Avertir le modérateur

Vie de l'arrondissement - Page 19

  • Felix Eboué n'est pas qu'une place !

    Imprimer
    eboue.jpgJ'ai repris au bond la proposition d'un ancien combattant du 12e de rendre un hommage solennel à Felix Eboué et par là-même de tirer de l'oubli un homme qui pour beaucoup d'habitants du 12e est avant tout le nom d'une place au carrefour de l'arrondissement.
    Il était temps de rappeler qui était Felix Eboué et quel parcours extraordinaire est le sien dans la défense de la liberté et ce sera fait par notre Mairie à l'occasion du 69e anniversaire de l'Appel du 18 juin 1940.

    Félix Eboué (1884-1944) fut en effet l'un des rares Compagnon de la Libération.

    Petit fils d’esclave, né à Cayenne (Guyane française), nommé gouverneur au Tchad par le gouvernement français en 1938, Félix Eboué
    refuse la défaite de 1940 et est l’un des premiers à répondre à l’Appel du 18 Juin du général de Gaulle pour la poursuite du combat aux côtés des forces Alliés.

    Sous son impulsion, le 26 août 1940, le Tchad rallie officiellement la France libre, donnant un exemple immédiatement suivi par la quasi totalité des territoires de l'Afrique Equatoriale Française (AEF). Au début du mois d'octobre 1940 le général de Gaulle le nomme membre du Conseil de Défense de l'Empire et le 12 novembre 1940, gouverneur général de l’AEF.

    En janvier 1941, il est décoré de la Croix de la Libération, nommé membre du Conseil de l'Ordre de la Libération et soutient la poussée des Forces françaises combattantes en Afrique du Nord.

    Début 1944, il participe activement à la conférence de Brazzaville ouverte par le général de Gaulle qui sera la première étape vers la décolonisation de l’Afrique noire française.

    Felix Eboué meurt d’une congestion pulmonaire le 17 mai 1944, au Caire, en Egypte. Le 20 mai 1949, il est inhumé au Panthéon.

    A l'occasion des cérémonies du 18 juin, nous déposerons donc une gerbe à 11h sur le terre plein central de la Place Felix Eboué.

  • Le POPB va-t-il devenir une mega-church ?

    Imprimer

    On connaissait le Palais Omnisport de Paris Bercy (POPB) pour ses concerts de stars et ses manifestations sportives, on découvre que Bercy peut également se transformer en lieu de culte géant !

    Lors du dernier conseil de Paris, Gilles Alayrac a dénoncé au nom du PRG cette nouvelle "entorse à la laïcité" que constitue la "location de Bercy aux évangelistes qui se sont offerts une cérémonie religieuse à l'américaine aux gourous et fidèles en transe".

    En effet, le POPB a récemment accueilli le week-end du 1er juin, pendant 3 jours, des milliers d'évangelistes pour la "Convention internationale de Pentecôte". Une manière pour les églises évangelistes, que certains comparent à des sectes, de recréer en plein Paris les ambiances de "mega-church", venues des Etats-Unis.

    Selon le pasteur français Freddy De Coster, organisateur de cette initiative dont c'est la 10e édition, les participants étaient "sensibilisés, à raison de trois séances par jour, au "message de paix et de fraternité" dans un monde déchiré par les violences, les guerres et la crise". Sur scène, il aurait, selon un article du Monde, tour à tour fustigé "l'autorité de Satan", assuré que "la gloire de Jésus est sur Paris, au-dessus de la sorcellerie, de l'occultisme, du péché et du suicide", et demandé à l'Esprit saint de " (le) posséder".

    Ce qu'oublie de dire ce Gentil Organisateur, c'est que ce rassemblement est aussi l'occasion de militer contre l'avortement, pour un modèle conservateur de la famille ou de promouvoir le créationnisme.

    Le pasteur De Coster est aussi homme d'affaires dans l'hôtellerie et la finance. Pas de contradiction avec la prédication pour Paul Goulet, pasteur canadien de l'Eglise internationale de Las Vegas, pour qui selon l'AFP, "la foi se pratique dans la vie quotidienne, cela concerne aussi les avocats, les docteurs, les financiers". Le POPB ce situant à deux pas du ministère des Finances, il faut reconnaître l'aspect pratique pour les déductions fiscales des dons des fidèles aux associations cultuelles...

    Bien que radicalement opposé aux messages véhiculés par les Evangelistes, ma conception de la liberté et de la laïcité (dont la remise en question est leur cheval de bataille) m'interdit d'interdire aux gens de penser et de dire ce qu'ils veulent, même des inepties, comme de pratiquer leur religion dans la sphère privée. Mais il me semble inapproprié, toujours selon le principe de la laïcité, qu'une structure publique comme le POPB, qui est une Société d'économie mixte (SEM) à capital majoritairement détenu par la Ville de Paris, dont le président n'est autre que Pascal Cherki, maire PS du XIVe arrondissement, loue sa salle à des organisations religieuses, quelles qu'elles soient.

    Les riverains du POPB sont déjà remontés contre les nuisances sonores lors des concerts. Le POPB va-t-il devenir demain un nouveau lieu de culte accueillant tous les pélerinages, comme par exemple le pélerinage catholique intégriste qui s'est lui rassemblé pour la Pentecote sur la Place des Invalides avec la bénédiction de la Prefecture de Police ?Encore une fois, comment les représentants de la collectivité, les élus, peuvent-ils choisir quelles associations cultuelles est fréquentable ou pas ? Sur quels critères ? Une seule règle est transparente et simple : refuser à toutes les associations cultuelles de louer gratuitement ou pas des salles municipales ou liées à la municipalité comme le POPB.

    Notons qu'une semaine après le rassemblement évangelique, c'est le Dalaï Lama qui réunissait au POPB bouddhistes,  défenseurs du Tibet libre et simples curieux pour une conférence sur l"éthique laïque"... Nous avons encore du travail pour faire comprendre et respecter la laïcité à Paris !

  • 8 mai 2009, aux oubliés de la République

    Imprimer

     

     

     

     

     

    64e anniversaire de la

    victoire de 1945

     

    Vendredi 8 mai 2009

     

    Discours de Fabrice MOULIN

    Adjoint à la Maire du 12e arrondissement

    Chargé de la Mémoire, du Monde Combattant et du Tourisme

     

    Madame la Députée,

    Mesdames, messieurs les élus,

    Mesdames et messieurs les présidents et représentants des associations du Monde combattant,

    Mesdames, Messieurs,

     

    Nous sommes aujourd’hui rassemblés pour exercer notre devoir de mémoire à l’égard de celles et ceux qui sont morts pour que la France recouvre sa liberté, qui se sont battus pour mettre fin à la barbarie nazie.

     

    Connus ou anonymes, ces hommes et ces femmes étaient des soldats, troupes des armées Alliées et combattants de la France libre, des civils, des résistants, des français de France ou d’outre mer, des étrangers qui avaient été formés aux idéaux des droits de l’homme.

    Les armes à la main, ces hommes et ces femmes se sont élevés contre la dictature d’un régime violent, raciste et antisémite. Ils ont combattu une idéologie totalitaire qui a plongé l’Europe dans un bain de sang et causé des millions de morts.

    Ils ont vaincu l’Allemagne nazie dont le 8 mai 1945 marque l’échec final.

    SCNBSM 20090508.JPG

    Nous devons honorer leur extrême courage et leur extraordinaire détermination. Mais nous avons aussi le devoir de rappeler que dans notre pays, celui du siècle des Lumières, d’autres ont collaboré et cédé à la tentation du bannissement, de la violence, de l’exclusion.

     

    Aujourd’hui encore, certains essayent de nier ou de minimiser les crimes contre l’Humanité commis au nom de la supériorité de la race. C’est pour cela qu’il est important, pour nous tous réunis ici, que les jeunes et moins jeunes restent vigilants.Défilé2 20090508.JPG

    Il y a 2 semaines, nous nous sommes souvenus des victimes et des héros de la déportation, avec 2 expositions dans notre mairie.

    Nous célébrerons aussi bientôt la création du Conseil national de la Résistance et l’Appel du 18 juin.

    Autant d’évènements liés par le fil de l’Histoire dont les commémorations ont chacune leur importance pour inculquer les valeurs de solidarité, de compassion, de courage et de tolérance qui sont garantes de la paix.

     

    Si nous voulons transmettre cette mémoire à la France plurielle du 21e siècle, nous devons également ne pas oublier que notre liberté a été aussi chèrement payée par les combattants «indigènes» : goumiers, zouaves, tabors, tirailleurs, spahis engagés dans l'armée française. Ce serait l'honneur de notre Nation que de leur rendre enfin justice.

     

    Dépot gerbe2 20090508.JPGEnfin, cette année peut-être encore plus qu’une autre, nous devons nous rappeler que dans l’Europe en guerre et en ruine, les ennemis d’hier, la France et l’Allemagne, se sont tendus la main dès 1950 pour construire une Europe démocratique.

    Une communauté devenue Union européenne qui, quoi qu’on en dise, est aujourd’hui garante de la paix entre tous les peuples qui la composent.

    Bien sûr, il y eut la guerre froide et il y a encore des conflits sur notre planète. Mais la paix en Europe, c’est aussi cela qu’annonçait la victoire du 8 mai 1945 !

     

    Je vous remercie.

     

  • Contre Dieudonné et tous les négationnistes, la preuve par les mots et par l'image

    Imprimer

    Aux blagues immondes de Dieudonné, propos révisionnistes et négationnistes de ses amis Le Pen et Faurisson, à l'intégrisme antisémite d'un Monseigneur Williamson, absou par le Pape, doit être opposé la force des témoignages et des images. Modestement, je crois que nous y avons contribué avec la mairie ces dernières semaines.

    La conférence "Les Alphabets de la Shoah" organisée par la mairie du 12e, que j'animais avec ma collègue adjointe à la culture mardi dernier, a mis en évidence une fois de plus le besoin de lire, relire et faire lire les oeuvres littéraires de ceux qui ont vécu l'indicible et qui témoignent au nom de ceux qui ne sont pas revenus de l'horreur des camps de concentration et d'extermination des nazis. Primo Levi, Ellie Wiesel et tant d'autres, juifs et résistants.

    IMG_0127.jpgLes mots, ce sont aussi ceux entendus de la bouche de témoins et victimes de l'Holocauste, habitants du 12e venus assister à cette conférence, qui par leur émotion et leur sincérité suffisent à couper le sifflet des négationnistes.

    IMG_0128.jpgMais il y a aussi l'exposition de l'ADIRP, avec des photos terribles des camps et des victimes, et même l'habit de déporté, appartenant à un membre de l'association. Même déjà vu, ces preuves sont un rappel salutaire.

    Inauguré le 23 avril, je crains qu'elle n'ait pas assez été visitée par rapport à l'importance de l'enjeu. Il ne reste plus que jusqu'au 5 mai pour venir la voir (Mairie du 12e, du lundi au vendredi de 9h à 17h - Jeudi jusqu’à 19h30 - Samedi de 9h à 12h). Espérons que ces derniers jours ouvrent les yeux de nos concitoyens sur les dangers du retour de l'antisémitisme.

     

     

  • L'Etat se désengage des centres sociaux parisiens

    Imprimer

     

     

     

    Hier, à la Maison des Metallos dans le 11e, je représentais le PRG Paris à la Restitution publique de la journée de mobilisation des centres sociaux associatifs parisiens du samedi 4 avril 2009.

    En effet le 4 avril dernier, tous les centres sociaux associatifs parisiens se sont mobilisés, chacun dans son quartier, pour informer et alerter sur la situation inquiétante dans laquelle ils se trouvent. Auteurs et acteurs de cette mobilisation, familles, habitants, bénévoles, salariés, associations locales ont témoigné avec force de leur attachement aux centres sociaux sous des formes multiples : pétitions, lettres, films, dessins, photos, affiches, réactions écrites...

    La Fédération des centres sociaux et socioculturels de Paris a décidé de présenter ces témoignages aux élus parisiens, aux partenaires institutionnels et à la presse.

    Avec d'autres élus de gauche, j'ai apporté notre soutien aux revendications des centre sociaux contre le désengagement de l'Etat dans ces structures indispensables à la mixité sociale et à l'entraide entre citoyens qui sont l'essence même du "solidarisme" développé par les grands penseurs radicaux comme Léon Bourgois.

    Un désengagement de l'Etat dans le social et l'associatif qui a commencé dès 2002 avec la suppression par un gouvernement de droite des emplois jeunes. Malgré de réels efforts et des hausse constante de subvention, notre collectivité ne peut plus se substituer à l'Etat qui ne remplit plus ses missions.

    Il ont fait une proposition intéressante d'un nouveau pacte de financement entre partenaires, dont notre département de Paris mais aussi la Région

    En tant qu'élu du 12e, bien que ne représentant pas officellement la mairie, j'ai également salué l'engagement du centre social de notre arrondissement, le Relais 59.

  • Des chambres d'hôtes dans le 12e

    Imprimer

    La mairie du 12e a organisé avec l'association "les parisiens associés", le mercredi 29 avril à 18h30, une réunion d'information pour tous les particuliers qui souhaitent ouvrir une chambre d'hôte dans l'arrondissement. En charge du tourisme, c'est une forme de tourisme participatif que je souhaite voir se développer dans notre arrondissement.

     

     

    A mes côtés, Jean-Bernard BROS, adjoint au Maire de Paris en charge du tourisme et des nouveaux médias locaux et Chantal Goldstein, Présidente des Parisiens associés, ont présenté la charte de qualité lancée par la Ville de Paris "Hôtes Qualité Paris" (HQP).

    Pour les habitants du 12e, ouvrir une chambre d'hôte HQP est l'occasion d'accueillir et de rencontrer de manière conviviale des touristes et de leur faire découvrir les richesses de notre arrondissement. C'est aussi une occasion de développer une activité génératrice de revenus de complément, ce qui par ces temps de crise n'est pas anodin, dans un cadre légal qui prévilégie la qualité de l'accueil.

    Ce mélange de libre-entreprise et d'échanges avec d'autres cultures, c'est peut-être aussi une petite touche "radicale" qui me plais.

    D'ailleurs, la salle était pleine pour rencontrer également nos invitées, représentantes des centrales adhérentes à la charte "Hôtes Qualité Paris"Jenny Johnson  (2 B in Paris), Marie Chanat (Fleurs de soleil), Vanessa Marciano (BAB), Laurence Monclard (Meeting the French), ainsi que Pascale DESCLOS, journaliste/auteur du guide des chambres d’hôtes à Paris.

  • Résistance et déportation

    Imprimer
    Journée nationale du Souvenir des victimes et héros de la déportation
    Michèle Blumenthal, l’équipe municipale et le Comité d’Entente des Associations d’Anciens Combattants vous invitent à assister à la cérémonie commémorative de la Journée nationale du Souvenir des victimes et héros de la déportation.


    Journée nationale du Souvenir
    des victimes et héros de la déportation

    Samedi 25 avril 2009 à 11 heures

    Au Monument aux Morts de la Mairie du 12e
    (130, avenue Daumesnil)

    Dans le cadre de cette journée la mairie du 12e vous propose une série de manifestations :

    Expositions :
    "Ce ne sont pas des Jeux d’enfants"
    Proposée par le Comité Français pour Yad Vashem

    "Résistance et déportation"
    Proposée par l’Association des Déportés et Internés Résistants et Patriotes de Paris (A.D.I.R.P.)

    Vernissage le jeudi 23 avril à 18h30

    Expositions proposées du jeudi 23 avril au mardi 5 mai
    Du lundi au vendredi de 9h à 17h
    Jeudi jusqu’à 19h30 - Samedi de 9h à 12h
    Salle des fêtes

    Conférence :
    "Les Alphabets de la Shoah, survivre, témoigner, écrire"
    Par Anny Dayan Rosenman, Maître de conférence en littérature à l'Université Paris VII-Denis Diderot.

    Introduction par Raymond Huard et Simone Benhamu, Président et Vice-Présidente de l’A.D.I.R.P. du 12e

    Mardi 28 avril à 19h30
    Salle des mariages

    Mairie du 12e arrondissement
    130, avenue Daumesnil
  • Sénat : proposition de loi RDSE/PRG pour supprimer le "délit de solidarité"

    Imprimer

    Le 8 avril 2009, des sénateurs du groupe RDSE (composé à majorité de radicaux de gauche) ont déposé une proposition de loi pour supprimer le "délit de solidarité" pour des personnes aidant des étrangers en situation irrégulière, une qualification pénale dont le gouvernement conteste l'existence.

    Les auteurs de cette proposition rendue publique mercredi, Yvon Collin, (Tarn-et-Garonne, président du groupe) et Michel Charasse (Puy-du-Dôme), relèvent "une incohérence évidente" entre l'existence d'"un délit d'aide à l'entrée et au séjour irrégulier d'étrangers en France, passible d'une peine d'emprisonnement de 5 ans et d'une amende de 30 000 euros" et "l'obligation d'assistance à personnes en danger" posée par le Code pénal.

    "De nombreux bénévoles d'associations humanitaires ont été inquiétés par les services de police alors qu'ils portaient assistance à des personnes en péril", notent-ils.

    Selon leur texte, "aucune poursuite" ne peut être engagée "à l'encontre des personnes qui, à titre personnel ou pour le compte et au nom d'associations humanitaires, et sans but lucratif, mettent en oeuvre, jusqu'à l'intervention des services sociaux compétents de l'Etat, les obligations prévues" par le code pénal au titre de l'assistance à personnes en danger.

    (d'après AFP)

     

  • Commémoration du 19 mars 1962

    Imprimer

    Michèle Blumenthal, Fabrice Moulin et l’équipe municipale et la Fédération Nationale des Anciens Combattants en Algerie, Maroc et Tunisie vous invitent à assister aux cérémonies commémoratives du 47e anniversaire du cessez-le-feu en Algerie.

    Le 19 mars 1962 date marque la fin officielle des combats, conséquence directe de la signature des Accords d’Evian, ratifiés par une très large majorité du peuple français le 8 avril 1962 avec plus de 90 % de suffrages positifs.

    La commémoration renforce les liens entre les générations, elle est propice à l'enseignement, l'incompréhension du présent naît de l'incompréhension du passé. Au delà des anciens combattants, la date du 19 mars 1962 appartient à notre histoire.

     

    Cérémonies commémoratives du 47e anniversaire
    du cessez-le-feu en Algerie

    Le jeudi 19 mars 2009

    9h30 : Cérémonie devant le Mémorial Parisien
    Cimetière du Père-Lachaise

    10H15 : Dépôt de gerbe par la F.N.A.C.A.

    Place du 19 mars 1962

    (angle Avenue Daumesnil et rue Legraverend)

    11H : Dépôts de gerbes au Monument aux Morts
    Mairie du 12e arrondissement, 130, avenue Daumesnil

  • Pétition pour M. Barachid

    Imprimer

    Droit au séjour pour M. Barachid


    Monsieur Barachid est en France depuis mars 2000. Il a 73 ans et est un bénévole très actif de l'association "La Chorba" qui distribue gratuitement des repas aux personnes défavorisées. Il y travaille comme cuisinier et son  dévouement y est très apprécié.

    Il vient de recevoir un refus de régularisation, alors que son engagement associatif démontre avec force et coeur que sa vie est ici. Aujourd'hui tous les liens de Monsieur Barachid sont à Paris, il n'a plus aucune attache au Maroc. Un retour forcé dans ce pays, serait, à son âge, une tragédie pour un homme qui a construit sa vie en France en aidant ses concitoyens.

    Nous acteurs associatif, politiques ou syndicaux , habitants du quartier, citoyens attachés à la défense des droits de l’homme, demandons, pour raison humanitaire, que Monsieur Barachid reçoive un titre de séjour pour pouvoir continuer à vivre en France dignement et paisiblement.


    Vous pouvez télécharger ou signer la pétition en laissant vos Nom, Prénom, Profession et Ville dans les commentaires de cet article

    NOM PRENOM PROFESSION VILLE
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu