Avertir le modérateur

Vie de l'arrondissement - Page 18

  • Assumons la vidéo-protection !

    Imprimer

     

     

     

    Conseil du 12e arrondissement du 16 novembre 2009

     

    Explication de vote du PRG et présentation du vœu

    du groupe SRC sur la Vidéo Protection

     

    Madame la Maire, chers collègues,

     

    Quelques mots d’abord sur cette délibération pour répondre aux propos de nos collègues des autres groupes de la majorité et pour dire que les Radicaux de Gauche, que j’ai l’honneur de représenter dans ce conseil, ne sont pas hostiles par principe à la vidéo protection. Nous assumons notre programme commun de 2008, si vous m’accordez cette expression.

     

    Ne nous cachons pas que la vidéo protection existe déjà et qu’elle peut être utile pour remplir certains objectifs en compléments d’une présence humaine et d’une politique de prévention sur le terrain. Il n’y a pas d’exclusive entre ces moyens d’assurer la sécurité.

     

    Ainsi la vidéo est utile pour mieux gérer la circulation et rendre plus réactifs les services de police. Il n’est pas discutable non plus que la vidéo facilite la tâche de la police en matière de gestion de l’ordre public ou bien encore contre le risque terroriste, par exemple autour d’une grande gare comme la Gare de Lyon. La vidéo peut également être un outil précieux dans la fourniture de preuves pour les enquêtes de police et pour la justice, comme on l’a vu lors d’une agression d’un journaliste dans le 19e ou d’un agent dans un gymnase parisien. Enfin elle est utile parce que nos concitoyens la demandent pour être rassuré.

     

    Bien entendu, il faut qu’il y ait un contrôle rigoureux des images, des garanties indiscutables pour les citoyens.

     

    Il faut aussi rappeler que la vidéo-protection n’est pas la panacée, ne règle pas tout, et doit s’intégrer dans une politique globale de prévention et de sécurité respectueuse des libertés, et ce sont ces exigences que porte le vœu que j’ai l’honneur de présenter au nom du groupe Socialiste, Radical de Gauche et Citoyens.

     

    La Ville de Paris a pris les garanties nécessaires pour encadrer ce système : des caméras seulement sur la voie publique ou dans les lieux accueillant du public, on ne filme pas les entrées et les halls d’immeubles, les sites filmés sont rendus publics, et surtout nous avons une charte et un comité éthiques.

     

    Les élus devront se montrer attentifs au respect de la Charte et du Comité d’éthique par la Préfecture de Police de sorte qu’aucun soupçon ne pèse sur une éventuelle atteinte à nos libertés.

     

    Je crois d’ailleurs que nous pouvons tous ici reprendre à notre compte les propos du nouveau président de ce comité d’éthique, le haut-magistrat Roland Kessous, lorsqu’il dit  que « la vidéosurveillance est une réalité, nous devons tenir compte de cette réalité, mais il faut un droit de regard. »

     

     

    Nous n’oublions pas non plus que les phénomènes de violence ont pour principales victimes les habitants les plus fragiles et les plus modestes, souvent en situation d’insécurité sociale en raison de la politique économique de l’actuel gouvernement.

     

    La Préfecture de Police doit assumer pleinement sa responsabilité à leur égard comme nous le faisons dans notre municipalité.

    Il ne faut pas qu’avec le décret du 24 juillet 2009 relatif à la création de la police d’agglomération, les problématiques de sécurité des départements limitrophes ne fassent pas l’objet d’investissements humains et financiers à la hauteur des difficultés rencontrées, mais ne se résument qu’en un redéploiement des effectifs de police au détriment de la capitale.

     

    La mise en place d’un tel dispositif de vidéo-protection ne saurait se substituer à la police de proximité et à une politique pérenne de prévention, seuls garants d’une sécurité efficace.

     

    Il ne saurait pas non plus être exempt d’évaluation régulière et d’évolution, notamment pour les implantations des caméras.

     

    C’est pour ces raisons que les élus du groupe Socialistes, Radicaux et Citoyens du Conseil du 12ème arrondissement émettent le vœu :

     

    - que dans le cadre d’une politique globale de sécurité, la mise en œuvre de dispositifs préventifs de la délinquance constitue une priorité réaffirmée de l’action de la Ville de Paris,

     

    - que tous les dispositifs destinés à protéger les libertés individuelles, et en particulier ceux concernant la Charte d’éthique et le Comité d’éthique, soient effectivement mis en place, respectés, évalués de façon régulière et que ladite évaluation fasse l’objet de publication,

     

    - que dans le 12ème arrondissement, le préfet de police ou son représentant s’engage une fois par an à présenter le bilan en terme de prévention et d’efficacité de chacune des caméras devant le CSPDA et qu’au sein de cette instance puissent être apportées des modifications d’implantations,

     

    - que le Préfet de Police de Paris s’engage devant les élus parisiens à garantir le maintien des effectifs de police à Paris, et apporte régulièrement toutes les informations relatives à l’état des effectifs opérationnels sur le territoire de la capitale.

     

    Je vous invite tous à voter pour cette délibération qui avec ce vœu présente un projet équilibré et encadré conforme à notre contrat de mandature. Pour répondre à l’appel de notre collègue communiste, c’est à mes yeux cela la démarche unitaire de gauche qui doit être la notre.

     

    par Fabrice MOULIN

  • L'Eglise de scientologie échappe à l'interdiction de ses activités

    Imprimer

    Mardi 27 octobre, le tribunal correctionnel de Paris a rendu son jugement à l'encontre de l'Eglise de Scientologie et ses représentants français, conjointement reconnus coupables "d'escroquerie en bande organisée" et "d'exercice illégal de la pharmacie ".

    Maleureusement, aux termes de ce jugement et sous réserve de la décision du procès d'appel qui se tiendra dans une douzaine de mois, l'Eglise de scientologie peut poursuivre ses activités car elle échappe à la sanction la plus lourde : l'interdiction d'exercer ses activités. En effet, suite à un étrange amendement au Code pénal voté à l'Assemblée nationale, la loi ne le permet plus.

    Tout en condamnant l'association spirituelle de l'Eglise de scientologie et la société Scientologie espace librairie (SEL) à des amendes respectives de 400 000 et 200 000 euros, le tribunal a prononcé des peines de prison avec sursis contre quatre responsables français de l'Eglise fondée aux Etats-Unis en 1954 par l'auteur de science-fiction Ron Hubbard.

    Rappelons que la SEL est située rue Jules César dans le 12e arrondissement.

    Considéré comme le principal dirigeant, Alain Rosenberg écope de la peine la plus lourde. Absent à l'audience de jugement, il est condamné à deux ans de prison avec sursis et 30 000 euros d'amende. Pour trois autres responsables qui avaient aussi comparu du 25 mai au 17 juin devant la 12e chambre correctionnelle, les peines prononcées vont de dix-huit mois à dix mois de prison, assortis du sursis et d'amendes de 20 000 à 5 000 euros ; tandis que deux autres prévenues s'en tirent avec des amendes de 2 000 et 1 000 euros.

    Pour "mettre en garde d'éventuelles victimes par le biais d'une très grande publicité de la décision", le tribunal a exigé la publication de ce jugement dans plusieurs journaux, et, notamment, dans deux journaux étrangers : le Herald Tribune et Times Magazine.

    Le tribunal ne s'est pas prononcé "sur la valeur d'une doctrine", "mais sur des méthodes". Ses attendus sont sans équivoque. Escroquerie que ces tests de personnalité qui n'ont aucune valeur scientifique ; escroquerie encore, les cures de purification avec sauna et jogging à la clé ; escroquerie enfin, le fameux électromètre, objet fétiche des scientologues, vendu à des tarifs prohibitifs. "La place dans la scientologie dépend des capacités financières des adeptes", dénonce le tribunal.

    C'est une belle victoire pour tous ceux, comme la Miviludes ou l'association "Attention enfants", qui luttent contre l'influence néfaste et les pratiques charlatanesque des sectes en France. Néanmoins l'impossibilité légale de dissoudre la Scientologie et de fermer sa librairie malgré cette lourde condamnation et les arguments tirés par les cheuveux des juges pour la justifier laisse un goût amer.
    En effet le tribunal redouterait qu'"une interdiction d'exercer engendre la continuation des activités en dehors de toute structure légale" et considère oncernant la SEL, que "la fermeture d'une librairie irait à l'encontre des grands principes de liberté de pensée et d'expression qui sont le fondement de toute démocratie ".
    Pourtant cette affaire a démontré une fois de plus que la Scientologie n'est pas une église mais une entreprise commerciale assimilée  par le tribunal à une "bande organisée", donc la défense de la liberté de pensée n'a aucun fondement ici.

    Il me semble par exemple qu'une librairie révisionniste n'aurait pas bénéficié - fort heureusement - d'une telle mansuétude de la justice. De même pour n'importe quelle entreprise mafieuse condamnée pour escroquerie. Alors pourquoi la Scientologie pourrait-elle continuer ses activités et vendre sa propagande mensongère dans notre arrondissement ?

    Fabrice Moulin (avec article du Monde)
  • Grand succès de la votation citoyenne

    Imprimer

    La votation citoyenne contre la privatisation de la Poste a été un grand succès dans le 12e. Organisé par la Comité local auquel participaient syndicats, associations et tous les partis de gauche dont le PRG 12e, la votation a montré l'attachement des habitants de l'arrondissement au service public de la poste. PAr exemple, les gens faisaient la queue en continu devant l'urne installée sur le parvis de la Mairie du 12e et s'interrogeaient sur la suite qui serait donnée par le gouvernement à cette mobilisation.

    Les résultats après dépouillement sont parlants pour ce type de consultation symbolique :

    8246 votants

    7949 NON

    261 OUI

    36 Blancs ou Nuls

    Le sondage Ifop qui dit que 70% des Français sont pour un référendum sur la Poste est une preuve suppplémentaire que le débat est ouvert. Le gouvernement reviendra-t-il sur son projet de changement de statut de la Poste ? Publiera-t-il le décret autorisant les référendum d'initiatives populaires, comme s'y était engagé Sarkozy lors de la réforme de la Constitution, et donc de donner une suite à cette votation ?

    Rien n'est moins sûr malheureusement !

  • Votation contre la privatisation de la Poste

    Imprimer

    tract poste.png

    Une votation citoyenne est organisée à Paris le 3 octobre prochain pour voter contre l'ouverture du capital de la Poste donc contre sa privatisation de fait et ses conséquences. Elle est organisée par le Comité parisien de l'Appel pour la Poste constitué par tous les partis de gauche, les syndicats et des associations. (www.appelpourlaposte.org)

    Rappelons que le PRG était à l'initiative d'une pétition sur ce sujet lancée l'an dernier par le comité de liaison de la gauche.

    Le PRG 12e participe pour sa part au Comité 12e et à l'organisation de la votation dans l'arrondissement. Le groupe socialiste, radicaux et citoyens présentera un voeu pour l'organisation matérielle de cette consultation populaire. Sur les marchés où nous étions ce week-end, il est indéniable que le projet du gouvernement comme les restructurations récentes de la Poste sont très mal ressenties par les habitants quelque soit leur niveau social et même leur couleur politique.

    Le projet de privatisation de la Poste a perdu un peu plus de sa signification avec la crise financière montrant la fragilité des entreprises cotées et non pas seulement des banques.
    Mais il faut insister sur le fait que d’autres voies de modernisation existent, comme celles que propose le PRG :

    - la mise en réseau des postes européennes voire la création d’un consortium européen d’entreprises publiques chargées de la poste ou encore d’une Société Coopérative Européenne (ce statut existe) des postes. L’Union Européenne pourrait ainsi disposer d’un système puissant de « services d’intérêt général » dans le domaine postal.

    - La recherche, par la Poste, de fonds propres via l’émission de Titres Participatifs (des équivalents existent d’ailleurs dans d’autres pays
    européens).

    - La création d’un Fonds d’Investissement de la Poste qui pourrait porter les Titres Participatifs souscrits par des particuliers à coté de participations financières institutionnelles représentées également par de tels titres.

    - L’intervention de la Caisse des Dépôts et Consignations dont c’est l’un des métiers.


    Il apparaît indispensable que de telles pistes soient examinées par le gouvernement.

  • Goûter républicain avec les soldats du défilé à Nation

    Imprimer

    Michèle Blumenthal, Maire du 12e arrondissement,
    Fabrice Moulin, Adjoint à la Maire en charge de la Mémoire, du Monde Combattant et du Tourisme,

    Correspondant Défense
    Et l’équipe municipale vous invitent

    Les parisiens accueillent leurs soldats

    Mardi 14 juillet à partir de 13h30

    Place de la Nation – Métro : Nation

    Venez à la rencontre de certains des militaires ayant défilé le matin sur les Champs-Élysées
    et participer à un grand goûter républicain offert par les Mairies des 11, 12 et 20e arrondissements

    Cette opération, organisée par le Gouverneur militaire de Paris avec la Mairie de Paris, est devenue un rendez-vous très apprécié des Parisiens. 
    Tous les ans, le jour du 14 juillet, nos soldats viennent dans certains arrondissements pour faire découvrir aux habitants leur métier et leur matériel.

    Cette année une grande rencontre avec démonstrations et concerts, suivie d'un goûter républicain se tiendra place de la Nation, avec le concours des Mairies des 11e, 12e et 20e arrondissements.
    Une des plus importantes présentations de matériel aura lieu ce jour là dans l'est parisien. Les soldats présents viennent notamment du 8e RPIMA (Régiment de Parachutistes de l’Infanterie de Marine)  basé à Castres.
    L’infanterie de Marine, une des armes les plus prestigieuses de l’Armée de Terre,  sert surtout pour des opérations de maintien de la paix à l’étranger. Certains des soldats présents place de la Nation reviennent notamment  de mission en Afghanistan.

    Rendez-vous place de la Nation

    Démonstrations d’engins à partir de 13h30

    Concerts de musique militaire à partir de 14h15

    Grand goûter républicain à 17h
    Autour du kiosque à musique face au lycée Arago, entre l'avenue Diderot et l'avenue Dorian.

    ......................

  • L'augmentation d'EDF est inacceptable

    Imprimer

    Déclaration du PRG suite à l'annonce d'EDF d'augmenter ses tarifs de 20 % :

    Jean-Michel Baylet, président du PRG : "L'augmentation de 20% des tarifs d'électricité réclamée par le PDG d'EDF est inacceptable!
    Ce comportement de marchand de tapis qui consiste à réclamer l'inacceptable pour obtenir plus que de nécessaire à l'issue d'une négociation est indigne d'un grand groupe industriel comme EDF".

  • Gros succès pour la Chasse aux Trésors

    Imprimer

    Plus de 20 000 participants dans tout Paris, plus de 2000 dans le 12e pour notre première participation, la Chasse aux Trésors organisée le 4 juillet par la Ville de Paris a été un franc succès !

    Lors de la remise des prix, malgré une chaleur étouffante, la salle des fêtes était bourrée à craquer de monde, des participants, des bénévoles comme des associations et commerçants visiblement satisfait de cette première expérience. Après avoir patienté en écoutant le groupe de jazz Oracle Swinging Trio, les équipes gagnantes ont été tirées au sort. A cette occasion, Jean-Bernard Bros, ajoint au maire de Paris chargé du Tourisme, à l'origine de l'évènement, nous a donné rendez-vous l'année prochaine pour un nouvel épisode populaire et gratuit, dans tout Paris et même dans Paris Metropole.

    D'autres équipes ont réçu des lots récompensant leur motivation, comme l'équipe la mieux déguisée.Celle-ci avait déjà été remarquée par Jeannette de l'Association ARVEM et du Conseil de Quartier Bel-Air Nord qui les a prise en photo lors d'une étape au kiosque Courteline où Marie Gaillard, créatrice sur papier, montrait son art aux "chasseurs".Chasse aux Trésors avec ARVEM2.jpgChasse aux Trésors avec ARVEM1.jpg

  • La Chasse aux Trésors de Paris, pour la première fois dans le 12e

    Imprimer

    Avis à tous les chasseurs de trésor ! Il y a un siècle, la musique « L’être de Paris » était enfouie dans les sous-sols de la Capitale. Il est désormais temps de la retrouver…

    En tant que Maire-adjoint en charge du Tourisme à la Mairie du 12e, j'ai souhaité que notre arrondissement accueille  pour la première fois la Chasse aux Trésors de Paris. Organisé chaque année par la Ville de Paris, c'est un évènement festif et ludique, gratuit et accessible à tous qui permettra aux habitants du 12e de découvrir ou re-découvrir leur arrondissement hors des sentiers battus en résolvant des énigmes simples. Pour les commerçants, artisans, artistes et associations qui animeront le parcours et serviront d'étape sur le chemin des "chasseurs", c'est une manière de mettre en avant leur savoir-faire, de se faire connaître ou de montrer son art. Pour notre arrondissement, c'est un moyen sympathique de mettre en valeur son patrimoine, et ses richesses naturelles et écologiques et de montrer qu'autant qu'ailleurs ça bouge dans le 12 !

    FM

    tresorsdeparis_afficheHD.jpgSamedi 4 juillet, la Ville de Paris organise, en collaboration avec les mairies des 3e, 6e, 9e, 11e, 12e, 13e, 16e, 18e, 19e et 20e arrondissements, la 4ème édition de « La Chasse aux Trésors de Paris ». Une aventure inédite offrant la possibilité aux Parisiens, aux Franciliens et aux nombreux visiteurs français et étrangers de Paris de découvrir ou re-découvrir la ville sous un nouveau jour.

    Inscription gratuite sur le site www.tresorsdeparis.fr ou le jour même sur le Parvis de la mairie du 12e entre 10h et 13h.


    DE RENCONTRES EN DECOUVERTES…


    Avec la participation de cinq nouveaux arrondissements, l’événement poursuit sa conquête vers l’ouest et s’ouvre à de nouveaux horizons. Huit parcours ont été tracés dans chaque arrondissement, c’est donc 80 parcours au total qui seront proposés aux joueurs dans tout Paris.
    En famille ou entre amis, les participants goûteront au charme du Paris des Parisiens : rencontres avec les commerçants, les artisans, les artistes ou les associations des quartiers, mais aussi, découverte de lieux insolites souvent méconnus : jardins cachés, ruelles étroites et autres passages secrets. Ils récolteront ainsi des indices leur permettant de résoudre l’énigme et d’accéder « aux trésors de Paris ».
    Pour cette 4ème édition, plus de 15 000 personnes sont attendues, dont des touristes anglophones et des personnes à mobilité réduite pour qui des parcours ont été aménagés dans chaque arrondissement.

    Au terme de cette aventure au coeur d’un autre Paris, mystérieux et envoûtant, les 10 mairies d’arrondissements donnent rendez-vous à l’ensemble des participants pour des animations festives et conviviales autour d’un verre, en attendant la remise des prix à 16h30.
    Les gagnants profiteront d’un spectacle exceptionnel au « Cabaret secret », mythique soirée qui n’a lieu qu’une fois par an, dans un lieu magique gardé secret, avec entre autres un concert privé de Matthieu Chédid, parrain de l’événement.

     

     

  • Cérémonie de remise de la médaille des Justes

    Imprimer
    La Mairie du 12e s’associe au travail de mémoire réalisé par le Comité Français pour Yad Vashem en accueillant le 25 juin à 18h une cérémonie de remise de la médaille des "Justes parmi les Nations".

    Fondé en 1989, le Comité Français pour Yad Vashem s’est donné trois missions essentielles :



    - Faire reconnaître et honorer la mémoire des Justes parmi les Nations. Pour cela le Comité instruit les dossiers qui lui sont soumis, la plupart des temps par des personnes juives sauvées. Il les transmet au Comité Yad Vashem de Jérusalem pour que le titre soit décerné. Il assure ensuite l’organisation de la cérémonie au cours de laquelle la médaille et le diplôme des Justes sont remis.
    - Collecter les noms des victimes de la Shoah pour les faire figurer dans la salle des noms de l’Institut Yad Vashem de Jérusalem afin qu’ils ne soient jamais oubliés.
    - Favoriser la transmission de l’histoire de la Shoah, notamment au travers d’expositions itinérantes et d’interventions en milieu scolaire.

    La Mairie du 12e a souhaité s’associer au travail de mémoire réalisé par le Comité Français pour Yad Vashem en accueillant le 25 juin 2009 une cérémonie de remise de médailles des "Justes parmi les Nations", à titre posthume, aux ayants droits de :

    Auguste et Marie JAEGER
    Gaston GIROUSSE
    Jean-Marie et ses filles Germaine et Nathalie LAPEYRE
    Antoinette TRIEULET
    qui, au péril de leur vie, ont sauvé des juifs pendant la Seconde guerre mondiale.

    Les "Justes des Nations" reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase tirée du Talmud : "Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier".

    Au 1er janvier 2006, le titre avait été décerné à 21 308 personnes à travers le monde, dont 2 646 en France. Mais le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.

    Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. Tous considèrent n'avoir rien fait d'autre que leur métier d'homme. Ils doivent servir de phares aux nouvelles générations.

    Cérémonie le jeudi 25 juin 2009 à 18h00
    Salle des Fêtes de la Mairie du 12e

  • La Scientologie enfin dissoute ?

    Imprimer

    La Scientologie bientôt dissoute ? Nous en avons rêvé, le tribunal va peut-être le faire ! Si les réquisitions du Parquet sont suivies et que la décision de dissolution aboutit, il faudra que notre municipalité se mette sur les rangs pour récupérer un immeuble entier 7 rue Jules César, siège de l'Association Spirituelle de L'Eglise de Scientologie d'Ile de France. Enfin "désin-sectisée", cette rue pourrait ainsi accueillir de véritables équipements pour les habitants, des logements, des crèches ou une activité honnête créatrice d'emplois, et non plus une bande de charlatans dont l'activité première est d'escroquer les gens fragiles. A ce sujet voici l'extrait  d'une dépêche AP sur le procès actuel qui donne un éclairage très éclairant sur les pratiques condamnables de la secte :

    Le parquet de Paris a requis lundi la condamnation suivie de la dissolution de l'association spirituelle de l'Eglise de Scientologie-Celebrity Center et de la librairie SEL (Scientologie espace liberté), jugées en tant que personne morale par le tribunal correctionnel de Paris pour "escroquerie en bande organisée", et a réclamé une amende de deux millions d'euros contre chacune de ces deux associations.

    Ces réquisitions sont d'autant plus sévères que le ministère public avait dans ses réquisitions écrites, transmises au juge d'instruction en septembre 2006, demandé un non-lieu général au profit des deux personnes morales et des sept prévenus qui n'étaient plus que six devant le tribunal, l'un d'entre eux étant mort depuis.

    Le ministère public a requis des peines d'emprisonnement avec sursis -de deux à quatre ans- assorties d'amende -de 10.000 euros à 150.000 euros- à l'encontre de quatre des six anciens membres de l'Eglise de Scientologie jugés depuis le 25 mai.

    Maud Morel-Coujard, l'un des deux procureurs de la République, a estimé que les tests de personnalité réalisés sur les futurs membres, la pratique de l'électromètre, "le harcèlement commercial" et la "cohorte de programmes de formation" vendus aux adeptes étaient autant de "manoeuvres frauduleuses" caractérisant l'infraction d'escroquerie en bande organisée.

    La Scientologie est un "système de marketing", un "système maniaque et paranoïaque" au "service d'un projet d'une valeur religieuse dont il ne convient pas de débattre" dans l'enceinte d'un tribunal, a-t-elle expliqué. "Mais c'est cette valeur religieuse qu'on a opposé sans cesse à l'action légitime de la justice. Ce bouclier religieux, la liberté de culte et de conscience, a été utilisé sans cesse pour délégitimer d'entrée l'idée d'une sanction pénale", a-t-elle souligné.

    "Depuis le début du procès, nous avons entendu à maintes reprises que le bonheur n'a pas de prix. Nous avons acquis la conviction au ministère public que s'il n'a pas de prix, il a un coût, un coût considérable. Notre position a beaucoup évolué depuis l'instruction". L'une des plaignantes, Aude-Claire Malton, a versé ainsi 80.000 FF en 1997 tandis qu'une autre adepte, a déboursé 140.000 FF la même année.

    Maud Morel-Coujard a qualifié le test, méthode de recrutement des novices, d'"outil de démarchage, outil de sélection et outil de conditionnement". L'électromètre, censé localiser la charge mentale négative de chaque scientologue, n'est qu'un "leurre" servant "uniquement à la mise en scène qui caractérise l'escroquerie". Quant au formulaire de religion, sorte de protocole que signent les déçus de l'Eglise de Scientologie, "c'est un véritable pacte faustien" par lequel les adeptes "renoncent par avance à toute réclamation et toute plainte"...

    "Depuis cette plongée dans l'univers de la scientologie, nous avons découvert une méthode née dans le cerveau d'un écrivain de science-fiction dans la Californie des années 50". "Ron Hubbard a créé un prêt-à-penser aux allures de bric à brac", a-t-elle ironisé.

    Une peine de quatre ans avec sursis, 150.000 euros d'amende et cinq ans de privation des droits civiques et civils a été requise contre Alain Rosenberg, l'un des dirigeants de la principale structure française de la Scientologie. Une peine de trois ans avec sursis, 50.000 euros d'amende et cinq ans d'interdiction des droits civiques et civils a été demandée contre Didier Michaux.

    Contre Jean-François Valli et Sabine Jacquart, le parquet a respectivement requis trois ans avec sursis assortis de 25.000 euros d'amende et deux ans avec sursis et 10.000 euros d'amende. A l'encontre de Marie-Anne Pasturel et Aline Fabre, poursuivies pour "exercice illégal de la pharmacie" -vente de "vitamines"-, il a été demandé une amende de 2.000 euros.

    Dans sa plaidoirie, Me Olivier Morice, l'avocat de Mme Malton, a considéré que les pratiques de la Scientologie étaient des "méthodes systématiques et récurrentes relevant de l'escroquerie". Le jugement de la 12e chambre sera mis en délibéré à l'issue des plaidoiries de la défense qui s'achèvent mercredi. AP

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu