Avertir le modérateur

PRG - Page 11

  • L’observatoire parisien de la laïcité. Enfin !

    Dans une période où la tolérance et le respect des valeurs républicaines sont plus que jamais nécessaires, les Radicaux de Gauche parisiens se réjouissent que l’Observatoire parisien de la laïcité puisse enfin voir le jour, quatre ans après l’adoption de son principe par le Conseil de Paris.

    Une communication de Maire portant l’arrêté de création et des arrêtés de nomination des membres de l’Observatoire parisien de la laïcité est à l’ordre du jour du Conseil de Paris du 24 septembre 2012.

    L’Observatoire parisien de la Laïcité prendra la forme d’une commission extra-municipale, lieu d’échanges et de réflexions à caractère consultatif. Composé d’élus et de personnalités qualifiées, il assistera l’exécutif parisien dans la mise en pratique du principe de laïcité à Paris. Il rendra des avis permettant d’éclairer l’action de l’exécutif dans ce domaine, et notamment pour ce qui concerne l’application de la loi de séparation des églises et de l’Etat du 9 décembre 1905.

    Bien qu’intervenant tardivement dans la mandature, les élus PRG saluent la prise de conscience par la municipalité parisienne de l’utilité d’une telle structure. Il s’agit d’un premier pas vers une application plus rigoureuse du principe de laïcité à Paris dont nous dénonçons régulièrement le non-respect.

    Le PRG Paris participera aux travaux de l’Observatoire avec les convictions qui sont les siennes mais également en vigilance, car il devra être à la fois efficace, respecté et ouvert sur la société civile.

    Dans le 12e arrondissement, nous voyons déjà sur quels sujets nous pourrions saisir ce nouvel Observatoire, avec peut-être plus de résultat qu'auparavant. Par exemple si certaines décisions des années passées revenaient dans l'actualité, comme le prêt de gymnases municipaux pour des cérémonies religieuses ou l'organisation sur 3 jours d'une messe géante évangéliste au POPB (qui est géré sous délégation de service publique de la Ville de Paris) par exemple ! Il pourrait aussi se pencher avec un avis d'expert sur la location de locaux municipaux à des associations où le cultuel et le culturel sont durs à déméler.

  • Un groupe Radical, Républicain, Démocrate et Progressiste à l'Assemblée nationale

    Pour la 1ere fois dans l'histoire de la Ve République, le Parti Radical de Gauche dispose d'un groupe à l'Assemblée nationale.


    En effet, mardi 26 juin, un groupe Radical, Républicain, Démocrate et Progressiste a
    été constitué à l'Assemblée nationale. Au nombre de 13 et bientôt 14, après l'entrée au parlement des suppléants des ministres Sylvia Pinel et Jérôme Cahuzac, les Radicaux de gauche forment le 3e pilier de la majorité à côté du PS et d'EELV et le 6e groupe à l'Assemblée nationale.


    Composé de députés radicaux de gauche, de députés républicains, progressistes et démocrates, ce groupe sera présidé par Roger-Gérard Schwartzenberg.


    Ce groupe qui se reconnaît dans les valeurs républicaines et qui appartient pleinement à la majorité présidentielle tient à affirmer sa loyauté envers le gouvernement de Jean-Marc Ayrault et la
    politique qui sera menée.
    Au demeurant, le groupe RRDP fera entendre sa spécificité humaniste avec toute la liberté d'expression et de vote de chacune de ses composantes.

    Liste des membres du groupe RRDP :


    M. BRAILLARD THIERRY, Député du Rhône

    M. CHARASSE GERARD, Député de l'Allier

    M. CARPENTIER JEAN-NOEL, député du Val-d'Oise

    Mme DUBIE JEANINE, Députée des Hautes-Pyrénées

    M. FALORNI OLIVIER, Député de Charente-Maritime

    M. GIACOBBI PAUL, Député de Corse-du-Sud

    Mme GIRARDIN ANNICK, Députée de Saint-Pierre-et-Miquelon

    M. GIRAUD JOËL, Député des Hautes-Alpes

    M. KRABAL JACQUES, Député de l'Aisne

    Mme ORLIAC DOMINIQUE, Députée du Lot

    Mme PINEL SYLVIA, Députée de Tarn-et-Garonne

    M. ROBERT THIERRY, Député de la Réunion

    M. SAINT-ANDRE STEPHANE, Député du Pas-de-Calais

    M. SCHWARTZENBERG ROGER-GERARD, Député du Val-de-Marne

    M. TOURRET ALAIN, Député du Calvados

  • 13 députés PRG élus aux législatives, un an de campagne et ses conséquences

    En attendant d'analyser avec plus de précision les enseignements à tirer de ce scrutin, notamment dans le 12e arrondissement, faisons un petit retour rapide sur les résultats du second tour des législatives et ses conséquences, tant à l'assemblée nationale qu'au gouvernement.

    Rappelons que Sandrine Mazetier, députée PS de la 8e circonscription de Paris (12e-20e), auquel le PRG avait apporté son soutien comme à chacun des candidats socialistes parisiens de la majorité présidentielle, a remporté haut-la-main le scrutin avec 61,5% des suffrages, face à Charles Beigbeder dont le parachutage depuis le XVIe n'aura rien donné de bon pour la droite. Ce score démontre une fois encore, hormis les qualités intrinsèques de notre députée, que le travail de la majorité municipale comme le programme de Hollande rencontre un écho positif parmi les habitants de l'arrondissement.

    Gageons qu'il en est de même pour Patrick Bloche, député maire du 11e, qui a remporté une victoire encore plus massive (69%) dans la 7e circonscription qui comporte le quartier des Quinze-Vingt, Aligre et la Gare de Lyon, et dont la suppléante n'est autre que Michèle Blumenthal.

     

    nombre-sieges-partis.jpg

    Au niveau national, la majorité est absolue pour la gauche et pour soutenir François Hollande, ce dont nous nous réjouissons. Absolue pour le PS seul avec quelques 300 députés (en comptant les DVG), ce dont nous nous réjouissons un peu moins car l'hégémonie est à craindre. Mais nous nous réjouissons que le PRG compte à lui seul au moins 13 députés, qui se sont chacun fait élire dans des circonscription où ils s'étaient présentés plusieurs fois, dans lesquelles ils étaient sortants ou qu'ils ont arraché à la droite, et même parfois contre le PS et EELV comme Thierry Braillard qui de dissident dans la 1er circonscription de Lyon a battu le député sortant UMP au second tour !

    Il n'y a donc pas eu de parachutage en terrain conquis comme ce fut le cas pour d'autres candidats d'autres formations, et notamment à Paris.

    Déjà candidat en 1997 et suppléant d'Anne Hidalgo, notre ami et conseiller de Paris PRG du 15e arrondissement, Gilles Alayrac, a fait une brillante et courageuse campagne contre Jean-François Lamour, député et président du groupe UMPPA à Paris.

    Soutenu par Bertrand Dalanoë et Anne Hidalgo, et plusieurs ministres, notre candidat a fait progesser la gauche au 1er tour, à tel point que pour la 1ère fois le total des voix de gauche équivalait celui de droite. Avec de nombreux radicaux, j'ai tenu à l'aider à faire campagne pour ce combat que je juge historique pour Paris. Et j'ai pu constater la difficulté qu'il y a à faire campagne à gauche dans un arrondissement tenu par un maire UMP et où les militants socialistes n'étaient pas toujours aussi mobilisés que ceux que je connais dans le 12e... Et pourtant il s'en est fallu de peu que la 13e circonscription de Paris bascule, mais il a considérablement fait progresser la gauche dans ce bastion UMP; au point qu'il semble enfin à portée de main pour 2014!

    Le PRG représente le 3e parti politique à gauche à l'Assemblée nationale derrière le PS et EELV et il devrait pouvoir constituer un groupe politique autonome dont le président sera l'un de nos anciens ministres sous Jospin et député du Val de Marne, Roger-Gérard Schwartzenberg.

    L'existence de ce groupe ne pourrait être qu'une bonne chose pour la majorité et le gouvernement et je reprendrai mot pour mot un passage à ce sujet dans l'édito du Monde au lendemain du second tour. C'est cette prise en compte constante de la sphère économique, créatrice d'emplois, de la modernisation des entreprises vers une plus grande démocratie sociale, et un développement de l'économie sociale et solidaire que je voudrais nous voir défendre ces cinq prochaines années. Ainsi que la défense des libertés individuelles de tous les citoyens, y compris face aux excès des lois et réglementations qu'un gouvernement est toujours capable d'inventer avec les meilleures intentions du monde...

    824287396.2.JPG

    Enfin, le remaniement du gouvernement Ayrault II apporte encore son lot de satisfaction pour le PRG puisqu'après la nomination à un poste régalien comme Ministre de la Justice de notre ancienne candidate à la présidentielle, Christiane Taubira, c'est Sylvia Pinel qui est promue Ministre de plein exercice, toujours au Commerce, Artisanat et Tourisme, et Anne-Marie Escoffier, sénatrice radicale de gauche, qui entre au gouvernement comme Ministre déléguée à la Décentralisation.

    Alors que le Modem se révèle enfin comme une impasse politique (incapacité à s'inscrire de manière claire dans une majorité) et subit une débâcle totale (leader battu, score minimes, propositions inaudibles), nos choix de l'année écoulé, à commencer par notre participation aux primaires ouvertes, se révèlent bénéfique pour l'ensemble de la gauche. Nous prouvons qu'il existe bien un centre ancré à gauche qui sait faire valoir sa spécificité et son utilité. Nous sommes donc en bonne position pour aborder les années qui viennent, dont les défis, on le sait, seront immenses et préparer les prochaines échéances inévitablement difficiles et où il faudra compter sur le PRG. A commencer par le 12e où je pressens que le combat se jouera au centre...

  • Taubira en vélo pour soutenir Sandrine Mazetier

    Ancienne candidate du PRG à la présidentielle et nouvelle Garde des Sceaux, Christiane Taubira est venu samedi 2 juin au marché du Cours de Vincennes pour soutenir notre députée Sandrine Mazetier et candidate dans la 8e circonscription de Paris (12e-20ème) soutenue par le PS et le PRG pour donner une majorité à François Hollande aux législatives des 10 et 17 juin.
     
    Après une matinée à l'assemblée générale de l'Association française des magistrats de la jeunesse et de la famille (AFMJF) où les juges des enfants l'ont ovationnée (lire l'article du Monde), la Ministre est arrivée en vélo - c'est aussi ça l'audace du changement - et a été accueillie par Sandrine Mazetier et de nombreux élus et sympathisants, avant d'aller ensemble à la rencontre des électeurs sur le marché où elle a reçu un accueil chaleureux et a pris le temps de parler avec beaucoup de monde.
    Photo : Ancienne candidate du PRG à la présidentielle et nouvelle Garde des Sceaux, Christiane Taubira est arrivée en vélo pour soutenir Sandrine Mazetier sur le marché du Cours de Vincennes. Elle a reçu un accueil chaleureux et a pris le temps de parler avec beaucoup de monde. Cette audace et cette simplicité c'est aussi ça le changement!
     
    Accompagné de la présidente des Jeunes Radicaux de Gauche, Sandra-Elise Reviriego, j'ai pu constater que cette femme politique humaniste et chaleureuse provoque toujours autant d'enthousiasme et d'engouement  qu'il y 10 ans.Taubira-FM-Mazetier juin 2012.jpg N'en déplaise à la droite qui se répand en calomnies et fausses rumeurs espérant faire de sa nomination un repoussoir en flattant les pires instincts de certains électeurs à la manière du FN...
     
    Christiane Taubira a rendu hommage au travail de Sandrine Mazetier à l'Assemblé nationale où elles ont siégé ensemble au groupe Socialistes Radicaux et Citoyens : "Nous avons besoin de députées du calibre de Sandrine Mazetier pour soutenir le gouvernement et le changement voulu par les Français avec François Hollande".

  • Le PRG bien présent au 1er gouvernement Hollande

    La composition du nouveau gouvernement a de quoi surprendre et satisfaire car il est paritaire, renouvelé, représentatif de la diversité et aussi des composantes de la gauche progressiste qui ont soutenu la candidature de Hollande.

    On peut se réjouir que notre parti, le Parti Radical de Gauche, est ainsi bien représenté; même si on pouvait encore espérer mieux compte-tenu de notre participation aux primaires. La surprise du gouvernement est la nomination de la candidate du PRG à l'élection présidentielle de 2002, Christiane Taubira, au poste de Ministre de la Justice et Garde des Sceaux. Beaucoup de nos militants sont très attachés à cette femme de tempérament et résolument indépendante, dont on connait l'humanisme et l'engagement continue contre les injustices. Et Taubira elle-même n'a jamais coupé le lien avec notre famille, même si nos chemins se sont parfois éloignés. Précisons également qu'elle a longtemps vécu dans le 12e arrondissement avec sa famille.

     

    Au gouvernement, elle a ainsi donné son nom à une Loi qui reconnait la traite négrière et l'esclavage comme crime contre l'Humanité. Première mesure à peine nommée, elle annonce déjà une nouvelle loi sur le harcèlement sexuel suite à son annulation incompréhensible par le Conseil Constitutionnel.

    Sa nomination a immédiatement été attaquée de manière ignominieuse par Marine Le Pen, ce qui est très révélateur de la qualité de Taubira et du vrai visage extrémiste de la fille Le Pen.

    Et aussi Sylvia Pinel, députée PRG du Tarn-et-Garonne, devenue la benjamine du gouvernement (à 34 ans). Nommé Ministre déléguée au Commerce, à l'Artisanat et au Tourisme, je suis sûr qu'elle pourra travailler efficacement sur ces secteurs avec la Ville de Paris. Notamment pour maintenir la position de Paris et de la France en tête des destianntions touristiques avec le Maire-adjoint de Paris en charge du Tourisme, notre président fédéral et délégué général du PRG, Jean-Bernard Bros qui a églement participé au groupe Tourisme autour de François Hollande. Etant chargé également du Tourisme au niveau du 12e arrondissement, je suis aussi content de penser que nous partagerons les mêmes objectifs.

    Pour mon autre délégation, la Mémoire et le Monde combattant, je me réjouis du retour d'un Ministre délégué aux Anciens combattant, Kader Arif, député de Toulouse et fils de Harki, quand le gouvernement Fillon ne comptait qu'un Secrétaire d'Etat peu motivé.

    Je note également que, après avoir disparu du Conseil de Paris, le MRC est absent de ce gouvernement malgré le ralliement - tardif - de Jean-Pierre Chevènement. La conclusion en est que c'est la fin de ce mouvement mais je pense que les Parisiens qui s'y retrouvaient pour défendre la République et la laïcité devraient trouver leur place à nos côtés.

  • Hollande Président ! Jour de victoire et nuit de fête à Paris

    La foule en liesse rassemblée à la Bastille cette nuit pour fêter la victoire de François Hollande et de la gauche à la présidentielle était représentative de la France fraternelle, généreuse et plurielle qui nous est chère, bien loin du repli sur soi et du nationalisme prôné par Nicolas Sarkozy et la droite dans l'entre-tour de la campagne présidentielle.

    A entendre et à voir le nombre de Marseillaise et de drapeaux français dans les rues cette nuit autour de la Bastille, il ne fait nul doute que notre nouveau Président saura faire au contraire concilier amour de la patrie et respect de tous les citoyens sans distinction d'origine ou de religion.

    Il régnait cette nuit une ambiance un peu surréaliste de pays libéré d'une tyrannie, avec des jeunes votant pour la première fois criant leur bonheur de "virer Sarko". Il est vrai que le vote des Français a montré à quel point ils souffraient et étouffaient sous le règne de dix ans de la droite au pouvoir et cinq années éprouvantes de sarkozisme qui pour beaucoup a rimé avec injustice sociale, brutalité et excès du pouvoir et privilèges pour les plus fortunés.

    Cette exaspération et ce souhait de changement ont trouvé leur traduction politique à gauche dans le score donné à François Hollande, incontestable avec 55,60 % à Paris où il est le premier candidat de gauche à une élection présidentielle arrivé en tête dans la capitale.

    Nous, Radicaux de Gauche, avions fait le pari du rassemblement en participant aux primaires citoyennes avec Jean-Michel Baylet et en y soutenant Hollande dès le second tour, car c'était pour nous le candidat le plus a même d'incarner un sursaut républicain et laïque face à la droite dévoyée, de proposer comme les Radicaux un programme crédible pour redresser l'économie dans la justice, et de réunir une majorité de Français beaucoup plus large que sa seule famille socialiste. Non seulement cette victoire du 6 mai confirme la justesse de notre choix mais la dynamique de rassemblement créée dès novembre puis au 1er tour a beaucoup joué pour montrer aux Français que la victoire de la gauche était enfin possible. Je salue d'ailleurs la mobilisation de nos élus et militants et jeunes radicaux parisiens tout au long des derniers mois, comme le prouvent les images de nos drapeaux jaunes PRG dans tous les meetings du candidat.

    Dans le 12e, l'adhésion à François Hollande est encore plus nette avec 59% des voix au second tour.

    Le changement voulu par François Hollande doit maintenant pouvoir s'appuyer sur une majorité de progrès qui soutienne clairement son action et son gouvernement, que nous espérons représentatif de la diversité et des toutes les sensibilités de la gauche. Chacun a gauche doit prendre ses responsabilités, mettre les mains "dans le cambouis" pour servir le peuple, être constructif et non pas se complaire dans la facilité d'une posture tribunitienne. C'est donc logiquement que le PRG et le PS présenteront des candidats communs aux législatives des 10 et 17 juin partout en France. A Paris, notre conseiller de Paris Gilles Alayrac portera les couleurs de la gauche dans la 13e circonscription (15e ardt.) où il est en capacité de battre le président du groupe UMP Jean-François Lamour. Dans le 12e, nous soutiendrons la candidature des députés sortant Sandrine Mazetier (6e circo) et Patrick Bloche (7e circo).

    Par Fabrice Moulin

  • Tous les centristes devraient voter Hollande

    François Bayrou a finalement annoncé qu'il voterait François Hollande, justifiant son choix "personnel" par le rejet de la "course-poursuite à l'extrême-droite" de Nicolas Sarkozy.

    Ce choix l'honore certainement car il ne me semble pas guidé par un calcul politique. Car en efft son parti le Modem est aujourd'hui laissé en piteux état par une stratégie intenable du ni-gauche ni-droite qui trouve aujourd'hui ses limites. En effet voici un chef qui fait un choix personnel, quand ses lieutenants se divisent, certains partant à gauche, d'autres retrouvant les réflexes de l'UDF soutenant la droite, et ses électeurs sans consignes claires. Certes ceux-ci ne devraient pas avoir besoin d'être pris par la main pour faire le même choix que Bayrou et voter Hollande contre un candidat Sarkozy qui s'est totalement détourné des valeurs humanistes et de l'idéal européen qui animent les électeurs centristes.

    Le choix de Bayrou est donc pour moi une évidence, presqu'un devoir moral qui devrait s'imposer à tous les électeurs de sensibilité centriste.

    Je reste d'ailleurs abassourdi de voir nos "frères", les radicaux valoisiens, après la pitoyable pirouette de Borloo, rester sagement docile derrière un candidat qui trahit toutes les valeurs républicaines, fraternelles et laïques que les vrais radicaux placent au-dessus de toutes autres considération. Les élus et militants valoisiens qui partagent nos convictions devraient voter Hollande comme ils auraient du depuis longtemps déjà cessé de soutenir la politique injuste, anti-sociale et anti-laïque de Sarkozy.

    Avec ceux qui ont fait un choix sincère et clair de soutenir Hollande, l'après 6 mai devra se traduire par la recomposition d'un centre-gauche autour du PRG pour un gouvernement qui réoriente la construction européenne vers la croissance et mette en oeuvre une politique économique et fiscale progessiste et juste.

  • Pourquoi il faut voter Hollande dès dimanche

    La fin de la campagne du premier tour est arrivée. Dimanche 22 avril, le 1er tour devra départager les 10 candidats et parmi eux qui affrontera Nicolas Sarkozy pour le déloger de l'Elysée. Car si les sondages ne font pas l'élection, il y a peu de doute que le Président-sortant soit au second tour, et je ne pense pas non plus que qui que ce soit à gauche soit en capacité de réunir assez de suffrages pour devancer François Hollande.

    Alors devrait-on éparpiller nos votes et attendre le second tour pour voter Hollande comme je l'ai parfois entendu ces derniers semaines ? Non surement pas.

    Il ne s'agit donc pas d'appeler au vote utile, ce qu'en tant que Radical je me refuse à faire car nous ne sommes pas dans la situation de 2002 et la démocratie est affaire de convictions. Mais justement, je pense que François Hollande est le candidat de tout ceux qui veulent que la gauche rassemble une majorité de Français, gagne le 6 mai puis les législatives et soit en capacité de mener une politique qui ramène la justice, l'égalité, le progrès, la croissance et l'emploi dans une Europe en crise. Au-delà de son parcours socialiste, François Hollande s'est révélé le représentant d'une gauche humaniste et laïque qui veut inscrire l'éspérance d'un peuple dans la réalité et c'est pour cela que nous, les Radicaux de gauche avons choisi très tôt de soutenir sa candidature.

    Pour reprendre la métaphore assez grotesque de Sarkozy sur le capitaine de bateau, Hollande m'a l'air le seul capable de conduire le pays à bon port sans balancer la moitié de l'équipage par dessus bord ou nous perdre dans la brume. Il a présenté dès janvier ses 60 propositions qui nous concernent tous (à lire ici).

    Qui d'autre que lui ?

    Il est évident que le Président sortant navigue depuis 5 ans sans cap au risque de tout faire chavirer, à commencer par les valeurs de la République. Et sa campagne hiératique et incohérente l'a encore prouvé. Mélenchon, dont la ferveur a séduit certain, me semble avant tout un tribun qui prétend qu'il suffit d'imprécations pour changer les choses mais pas de particper à un gouvernement. S'il n'aime pas le pedalo, on dirait surtout que pour lui il suffit de rester à crier "babord" sur le pont du paquebot pour le faire virer de bord tout seul... François Bayrou lui ne veut visiblement pas quitter la salle des machines, tant ses constats parfois justes sur la situation du pays ne sont jamais suivis de propositions. Quant aux autres, je dirais qu'il nous conduisent en sifflant, en ralant ou en beuglant tout droit vers l'iceberg...

    photo4.JPG

    L'une des inconnue du scrutin est aussi le niveau de l'abstention et je ne peux qu'inviter tout le monde à voter. Je serai Président de mon bureau de vote au 21 rue de Reuilly et j'espère voir au moins autant d'électeurs qu'en 2007.

    Mais si nous voulons battre assurément la droite et mettre fin à 10 ans d'une politique qui a profondément abimé les principes républicains et blessé nos concitoyens, il faut surtout ne pas perdre de vue que le score des perdants du 1er tour est moins important que celui des qualifiés au second, et que le candidat qui devra amener la gauche à la victoire doit être le plus haut possible, et si possible devant Nicolas Sarkozy. Seul François Hollande en est capable... mais il faut voter pour lui dès ce dimanche.

    Et si aucun de mes arguments n'ont suffit, je mets en ligne le dernier message de Francois Hollande avant le 1er tour :


    Hollande par François par francoishollande

  • Grosse mobilisation à Vincennes

    photo2.JPGNul ne sait combien de personnes ont assisté au meeting de François Hollande sur l'esplanade du Chateau de Vincennes dimanche 15 avril. 50 000, 75 000, 100 000 ? Peu importe, nous ne sommes pas dans une cour d'école et les petits compte d'apothicaire sont indignes du débat politique, ce qui compte c'est que l'émotion, la jeunesse, le dynamisme, l'espérance du changement pour une politique de gauche efficace pour redresser le pays dans la justice n'était pas à la Concorde mais bien autour de François Hollande.photo3.JPG

    Et comme toujours les Radicaux parisiens étaient mobilisés et enthousiastes pour faire gagner le candidat du changement !

    photo.JPG

     

  • Demain on sera sur l'esplanade de Vincennes, Paris 12e !

    La droite colle des affiches autour de la mairie et elle croit vraiment que les habitants du 12e vont courir à la Concorde écouter le discours d'un président-candidat qui a failli à toutes ses promesses. Même ceux qui ont voté pour lui en 2007 n'y croient plus, les gens en ont assez des discours de stigmatisations dignes de l'extrême-droite.

    Les habitants qui nous parlent lors des porte-à-porte pour le candidat ou lors des tractages nous le répètent et s'il restent des indécis à convaincre à gauche, on croise peu de sarkozystes convaincu.

    Nous on sera sur l'esplanade du chateau de Vincennes dimanche, et pas parce que c'est plus près de chez nous, mais parce que depuis le début le PRG veut un Président humaniste qui rassemble à gauche et au-delà et que nous croyons que seul François Hollande peut ramener la croissance et l'éspérance en France. Le Changement c'est maintenant !

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu