Avertir le modérateur

Economie et Tourisme - Page 3

  • Ce weekend, le marché des Pays de l'Aveyron de retour à Bercy !

    Ce weekend, dans le quartier de Bercyles 7, 9 et 9 octobre 2011, se déroule le rendez-vous incontournable des natifs et des amoureux de l'Aveyron (et de l'Aligot!) les Marchés des Pays de l’Aveyron soutenu par la Mairie de Paris et le Conseil général de l'Aveyron et organisé par la Fédération Nationale des Amicales Aveyronnaises

    Ce marché est toujours apprécié pour son ambiance festive et ses produits du terroir mais c'est aussi l’occasion pour le visiteur d’une découverte culturelle du département, avec le Salon du Livre Rouergat où sont présentés de nombreux ouvrages ayant pour thème l’Aveyron ou écrit par des auteurs aveyronnais. De nombreux groupes folkloriques proposent des démonstrations de danses traditionnelles. Des joueurs de quilles de huit proposent une initiation à ce sport très aveyronnais. Des animations font renaître de vieux métiers aujourd’hui disparus.

    Comme chaque année, j'aurai l'occasion de participer à son inauguration avec notre maire Michèle Blumethal, mon ami Jean-bernard Bros, maire-adjoint de Paris chargé du Tourisme et le maire de Paris, Bertrand Delanoë, fidèles au rendez-vous.

    Tout le programme est ici.

  • Jean-Bernard Bros présente les propositions des radicaux dans la primaire

    Jeudi 22 septembre, Jean-Bernard Bros, Adjoint au Maire de Paris, président de la Fédération de Paris du PRG et porte-parole de Jean-Michel Baylet, a répondu en direct aux questions posées par les internautres sur le site des primaires citoyennes.

     
    Retrouvez ses réponses :

    Jean-Bernard Bros a répondu à vos questions par PartiSocialiste

  • Le 12e a besoin d'hôtels

    Alors que les vacances arrivent, un petit retour sur l'hôtellerie pairsienne et son intérêt pour les habitants.

    Mon collègue Gilles Alayrac, conseiller de Paris PRG du 15e arrondissement explique dans un article du Parisien (à lire sur son blog) qu'il faut renforcer la capacité hôtelière de Paris pour le tourisme d'affaires.

    Il a non seulement raison mais plus généralement, à côté d'autres formes d'hébergements, la création d'hôtels est une necéssité pour faire face face à la hausse continue de la fréquentation touristique de la capitale mondiale du tourisme, que ce soit la clientèle d'affaires ou de loisirs. La mairie de Paris estime qu'il manque 7500 chambres d'hôtels. C'est pourquoi nous avons lancé en 2008 un Plan hôtelier parisien qui concerne tous les arrondissements de Paris et plus globalement Paris Metropole et la petite couronne.

    J'ai d'ailleurs fréquemment soutenu auprès de mes collègues en tant qu'adjoint au tourisme la nécessité d'intégrer des hôtels, à côté d'autres équipements, dans les planifications urbaines du 12e. Dans le 12e, ce plan se traduit ainsi par des projets d'hôtels encouragé par la municipalité, comme au 13 rue de Reuilly (avec une crèche muncipale au rez-de-chaussée), ou dans le futur quartier Bercy-Charenton ou encore le Grand Projet de Renouvellement Urbain de la Porte de Vincennes. Avec 2 gares, Bercy et Gare de Lyon, le quartier Saint-Emilion ou Aligre, le quartier de Bastille et ses espaces verts et son bois, notre arrondissement a tout pour devenir un pôle majeur d'attraction touristique de la capitale et attirer un flux de visiteurs bénéfique aux commerces, cafés et restaurants.

    Ces création d'hôtels sont une aubaine pour les quartiers car ils créent des emplois en nombre et diversifiés (qui vont de sans qualification à grands diplomés),  de l'activité économique dans la capitale (et déjà lors de la construction) et des rentrées fiscales (notamment la taxe de séjours), de l'animation et une ouverture sur le quartier (contrairement aux bureaux qui sont vides pour la plupart après 19h). Surtout lors de l'exploitation de l'établissement, notre municipalité insiste pour que le développement économique bénéficie aux quartiers, notamment dans le choix des fournisseurs : les boulangeries ou les pressings.

  • Les visites de printemps et d'été dans le 12e

    En tant que Maire-adjoint chargé du tourisme, avec le soutien de la Ville de Paris, j'ai proposé à plusieurs associations de tourisme participatif d'organiser pour les nouveaux habitants des visites insolites des quartiers du 12e arrondissement. Ces visites sont maintenant ouvertes à tous les habitants, les parisiens et les touristes pour qu'ils puissent découvrir gratuitement la grande histoire et les petits secrets de notre arrondissement, ses grands monuments comme ses oeuvres d'architectures contemporaines, ses commerces et ses artisans, ses jardins et ses rues animées. De mai à septembre, profitez du beau temps pour découvrir ou redécouvrir notre arrondissement.


    Dix thèmes de visites guidées gratuites vous sont proposés aux mois de mai, juin, juillet et septembre. Chacune de ces visites propose la découverte d'un quartier du 12e avec un regard et un intervenant spécifique. Plusieurs dates et horaires sont disponibles sur réservation pour chaque visite, dans la limite des places disponibles. Les réservations sont obligatoires.

    Le quartier d'Aligre
    Les samedis 14 et 28 mai et 25 juin - de 10h à 12h
    Les mercredis 18 mai, 1er juin de 13h à 15h et le 15 juin de 14h à 16h

    Bercy, des négociants en vin au jardin de la mémoire
    Le samedi 28 mai et le samedi 11 juin - à 14h30

    Le Faubourg Saint-Antoine
    Le samedi 28 mai et le samedi 25 juin - à 14h30

    De la gare de Lyon au marché d'Aligre
    Le samedi 28 mai - à 14h30

    Autour de la place de la Nation
    Le samedi 4 juin - à 14h30

    Autour de la Porte Dorée
    Le samedi 4 juin - à 14h30

    De jardin en jardin
    Le samedi 2 et le dimanche 3 juillet - à 14h30

    Le quartier des Quinze-Vingt et la rue de Charenton
    Le samedi 9 juillet - à 14h30

    L'abbaye Saint-Antoine des Champs et le marché d'Aligre
    Le dimanche 11 septembre - à 14h30

    La rue de Picpus
    La date n'est pas encore fixée

    Contact réservation : 01 44 68 12 46
    Attention, merci de penser à nous informer trois jours au plus tard avant la promenade, si vous ne pouvez pas venir.

  • Quand la droite attaque les Aveyronnais !

    Lors du dernier Conseil d'arrondissement, notre majorité a eu la surprise d'être interpellée par les élus d'opposition sur un projet de délibération qui n'avait jusqu'alors jamais posé problème : la subvention de 8000 euros à la Fédération Nationale des Amicales Aveyronnaises (FNAA) qui organise notamment le traditionnel Marché des Pays de l'Aveyron depuis plus de 10 ans en octobre dans le quartier de Bercy, avec un succès populaire bien mérité.

    Les Aveyronnais sont très implantés dans le quartier de Bercy. On y compte des restaurants, à commencer par l'Auberge aveyronnaise, les Salons de l'Aveyron pour l'organisation de congrès et conférences, la maison de l'Aveyron, pour la promotion du département et qui vient d'emménager dans le quartier, et l'Oustal qui accueille un foyer de jeunes travailleurs. La FNAA joue un peu le rôle de coordination dans tout ce petit monde.

    Or c'est justement sur cette association au rôle culturel et social reconnu que l'UMP a jeté le discrédit. Au nom du groupe UMP, Gérard Rey s'est ainsi interrogé en mode accusatoire sur la ligne « loyer locaux et salles » dans son budget de fonctionnement, suspectant visiblement l'association aveyronnaise de se louer à elle-même ses propres salles, bref de truquer ses comptes.

    Voici, tiré du Compte-rendu (provisoire) du Conseil d'arrondissement de mai, l'attaque de M. Rey : "J'aimerais bien aussi connaître les détails concernant les achats externes. Je vois qu'il y a « loyers, locaux et salles ». J'espère qu’ils ne s’auto-louent pas leurs salles, parce que cette association aveyronnaise a de magnifiques salles dans lesquelles il y a un restaurant. Je voudrais savoir, quand il y a une réunion de cette association, si la fédération facture au restaurant pour avoir une salle. Je suis d'accord pour aider les associations de ce type, mais pas pour les nourrir, ni facturer les salles pour faire la fête, même pour les dirigeants. Je voudrais donc avoir quelques détails là-dessus."

    Et voici un extrait de ma réponse :

    « Il faut déjà savoir que les 8 000 euros représentent, par rapport au budget du marché des pays de l'Aveyron, à peine 5 % du budget général. Cela dit, par rapport à votre question sur les loyers, locaux et salles, les commissaires aux comptes regardent les comptes de l'association. J'ai rarement vu délibération plus complète. Vous avez tous les documents sur le bilan et le budget des activités de cette association.

    Cela dit, en votre nom, nous leur demanderons s'ils ne détournent pas de l'argent public, mais je dois dire que c'est une assez grave accusation. »

    Il est normal qu'un élu interroge l'exécutif sur l'utilisation des subventions accordées, c'est son rôle. Mais il ne faut pas pour autant parler sans savoir et lancer des accusations sans fondement !

    M. Rey ne sait visiblement pas que les comptes d'une association avec un budget conséquent comme la FNAA sont soumis à un double contrôle, celui de la Ville de Paris via le Bureau des subventions aux associations, mais aussi par l'obligation légale de les faire certifier par un Commissaire aux comptes. Il est d'ailleurs indiquédans ses statuts : "Le rapport annuel et les comptes y compris ceux des comités locaux, s’il y a lieu, sont adressés chaque année au commissaire de la République du département et au Ministre de l’Intérieur."

    M. Rey a surtout confondu la Fédération Nationale des Amicales Aveyronnaises avec les Salons de l'Aveyron. Il s'agit de 2 entités distinctes, même si les Salons de l'Aveyron gère le site confiée en 1996 par les Amicales aveyronnaises, propriétaires de l'immeuble L'Oustal des Aveyronnais où se trouvent les Salons rue de l'Aubrac, à Paris XIIe. Comme spécifié sur le site des Salons : "Le bâtiment, érigé sans subvention et grâce aux épargnants aveyronnais, a été construit au service de tous les rouergats, grâce à l'obstination de Messieurs Solignac, président des Amicales aveyronnaises, et Ribeiro, directeur de la Compagnie aveyronnaise." Les Salons de l'Aveyron louent donc salles de réunions et restaurant à des entreprises pour des séminaires, des congrès et à des associations comme la FNAA, qui y organise par exemple son Assemblée générale. C'est peut-être un peu complexe mais il n'y a rien de répréhensible à tout cela, et surtout pas motif au réquisitoire du groupe UMP.

    Reste qu'il est assez surprenant de voir l'UMP s'attaquer aussi brutalement aux Aveyronnais de Paris et les traiter comme des suspects alors que cette subvention à la FNAA est récurrente, et même en baisse pour respecter l'effort budgétaire entrepris par la Ville de Paris.

     

  • Berges, logements et hélicos, quand la droite se contredit...

    Au menu notamment du conseil d'arrondissement de janvier, le projet d'aménagement  voies sur berges qui s’étend maintenant au 12e arrondissement, notamment le bassin de l'Arsenal, ce qui est une chance. Face à l'opposition concertée de la CCIP et de la droite, le débat a permis de rappeler que le projet du tramway avait connu les mêmes oppositions au nom de la défense du petit commerce, avant que sa réalisation prouve au contraire l'apport de revitalisation des quartiers au plus grand bénéfice des commerçants. En terme d'attractivité touristique, et donc d'activité économique et d'emplois, la création d'espaces de loisirs et culturels sur les berges dans Paris est une bonne chose, inspirée de plusieurs exemples de métropole touristiques dans le monde. D'ailleurs, une ville comme Bordeaux ne s'y est pas trompé puisque son maire, Alain Juppé, qui est rappelons-le un ministre de droite, n'a pas hésité à bousculer les conservatismes et modifier considérablement le plan de circulation sur les quais de la Garonne. J'invite notre opposition à constater l'activité commerciale dans ses espaces réhabilités.

    Un voeu du groupe socialiste et radical de gauche appelant le gouvernement à prendre ses responsabilités - notamment financières - a prouvé une nouvelle fois l'incurie de la droite qui ne cesse de parler du besoin de logement des classes moyennes à Paris tout en refusant de nous donner les moyens de le faire. Autre moment amusant : un voeu du PC contre l'implantation d'un héliport à Bercy, projet soutenu par les leaders de la droite parisienne, Jean-François Lamour et Philippe Goujon, mais pas par la droite du 12e, qui ne savait pas trop quoi répondre... et a finit par soutenir le fond du voeu sans le voter !

  • L'opposition perd la tête

    Jean-Marie Cavada a donc démissionné du Conseil de Paris et du conseil d'arrondissement après deux ans de quasi-absence et d'une inactivité municipale qui n'étonnera que ceux qui n'avaient pas compris dès le début qu'il ne s'était présenté dans notre arrondissement que pour garantir sa réélection au Parlement européen. Ce qui fut fait en 2009, date à laquelle on ne l'a plus jamais revu en conseil d'arrondissement. La droite perd donc sa tête de liste ! La suivante sur la liste aura été moins assidue puisqu'on a vu Christine Lagarde qu'une fois dans notre mairie, en 2008. Mais elle ne démissionne pas. Cavada quitte le navire, et Le Monde résume bien ce pathétique naufrage de la droite du 12e :

    "Nicolas Sarkozy avait contribué à convaincre Jean-Marie Cavada, transfuge du MoDem en 2008, de se présenter dans le 12e arrondissement de Paris, un territoire clé pour la droite. Une stratégie qui n'a pas payé, Jean-Marie Cavada et la ministre de l'économie, Christine Lagarde, avaient été balayés, réunissant au second tour seulement 35 % des voix contre plus de 64 % à la maire sortante socialiste, Michèle Blumenthal. Le parachutage de l'ex-présentateur de "La Marche du siècle" à Paris devait renouveler les leaders de la droite dans un arrondissement clé pour la conquête de l'Hôtel de Ville. Finalement, le siège de Jean-Marie Cavada reviendra à l'UMP Vincent Casa, 75 ans, élu du 12e depuis 1995."

    Vincent Casa qui devrait peut-être rejoindre le groupe Nouveau centre, où siégait Cavada, en contrepartie de sa promotion au Conseil de Paris, après avoir fait toute sa carrière au RPR. Cela doit être cela, le "renouvellement" ! Cette opportunisme ne trompera personne, et surtout pas les électeurs du centre-droit qui n'ont plus de représentant crédible dans l'opposition. Il faut dire que personne n'a encore compris quoi et qui représentait cette opposition hétéroclite ni quelles positions ils défendent, à part une sorte de conservatisme brouillon.

    Dernière anecdote en date en guise de démonstration : dans le journal de la droite, Les nouvelles du 12e, Vincent Casa critique l'attribution de deux subventions dont j'étais rapporteur au dernier conseil. Soit le soutien à deux associations pour la création de balades patrimoniales que Vincent Casa juge "ridicule" en parlant "d'argent gaspillé". Rappelons d'abord que ces associations vont faire découvrir aux nouveaux habitants (plusieurs milliers chaque année) leur arrondissement et initier la création de circuits touristiques hors des sentiers battus pour mettre en valeur le tissu, associatif, commerçant, artisan et artistiques ainsi que les richesses du patrimoine et les nouvelles réalisations architecturales du 12e. C'est du tourisme participatif et associatif, sur le même modèle que d'autres initiatives créées depuis 2001 qui drainent des milliers de personnes dans notre arrondissement. Monsieur Casa pourrait se réjouir que les habitants du 12e profitent de ces initiatives comme d'autres arrondissements avant. Mais sa critique est très révélatrice de l'esprit réactionnaire des élus de droite. Et je suis généreux en parlant "d'esprit"...

    Mais rappelons surtout que ces subventions n'ont soulevé ni questions, ni objections des amis de monsieur Casa en conseil d'arrondissement qui, si ma mémoire est bonne, ont voté avec la majorité pour leur attribution. Amnésie collective ou mauvaise foi caractérisée ? Ce n'est pas la première fois que Vincent Casa critique une décision pour laquelle il a votée. Mais peut-être que cette fois la droite a vraiment perdu la tête !

  • Le monde combattant à l'épreuve du remaniement et du budget

    Petit retour sur les derniers évènements politiques nationaux, le remaniement et le vote du budget. Loin de moi l’idée de jouer les commentateurs de l’actualité, d’autres le font mieux que moi, notamment les journalistes dont c’est le rôle, mais il y a des enseignements à en tirer concernant les délégations dont je m’occupe.

    Ainsi, après la désastreuse expérience Hubert Falco, sous-secrétaire d’Etat aux anciens combattant, qui n’a eu de cesse de mépriser ceux-ci et sa mission, on notera que le remaniement acte la disparition totale de tout représentant du monde combattant au gouvernement. La Fédération Nationale des Anciens Combattants en Algérie Maroc et Tunisie (FNACA) a d’ailleurs dénoncé cette nouvelle marque de mépris qui est révélateur de l’oubli progressif des sacrifices que beaucoup de nos concitoyens, aujourd’hui âgés, ont rendu à la France.

    Autre épisode, le débat sur la loi de Finance où des amendements votés par l’Assemblée nationale, parfois à l’unanimité, ont été purement et simplement annulés par le gouvernement. Ce déni de démocratie est l’œuvre de François Baroin, ministre du Budget, et de sa ministre de tutelle, Christine Lagarde, ministre des Finances et élue d’opposition du 12e arrondissement.

    Le président de nos députés Radicaux de Gauche (PRG) et apparentés, Gérard Charasse a dénoncé « le coup de force du gouvernement à l'Assemblée sur le budget 2011 », dénonçant le « retour forcé sur les délibérations de l'Assemblée, nouveau symptôme de l'agonie de la Ve République ».

    Parmi ces amendements annulés par la Ministre des Finances, Christine Lagarde, figurait notamment le relèvement de 2 points de la retraite des Anciens combattants, promesse non tenues parmi tant d’autres du candidat Sarkozy.

    Le budget 2011 des anciens combattants est donc en baisse de 3,89 %. Le plafond de l'allocation de solidarité pour les conjoints survivants n'augmentera pas. Le rattrapage entre l'indice des prix à la consommation et la valeur des retraites n'aura pas lieu cette année non plus. Une fin de non recevoir qui rend un peu plus ridicule, si c’est possible, les gesticulations de notre opposition locale devant les anciens combattants du 12e, en la personne de M. Casa affirmant plaider la cause du monde combattant auprès de sa collègue ministre.

    Enfin, autre conséquence du remaniement du gouvernement, le Tourisme a un nouveau secrétaire d’Etat, l’inéfable Frédéric Lefebvre, porte-flingue de Sarkozy et porte-parole habitué aux dérapages de l’UMP. Et je ne suis pas sûr que ce soit une bonne chose pour ce secteur pourvoyeur d’emplois non délocalisables, qui a plus besoin d’une politique de développement économique inscrite dans la durée que de coups médiatiques et autres numéros d’esbroufe dont Lefebvre est coutumier !

  • L'Aveyron dans l'Auvergnat de Paris

    L'Auvergnat de Paris a consacré un long article sur le Marché des Pays de l'Aveyron 2010 qui se tient chaque année dans le quartier de Bercy avec le soutien de la Maire de Paris et de la mairie du 12e arrondissement et toujours en présence de tous les amis des aveyronnais parisiens toujours présents à l'inauguration, à commencer par le Maire de Paris. Extrait :

    [...] c'est le jour J, le plus important de ces 3 jours, avec l'inauguration officielle du marché. Autour de M. Paloc de nombreuses personnalités étaient présentes dont le parrain Yves Censi (député de la première circonscription du département de l’Aveyron), Jean-Claude Luche (président du conseil Général de l'Aveyron), Bertrand Delanoë (maire de Paris), Maurice Solignac (Président d’Honneur de la F.N.A.A), Sandrine Mouret (Pastourelle de l’Aveyron et de la Ligue Auvergnate et du Massif Central), Jean-Bernard Bros (adjoint au maire de Paris, chargé du tourisme et des médias), Jean Laurens (Président de la Chambre d’Agriculture de l’Aveyron), Jacques Godfrain (Député, ancien Ministre et Maire de Millau), Jean Puech (Sénateur, ancien Ministre et Président du Conseil Général de l’Aveyron), Vincent Bouvier (Préfet de l’Aveyron), Madame Lyne Cohen-Solal (Maire adjointe de Paris, chargée du commerce, de l’artisanat, des professions indépendantes et des métiers d’art), Sandrine Mazetier (député du 12e), Michèle Blumenthal (maire du 12e), Fabrice Moulin (adjoint au maire du 12e, adjoint à la Maire, chargé de la mémoire, du monde combattant et du tourisme), Gérard Tempion (conseiller d’arrondissement du douzième), Edouard Fabre (Président Directeur Général de la R.A.G.T.), Marc Censi (Maire de Rodez, ancien Président de la Région Midi Pyrénées), nous en avons certainement oublié, mais en regardant la vidéo et le discours du président Gérard Paloc, cet oubli sera réparé. Ils firent honneur à ce fameux marché implanté depuis plus d'une décennie dans le quartier.  Toutes les personnalités se sont promenés dans les stands, le maire de Paris, Bertrand Delanoe, honora de sa présence le marché en se promenant et s'arrêtant sur tous les stands afin de constater la diversité des activités de ce département. [...]

    Lire tout l'article ici.

  • L'Aveyron à Paris

    Organisé avec le soutien de la Ville de Paris et de la mairie du 12e arrondissement chaque année dans le quartier de Bercy, les Marchés des Pays de l’Aveyron se veulent une vitrine de la technicité des artisans et producteurs des produits de haute qualité du département de l’Aveyron. Au cours de ces manifestations, ils viennent faire partager au public leurs passions, traditions et savoir-faire.

    JPEG - 30.4 ko
    Brochure Marché des Pays de l’Aveyron Paris Bercy 2010

    A l’origine de ces Marchés des Pays de l’Aveyron avec l’association des Producteurs de Pays et la Chambre d’Agriculture de l’Aveyron, la Fédération Nationale des Amicales Aveyronnaises a souhaité que ceux-ci se déroulent dans une ambiance festive et soient l’occasion pour le visiteur d’une découverte culturelle du département. Est donc venu se greffer très rapidement le Salon du Livre Rouergat où sont présentés de nombreux ouvrages ayant pour thème l’Aveyron ou écrit par des auteurs aveyronnais. De nombreux groupes folkloriques proposent des démonstrations de danses traditionnelles. Des joueurs de quilles de huit proposent une initiation à ce sport très aveyronnais. Des animations font renaître de vieux métiers aujourd’hui disparus...

    La première édition a eu lieu en l’an 2000 à Paris, dans le quartier de Bercy, autour de l’Oustal. Chaque année le Maire de Paris, Bertrand Delanoë, son adjoint au tourisme Jean-Bernard Bros, notre maire du 12e Michèle Blumenthal et moi-même sommes au rendez-vous de l'inauguration pour accueillir et faire découvrir l'Aveyron aux Parisiens.

    Rendez-vous dès demain pour la prochaine édition à Paris Bercy les 8, 9 et 10 octobre 2010.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu