Avertir le modérateur

mardi, 12 juillet 2011

Avec Baylet, le PRG est candidat aux Primaires

Primaire PS : le radical Jean-Michel Baylet candidat

samedi 9 juillet 2011

Ex-ministre, président du Parti radical de gauche (PRG), sénateur et président du conseil général du Tarn-et-Garonne, Jean-Michel Baylet vient de présenter sa candidature aux primaires du Parti socialiste, primaires qu’il définit comme "citoyennes". Il rappelle ainsi que ces primaires ne sont pas réservées aux seuls socialistes. Ce qu’il a accepté d’expliquer pour Le Bien Public, hier par téléphone.

Pour quelles raisons vous portez-vous candidat à ces primaires du PS ? « Tout d’abord, il ne s’agit pas d’une primaire du PS, si tel était le cas, je ne serais pas candidat puisque je ne suis pas socialiste. Il s’agit de primaires citoyennes. Ces primaires, les radicaux les appellent de leurs vœux depuis longtemps, dans la mesure où, dès 2005 à notre université d’été en Arles, nous avions souhaité que des primaires soient organisées afin de départager les candidats de gauche en vue de la présidentielle. Ce qui nous semblait aller dans le sens de l’unité. Et la gauche rassemblée, c’est gage de victoire, dans le sens d’un courant démocratique. Dans le droit fil, en 2006, nous avons déposé deux propositions de lois constitutionnelles à l’Assemblée nationale et au Sénat, mais qui sont restées malheureusement lettres mortes. Aujourd’hui, des primaires sont organisées en toute logique, et par souci de cohérence politique, nous serons partie prenante. Nous avons, après bien des discussions, construit avec le Parti socialiste un accord sénatorial, ainsi qu’un accord en vue des législatives, en cours de discussion. Voilà les raisons qui font que le PRG a décidé de participer aux primaires citoyennes et, tout naturellement, a souhaité avoir un candidat. »

Certains proches des candidats socialistes en lice (François Hollande et Arnaud Montebourg notamment) semblent agacés par votre candidature. Que leur répondez-vous ? « Je n’ai pas entendu de telles réactions, et si tel est le cas, je ne vois pas pourquoi ils seraient agacés. Le Parti socialiste a cinq candidats dans cette primaire, les radicaux de gauche ont naturellement toute légitimité pour avoir un candidat, si ce n’est plusieurs d’ailleurs. Moi, je ne me présente pas contre Martine, François ou Arnaud ! Je me présente pour créer les conditions de la victoire de la gauche et porter dans ces primaires les propositions radicales, défendre les couleurs de mon parti. »

Marine Le Pen est souvent annoncé par les sondages au 2e tour de l’élection présidentielle. Faut-il considérer le FN comme un parti traditionnel ou le combattre ? « Il faut lutter contre le Front national tout le temps. C’est un des fondements de l’engagement des radicaux. Nous sommes des républicains laïques. Vous imaginez avec quelle force et quelle volonté nous combattons les thèses du Front national, qui sont des thèses anti-républicaines. Notre participation à ces primaires peut éviter aussi un nouveau 2002. Nous l’avons connu avec Jospin, et on nous l’a même reproché, alors que si la gauche n’a pas été au second tour, ce n’est pas vers les radicaux à l’époque qu’ont aurait dû se tourner mais vers les socialistes qui ont fait un score historiquement bas. »

Jean-Louis Borloo, que vous connaissez bien, doit-il se présenter à cette présidentielle ? « J’ai des contacts amicaux avec lui, mais il ne m’appartient pas de dire s’il doit oui ou non se présenter. Je suis dans le camp de l’alternance, je ne suis pas sûr qu’il soit en rupture absolue avec la majorité actuelle. Donc c’est sa propre affaire, sa propre réflexion et sa propre décision. Moi, j’aurais aimé que Jean-Louis Borloo aille beaucoup plus loin dans la rupture avec Sarkozy, mais ça n’a pas été le cas hélas »

Une question sur ce débat porté par l’UMP sur la binationalité. Qu’en pensez-vous ? « Je crois que ce n’est pas un bon débat. En tous cas, à chaque fois que l’on veut ramener la discussion sur la nationalité, sur l’immigration, et sur quelques thèmes voisins, on voit bien sur quelles terres électorales on va chercher. C’est bien le cas de la majorité actuelle qui se sent en difficulté et tente d’aller piller les voix du Front national. »

Que dites-vous de ce rapport de la Cour des comptes qui épingle l’organisation et la gestion de la sécurité publique ? « Vous savez, la politique sécuritaire de Nicolas Sarkozy est une politique qui est tellement portée au pinacle et en fer de lance de la politique tout court, que il ne m’étonne pas que la Cour des comptes l’épingle. »

Propos recueillis par Emmanuel Hasle

http://www.bienpublic.com/actualite/2011/07/08/primaire-p...

15:18 Écrit par Fabrice Moulin dans Campagne primaires citoyennes, Politique, PRG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu