Avertir le modérateur

Politique - Page 10

  • "Je suis radical de gauche"

    Le PRG s'affiche sur les murs du 12e! Clémenceau, Jean Moulin, Pierre Mendès-France, tous ont en commun d'avoir fait l'Histoire de la République et d'être des Radicaux de gauche, et aujourd'hui une nouvelle génération de militants nous rejoignent. De belles personnes, une grande histoire et ça continue pour l'avenir de Paris!

  • Lancement de la nouvelle campagne d’adhésion du PRG Paris

    Une campagne d’adhésion pour redonner des couleurs à l’action politique

    Affiche3 PRG Paris de l'avenir 2014.jpgDans un contexte de défiance envers le politique et de montée des extrêmes, la fédération de Paris du Parti Radical de Gauche tient à rappeler que la République est un combat permanent. Ainsi, dès ce week-end, le PRG  Paris part à la rencontre de tous les Parisiens en lançant une nouvelle campagne d’adhésion.

    A l’image d’un Georges Clemenceau, figure majeure du radicalisme et de la IIIème République,  incarnant par le verbe et l'action un idéal politique fondé sur la conception inflexible qu'il avait de l'intérêt général et de la République, nous entendons redonner des couleurs à la démocratie.

    « Quand on est jeune, c'est pour la vie »   

    En mettant en avant l’ image du "Père la Victoire" dans des visuels volontairement décalés, le PRG PARIS veut aussi s'adresser aux jeunes et plus largement à tous les Parisiens et Parisiennes pour leur redonner envie de s'investir et faire du Paris de 2014 une ville qui bouge, qui accueille  et qui innove toujours plus, une ville qui ne renie pas son histoire mais fait le pari de l'avenir.

    Une image modernisée pour des valeurs plus que jamais actuellesAffiche PRG Paris de l'avenir 2014.jpg

    Si le PRG Paris, assumant pleinement ses racines et son passé, souhaite aujourd’hui montrer que son expérience et ses valeurs  sont plus que jamais d’actualité et nourrissent des débats résolument contemporains, il veut aussi rappeler qu’il porte en lui l’engagement des grandes figures au fondement du radicalisme et de la République ; celles-là même qui ont mené un combat indéfectible pour cette démocratie qu’il s’agit aujourd’hui de défendre à travers les idéaux radicaux de laïcité, de justice, d’égalité, de libertés et de progrès .

     

  • Création d'une aire d'accueil pour les gens du voyage, un choix humaniste

    Notre Conseil municipal a voté le 15 avril pour la création d'une aire d'accueil des gens du voyage sur le plateau de Gravelle - aujourd'hui un parking - dans le Bois de Vincennes, alors que l'UMP cherchait tous les arguments possibles pour s'y opposer. Cette mesure, assortie d'un important effort de révégétalisation de parcelles du bois, est pourtant nécessaire pour respecter la loi qui impose à toutes les grandes communes de créer une aire d'accueil des gens du voyage.

    Ceux-ci, rappelons-le, sont nos concitoyens à part entière, et ce même s'ils ont fait un choix de vie nomade qui ne s'apparente pas au mode de vie de la majorité, et ils doivent être respectés. Et c'est proprement hallucinant de voir les opposants à ce projet, à Paris comme dans les communes riveraines, utiliser les amalgames et les caricatures les plus dégradantes pour stigmatiser une part de la population française. Le prie ayant été commis pas la commune de Joinville qui a utilisé ses moyens de communication municipaux pour monter sa population contre le projet d'aire d'accueil. Je soutiens d'ailleurs le PRG de Joinville qui a déposé plainte avec les autres forces de gauche pour porter plainte contre le maire de Joinveille. Le choix de créer cette aire est un choix humaniste.

    L'UMP du 12e aura elle déposé un voeu pour créer à la place un terrain de foot... Et quand on lui rétorque qu'il y a déjà pléthore de terrains de foot autour du site, elle propose un terrain de rugby ! Berf, peu importe le besoin, l'UMP veut n'importe quoi qui ne soit pas une aire d'accueil ! On voit bien là le fameux syndrome appelé en anglais NIMBY Not in My Backyard, litteralement "pas dans mon jardin" qui est la tendance à vouloir que les équipements nécessaires mais parfois contraignants soit plutôt installé chez le voisin qu'à côté de chez soi! C'est un penchant pour la lacheté, un encouragement des peurs des habitants qui n'honorent pas l'action politique.

    Et encore une fois rappelons que les gens du voyage ne sont pas des nuisances, ce sont nos concitoyens qui payent leurs impôts et ont le droit à la même considération et qualité de service que les autres. C'était le sens de la Loi, et c'est le sens du vote de notre majorité municipal.

     

  • De la chance du tourisme pour notre arrondissement

    Voici un extrait du débat qui nous a opposé lors du Conseil municipal du 18 mars 2013 à EE-LV mais surtout au Parti de Gauche au sujet de la création d'un hôtel en bordure du périphérique, au limite du secteur de Grand Projet de Renouvellement Urbain Porte de Vincennes. Il est à mon sens révélateur du dogmatisme anti-entreprise privé des amis de Mélenchon et leur incapacité de penser les entreprises et le dynamisme économique comme une opportunité de création d'emplois, et l'importance d'assurer une mixité entre logements, équipements publics, services et activités économiques dans un quartier qui en a bien besoin.


    DU 20130009 – Délimitation de parcelles et lancement d’une consultation pour la cession d’un volume en vue de la réalisation d’un programme hôtelier 31 à 43, boulevard Carnot, 16 avenue Courteline (12ème)


    Monsieur Alexis CORBIERE, Premier Adjoint à la Maire du 12ème arrondissement, Conseiller de Paris :
    « Je suis défavorable sur le principe. Je ne suis pas pour que la Ville cède des terrains en dernière analyse pour une opération immobilière. S’il s’agit de construire des logements ou un programme hôtelier, la Ville de Paris peut le faire elle-même. Là nous cédons à un privé. Nous nous étions déjà 25 opposés pour d’autres cas et je ne comprends pas pour quelle raison nous avançons dans cette voie. C’est pourquoi, je ne voterai pas cette délibération. »

    Monsieur Fabrice MOULIN, Adjoint à la Maire du 12ème arrondissement, Conseiller d’arrondissement :
    « Cette prise de position est étonnante. Je parle sous le contrôle de Christian SAUTTER qui le dira bien mieux que moi mais je pense que la cession est le seul moyen de pouvoir construire une opération hôtelière qui soit rentable. Vous savez qu’il est très difficile de convaincre les opérateurs de réaliser des projets hôteliers ici. Nous avons un plan hôtelier qui prévoit de construire 7 000 chambres ce qui correspond à un besoin pour la Ville de Paris. Nous avons besoin de 20 000 chambres en Ile-de-France. Je précise que le tourisme est une chance et il représente tout de même 7% du PIB national et 8 milliards de chiffre d’affaires pour Paris, plus de 30 millions d’euros de taxes de séjours.

    Il s’agit d’une chance pour Paris mais aussi une chance pour notre arrondissement de devenir un arrondissement qui accueille plus de touristes. Il y a tout de même deux gares et le tramway désormais, de grands équipements de loisirs, Bercy village, le futur POPB, l’opéra, le parc floral, le parc zoologique, la cinémathèque etc. Cet hôtel comme le 295, avenue Daumesnil, comme la résidence 13, rue de Reuilly, comme la tour Gamma de la gare de Lyon, ce sont des chances pour offrir à la clientèle touristique une large gamme en matière d’hôtellerie car un hôtel 2 ou 3 étoiles permet d’accueillir tous les publics.

    Il s’agit d’une chance pour l’arrondissement en termes d’emploi, de retombées économiques. Il y a les emplois directs dans le cadre de ce projet mais aussi les emplois et le développement économique dans le tissu situé aux environs de cet hôtel. Le fait que la Ville construise directement des hôtels n’est pas une solution viable financièrement. La Ville n’est pas promoteur hôtelier. »

    L'intégralité des débats est à lire sur le site de la Mairie du 12e.

  • Expo universelle sur le périph - Tribune de Jean-Bernard Bros (PRG) dans Libératione la note

     

     
     

    libéQu'ont en commun Chaillot, le Trocadéro, la gare de Lyon, le Grand Palais et la tour Eiffel ? Ils sont quelques-uns des cent héritages parisiens des Expositions universelles. Entre 1844 et 1937, pas moins de huit expos ont contribué à façonner la ville et à assurer son rayonnement international. Depuis, l'humanité démonstratrice de ses espoirs et progrès s'en est allée éclairer le monde ailleurs, sur d'autres continents.

    L'histoire du Bureau international des expositions (BIE), chargé de l'organisation des expos, est liée à l'histoire de France : la convention internationale fut signée en 1928 à Paris, où est son siège, sa langue de travail officielle est le français, et tous les contacts que j'ai eus avec le BIE indiquent qu'ils souhaitent le grand retour des expos à Paris.

    Trois tentatives récentes ont été initiées en France, sans succès, faute d'entente entre Etat et acteurs locaux. Or, pour qu'une expo existe, il faut les deux : des collectivités locales désireuses et un Etat porteur de la candidature. Aujourd'hui, l'Etat, la région Ile-de-France et Paris ont pour la première fois depuis onze ans les mêmes couleurs politiques, et peuvent œuvrer à la constitution d'une candidature pour une expo à Paris, ou plutôt : autour de Paris. Toutes les politiques de désenclavement portant sur les questions de logement et de Transports ne suffiront pas à abolir la fracture territoriale. Il est temps de trancher le nœud gordien du périphérique : il est temps d'abolir le périph.

    L'expo prendra place sur le boulevard périphérique. Les futurs pavillons et paysages qui naîtront de ce méga-événement devront être construits par-dessus lui, et le recouvrir d'équipements, de monuments et de jardins, irriguant les communes de la première couronne. Paris est une «ville monde». Que Paris donne donc à nouveau rendez-vous au monde, montre sa capacité à abolir les frontières, et fasse du périphérique un mauvais souvenir. Seule une expo est d'une envergure suffisante pour redessiner la ville, ses territoires, ses transports. Les citoyens, tous parisiens, d'un côté comme de l'autre du périph, seraient réunis autour d'un défi identitaire majeur. L'expo laissera une empreinte importante sur les villes hôtes en termes de renouvellement urbain et de développement de nouveaux comportements sociaux.

    Il sera aussi temps de provoquer le big bang de toutes les agences de promotion de la destination Paris : on en compte pas moins de douze. Leur unification sous une seule marque permettra de refonder la gouvernance de nos politiques d'attractivité internationales.

    En complément, les radicaux de gauche proposent l'organisation de référendums locaux dans les communes limitrophes de Paris, sur une question : «Souhaitez-vous que votre commune devienne un nouvel arrondissement de Paris ?» Montmartre, Passy, Charonne, Belleville et Bercy, autant de communes qui ont fait ce choix. Ont-elles perdu leur âme et leur identité ? Non. Il est temps d'agrandir à nouveau Paris. Géographiquement et concrètement. De sortir la métropole de l'étau du périphérique et de lui donner la taille d'une métropole mondiale.

    Par Jean-Bernard BROS, Adjoint au maire de Paris, président de la fédération du Parti Radical de Gauche de Paris, candidat à la primaire des gauches (Paris).

    Source : Libération - 25 mars 2013

  • Hidalgo à Paris en 2014 ? Jouons le jeu de la primaire

    Une tribune de Jean-Bernard Bros, maire-adjoint de Paris et président de la fédération de Paris du Parti Radical de Gauche, éditée par le LE PLUS du Nouvel Obs.

    L'UMP veut organiser une primaire pour trouver son candidat à la mairie de Paris. Le choix du candidat de la gauche, lui, doit-il être l'apanage de Delanoë ou du jeu de la démocratie interne ? Jean-Bernard Bros, président de la fédération de Paris du Parti radical de gauche, plaide pour la seconde option.

    La succession à Bertrand Delanoë attise les convoitises. La majorité de gauche est variée, un de ses composants est le Parti radical de gauche.

    Le travail de ses militants avec la société civile est riche et compte déjà plus de 300 contributions solidaires, fraternelles et progressistes. Ces dernières alimenteront le programme radical qui sera rendu public lors de la primaire. Elles se proposeront de défendre le dynamisme économique parisien et le rayonnement international de Paris à travers une offre de transports modernes pour la complémentarité des mobilités et des usages, une politique de logement innovante, assurant efficacement une réelle mixité sociale, une écologie urbaine ambitieuse, une participation citoyenne renouvelée et un attachement indéfectible à la laïcité.

    Paris, ville cosmopolite à la gauche plurielle Après deux mandats réussis successifs, la gauche parisienne a besoin de sortir de ses certitudes et de d’organiser ce débat démocratique moderne. Nous avons l’expérience de la primaire de 2011 pour l’organiser. Les radicaux sont prêts pour le succès de la gauche à Paris et pour le bien des Parisiennes et des Parisiens.

    De la colline de Ménilmontant jusqu’à la butte aux Cailles, en passant par le Marais, de la Nation aux Abbesses, dans leurs 20 arrondissements les 2,3 millions de Parisiennes et Parisiens vivent tous des réalités différentes et ont donc chacun leurs sensibilités politiques même lorsqu’ils se reconnaissent de gauche. Paris est une ville-monde comme aime à le rappeler son maire, Bertrand Delanoë. Elle rassemble des dizaines de cultures et de provinces françaises.

    Comment pourrait-il en être autrement politiquement ?

    Lire la suite sur leplus.nouvelobs.com

  • Rythmes éducatifs : la concertation continue dans le 12e

    Comme je l'ai déjà affirmé le PRG soutient la réforme des rythmes scolaires, et ce dès 2013 comme le souhaite aussi le gouvernement et le maire de Paris, Bertrand Delanoë. Car étaler le temps d'étude en revenant de 4 à 4 jours et demi est une bonne chose, comme l'affirment tous les spécialistes de l'éducation et comme le disaient sans réserve les syndicats enseignants il y a moins d'un an. Car c'est un engagement de campagne de François Hollande et les Français y sont favorables.

    Au-delà des agitations orchestrées par certaines formations politiques et syndicats, l'affluence record à la réunion de l'Espace Reuilly mi-février a montré le besoin d'explications et les inquiétudes des professeurs et de certaines familles qui ne sont pas à négliger, notamment au sujet de l'organisation des activités périscolaires.

    C'est pourquoi la mairie de Paris a décidé d'étendre cette grande concertation par de nouvelles réunions publiques et une consultation sur Internet. Le maire de Paris a déjà rassuré en précisant que ces activités auraient lieu plutôt en fin d'après-midi et non pas en allongement de la pause méridienne, et en annonçant la création de 1000 postes d'animateurs supplémentaires.

    La concertation doit continuer et nous ne pouvons que nous réjouir qu'elle s'organise à un niveau local comme l'annonce dans le courrier ci-dessous la maire du 12e arrondissement. Cela permettra de répondre aux interrogations, en espérant que certains n'en profite pour politiser un débat qui ne devrait être qu'au service des familles comme du monde éducatif du 12e.


    Fabrice Moulin.



    Madame, Monsieur,

    Je vous invite à participer à 3 réunions publiques locales de concertation et d'échanges autour de la réforme des rythmes éducatifs du 19 au 23 mars 2013.

    Le  projet de réforme des rythmes éducatifs vise à mettre fin à cette exception française qui fait subir aux élèves de nos écoles les journées d’enseignement les plus lourdes, tout en dégageant un temps périscolaire de qualité dédié à des activités culturelles, sportives et de découvertes.

    Afin de recueillir en direct, l’avis de l’ensemble des Parisiens qui ont des enfants en école maternelle ou élémentaire, un questionnaire en ligne est lancé soumettant des pistes concrètes d’organisation de la journée des enfants http://www.paris.fr/pratique/rythmes-educatifs/questionnaire/p10205

    Pour que cette réforme soit une réussite dans l’intérêt de tous les élèves, la concertation menée au plan parisien se poursuit au niveau du 12ème arrondissement avec l’ensemble des partenaires concernés : équipes pédagogiques, animateurs, personnels de service, parents d’élèves, structures associatives… Au terme de cette concertation, et sur la base de ses résultats,  le Conseil de Paris se prononcera fin mars sur le contenu, les modalités et  le calendrier de mise en œuvre de la réforme.

    C’est pourquoi, j’ai souhaité organiser 3 réunions publiques pour permettre à chacun de prendre part au dialogue et de faire entendre ses propositions :

    Ces réunions auront lieu :
    -    Le mardi 19 mars de 19h à 21h au gymnase Paul Valéry 15, rue de la Nouvelle Calédonie

    -    Le jeudi 21 mars de 19h à 21h au gymnase Bercy Bastille 242, rue de Bercy

    -    Le samedi 23 mars de 10h à 12h à la mairie du 12e, salle des fêtes 130, avenue Daumesnil

    Pour que ces rencontres associent l’ensemble des partenaires de l’école (équipes éducatives, parents d’élèves, équipes des centres de loisirs, personnels de la caisse des écoles), je vous invite à bien vouloir relayer largement cette information.

    Je vous prie croire, Madame, Monsieur, à l’assurance de ma considération distinguée.

    Michèle BLUMENTHAL
    Maire du 12e arrondissement

  • Jean-Bernard Bros, candidat aux primaires pour les municipales 2014 à Parisde la note

     

     

     

    Fédération de Paris

                                                                                     Paris, le 22 février 2013

     

    Jean-Bernard Bros, candidat aux primaires pour les municipales 2014 à Paris.

     

    Réunis en Assemblée Générale, jeudi 21 février 2013, les Radicaux de Gauche parisiens ont réaffirmé leur volonté de participer à des primaires citoyennes ouvertes, pour élire le candidat de la gauche aux élections municipales de 2014.  

    Initiateurs du concept de primaires en France, par une proposition de loi de 2006, les Radicaux de Gauche rappellent que les primaires ont été, et peuvent encore être, l'outil d'une dynamique mobilisatrice.

    Ils ont ainsi désigné Jean-Bernard Bros, adjoint au Maire de Paris, pour y défendre les propositions radicales.

    Le programme PRG Paris, actuellement préparé en concertation avec la société civile parisienne, visera à apporter des réponses pragmatiques et d’envergure métropolitaines notamment sur 5 enjeux jugés majeurs :

    • L’appui au tissu des TPE/PME et au dynamisme économique parisien et au rayonnement international de Paris
    • La construction d’une offre de transports modernes assurant la complémentarité des mobilités
    • L’élaboration d’une politique de logement innovante, assurant efficacement une réelle mixité sociale
    • La définition d’une écologie urbaine ambitieuse autour de grands projets structurants
    • L’attachement à la cohésion sociale et au vivre ensemble via des politiques de citoyenneté courageuse et un attachement indéfectible à la laïcité.

    Conformément au calendrier fixé par le PS Paris, les Radicaux de Gauche déposeront leur candidature  le 29 mars 2013 dans la perspective d'un scrutin qui se déroulerait  les 16 et 23 juin 2013.

  • Parrainage républicain : le soutien de la maire du 12e aux sans-papier continue

    Les sans-papier, dont la plupart travaillent et étudient en France, contribuent à l'écomnomie française, occupent des jobs que peu de nos consitoyens acceptent de faire. Et ils n'aspirent qu'à le faire en toute légalité pour avoir les mêmes droits et devoirs que nos concitoyens. On l'a vu par exemple lors des occupations de la CNHI par les collectifs des travaillerus sans-papier.

    Parrainage Républicain des sans-papiers

    L'arrivée de la gauche au pouvoir a mis fin à la chasse aux sans-papiers du gouvernement Sarkozy, parfois jusque dans les écoles; pratiques indignes de la République humaniste qui ont donné naissance aux mouvement Réseau Education Sans Frontière (RESF) et au Comité de Vigilance pour les droits des sans-papiers dans le 12e réunissant simples citoyens, parents d'élèves, citoyens, élus et associatifs. Le gouvernement Ayrault a enfin mis en place une procédure de régularisation sur des critères clairement définis qui permettant aux sans-papiers en France depuis plusieurs années, avec familles et emplois de pouvoir régulariser leur situation.

    Parrainage Républicain des sans-papiers

    Mais les démarches restent complexes, les administrations pas toujours compréhensives font parfois trainer les choses ou bloquent les procédures. C'est pourquoi ils ont encore besoin du soutien des citoyens et des élus pour éviter les embuches dans le long parcours pour être régularisé.

    C'est l'objectif des parrainages républicains organisés par la mairie du 12e et la Collectif de Vigilance du 12e pour les sans-papier, avec la LDH et RESF. Des citoyens parrainent un sans-papier pour l'accompagner dans ses démarches, pour qu'il garde espoir aussi, et nous élus les parrainnons et nous engageons à intervenir au maximum de nos possibilités en cas de difficulté, ou pire en cas de menace de reconduite à la frontière. Cette démarche avant tout symbolique et humaniste est aussi faite pour montrer au sans-papier qu'il n'est pas seul face aux rouages de l'administration.

    Droits photos : Mathieu Delmestre.

  • Réforme des rythmes scolaires à Paris : la réussite éducative, c’est maintenant !

    Les Radicaux de Gauche parisiens demandent l’application de la réforme des rythmes éducatifs dès la rentrée 2013. Le système actuel constitue une totale aberration qui ne donne satisfaction à personne. Face à ce constat, les formations politiques de droite comme de gauche qui s’opposent de façon démagogique à cette indispensable réforme n’agissent ni dans l’intérêt des enfants, ni des parents, ni des enseignants.

    Si le financement de l’Etat est bien au rendez-vous comme promis, ajouté à celui de la Ville de Paris, il permettra la mise en œuvre effective des nouveaux rythmes à la rentrée prochaine. La nécessaire concertation lancée aujourd’hui par la municipalité, l’écoute des arguments des uns et des autres, seront de nature à rassurer les plus inquiets.

    Dans l’intérêt des enfants, de leur réussite et de leur épanouissement, tout doit être fait pour que cette réforme des rythmes scolaires à Paris soit mise en place dès la rentrée scolaire 2013.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu