Avertir le modérateur

dimanche, 26 mai 2013

Le 27 mai, journée nationale de la Resistance ?

Lundi prochain, comme chaque 27 mai, nous commémorerons en mairie avec l'Association Nationale des Anciens Combattants et Ami(e)s de la Résistance (ANACR) la création du Conseil National de la Resistance.

Or le Sénat a adopté jeudi 28 mars à l’unanimité moins deux voix une proposition de loi instaurant une journée nationale de la Résistance le 27 mai. Ce texte, adopté par 346 voix contre 2, doit encore être inscrit à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale pour poursuivre son parcours parlementaire et espérer être adopté définitivement.

Cette nouvelle journée commémoriative correspond au 27 mai 1943, date à laquelle le Conseil National de la Résistance (CNR) s'est réuni pour la première fois 48 rue du Four à Paris, sous la présidence de Jean Moulin.

C'est cette création qui entraîna, le 29 décembre 1943, celle des Forces Françaises de l'Intérieur (FFI).

De même, la création du CNR conduisit à la mise en place, sous son autorité, des comités locaux et départementaux de la libération qui remplacèrent les autorités de Vichy, au fur et à mesure de la libération des villes et des départements.

Dès la création du CNR, le 27 mai 1943, l'ensemble de la résistance intérieure est placée sous l'autorité du Comité français de libération nationale puis du Gouvernement provisoire de la République Française, écartant ainsi tout risque de coupure entre les deux composantes, intérieure et extérieure, de la France combattante. Le CNR réunissait tous les partis politiques et syndicats opposés au régime de Vichy.

Après l'insittution en 2012 par françois Hollande du 29 mars 1962, date du cessez-le-feu en Algérie, comme date officielle de commémoration de la guerre d'Algérie, cette nouvelle journée nationale est une nécessié pour le travail de mémoire.

En effet alors que les femmes et des hommes qui ont libéré notre pays du nazisme et du fascisme disparaissent, les tentations négationnistes, l'ignorance et l'oubli font leur oeuvre.

La commémoration officielle de cette date du 27 mai 1943 est donc un repère particulièrement important pour toute la jeunesse de notre pays, mais aussi pour ceux qui sont nés après la guerre, avec le CNR.

La proposition de loi de trois articles précise que cette journée de la Résistance « n’est ni fériée, ni chômée » et qu’une partie de cette journée doit être consacrée dans les écoles aux thèmes de la Résistance et de la Déportation. D'ailleurs j'ai proposé à l'occasion de la réforme des rythmes scolaires que le temps pédagogique dégagé permette de renforcer le travail de mémoire auprès des scolaires.

Cette journée aurait également le mérite de rappeler l'héritage légué par le CNR à la France d'après guerre, un programme de gouvernement riche d'avancées sociales telles que la sécurité sociale, les services publics, la retraite par répartition, la liberté de la presse, le vote des femmes.

15:29 Écrit par Fabrice Moulin dans Mémoire et Monde Combattant, Politique, Vie de l'arrondissement | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu