Avertir le modérateur

Vie de l'arrondissement - Page 5

  • Expo universelle sur le périph - Tribune de Jean-Bernard Bros (PRG) dans Libératione la note

     

     
     

    libéQu'ont en commun Chaillot, le Trocadéro, la gare de Lyon, le Grand Palais et la tour Eiffel ? Ils sont quelques-uns des cent héritages parisiens des Expositions universelles. Entre 1844 et 1937, pas moins de huit expos ont contribué à façonner la ville et à assurer son rayonnement international. Depuis, l'humanité démonstratrice de ses espoirs et progrès s'en est allée éclairer le monde ailleurs, sur d'autres continents.

    L'histoire du Bureau international des expositions (BIE), chargé de l'organisation des expos, est liée à l'histoire de France : la convention internationale fut signée en 1928 à Paris, où est son siège, sa langue de travail officielle est le français, et tous les contacts que j'ai eus avec le BIE indiquent qu'ils souhaitent le grand retour des expos à Paris.

    Trois tentatives récentes ont été initiées en France, sans succès, faute d'entente entre Etat et acteurs locaux. Or, pour qu'une expo existe, il faut les deux : des collectivités locales désireuses et un Etat porteur de la candidature. Aujourd'hui, l'Etat, la région Ile-de-France et Paris ont pour la première fois depuis onze ans les mêmes couleurs politiques, et peuvent œuvrer à la constitution d'une candidature pour une expo à Paris, ou plutôt : autour de Paris. Toutes les politiques de désenclavement portant sur les questions de logement et de Transports ne suffiront pas à abolir la fracture territoriale. Il est temps de trancher le nœud gordien du périphérique : il est temps d'abolir le périph.

    L'expo prendra place sur le boulevard périphérique. Les futurs pavillons et paysages qui naîtront de ce méga-événement devront être construits par-dessus lui, et le recouvrir d'équipements, de monuments et de jardins, irriguant les communes de la première couronne. Paris est une «ville monde». Que Paris donne donc à nouveau rendez-vous au monde, montre sa capacité à abolir les frontières, et fasse du périphérique un mauvais souvenir. Seule une expo est d'une envergure suffisante pour redessiner la ville, ses territoires, ses transports. Les citoyens, tous parisiens, d'un côté comme de l'autre du périph, seraient réunis autour d'un défi identitaire majeur. L'expo laissera une empreinte importante sur les villes hôtes en termes de renouvellement urbain et de développement de nouveaux comportements sociaux.

    Il sera aussi temps de provoquer le big bang de toutes les agences de promotion de la destination Paris : on en compte pas moins de douze. Leur unification sous une seule marque permettra de refonder la gouvernance de nos politiques d'attractivité internationales.

    En complément, les radicaux de gauche proposent l'organisation de référendums locaux dans les communes limitrophes de Paris, sur une question : «Souhaitez-vous que votre commune devienne un nouvel arrondissement de Paris ?» Montmartre, Passy, Charonne, Belleville et Bercy, autant de communes qui ont fait ce choix. Ont-elles perdu leur âme et leur identité ? Non. Il est temps d'agrandir à nouveau Paris. Géographiquement et concrètement. De sortir la métropole de l'étau du périphérique et de lui donner la taille d'une métropole mondiale.

    Par Jean-Bernard BROS, Adjoint au maire de Paris, président de la fédération du Parti Radical de Gauche de Paris, candidat à la primaire des gauches (Paris).

    Source : Libération - 25 mars 2013

  • Le tunnel Proudhon va prendre des couleurs

    Un article du Parisien ce samedi met à l'honneur le travail des étudiants de l’école Boulle pour redessiner le tunnel de la rue Proudhon, cet axe routier passant sous les voies ferrées dont l'aspect sinistre actuel ne peut échapper à toute personne l'empruntant. C'est pourtant l'un des seuls accès entre le quartier de Bercy et le reste de l'arrondissement, que ce soit pour les piétons que les véhicules, et son besoin de rénovation et de "relookage" était une évidence pour tous.

    null

     

    Les étudiantes qui ont voulu "évoquer l'univers du train et du voyage" ont présenté leur travail ainsi :
    "Nous avons souhaité revaloriser ce patrimoine ferroviaire singulier par une mise en lumière intégrée dans la dentelle des rails. La succession de rails est reprise en écho au sol par des zones de béton, dans lesquelles sont intégrés les noms des destinations desservies par les trains. Cette typographie est constituée de carrés rétro-réfléchissants renvoyant la lumière."

    On peut saluer la manière dont ce projet a été mis en oeuvre, d'abord parce que c'était un engagement de mandature de notre majorité mais surtout parce qu'il s'est réalisé en concertation complète entre conseils de quartiers concernés, riverains, services de la ville et mairie d'arrondissement mais aussi l'ensemble des habitants de l'arrondissements avec des réunions publiques en mairie et des consulations sur Internet.

    Les travaux peuvent commencer et d’ici quelques mois, le tunnel Proudhon qui s’étire sur 150 m sous les voies ferrées aura repris des couleurs!

  • Rythmes éducatifs : la concertation continue dans le 12e

    Comme je l'ai déjà affirmé le PRG soutient la réforme des rythmes scolaires, et ce dès 2013 comme le souhaite aussi le gouvernement et le maire de Paris, Bertrand Delanoë. Car étaler le temps d'étude en revenant de 4 à 4 jours et demi est une bonne chose, comme l'affirment tous les spécialistes de l'éducation et comme le disaient sans réserve les syndicats enseignants il y a moins d'un an. Car c'est un engagement de campagne de François Hollande et les Français y sont favorables.

    Au-delà des agitations orchestrées par certaines formations politiques et syndicats, l'affluence record à la réunion de l'Espace Reuilly mi-février a montré le besoin d'explications et les inquiétudes des professeurs et de certaines familles qui ne sont pas à négliger, notamment au sujet de l'organisation des activités périscolaires.

    C'est pourquoi la mairie de Paris a décidé d'étendre cette grande concertation par de nouvelles réunions publiques et une consultation sur Internet. Le maire de Paris a déjà rassuré en précisant que ces activités auraient lieu plutôt en fin d'après-midi et non pas en allongement de la pause méridienne, et en annonçant la création de 1000 postes d'animateurs supplémentaires.

    La concertation doit continuer et nous ne pouvons que nous réjouir qu'elle s'organise à un niveau local comme l'annonce dans le courrier ci-dessous la maire du 12e arrondissement. Cela permettra de répondre aux interrogations, en espérant que certains n'en profite pour politiser un débat qui ne devrait être qu'au service des familles comme du monde éducatif du 12e.


    Fabrice Moulin.



    Madame, Monsieur,

    Je vous invite à participer à 3 réunions publiques locales de concertation et d'échanges autour de la réforme des rythmes éducatifs du 19 au 23 mars 2013.

    Le  projet de réforme des rythmes éducatifs vise à mettre fin à cette exception française qui fait subir aux élèves de nos écoles les journées d’enseignement les plus lourdes, tout en dégageant un temps périscolaire de qualité dédié à des activités culturelles, sportives et de découvertes.

    Afin de recueillir en direct, l’avis de l’ensemble des Parisiens qui ont des enfants en école maternelle ou élémentaire, un questionnaire en ligne est lancé soumettant des pistes concrètes d’organisation de la journée des enfants http://www.paris.fr/pratique/rythmes-educatifs/questionnaire/p10205

    Pour que cette réforme soit une réussite dans l’intérêt de tous les élèves, la concertation menée au plan parisien se poursuit au niveau du 12ème arrondissement avec l’ensemble des partenaires concernés : équipes pédagogiques, animateurs, personnels de service, parents d’élèves, structures associatives… Au terme de cette concertation, et sur la base de ses résultats,  le Conseil de Paris se prononcera fin mars sur le contenu, les modalités et  le calendrier de mise en œuvre de la réforme.

    C’est pourquoi, j’ai souhaité organiser 3 réunions publiques pour permettre à chacun de prendre part au dialogue et de faire entendre ses propositions :

    Ces réunions auront lieu :
    -    Le mardi 19 mars de 19h à 21h au gymnase Paul Valéry 15, rue de la Nouvelle Calédonie

    -    Le jeudi 21 mars de 19h à 21h au gymnase Bercy Bastille 242, rue de Bercy

    -    Le samedi 23 mars de 10h à 12h à la mairie du 12e, salle des fêtes 130, avenue Daumesnil

    Pour que ces rencontres associent l’ensemble des partenaires de l’école (équipes éducatives, parents d’élèves, équipes des centres de loisirs, personnels de la caisse des écoles), je vous invite à bien vouloir relayer largement cette information.

    Je vous prie croire, Madame, Monsieur, à l’assurance de ma considération distinguée.

    Michèle BLUMENTHAL
    Maire du 12e arrondissement

  • Parrainage républicain : le soutien de la maire du 12e aux sans-papier continue

    Les sans-papier, dont la plupart travaillent et étudient en France, contribuent à l'écomnomie française, occupent des jobs que peu de nos consitoyens acceptent de faire. Et ils n'aspirent qu'à le faire en toute légalité pour avoir les mêmes droits et devoirs que nos concitoyens. On l'a vu par exemple lors des occupations de la CNHI par les collectifs des travaillerus sans-papier.

    Parrainage Républicain des sans-papiers

    L'arrivée de la gauche au pouvoir a mis fin à la chasse aux sans-papiers du gouvernement Sarkozy, parfois jusque dans les écoles; pratiques indignes de la République humaniste qui ont donné naissance aux mouvement Réseau Education Sans Frontière (RESF) et au Comité de Vigilance pour les droits des sans-papiers dans le 12e réunissant simples citoyens, parents d'élèves, citoyens, élus et associatifs. Le gouvernement Ayrault a enfin mis en place une procédure de régularisation sur des critères clairement définis qui permettant aux sans-papiers en France depuis plusieurs années, avec familles et emplois de pouvoir régulariser leur situation.

    Parrainage Républicain des sans-papiers

    Mais les démarches restent complexes, les administrations pas toujours compréhensives font parfois trainer les choses ou bloquent les procédures. C'est pourquoi ils ont encore besoin du soutien des citoyens et des élus pour éviter les embuches dans le long parcours pour être régularisé.

    C'est l'objectif des parrainages républicains organisés par la mairie du 12e et la Collectif de Vigilance du 12e pour les sans-papier, avec la LDH et RESF. Des citoyens parrainent un sans-papier pour l'accompagner dans ses démarches, pour qu'il garde espoir aussi, et nous élus les parrainnons et nous engageons à intervenir au maximum de nos possibilités en cas de difficulté, ou pire en cas de menace de reconduite à la frontière. Cette démarche avant tout symbolique et humaniste est aussi faite pour montrer au sans-papier qu'il n'est pas seul face aux rouages de l'administration.

    Droits photos : Mathieu Delmestre.

  • Réforme des rythmes scolaires à Paris : la réussite éducative, c’est maintenant !

    Les Radicaux de Gauche parisiens demandent l’application de la réforme des rythmes éducatifs dès la rentrée 2013. Le système actuel constitue une totale aberration qui ne donne satisfaction à personne. Face à ce constat, les formations politiques de droite comme de gauche qui s’opposent de façon démagogique à cette indispensable réforme n’agissent ni dans l’intérêt des enfants, ni des parents, ni des enseignants.

    Si le financement de l’Etat est bien au rendez-vous comme promis, ajouté à celui de la Ville de Paris, il permettra la mise en œuvre effective des nouveaux rythmes à la rentrée prochaine. La nécessaire concertation lancée aujourd’hui par la municipalité, l’écoute des arguments des uns et des autres, seront de nature à rassurer les plus inquiets.

    Dans l’intérêt des enfants, de leur réussite et de leur épanouissement, tout doit être fait pour que cette réforme des rythmes scolaires à Paris soit mise en place dès la rentrée scolaire 2013.

  • Plan Climat : Soutien aux mesures économiques et réserves sur celles pour la réduction du trafic automobile

    Conseil d'arrondissement du 3 décembre : Mon intervention sur le projet de délibération DEVE 186 Actualisation du Plan Climat Energie de Paris.

    L’actualisation du Plan Climat adopté en 2007 est un texte important de cette mandature, et au nom du Parti Radical de Gauche je souhaite saluer un engagement constant de la Ville depuis 2001.

    Mes collègues ont déjà dit beaucoup de chose. Je parlerai donc d’économie et de transports, dont notre collègue Catherine Barratti-Elbaz a parlé et sur lesquels je compte revenir.

    Saluons d'abord l’action qui a été mené auprès des commerces, et notamment avec les Chartes d'engagement partenariales, et auprès des entreprises et parmi elles d’un secteur premier pourvoyeur d’emplois et d’activités à Paris qu’est le tourisme.

    Et cette action reflète à nos yeux l’importance de chercher des solutions pragmatiques et réalistes pour engager l’ensemble des citoyens vers la réduction de leur emprunte énergétique, en permettant à chacun de participer à cet effort selon les moyens dont il dispose. L’effort environnemental doit être proposé dans la justice.

    Je me souviens que certains voulaient remplacer les foires, expos et salons par des conférences téléphoniques, ce qui aurait annihilé le leadership de la capitale.

    La Ville agit aujourd’hui pour l’éco-responsabilisation dans le cadre de l’organisation d’évènements d’affaires comme critère déterminant pour les opérateurs du secteur : agences réceptives et organisateurs professionnels de congrès ; lieux événementiels, parcs d’exposition et centres de congrès ; etc.

    Je citerais aussi le Plan Hôtelier pour créer 7000 chambres d’Hôtels, en sélectionnant les opérateurs répondant aux critères de Haute Qualité architecturale, environnementale et énergétique. Ou la proposition d’un autodiagnostic de réduction énergétique pour les hôteliers adhérents de l’OTCP.

    Ou bien la création d’un Pass entreprises Vélib, Autolib’ ou le Pass Eco Autocar pour diminuer la pollution des cars qui a nécessité des très nombreuses concertations avec les professionnels.

    Or cela m’amène à la problématique des transports. Et aux mesures annoncées par le Maire de Paris pour réduire la circulation automobile, que nous n’avons pas pu discuter en conseil mais que l’on retrouve dans ce Plan, sous l’intitulé « Et demain… ».

    Et demain justement ?

    Si nous partageons l’objectif de réduction de la pollution, le Parti Radical de Gauche, et en premier lieu nos élus en région, s’est ému des conséquences sociales de certaines mesures qui n’étaient pas au programme de 2008 et méritent un véritable débat.

    C’est ainsi que le projet de ZAPA pose plus de questions qu’il n’en résout. Ses modalités, ses contours et les véhicules ciblés ne peuvent pas être décidés à la légère.

    Une hausse des taxes sur le diésel n’est-elle pas plus efficace que l’interdiction sans ménagement des autos de plus de 17 ans et moto de plus de 10 ans ?

    Quelle conséquence sur les propriétaires des véhicules bannis ? Ce n’est pas quelques mois de pass Navigo offert qui les indemnisera. Quid de la mise en place d'une véritable prime à la casse ?

    Nous sommes aussi opposés à un péage urbain aux véhicules individuels, qui n'est pas annoncé clairement dans cette délibération mais dont on entend régulmièrement parler dans la presse.

    Nous demandons donc l’organisation d’une Grande conférence des déplacements dans le cadre de Paris Métropole se tienne afin d’étudier les mesures nécessaires pour optimiser la circulation, le stationnement, la sécurité et la réduction de la pollution à Paris et en Ile-de-France.

    Beaucoup plus large que la concertation annoncée, cette conférence pourrait réunir Paris, les communes membres de Paris Métropole, la Région Ile-de-France, les associations des usagers des transports en commun et de l'automobile, la Fédération Française des Motards en Colère (FFMC), les associations de cyclistes, syndicats de taxis, patronaux et professionnels.

    Enfin, la limitation de l’usage de l’automobile sans freiner la mobilité ne pourra se faire qu’en proposant des alternatives de jour comme de nuit, partout à Paris et en Ile-de-France. Et il faut donc insister beaucoup plus lourdement sur les efforts que doivent faire la RATP et la SNCF, et le STIF, notamment pour le confort, la régularité et la sécurité des RER ou l’ouverture des métros toute la nuit.

    L’effort environnemental doit être proposé dans la justice. Il doit être aussi proposé dans le dialogue et l’écoute de tous les usagers.

  • Opposition à l'extension d'un collège privé confessionnel

    Conseil d'arrondissement du 3 décembre : j'ai voté contre le projet de délibération DU 36 Cession d'un terrain destiné à l'extension du collège Georges Leven au 45 à 51 boulevard Carnot (12e).

    Comme je l'avais fait une première fois lorsque le principe de cette cession avait été soumis à notre Conseil, j'ai voté contre la vente d'une terrain municipal à un collège privé et confessionnel qui doit permettre son extension. En effet, quelque soit la qualité de l'enseignement délivré, le foncier public, denrée rare, ne devrait pas être gaspillé pour renforcer l'école privée alors que les besoins sont immenses pour construire du logement social, de l'activité économique, ou des écoles publiques et laïques. Surtout quand on a vu les conséquences de la Loi Carles qui a renforcé le financement des établissements privés avec l'argent public des communes et donc des contribuables, au détriment des écoles publiques.

    J'ai donc voté contre cette vente au nom du PRG, comme les élus PG-PC, EE-LV et même un élu PS "attaché à l'école publique", suivi d'un autre socialiste qui s'est abstenu. Cela n'a toutefois pas suffit pour repousser le projet de délibération qui passera au Conseil de Paris.

    Au passage et sans vouloir faire de comparaison, j'ai regretté que l'ancien gouvernement ait vendu à la Russie du foncier dans Paris, dans le 7e, pour y construire une Cathédrale Orthodoxe dont le principal objectif est de satisfaire l'égo de son nouveau Tsar, Vladimir Poutine.

    Là encore, comme il aurait été plus judicieux d'y construire du logement social...

  • Du Protocole républicain, des desiderata et division de l'UMP

    Conseil d'arrondissement du 3 décembre : Valérie Montandon, conseillère de Paris UMP, a posé une Question orale :

    "Lors des commémorations du 11 novembre dernier dans le 12 eme arrondissement, le titre des élus de l’opposition n’a pas été annoncé lors du dépôt des gerbes de fleurs devant le monument aux morts. Pourquoi ce manque de courtoisie républicaine ?"

    Voici ma réponse, dont la conclusion a visiblement fait des heureux au-delà des rangs de la majorité :

    "Madame Montandon, vous ne cesserez de me surprendre.

    Vous exprimez soudainement le désir en cette fin d’année 2012 de poser nommément une gerbe aux commémorations de notre arrondissement, alors que ce n’était pas le cas pendant toutes les années précédentes de cette mandature et encore moins de la part de monsieur Casa.

    Il connaissait les usages républicains auxquels vous vous référez, et sachez que je suis tout autant attaché au respect de la tradition républicaine.

    Or justement le protocole français est régi par le décret n°89-655 du 13 septembre 1989, modifié le 15 novembre 2008, relatif aux cérémonies publiques, préséances, honneurs civils et militaires « Lors d’une cérémonie officielle, le dépôt de gerbe est réservé, par tradition républicaine, aux seules autorités publiques ainsi qu’aux organisations d’anciens combattants ».

    Le protocole ne prévoit pas le dépôt de gerbe nominative.

    C’est pourquoi le 11 novembre, Madame BLUMENTHAL et moi-même, en tant qu’adjoint en charge de la mémoire combattant ont déposé une gerbe au nom de la Mairie du 12e et donc de tous les élus de la municipalité.

    Donc rassurez-vous, Mme Montendon, c’est aussi en votre nom que nous déposons la gerbe municipale.

    L’organisation protocolaire étant confiée au Comité d’Entente, je lui soumettrais la question de savoir comment les élus qui le souhaitent pourraient déposer une gerbe en marge des cérémonies.

    Mais avouez que si tous les élus déposaient nommément une gerbe cela ralentirait considérablement les cérémonies et leur donnerait un caractère ubuesque.

    Devrais-je moi-même déposer une seconde gerbe en mon nom propre ou au nom du Parti Radical de Gauche, et mes 25 collègues de la majorité à la suite, et d’autres en leur nom, ou de l’UMP canal Copé ou du R-UMP Fillon ?

    Ce sont les Maires et Présidents des autorités publiques qui désignent leur représentant.

    C’est ainsi monsieur Romero, conseillé régional, élu dans le 12e, qui a déposé la gerbe au nom Jean Paul Huchon. Et ce n’était pas à un autre conseillé régional pas même élu à Paris de s’en arroger ce droit.

    Quant à madame Mazetier c’est en qualité de députée réélue de notre arrondissement.

    Et pour finir, je vais vous dire ce qui a véritablement choqué dans le rang des anciens combattants, et même dans vos rangs. C’est qu’une personne qui n’a aucun mandat ni droit ni titre, autre que candidat UMP battu en juin 2012, se glisse entre les élus, les présidents d’associations et le commissaire de Police de l’arrondissement pour saluer les drapeaux! Cela c’est contraire à l’usage républicain.

  • Une plaque en mémoire des "Zoos humains"

    Conseil d'arrondissement du 3 décembre : J'ai présenté le projet de délibération voté à l'unanimité DAC 794 Appositions de plaques commémoratives relatives à la reconnaissance et la dénonciation des «zoos humains» qui se sont tenus à Paris à l’époque coloniale.

    Comment ne pas être ému par le destin de ces femmes et de ces hommes arrachés à leur terre natale pour être exposés dans de véritable zoos humains lors de l’Exposition coloniale internationale et des pays d’Outre-Mer de 1931.

    Cette exposition voulait exalter l’Empire et affirmer la « mission civilisatrice et bienfaitrice » de la France sur ses colonies. Des propos que l'on entend malheureusement encore aujourd'hui dans certains discours politique!

    Elle rencontra un énorme succès mais fut aussi contesté, notamment par des artistes surréalistes.

    Lors de sa séance des 19 et 20 mars 2012, le Conseil de Paris a émis le vœu que des plaques, rappelant ces épisodes indignes de l’histoire de la colonisation au regard des droits humains, soient apposées dans les lieux les plus emblématiques où se déroulèrent ces évènements.

    Ces plaques apposés dans les 12e, 16e et 19e arrondissement s'inscriront dans la continuité du travail de mémoire engagé avec l'exposition-parcours dans le bois de Vincennes qu'avait organisée la Mairie du 12e arrondissement en 2006.

    ­Voici le texte de celle qui orenra la Porte Dorée anciennement Palais des Colonies édifié lors de l'Exposition :

    "Le 6 mai 1931, l’Exposition coloniale internationale et des pays d’Outre-Mer a ouvert ses portes après plus de mille jours de travaux. C’est la plus grande exposition coloniale que la France ait connue. Pendant plusieurs mois et sur plus de 110 hectares, des pavillons coloniaux français et étrangers, diverses reconstitutions ainsi que l’exhibition de plusieurs centaines de « figurants indigènes » ont invité le public à un « Tour du monde en un jour ». Cette immense propagande a contribué à légitimer la colonisation. Le 15 novembre 1931, l’exposition s’est achevée après que 33 millions de tickets d’entrées furent vendus. Le Palais de la Porte Dorée, qui a abrité le musée permanent des colonies, est aujourd’hui le principal vestige de cette période d’apogée de l’expansion coloniale."

  • Appel aux contributions programmatiques pour 2014

    Alors que les Grands boulevards s'apprêtent à passer en double sens, je ne peux m'empêcher de me souvenir que cette proposition faisait partie de la plate-forme programmatique du PRG dans la perspectives des municipales de 2001.

    Et c'est le cas de bon nombres de mesures sur tous les thèmes, que nous avions tenu à mettre dans la corbeille des accords avec nos partenaires socialistes en 2001 et 2008 et qui sont souvent mises en place aujourd'hui par notre municipalité, totalement ou en partie. Je citerai ainsi l'ouverture progessive du métro la nuit ou l'accroissement du nombre de taxis parisiens (passé de 15 à près de 20 000) ou bien le plan Vélib' Entreprises.

    Aussi légitime soit elle en tant que Première adjointe, la candidature déclarée de Anne Hidalgo à l'élection municipale, et ce près de deux ans avant l'échéance, ne doit sûrement pas clore le débat programmatique au sein de la gauche.

    Le PRG a des valeurs, des propositions et une manière d'aborder les enjeux sans dogmatisme et avec pragmatisme qui seront utiles aux Parisiennes et aux Parisiens. La Fédération de Paris du PRG renouvelle ce travail programmatique dans la perspective des éléctions municipales 2014 et entend pour cela ouvrir ses yeux et ses oreilles à toutes les bonnes idées des associations, syndicats, professionnels et surtout et tout simplement de nos concitoyens.

    J'ai été chargé d'animer le Groupe de travail "Transports et Déplacement", je participe également à ceux sur "l'économie et l'attractivtié internatinale" ainsi que "Logements".

    Sur tous ces sujets et d'autres, pour notre arrondissement ou Paris et sa métropole, la boîte à idées vous est donc ouverte : soit en vous adressant à moi directement fabrice.moulin12@gmail.com soit sur notre email dédié programmeprgparis2014@gmail.com

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu