Avertir le modérateur

PRG - Page 12

  • Rassemblement festif autour de François Hollande à Paris (Vincennes) le 15 avril

    Ce dimanche 15 avril marquera un temps fort de la campagne de François Hollande, à quelques jours du 1er tour de l'élection présidentielle. Jusqu'à 100 000 personnes sont attendues pour soutenir le candidat du Parti Radical de Gauche et du Parti Socialiste, pour un meeting en plein air sur l'esplanade du Château de Vincennes, à Paris en lisière de notre arrondissement.


    Programme

    - Des animations seront en place à partir de 12 heures 30 : ateliers pour les enfants, fanfare, stands pour déjeuner ;

    - Dès 13 heures, des groupes musicaux seront sur scène : le groupe Le Bal puis Jacob Desvarieux, du groupe Kassav', et ses musiciens ;

    - François Hollande et Bertrand Delanoë prendront ensuite la parole.

    Pour ce grand meeting national, nous vous invitons à participer massivement à ce moment déterminant pour entretenir et accroître la dynamique qui portera notre candidat à la victoire.


    Nous vous proposons de retrouver les militants radicaux parisiens à 13h00 au niveau de l'entrée du Parc Floral (accessible facilement depuis l'esplanade) pour un "pique nique radical" et nous rejoindrons ensuite ensemble l'esplanade (notez qu'il n'est pas assuré qu'il soit possible d'acheter de la nourriture sur place).

    affiche FH Vincennes.JPG



    Accès :RER A : VincennesMétro 1 : Château de VincennesBus :
    Lignes 56, 112, 114, 115, 118, 124, 210, 318, 325
    Stations Vélib : 12123 (Cours des maréchaux), 12124 (Route de
    l'Artillerie) et 43006 (30 Avenue des Millimes)

    Les Jeunes Radicaux de Gauche seront mobilisés autour de cette mannifestation. Ceux qui le souhaitent peuvent les rejoindre dès 09h30, Place Sainte-Opportune à Paris (métro Châtelet) d'où ils prendrons le RER pour Vincennes (s'inscrire ici ).

  • Venez réclamer votre droit à mourir dans la dignité

    Le samedi 24 mars 2012, l'ADMD réunira ses forces pour une grande démonstration faite aux pouvoirs publics et aux candidats à l'élection présidentielle du printemps 2012. Conformément au souhait des 48 000 adhérents de l'ADMD et des 94% de Françaises et de Français qui approuvent le recours à l'euthanasie.

     
    Nous Radicaux de gauche, avons inscrit depuis longtemps dans nos programmes politiques le Droit à mourir dans la dignité comme nouveau droit à conquérir pour nos concitoyens.
     
    Admd, rassemblement 24 mars 2012
     
    Lors de la Primaire citoyenne, notre candidat et Président, Jean-Michel Baylet, a été le seul a défendre explicitement ce droit comme l'une des mesures sociétales phares du prochain quinquénat si la gauche parvient aux responsabilités.
     
    Le candidat que nous avons soutenu officiellement au second tour de la primaire et qui est aujourd'hui le candidat du PS et du PRG et le favori à l'élection présidentielle a repris cette proposition dans son projet pour la France.
     
    C'est pour ces raisons et par soutien fraternel envers l'ADMD et ses membres, dont je fais moi-même parti, que nous participerons et appelons les Parisiennes et les Parisiens à se rassembler ce samedi 24 mars 2012 place de la République à partir de 13 heures, puis à rejoindre le Cirque d'Hiver-Bouglione pour une réunion publique avec les représentants des candidats à la présidentielle.
     
    Nous invitons également tous les partisans du Droit à mourir dans la dignité à signer la pétition en ligne de l'ADMD.
     
  • Tribune de l'adjoint PRG au maire de Paris en charge du Tourisme publiée sur Le+ NouvelObs

    Tourisme : sous le mandat Sarkozy, la France s'est endormie sur ses lauriers

    LE PLUS. C'est l'un des atouts de la France. Les activités économiques liées au tourisme constituent une part non négligeable du PIB du pays. Un secteur florissant mais négligé par Nicolas Sarkozy depuis son élection en 2007, selon Jean-Bernard Bros, maire-adjoint de Paris chargé du tourisme.

    > Par Jean-Bernard Bros maire adjoint - Paris

    Edité par Sébastien Billard   Auteur parrainé par Aude Baron

    Pour cette élection présidentielle sur fond de crise, d’envolée du chômage et d’explosion des déficits commerciaux, la notion de politique industrielle et avec elle l’indémodable slogan du "made in France" ont fait un retour fracassant dans le débat politique.

    Ainsi, François Hollande a insisté sur la nécessité pour redresser la France de favoriser "la production et l’emploi en France en orientant les financements, les aides publiques et les allégements fiscaux vers les entreprises qui investiront sur notre territoire, qui y localiseront leurs activités". Mais lorsque l’on parle de production française, beaucoup pensent d’abord à l’automobile, l’énergie, l’aéronautique ou encore à ce qu’il reste de sidérurgie, mais rarement au tourisme, cette filière entre industrie et services, aux emplois non délocalisables et dont la France est le leader mondial.

    Et pourtant, avec 41,6 milliards d'euros, la part de la valeur ajoutée du tourisme dans le PIB (6,4 %) dépasse très nettement celle de l’énergie (30), de l’agro-alimentaire (25,7) ou encore de l’automobile (11,2). Et il en va de même pour sa contribution aux échanges extérieurs. Par ailleurs, il emploie près de deux millions de personnes, que ce soit dans l’hébergement, la restauration ou les activités de voyagistes et des emplois induits par la visite de plus de 80 millions de touristes étrangers chaque année.

    Un budget en baisse

    On compte 235 000 PME et TPE liées au tourisme et presque tous les territoires sont concernés. L’industrie des rencontres et évènements professionnels, plus communément appelé tourisme d’affaires, impacte également l’ensemble de l’économie française par l’organisation de salons, foires et congrès internationaux où s’exprime le savoir-faire à la française.

    Or, sous le mandat de Nicolas Sarkozy, la France a eu tendance à s’endormir sur ses lauriers et a perdu des parts de marché. L’action de l’Etat n’est plus à la hauteur de l’enjeu, budget et investissements ont fondu. Et allant au bout de cette logique de désengagement, le gouvernement Fillon a fini par supprimer tout bonnement le ministère du Tourisme et tailler des croupières à Atout France, l’agence de développement touristique de la France. On sait pourtant que lorsque les pouvoirs publics investissent 1 euro dans le tourisme, on compte de 2 à 3 euros de retombées dans l’économie. C’est donc à la gauche de reprendre le flambeau.

    Lire la suite sur le site du +NouvelObs.

  • François Hollande, le candidat le plus "radical" depuis 1981

    Si je dis que François Hollande est un candidat "radical", ce n'est pas parce qu'il vient d'annoncer la création d'un taux marginal d'imposition à 75% au dessus de 1M€ de revenu. Bien qu'avec Joseph Caillaux, les Radicaux sont à l'origine de l'impôt progressif sur le revenu et que surtaxer les très hauts revenus me semble juste au regard de leur augmentation dans le contexte de crise actuel.

    Si François Hollande est le candidat le plus "radical" depuis 1981, c'est bien entendu au sens où nous Radicaux de gauche nous définissons le radicalisme, c'est à dire un républicanisme réformiste, épris de progrès et de justice sociale, héritier du parlementarisme de la IIIe République et des combats pour la laïcité, et non au sens de la "gauche radicale" des trotskistes.


    Et oui, bien qu'il fut premier secrétaire du parti socialiste pendant 10 ans, François Hollande est le premier candidat à la présidentielle a représenter aussi nettement notre courant de pensée, depuis Michel Crepeau, député-maire de la Rochelle et candidat du MRG en 1981 qui devint le premier ministre de l'environnement de gauche après l'élection de François Mitterrand. Certes, nous avons présenté Christiane Taubira en 2002 et celle-ci a défendu avec ferveur et éloquence nos valeurs d'humanisme et de fraternité mais le rôle un peu trop réducteur de "candidate de la diversité" que lui ont fait jouer les médias avait réduit la porté de notre message et de notre projet.


    Il est amusant d'ailleurs de voir que le radicalisme de François Hollande est souligné par la presse et les politologues, par exemple dans cette excellente analyse d'Alain Duhamel (tribune à lire ici dans Libé). Il est admis et revendiqué par le candidat lui-même, comme lorsqu'il célèbre la mémoire d'Henri Queuille, député radical de Corrèze, membre du Comité national de la Libération et plusieurs fois président du Conseil (à lire ici dans Ouest France), ou lorsqu'il cite en exemple une figure tutélaire du radicalisme, Pierre Mendès-France.


    Mais c'est surtout dans les valeurs et les propositions défendues par le candidat du PS et du PRG qu'on retrouve l'ADN radical. Faisons-en un petit inventaire non exhaustif.


    Tout d'abord le retour de la République comme pivot de l'action de la gauche. Non pas une République confisquée par un clan ou d'exclusion de l'autre comme la prône Nicolas Sarkozy, encore hier à Bordeaux, mais la pratique du pouvoir apaisée, la volonté de rassembler les Français, l'Etat impartial tel que défendu au même moment à Dijon par François Hollande. Il s’est inscrit dans l’héritage de l’histoire républicaine de la France depuis 1789 et il a promis d’appliquer vraiment l’article 1 de notre Constitution : «La France est une République indivisible, démocratique, laïque et sociale.» Très important pour nous aussi, l'annonce d'un acte III de la décentralisation qui rende aux collectivités leur autonomie dans le cadre d’un Etat renforcé.


    La proposition d'inscrire dans la Constitution les principes de la loi de 1905 de séparation de l'Eglise et de l'Etat est aussi, je l'espère, une réappropriation de la laïcité par la gauche, que nous appelions de nos voeux depuis longtemps pour ne pas laisser les extrêmes (et l'actuel ministre de l'Intérieur) s'en servir comme d'une arme de discrimination. Charge à nous de rester vigilants pour que dans la gestion locale cette défense de la laïcité reste fidèle à ses principes (c'est-à-dire n'oublie pas l'article 2 de la loi de 1905) et ne renforce pas les communautarismes.


    Nous qui sommes fédéralistes européens, nous ne pouvons que nous féliciter que François Hollande propose un nouvel accord politique lançant une nouvelle étape de l’intégration financière, économique et politique de l’Europe pour achever la construction de la zone euro. Et qu'il veuille renégocier le mécanisme européen de stabilité (MES) pour y intégrer une politique commune de croissance, mais sans pour autant "jeter le bébé avec l'eau du bain" comme nous y invite les eurosceptiques de tous bords, c'est-à-dire nier les efforts nécessaires de maîtrise des dépenses.


    Les propositions d'Hollande sur l'économie et la fiscalité sont aussi les nôtres. Le plus marquant est l'ensemble des mesures pour soutenir les PME/TPE, considérées enfin comme moteur de la croissance et de l'emploi  (alors que les socialistes insistaient habituellement sur le rôle de l'Etat), ainsi que la reprise de la proposition de Jean-Michel Baylet pendant les primaires : moduler le taux d'imposition sur les sociétés en fonction de la taille de l'entreprise. La fusion de l'IR et de la CSG est aussi une vieille revendication du PRG.


    Enfin abordons les questions sociétales. Jean-Michel Baylet, président du PRG et notre candidat à la primaire, fut le seul à oser y défendre clairement le Droit à mourir dans la dignité, qui est un nouveau droit offert à nos concitoyens (et n'a rien à voir avec l'euthanasie, rappelons-le), comme le mariage pour tous, l'adoption par des parents homosexuels ou le droit de vote des étrangers. Et cette proposition a été reprise et est défendue aujourd'hui publiquement par François Hollande.


    Cette convergence entre nos idées et le candidat Hollande était palpable dès son entrée en campagne pour les primaires. C'est pour cela qu'après avoir défendu les idées de Jean-Michel Baylet au premier tour, je n'ai pas hésité une seconde à soutenir la candidature de Hollande au second tour et milité auprès des membres du Bureau national pour que le PRG se range officiellement derrière lui. J'ai déjà dit ici (à lire ici sur mon blog) que c'était le choix de la cohérence pour nous Radicaux et je crois que la cohérence radicale du projet porté par François hollande jusqu'à présent me donne raison.


    Par Fabrice Moulin

  • Avec Hollande au Bourget, la République c'est maintenant !

    Nous étions mobilisés avec le Radicaux de gauche aux côtés des socialistes et de nombreux citoyens pour soutenir François Hollande ce dimanche au Bourget où près de 20 000 personnes se sont rassemblés pour dire avec notre candidat que "le Changement c'est maintenant!".

    IMG_2636.JPGJe ne vais pas revenir sur toutes les propositions de François Hollande mais disons que nos drapeaux jaunes flottaient dans le public à la mesure de l'enthousiasme soulevé par la tonalité très républicaine de son discours. D'abord, la reprise de la proposition des radicaux d'inscrire la loi de 1905 fondatrice de la laïcité à la française dans la Constitution. Mais aussi la volonté de lutter contre l'insécurité et la délinquance - échec majeur de Nicolas Sarkozy - qu'elle soit en col blanc ou le fait des caïds des cités : « La République, oui la République, vous rattrapera ! »

    Vraie volonté aussi de résoudre le problème de la crise du logement, si important pour les Parisiens, avec "l'encadrement les loyers là où les prix sont manifestement excessifs", la "multiplication par 5 les sanctions qui pèsent sur les communes qui bafouent les règles" de la loi SRU, et surtout la mise à dispostion par l'Etat aux collectivités locales des terrains disponibles pour créer des logements. On a hâte de récupérer enfin la Caserne de Reuilly dans le 12e!

    Les Radicaux n'ont pu qu'apprécier le volontarisme pour réorienter la construction européenne, l'engagement pour les PME et bien sûr les mesures contre le "véritable adversaire" du peuple de gauche et des Etats : "le monde de la finance". Cela m'a rappelé Mitterrand en 1981 dénonçant les "puissances de l'argent".

    D'ailleurs, François Hollande a fait une belle déclaration humaniste en contre-point de la droite bling-bling : "J'aime les gens quand d'autres sont fascinés par l'argent".


    Discours de François Hollande au Bourget 1e partie par francoishollande

     

    Terminant son discours par un engagement fort et solennel auprès des jeunes pour qu'ils vivent mieux à la fin de son mandat qu'ne 2012, François Hollande a clôt ce meeting aux accents mitterrandiens qui fut aussi très radical et républicain par une Marseillaise entonnée par le peuple de gauche, et ça aussi c'est un changement!


    Discours de François Hollande au Bourget 2e partie par francoishollande

  • Lancement de la campagne présidentielle parsienne au Players

    IMG_2629.JPG

    J'étais au Players, un bar du 2e arrondissement, pour le lancement de la campagne parisienne de la présidentielle 2012 pour François Hollande. Entourés des élus et militants de Paris, de candidats aux législatives, dont notre ami Gilles Alayrac, Rémi Feraud, premier fédéral socialiste, George-Pau Langevin, députée de Paris, et bien sûr le maire Bertrand Delanoë se sont engagés résolument pour faire gagner François Hollande.

    Bertrand Delanoë a salué plusieurs fois le choix du PRG de participer aux primaires et à la campagne à venir. Et en présence de Lionel Jospin, notre président fédéral, Jean-Bernard Bros, a justement rappelé notre engagement derrière le candidat socialiste pour éviter l'éparpillement des voix au premier tour et pour "l'urgence du changement".

  • Unanimité pour la statue d'Alphonse Baudin, l'UMP ne participe pas au vote

    Le voeu que j'ai défendu hier en conseil d'arrondissement pour la reconstruction de la statue d'Alphonse Baudin a été voté à l'unanimité par la majorité municipale du 12e arrondissement, mais sans les voix de l'UMP qui n'a pas voulu participer au vote.

    Il faut croire que l'héroïsme de ce député de la gauche républicaine n'a pas ému notre opposition sarkozyste et qu'ils n'ont peut-être pas goûté le parallèle relatif mais inévitable avec la situation actuelle.

    Car dans mon intervention, j'ai ainsi souligné :

    "Commémorer le souvenir de cette figure républicaine et de son sacrifice pour la liberté doit nous rappeler que le régime politique actuel est imparfait, que la monarchie républicaine dans laquelle nous vivons n'assure plus l'équlibre des pouvoirs, que le Président gouverne seul et sans engager sa responsabilité, négocie les traités internationaux et fait la guerre sans l'aval du Parlement, et qu'au royaume des fadettes la presse est écoutée et qu'on peut même constater l'émergence d'une police politique, comme on a pu le constater en lisant le journal du dimanche.

    Tous les partis dans ce conseil, en tout cas ceux de gauche, sont pour le changement de République, je dirai même le changement tout court. Un nouveau régime, qu'on l'appelle VIe République ou autrement, Présidentiel ou Parlementaire, mais qui garantisse enfin l'équilibre des pouvoirs!"

    Je ne peux cependant que spéculer sur les raisons pour lesquelles les représentants de ce qu'on appelait à l'époque de Baudin "la réaction" n'ont pas participé au vote car ils n'ont pas daigné intervenir sur le fond ou s'expliquer, ni défendre leur politique, comme souvent. Mais il faut dire qu'ils semblent avoir peu de goût pour l'Histoire, comme leur Président qui a supprimé la matière en terminal scientifique.

  • Signez l'Appel du 2 Décembre pour le député Baudin!

    Le journaliste de Mediapart Laurent Mauduit a donc bien lancé son appel pour la reconstruction de la statue du député Alphonse Baudin mort sur une barricade érigée rue du Faubourg-Saint-Antoine à Paris, alors qu'il manifestait contre le coup d'Etat perpétré la veille par Louis Napoléon Bonaparte (à lire dans mon article précédent).

    Je suis parmi les premiers signataires et je vous invite à donner plus de force à cette initiative en signant en ligne cette pétition en ligne sur le site de Médiapart.

    A ma connaissance, la Ville de Paris n'avait donné suite aux précédentes demandes. C'est dans l'espoir de faire avancer les choses que je presenterai ce soir au Conseil d'arrondissement un voeu au nom de la majorité muncipale afin que le maire de Paris étudie les conditions pour que la statue du député martyr reprenne la place qu'elle n'aurait jamais dû quitter si les nazis ne l'avaient fondue pour voler son bronze.

    Lire à ce sujet l'article de Laurent Mauduit sur son blog sur Médiapart ici.

  • Un voeu pour la reconstruction de la statue d'Alphonse Baudin

    A l'occasion de l'anniversaire du site d'information Mediapart, dont le siège se trouve dans le 12e, le journaliste Laurent Mauduit a lancé un appel et une souscription populaire pour la reconstruction de la statue d'Alphonse Baudin rue du Faubourg Saint-Antoine.

    Rappeler le souvenir de ce député républicain assassiné lors du coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte a une signification symbolique forte pour moi, entant que maire-adjoint chargé de la Mémoire et comme élu local radical de gauche et porte-parole de notre fédération parisienne.

    A la fois car c'est notre courant de pensée qui a contribué à défendre l'idéal républicain pour lequel s'est sacrifié Baudin et ce sont des députés radicaux-socialistes qui lui ont rendu hommage en 1901 (et son neveu Pierre Baudin fut député de Paris de 1898 à 1902). Et parce nous vivons dans un régime de monarchie républicaine où l'équilibre des pouvoirs n'est plus assuré, nous en avons la preuve continuelle, surtout depuis l'élection de Nicolas Sarkozy et les dérives du pouvoir en place. C'est pourquoi nous, Radicaux de gauche militons pour une VIe République sur le modèle présidentiel, qui contrairement à ce que l'on peut croire, est un régime de contrôle parlementaire du pouvoir.

    C'est pour ces raisons que j'ai signé l'appel de Laurent Mauduit et aussi que j'ai proposé à notre majorité municipale de relayer cet appel par un Voeu au maire de Paris que je présenterai au conseil d'arrondissement du lundi 5 décembre.

    Fabrice Moulin

     

    Voeu de la majorité municipale pour la reconstruction de la statue d'Alphonse Baudin
    Conseil d’arrondissement du 5 décembre 2011



    Voilà exactement 160 ans, le 3 décembre 1851, le député Alphonse Baudin mourut sur une barricade érigée rue du Faubourg-Saint-Antoine à Paris, alors qu'il manifestait contre le coup d'Etat perpétré la veille par Louis Napoléon Bonaparte. Lui qui voulait montrer au peuple de Paris comment on « meurt pour 25 francs », il tomba, fauché par une balle tirée par la troupe envoyée par celui que Victor Hugo allait bientôt affubler du sobriquet de Napoléon le Petit.

    Ce drame fait partie de la légende française. Symbole de la République assassinée, le député Alphonse Baudin a longtemps été, bien après sa mort, honoré par tous les républicains. Et la construction d'une statue en sa mémoire a pendant des années été un point de ralliement des républicains. Cela a été le combat du journaliste Charles Delescluze, qui, dans son journal Le Réveil, avait lancé une première souscription, pour ériger cette statue ; cela a été le combat du tout jeune avocat Léon Gambetta qui avait assuré la défense du journaliste.

    Si les cendres d'Alphonse Baudin furent transférées au Panthéon en 1889 et si sa statue fut finalement érigée en 1901, sur les lieux mêmes de son assassinat, celle-ci fut détruite par le gouvernement de Vichy en 1941, sur pression de l'occupant nazi, et à la différence de beaucoup d'autres, elle n'a ensuite jamais été reconstruite.

    Alors que la démocratie est confrontée à une crise qui la voit mise à mal par les marchés financiers et menacée par la montée des extrêmes, Alphonse Baudin, le médecin des pauvres de Nantua, le député courageux qui brava le coup d'Etat, est le symbole d'une République authentiquement démocratique et sociale, résolument généreuse et fraternelle.

    C’est pourquoi, sur proposition de la majorité municipale, le Conseil d’arrondissement demande au Maire de Paris d’étudier les conditions d’une reconstruction de la statue d'Alphonse Baudin à proximité du lieu de son assassinat.

  • Pourquoi j'ai demandé la suppléance de Sandrine Mazetier

    Les membres du Comité Directeur du PRG, où j'ai l'honneur de siéger, ont approuvé l'accord législatif négocié avec le PS. Celui-ci laisse la 13e circonscription de Paris à un candidat radical. Ce combat contre Jean-François Lamour, député du 15e arrondissement et président du groupe UMP au Conseil de Paris, sera mené avec talent et ténacité par notre ami Gilles Alayrac, conseiller de Paris PRG du 15e arrondissement, qui y a déjà été candidat de rassemblement de la gauche par deux fois, en 1997 et 2002. Ce territoire où la gauche progresse à chaque élection peut être conquis, si la gauche sait rester unie.

    Le PRG Paris avait traditionnellement 1 circonscription réservée et 2 suppléances : celle d'Annick Lepetit dans le 17e, et celle de Christophe Caresche dans le 18e. Nos deux suppléants n'ayant pas souhaité se représenter, notre fédération a proposé au PS parisien de nouvelles candidatures à la suppléance, dont la mienne auprès de la députée du 12e arrondissement, Sandrine Mazetier.

    Le fait que je sois candidat ne me donne pas automatiquement  Bien entendu, la tempête créée chez les socialistes par les accords avec les Verts et le parachutage de Cécile Duflot dans le 11e a rendu le PS parisien assez rétif au besoin d'un plus large rassemblement. A cela s'ajoute la bronca qu'avait provoqué dans la section du PS 12e le choix d'une suppléance hors PS lors de la précédente législative. Toujours est-il que, selon mes informations, c'est Catherine Baratti-Elbaz qui devrait être désignée ce soir comme suppléante de Sandrine Mazetier.

    Loin de moi l'idée de critiquer Sandrine Mazetier, avec qui j'ai de très bonnes relations et dont je respecte l'engagement constant pour notre arrondissement comme la fougue avec laquelle elle combat la politique du gouvernement au Parlement. Ni d'attaquer la personne de ma collègue Catherine Baratti-Elbaz, adjointe à la voirie et aux transports, présidente du groupe socialiste et radical au conseil d'arrondissement. Celle-ci est présente sur le terrain, son travail est reconnu et elle mène avec détermination et efficacité ses dossiers.

    J'ai assez d'expérience politique pour comprendre les équilibres politiques et ne pas confondre "demander" et "exiger" et avouons que je ne suis ni surpris de la décision de choisir une socialiste ni véritablement déçu. Mais je regrette tout de même une insuffisante complémentarité dans le tandem ainsi créé.

    Tout d'abord, il me semble que la parité doit fonctionner dans les deux sens, et que si un député homme doit être suppléé par une femme, une députée femme devrait être suppléée systématiquement par un homme. Ensuite, Sandrine Mazetier et Catherine Baratti-Elbaz ont également toutes les deux soutenues la candidature de Martine Aubry aux primaires organisées par le PS avec le PRG. Je note d'ailleurs que je suis le seul élu municipal à avoir appelé à voter François Hollande au second tour. Enfin, il me semble que dans la continuité des primaires, le PS se serait grandi à accepter un plus grand nombre de candidat(e)s ou de suppléant(e)s issues du PRG, et aurait envoyé un message positif.

    A cet égard, j'ai été assez consterné par la motion de la fédération de Paris du PS, reprise par la section socialiste du 12e, qui a mis dans un même sac l'accord passé entre leur direction nationale avec Europe-Ecologie-Les Verts et celui passé avec le PRG. Outre que l'accord qui concerne les radicaux est infiniment moins généreux que celui des Verts, nous ne volons de circonscription à aucun député socialiste, et notre candidat Gilles Alayrac est le plus implanté et le plus légitime des candidats de la 13e circonscription. Surtout, nous avons fait le choix de ne pas présenter de candidat à la présidentielle et de participer à la primaire, le choix du rassemblement derrière François Hollande quand toutes les autres formations de gauche s'acharnent sur le candidat socialiste. Cette loyauté ne devrait pas nous valoir d'injustes critiques. Au passage l'accord Verts-PS a touché l'un des nôtres à Lyon, Thierry Braillard, qui est victime d'une candidature verte alors qu'il a le soutien de son maire Gérard Collomb et de François Hollande.

    Cela dit, n'entendant plus parler de l'accord PS-PRG, je suppose que la raison l'aura emporté concernant le volet parisien. J'espère maintenant qu'un ou plusieurs de mes amis radicaux soient désignés comme suppléant afin que notre représentation ne soit pas amoindrie. Et si le PS fait campagne honnêtement avec le PRG aux côtés de Gilles Alayrac pour faire enfin triompher la gauche dans le 15e contre Lamour, je soutiendrais sans réserve Sandrine Mazetier et sa suppléante aux législatives dans le 12e.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu