qu'il soit possible d'acheter de la nourriture sur place).

    affiche FH Vincennes.JPG



    Accès :RER A : VincennesMétro 1 : Château de VincennesBus :
    Lignes 56, 112, 114, 115, 118, 124, 210, 318, 325
    Stations Vélib : 12123 (Cours des maréchaux), 12124 (Route de
    l'Artillerie) et 43006 (30 Avenue des Millimes)

    Les Jeunes Radicaux de Gauche seront mobilisés autour de cette mannifestation. Ceux qui le souhaitent peuvent les rejoindre dès 09h30, Place Sainte-Opportune à Paris (métro Châtelet) d'où ils prendrons le RER pour Vincennes (s'inscrire ici ).

  • Retour en images sur les évènements municipaux du 50e anniversaire du cessez-le-feu de la Guerre d'Algérie

    La cérémonie au Monument aux Morts de la mairie a clos les évènements organisés que nous avons organisé à la mairie du 12e en partenariat avec le Comité 12e de la Fédération National des Anciens Combattants d'Algérie, Maroc et Tunisie (FNACA).
     
    Dans la matinée, notre maire Michèle Blumenthal, moi-même et beaucoup d'élus de la majorité, ainsi que nos deux députés, Sandrine Mazetier et Patrick Bloche, nous nous sommes recueillis avec nos anciens combattants sur la Place du 19 mars 1962 inaugurée dans le 12e lors de la précédente mandature par le maire de Paris, Bertrand Delanoë.
     
    Je note au passage que les élus UMP n'ont pas honoré l'invitation que je leur avait faite en Conseil d'arrondissement de prouver par leur présence l'attachement qu'ils ont pour les membres de la FNACA. Malgré leurs belles paroles, on ne les a vu à aucune des manifestations officielles. Les élus UMP ont affichés ainsi le même mépris que le gouvernement envers tous ces appelés qui les conjurent de reconnaitre enfin le date du 19 mars 1962 comme commémoration officielle de la Guerre d'Algérie.
     
    pic.twitter.com/1tsoe5sA
    Bertrand Delanoë, aux côtés duquel nous étions plus tôt le matin au Père Lachaise avec de nombreux anciens appelées et leurs familles au Monument aux Appelés parisiens ainsi qu'aux victimes de l'OAS, avec beaucoup d'élus municipaux et Conseillers de Paris, de gauche là encore.
    pic.twitter.com/knJpdLr0

    12e en images : 50 anniversaire du cessez-le-feu

    (Article paru sur le site de la Mairie du 12e, crédits photos Mairie du 12e)

    Ce lundi 5 mars a eu lieu en salle des fêtes de la Mairie du 12e le vernissage de l'exposition « La Guerre d'Algérie : 1er Novembre 1954- 19 Mars 1962 », en présence de Michèle BLUMENTHAL , Maire du 12e arrondissement ; de Fabrice MOULIN, Adjoint à la Maire, chargé de la mémoire, du monde combattant et du tourisme ; de Maurice CASSAN, Président du comité d'entente et de la FNACA du 12e ; de Monsieur VIROT, membre de la commission Guerre d'Algérie Jeunesse Enseignement de la FNACA, et de nombreux participants.

    Cette exposition proposée par la FNACA, sera présente en salle des Fêtes de la Mairie du 12e , du 5 Mars au 12 Mars 2012. Elle retrace les phases essentielles de la guerre d'Algérie, et met également en avant certains sujets considérés comme tabous : violences et tortures, femmes dans la guerre, missions humanitaires, etc.

    null

    null

    null

    null

     null

    Ce vernissage fut suivi d'un ciné-débat à l'espace Reuilly, autour du film documentaire « France-Algérie : une histoire en perspective ».
    Cette soirée, a permis, au public très nombreux, de revenir sur cet épisode douloureux de notre histoire, grâce aux interventions de Malika RAHAL (spécialiste de l'histoire de la colonisation française), de Maurice CASSAN, de Christian PREVOTEAU ( membre de la commission Guerre d'Algérie Jeunesse Enseignement de la FNACA), de Thomas CANTALOUBE ( journaliste à Médiapart, spécialiste des questions internationales), et aux anciens combattants présents d'apporter leur témoignage sur cette « guerre sans nom ».

    null

  • Grand Meeting sur l’éducation le 21 mars à 19h00 dans le 12ème

     

    image-3a8b0.png

    « Un nouveau pacte éducatif entre l’école et la Nation » Le programme de François Hollande pour l’éducation

    Mercredi 21 mars à 19h00 À l’Espace Reuilly, 21 rue Hénard (12e) Métro Montgallet

    1ère partie : table ronde avec les acteurs de la communauté éducative : représentants de parents d’élèves, d’enseignants, d’étudiants et d’associations partenaires de l’école…

     2e partie : interventions de 3 députés membres de l’équipe de François Hollande :
      Patrick Bloche, député de Paris, Pôle « Culture, audiovisuel, médias »
      Sandrine Mazetier, députée de Paris, Pôle « Finances Publiques »
      George Pau-Langevin, députée de Paris, Pôle « Questions sociétales »

  • Du 5 au 19 mars, la mairie du 12e se souvient de la "guerre sans nom"

    A l'occasion du 50e anniversaire du cessez-le-feu en Algérie, la Mairie du 12e et la FNACA, vous proposent une exposition à la Mairie du 12e et un ciné-débat à l'Espace Reuilly.

    Exposition du 5 au 10 mars Mairie du 12e - Salle des Fêtes Vernissage le 5 mars à 17h.

    La Mairie du 12e accueille du 5 au 10 mars l'exposition La Guerre d'Algérie : 1er novembre 1954 - 19 mars 1962 proposée par la Fédération Nationale des Anciens Combattants en Algérie, Maroc et Tunisie retraçant l'Histoire de cette « guerre sans nom ».

    Ciné-Débat le 5 mars à 18h30 à l'Espace Reuilly, 21 rue Hénard Projection du documentaire : France-Algérie : une histoire en perspective d'Yves COURRIERE et de Philippe MONNIER.

    Au travers d'entretiens, deux acteurs emblématiques de la guerre (R. GIRARGET et P. VIDAL-NAQUET) reviennent sur les idéaux et les fractures d'une génération. Deux historiens (B. STORA et G. FLEURY) évoquent les clefs de la guerre et les enjeux de la transmission historique. Durée : 1h20.

    Cette projection sera suivie d'un débat en présence de Malika RAHAL, chargée de recherche à l'institut d'histoire du temps présent, spécialiste de l'histoire de la colonisation française, Maurice CASSAN, Président du comité d'entente du 12e, Christian PREVOTEAU, de la commission GAJE (Guerre d'Algérie Jeunesse Enseignement) de la FNACA.

    Ce débat sera animé par Thomas CANTALOUBE, journaliste à Médiapart, spécialiste des questions internationales.

     
    Programme à voir sur le site de la mairie du 12e
  • Unanimité pour la statue d'Alphonse Baudin, l'UMP ne participe pas au vote

    Le voeu que j'ai défendu hier en conseil d'arrondissement pour la reconstruction de la statue d'Alphonse Baudin a été voté à l'unanimité par la majorité municipale du 12e arrondissement, mais sans les voix de l'UMP qui n'a pas voulu participer au vote.

    Il faut croire que l'héroïsme de ce député de la gauche républicaine n'a pas ému notre opposition sarkozyste et qu'ils n'ont peut-être pas goûté le parallèle relatif mais inévitable avec la situation actuelle.

    Car dans mon intervention, j'ai ainsi souligné :

    "Commémorer le souvenir de cette figure républicaine et de son sacrifice pour la liberté doit nous rappeler que le régime politique actuel est imparfait, que la monarchie républicaine dans laquelle nous vivons n'assure plus l'équlibre des pouvoirs, que le Président gouverne seul et sans engager sa responsabilité, négocie les traités internationaux et fait la guerre sans l'aval du Parlement, et qu'au royaume des fadettes la presse est écoutée et qu'on peut même constater l'émergence d'une police politique, comme on a pu le constater en lisant le journal du dimanche.

    Tous les partis dans ce conseil, en tout cas ceux de gauche, sont pour le changement de République, je dirai même le changement tout court. Un nouveau régime, qu'on l'appelle VIe République ou autrement, Présidentiel ou Parlementaire, mais qui garantisse enfin l'équilibre des pouvoirs!"

    Je ne peux cependant que spéculer sur les raisons pour lesquelles les représentants de ce qu'on appelait à l'époque de Baudin "la réaction" n'ont pas participé au vote car ils n'ont pas daigné intervenir sur le fond ou s'expliquer, ni défendre leur politique, comme souvent. Mais il faut dire qu'ils semblent avoir peu de goût pour l'Histoire, comme leur Président qui a supprimé la matière en terminal scientifique.

  • Signez l'Appel du 2 Décembre pour le député Baudin!

    Le journaliste de Mediapart Laurent Mauduit a donc bien lancé son appel pour la reconstruction de la statue du député Alphonse Baudin mort sur une barricade érigée rue du Faubourg-Saint-Antoine à Paris, alors qu'il manifestait contre le coup d'Etat perpétré la veille par Louis Napoléon Bonaparte (à lire dans mon article précédent).

    Je suis parmi les premiers signataires et je vous invite à donner plus de force à cette initiative en signant en ligne cette pétition en ligne sur le site de Médiapart.

    A ma connaissance, la Ville de Paris n'avait donné suite aux précédentes demandes. C'est dans l'espoir de faire avancer les choses que je presenterai ce soir au Conseil d'arrondissement un voeu au nom de la majorité muncipale afin que le maire de Paris étudie les conditions pour que la statue du député martyr reprenne la place qu'elle n'aurait jamais dû quitter si les nazis ne l'avaient fondue pour voler son bronze.

    Lire à ce sujet l'article de Laurent Mauduit sur son blog sur Médiapart ici.

  • Un voeu pour la reconstruction de la statue d'Alphonse Baudin

    A l'occasion de l'anniversaire du site d'information Mediapart, dont le siège se trouve dans le 12e, le journaliste Laurent Mauduit a lancé un appel et une souscription populaire pour la reconstruction de la statue d'Alphonse Baudin rue du Faubourg Saint-Antoine.

    Rappeler le souvenir de ce député républicain assassiné lors du coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte a une signification symbolique forte pour moi, entant que maire-adjoint chargé de la Mémoire et comme élu local radical de gauche et porte-parole de notre fédération parisienne.

    A la fois car c'est notre courant de pensée qui a contribué à défendre l'idéal républicain pour lequel s'est sacrifié Baudin et ce sont des députés radicaux-socialistes qui lui ont rendu hommage en 1901 (et son neveu Pierre Baudin fut député de Paris de 1898 à 1902). Et parce nous vivons dans un régime de monarchie républicaine où l'équilibre des pouvoirs n'est plus assuré, nous en avons la preuve continuelle, surtout depuis l'élection de Nicolas Sarkozy et les dérives du pouvoir en place. C'est pourquoi nous, Radicaux de gauche militons pour une VIe République sur le modèle présidentiel, qui contrairement à ce que l'on peut croire, est un régime de contrôle parlementaire du pouvoir.

    C'est pour ces raisons que j'ai signé l'appel de Laurent Mauduit et aussi que j'ai proposé à notre majorité municipale de relayer cet appel par un Voeu au maire de Paris que je présenterai au conseil d'arrondissement du lundi 5 décembre.

    Fabrice Moulin

     

    Voeu de la majorité municipale pour la reconstruction de la statue d'Alphonse Baudin
    Conseil d’arrondissement du 5 décembre 2011



    Voilà exactement 160 ans, le 3 décembre 1851, le député Alphonse Baudin mourut sur une barricade érigée rue du Faubourg-Saint-Antoine à Paris, alors qu'il manifestait contre le coup d'Etat perpétré la veille par Louis Napoléon Bonaparte. Lui qui voulait montrer au peuple de Paris comment on « meurt pour 25 francs », il tomba, fauché par une balle tirée par la troupe envoyée par celui que Victor Hugo allait bientôt affubler du sobriquet de Napoléon le Petit.

    Ce drame fait partie de la légende française. Symbole de la République assassinée, le député Alphonse Baudin a longtemps été, bien après sa mort, honoré par tous les républicains. Et la construction d'une statue en sa mémoire a pendant des années été un point de ralliement des républicains. Cela a été le combat du journaliste Charles Delescluze, qui, dans son journal Le Réveil, avait lancé une première souscription, pour ériger cette statue ; cela a été le combat du tout jeune avocat Léon Gambetta qui avait assuré la défense du journaliste.

    Si les cendres d'Alphonse Baudin furent transférées au Panthéon en 1889 et si sa statue fut finalement érigée en 1901, sur les lieux mêmes de son assassinat, celle-ci fut détruite par le gouvernement de Vichy en 1941, sur pression de l'occupant nazi, et à la différence de beaucoup d'autres, elle n'a ensuite jamais été reconstruite.

    Alors que la démocratie est confrontée à une crise qui la voit mise à mal par les marchés financiers et menacée par la montée des extrêmes, Alphonse Baudin, le médecin des pauvres de Nantua, le député courageux qui brava le coup d'Etat, est le symbole d'une République authentiquement démocratique et sociale, résolument généreuse et fraternelle.

    C’est pourquoi, sur proposition de la majorité municipale, le Conseil d’arrondissement demande au Maire de Paris d’étudier les conditions d’une reconstruction de la statue d'Alphonse Baudin à proximité du lieu de son assassinat.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu