Avertir le modérateur

Politique - Page 9

  • Paru dans le JDD : Les 300 idées du PRG pour secouer Paris

    JDD Paris  |  22 juin 2013  |  Mise à jour le 23 juin 2013

    MUNICIPALES - Des Scootlib’, des téléphériques zébrant le ciel parisien,  le périph’ entièrement recouvert grâce à une Exposition Universelle… Le Parti Radical de Gauche souhaite imposer quelques idées surprenantes à son alliée Anne Hidalgo (PS) lors des municipales 2014. Notre sélection.

     

    Jean-Bernard Bros

    Jean-Bernard Bros espère qu'Anne Hidalgo annonce dans son programme quelques une des propositions du PRG. (Maxppp)

    "Ce ne sont pas des gadgets!" Jean-Bernard Bros tient à cette précision. Président du PRG Paris, il dévoile au JDD ses 300 propositions pour les municipales de mars 2014. Un programme qu’il présentera mardi soir à l’Européen, place de Clichy. Si l’adjoint au maire en charge du tourisme n’envisage pas de constituer des listes autonomes, il compte bien imposer quelques-unes de ses idées à Anne Hidalgo. Il négocie en ce moment avec le PS parisien en vue d’une alliance dès le premier tour. Voici quelques propositions… qui ont le mérite de l’originalité :

    - Autoriser l’ouverture des magasins douze dimanches par an et repenser la carte des zones touristiques -où l’ouverture dominicale des commerces est autorisée toute l’année. Notamment à Bercy-Village, dans le Marais, aux Abbesses ou au niveau de la Coulée verte dans le 12e. Jean-Bernard Bros en fait même une priorité. "Un touriste chinois qui n’a pas dépensé son argent à Paris le dimanche le dépensera ailleurs", explique-t-il.

    - Organiser l’Exposition Universelle de 2025, "au-dessus du périph’, ce qui permettrait de la couvrir grâce au financement des pays participants". Bros, qui est aussi président de la Société d’Exploitation de la Tour Eiffel (SETE), admet que cette idée est "utopique… tout comme l’était la Tour Eiffel, comme l’a dit Roland Barthe."

    - Créer un téléphérique pour "franchir le périph’ au niveau de la Porte de Versailles ou pour relier les gares du Nord et de l’Est, de Lyon et d’Austerlitz". Une société grenobloise en a construit un a Rio, précise-t-il. "Ce Paris-phérique serait un moyen de transport aérien, agréable, rapide et très pratique."

    - Mettre en place des Scootlib’, sur le modèle de Vélib’ et d’Autolib’.

    - Ouvrir le métro toute la nuit sur les lignes 14, 1 et 7, les jeudi, vendredi et samedi. Et jusqu’à 2h de matin sur les autres lignes 7j/7.

    - Construire un hôtel gros porteur de 2.000 chambres. "Si on veut que Paris reste leader sur les foires et congrès internationaux, il faut pouvoir héberger du monde. Comme à Atlanta, la ville des congrès aux États-Unis. Or, à Paris il n’y a que des petits hôtels ou des cinq étoiles", explique l’adjoint au tourisme.

    - Créer un "espace d’accueil sous la Tour Eiffel, comme au Louvre ". Les caisses y seraient centralisées, au milieu des nouveaux commerces, à l’abri de la pluie. "C’est mon dada. On a déjà toutes les études. Anne Hidalgo y est favorable; je voudrais qu’elle l’annonce dans son programme", confie Jean-Bernard Bros.

    - Inventer des "bourses d’échange d’appartements"dans le parc social, afin d’"inciter à la mobilité".

    - Supprimer "tous les panneaux publicitaires de plus de 2m² dans l’espace public"

    - Organiser des compétitions sportives internationales de natation dans la Seine et sur la Seine.

    - Créer des "nouvelles zones sportives en sous-sol des jardins publics, sur les toits des bâtiments publics…"

    - Organiser des référendums locaux sur le Grand Paris dans toutes les villes limitrophes de la capitale. Les habitants auraient à ce prononcer sur cette question : "Souhaitez-vous que votre commune devienne l'un des nouveaux arrondissements de Paris?".

    Bertrand Gréco - A lire dans Le Journal du Dimanche

    samedi 22 juin 2013

    (Nota bene : Petite confusion journalistique, le PRG Paris ne propose pas de zone touristique sur la coulée verte mais de faire de la petite ceinture une zone de promenade aménagée avec des espaces de sport, de loisirs, de restauration et de la circulation douce. Fabrice Moulin)

     
  • « Faire le Pari(s) d’avenir »

    Depuis que les Radicaux de Gauche participent à l’administration de la Mairie de Paris, nos élus ont obtenu l’ouverture du métro jusqu’à 2h du matin les vendredis et samedis soirs, l’augmentation du nombre de taxis circulant dans Paris ou encore la révision du plan local de publicité. Ils se sont fortement mobilisés sur tous les sujets touchant au développement économique et à la création d’entreprises.

    Parti politique historique de la gauche républicaine, le PRG a toujours placé l’individu, la citoyenneté et l’esprit d’entreprise au centre de ses préoccupations. Il milite pour une gauche des libertés, réformiste, fédéraliste européenne, humaniste, responsable, solidaire et laïque. A ce sujet, les Radicaux de gauche sont aussi à l’origine de la création d’un Observatoire parisien de la laïcité, ciment de notre République et du vivre ensemble.

    A la veille d’une élection municipale déterminante pour l’avenir de Paris, des Parisiennes et des Parisiens, les Radicaux de Gauche proposent des mesures fortes axées sur les priorités suivantes :

     

    • défendre une plus grande ouverture de Paris sur sa région grâce à Paris Métropole, en proposant la création de services publics métropolitains ou encore la couverture du périphérique partout où cela est possible ;
    • favoriser le dynamisme économique et l’attractivité internationale de Paris, par exemple avec un « welcome desk », guichet de simplification de l’accueil de nouvelles entreprises ;
    • sécuriser le maintien et la défense des commerces de proximité ;
    • soutenir une écologie urbaine créative et responsable, sans aucun dogmatisme ;
    • promouvoir une offre de transports modernisée, et réellement adaptée à l’évolution de nos besoins ;
    • assurer une répartition de la construction de logements plus équilibrée sur le territoire, aux modalités d’attribution clarifiées ;
    • réinventer la démocratie locale, délibérative, innovante et attractive pour tous.

     

    A l’heure où le risque de la montée des extrêmes et de l’abstentionnisme atteint des sommets, le PRG entend plus que jamais porter une voix citoyenne forte et audacieuse au sein d’une majorité municipale de gauche. Nous invitons les Parisiennes et des Parisiens qui savent toujours que la politique peut changer la vie, et qui sont désireux de construire un Paris dynamique, moderne et solidaire, à nous  rejoindre.

  • Une caserne et des bébés au menu du Conseil

    Au menu du dernier Conseil d'arrondissement, deux sujets qui ont marqué à plusieurs reprises cette mandature et qui pourraient bien arriver à une conclusion bientôt, heureuse pour l'une peut-être dramatique pour l'autre.

     

    D'abord, la Caserne de Reuilly, pendant très longtemps propritété de l'Etat, immense terrain laissé à l'abandon, que jamais le gouvernement précédent de François Fillon n'a accepté de vendre, uniquement pour de petits calculs politiques.

    C'est chose faite : notre conseil a voté le protocole d'accord de vente à des conditions favorables de la caserne que la Mairie de Paris va pouvoir transformer en un nouveaux quartier :

    • 400 à 500 logements, tous locatifs, dont 50% de logements sociaux (conformément au Plan local d'urbanisme, pour les familles comme pour les étudiants et les jeunes travailleurs), 20% de logements à loyer maîtrisé et 30% de logements privés à loyer libre plafonné, afin de garantir une véritable mixité au cœur du nouveau quartier.
    • des activités commerciales
    • une crèche municipale de 66 berceaux.

    Et qu'à fait l'opposition UMP-UDI à cette bonne nouvelle ? ils ont voté contre !

    Ils s'étaient déjà opposés à la mobilisation cet hiver de la Caserne pour ouvrir des lits d'hébergments d'urgence, et ils se plaignement encore maintenant que celle-ci va laisser la place à du logement, dont la répartition garanti une mixité et un accès aux classes moyennes sur la moitié des futurs logements.

     

    Deuxième dossier moins réjouissant, la maternité des Bluets dont la situation financière est devenue très critique. L'établissement réputé pour sa philosophie sur un accompagnment personnalisé à l'accouchement, bien éloigné de l'usine à bébés et surtout de la tarifiaction à l'activité qui est devenu en 2004 le mode de financement des hôpitaux par l'Autoristé Régionale de Santé.

    Rappelons que la maternité  des  Bluets  est  un  pôle  de périnatalité de grande qualité dans l’Est Parisien, avec une maternité de niveau I, un centre  agrée  de  procréation  médicalement  assistée, un  service  de  gynécologie  chirurgicale,  un centre de planification  familiale et de dépistage des maladies  sexuellement  transmissibles, un service d’urgence ouvert 24h/24.

    Face aux difficultés financières, l’ARS avait mis en place en mars 2012 une mission d’appui et calculé le besoin rapide de 4 millions d’euros pour éviter la cessation de paiement, et émis des préconisations que l’association tente aujourd’hui de mettre ne oeuvre pour se rapprocher de l’équilibre.

    Cependant l'ARS n'a pas répondu pour l'instant au bsoin de finacnement de l'association ce qui menace la survie de la maternité.

    Lors du dernier conseil les élus socialistes, radicaux et apparentés, ont émis un voeu au  Maire de Paris pour demander à l’Agence Régionale de Santé (ARS) un rapport d'étape sur les Bluets avant de trouver une solution à la situation financière de la maternité des Bluets assurant sa pérennité.

    Il a été voté par la majorité, dont EELV qui avait proposé un voeu similaire. Par contre le voeu des du PC-PG a été écarté. Il demandait à la Ville de Paris de prendre en charge 6 millions d'euros de trou sans attendre. Il est toujours facile de se montrer généreux avec l'argent de autres, le risque étant de gacher des ressources sans rien régler sur la durée. Je suis intervenu pour le rappeler, car si la maternité rend des services inestimables, on ne peut user de l'argent des parisiens pour éponger une dette sans même avoir fait l'analyse complète des difficultés réélles dûes à la tarification à l'activité de celles liés à des dysfonctionnements internes et problèmes de gestion, et de ce fait de trouver les moyen d'y remédier et d'assurer la pérennité financière de l'établissement.

    Pas à une contradiction près, et toujours près à jouer l'opportuniste alors qu'il prétend nous donner régulièrement des leçons de bonne gestion, le conseiller de Paris de droite Gérard Rey a voté pour le voeu du Front de gauche!

    Les Bluets vont donc mal, mais c'est sur un diagnostic précis que l'ARS et le Minsitère de la Santé avec le concours de la Mairie devront conduire la maternité modèle vers le chemin de la complète guérison.

     

  • Fier de célébrer des mariages pour tous

     

    Le Conseil constitutionnel a validé la loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples de même sexe en France, qui a été promulguée par le président de la République.

     

    Après des mois de débats où l'esprit républicain, la tolérance et, disons-le, la raison ont été bien secoué par des opposants prêts à toutes les caricatures et les excès pour faire barrage à l'égalité de droits entre nos concitoyens devant le mariage. L'agitation dans la rue comme au Parlement contre un projet de loi qui n'enlevait pourtant aucun droit à quiconque a révélé l'activisme délétère de groupes intégristes Civitas ou extrémiste comme le "Printemps français" qui ont montré leur vraie nature liberticide, fondamentaliste et profondément intolérante et réactionnaire. Pire, elle a révélé un obscurantisme certain d'élus et de militants de formations politiques et y compris au sein de la droite dite Républicaine qui n'ont pas hésité à alimenter les sentiments homophobes et ont renforcé les groupes les plus extrémistes. La ligne outrancière défendue par l'UMP et les nombreux dérapages de ces élus, dont certains ont manifesté bras dessus bras dessous avec des députés duFront National laissera des traces, à commencer chez les jeunes homosexuels ou les enfants de couples homosexuels qui ont été trainé dans la boue. Enfin, ce débat a aussi mis au jour l'influence des responsables religieux et des églises dans le débat public auprès des parlementaires et élus de droite et du centre que je pensais, naïvement, révolue.

     

    Nous sommes fiers que le PRG et notre président Jean-Michel Baylet aient porté haut et fort pendant les primaires citoyennes de 2012 cette proposition d'ouverture du mariage aux couples de même sexe et que le gouvernement de Jean-Marc Ayrault l'ait concrétisé. Nous sommes fiers de la Garde des Sceaux, Christiane Taubira, qui fut notre candidate radicale en 2002, et qui a ferraillé avec ténacité et intelligence contre l'opposition et ses mensonges.

     

    Nous allons maintenant célébrer dans nos mairies des mariages civils pour tous, et aucun maire ne devrait pouvoir se retrancher derrière une clause de conscience pour refuser d'en célébrer dans sa mairie. C'est un argument irrecevable, de la discrimination, tout autant que si un maire refusait de célébrer un mariage mixte ou parce que la tête des mariés ne lui revient pas! La clause de conscience ne s'applique pas face à une Loi de la République d'un pays démocratique. Si un élu ne veut la respecter, il est libre de démissionner.

     

    Pour ma part, en tant que maire-adjoint je me fais une fierté de pouvoir marier deux hommes ou deux femmes comme je le fais pour des couples hétérosexuels. Encore une fois, le mariage des uns ne diminue en rien celui des autres, nous avons juste fait une grand pas vers l'égalité.

     

     

  • Le 27 mai, journée nationale de la Resistance ?

    Lundi prochain, comme chaque 27 mai, nous commémorerons en mairie avec l'Association Nationale des Anciens Combattants et Ami(e)s de la Résistance (ANACR) la création du Conseil National de la Resistance.

    Or le Sénat a adopté jeudi 28 mars à l’unanimité moins deux voix une proposition de loi instaurant une journée nationale de la Résistance le 27 mai. Ce texte, adopté par 346 voix contre 2, doit encore être inscrit à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale pour poursuivre son parcours parlementaire et espérer être adopté définitivement.

    Cette nouvelle journée commémoriative correspond au 27 mai 1943, date à laquelle le Conseil National de la Résistance (CNR) s'est réuni pour la première fois 48 rue du Four à Paris, sous la présidence de Jean Moulin.

    C'est cette création qui entraîna, le 29 décembre 1943, celle des Forces Françaises de l'Intérieur (FFI).

    De même, la création du CNR conduisit à la mise en place, sous son autorité, des comités locaux et départementaux de la libération qui remplacèrent les autorités de Vichy, au fur et à mesure de la libération des villes et des départements.

    Dès la création du CNR, le 27 mai 1943, l'ensemble de la résistance intérieure est placée sous l'autorité du Comité français de libération nationale puis du Gouvernement provisoire de la République Française, écartant ainsi tout risque de coupure entre les deux composantes, intérieure et extérieure, de la France combattante. Le CNR réunissait tous les partis politiques et syndicats opposés au régime de Vichy.

    Après l'insittution en 2012 par françois Hollande du 29 mars 1962, date du cessez-le-feu en Algérie, comme date officielle de commémoration de la guerre d'Algérie, cette nouvelle journée nationale est une nécessié pour le travail de mémoire.

    En effet alors que les femmes et des hommes qui ont libéré notre pays du nazisme et du fascisme disparaissent, les tentations négationnistes, l'ignorance et l'oubli font leur oeuvre.

    La commémoration officielle de cette date du 27 mai 1943 est donc un repère particulièrement important pour toute la jeunesse de notre pays, mais aussi pour ceux qui sont nés après la guerre, avec le CNR.

    La proposition de loi de trois articles précise que cette journée de la Résistance « n’est ni fériée, ni chômée » et qu’une partie de cette journée doit être consacrée dans les écoles aux thèmes de la Résistance et de la Déportation. D'ailleurs j'ai proposé à l'occasion de la réforme des rythmes scolaires que le temps pédagogique dégagé permette de renforcer le travail de mémoire auprès des scolaires.

    Cette journée aurait également le mérite de rappeler l'héritage légué par le CNR à la France d'après guerre, un programme de gouvernement riche d'avancées sociales telles que la sécurité sociale, les services publics, la retraite par répartition, la liberté de la presse, le vote des femmes.

  • Pour sortir de la crise, osons l'idéal européen, osons l'Europe fédérale !

    Une tribune de nos Jeunes Radicaux de Gauche, publiée dans le Huffington Post ce 9 mai, jour de célébration de l'Europe, qui résume très bien à mes yeux le combat et l'engagement pour l'idéal européen qui est le notre, nous Radicaux de gauche, et ce malgré et surtout par ces temps de crise qui appellent à dépasser nos nationalismes étriqués pour chercher un solution européenne. FM

    france

    Par:
    Sélim-Alexandre Arrad, 22 ans, est le Président des Jeunes Radicaux de Gauche (JRG). Olympio Kyprianou-Perrimond, 24 ans, est chargé des relations internationales et européennes des Jeunes Radicaux de Gauche. Robin Lagarrigue, 23 ans, est membre du Conseil national des Jeunes Radicaux de Gauche (JRG). Chirinne Ardakani, 21 ans, étudiante en master de droit public économique, milite au sein des Jeunes Radicaux de Gauche depuis 2009.


    Nous, jeunes hommes et femmes qui sommes la génération frappée par la crise, radicaux de gauche engagés en faveur d'un idéal européen démocratique, économique, social et écologique, refusons la résignation et la désespérance.

    Engagés en faveur d'un idéal européen démocratique, économique et social, nous avons conscience de la nécessité d'une maitrise optimale et responsable des dépenses publiques. Parce que nous sommes intimement convaincus que chaque denier qui n'est pas consacré à la dette, est un denier pouvant être investi dans des services publics de qualité.

    Pour autant, si nous reconnaissons qu'une convergence budgétaire européenne responsable et rigoureuse est indispensable, nous refusons les politiques de rigueur stériles et aveugles, qui étouffent les peuples européens et sacrifient une génération. Dans le même temps que nous croyons au redressement du modèle français, sommes-nous convaincus que c'est à un État-stratège ambitieux et anticipateur, de fixer des caps axiologiques concentrant des investissements d'avenir aussi indispensables qu'incontournables.

    Le défi du redressement productif que nous appelons de nos vœux ne pourra être relevé sans que ne soient mis en œuvre des moyens en faveur de la compétitivité, de l'innovation industrielle et technologique, de la recherche, mais enfin et surtout en faveur de la jeunesse et de l'éducation, qui doivent être les forces vives et inconditionnelles du redressement.

    Si nous saluons les premières mesures prises par le gouvernement en ce sens depuis un an, nous regrettons qu'elles ne suffisent à insuffler une dynamique de relance, faute de n'être intégrées à une cohérence macro-économique globale, qui dépasse nos seules frontières. Car ce défi du redressement, n'est pas l'apanage de notre pays. Grecs, Italiens, Espagnols, Allemands, partout en Europe ces préoccupations nous sont communes.

    Et partout de Paris à Madrid, de Rome à Bucarest, en passant par Vienne et Bruxelles, devons-nous aspirer à un idéal européen démocratique, où l'économie libérale doit être au service des peuples plutôt que de les prendre en otage, où la solidarité nationale mais aussi entre les peuples européens doit être le socle de la justice fiscale et sociale. Parce que nous voulons une Europe humaniste qui consacre et garantit par ses lois et sa justice, les droits fondamentaux des citoyens.

    A l'heure où nombreux sont ceux qui s'interrogent sur l'opportunité de la construction européenne, pensée à l'origine sous un prisme éminemment économique, tournée vers la seule réalisation du marché commun, nous réaffirmons l'horizon du rêve européen.

    Parce que l'Europe n'est pas le problème, mais que l'Europe est bien la solution.

    Parce que l'Europe que nous voulons fédérale n'est pas l'Europe des égoïsmes nationaux exacerbés que l'on connaît, mais bien celle de la pleine réalisation des peuples dans le prolongement de notre idéal républicain.

    C'est pourquoi, Nous, jeunes hommes et femmes, radicaux de gauche engagés en faveur d'un idéal européen démocratique, économique et social pensons qu'il est temps, aujourd'hui plus que jamais, d'oser l'Europe qui nous sauve, et non celle qui nous contraint, qui nous juge ou qui nous sert de bouc-émissaire.

    • Parce que nous vivons dans un espace-temps mondialisé et interconnecté, il faut repenser les échelles de la prise de décision. La souveraineté nationale doit trouver son prolongement plein et entier dans un gouvernement européen par et pour les citoyens de l'Union. C'est pourquoi, face à l'éclatement d'initiatives nationales sans cohérence globale, l'Europe Politique est la solution.
    • Parce qu'il est temps de mettre fin à la concurrence déloyale entre les travailleurs et le dumping social, qui au sein des frontières européennes, nivelle vers le bas les droits des salariés ; qu'il est nécessaire de trouver un juste équilibre entre la flexibilité et la sécurité de l'emploi afin d'assurer la compétitivité des entreprises européennes tout en respectant les impératifs environnementaux, l'Europe sociale et écologique est la solution.
    • Parce que la justice fiscale exige qu'il soit mis fin aux paradis fiscaux qui sont tout à la fois responsables d'une inégalité de traitement des citoyens devant les charges publiques, et responsables d'une concurrence déloyale aux échanges communautaires qui nuit à notre économie. C'est pourquoi, à défaut d'une harmonisation fiscale actuelle, l'Europe Fiscale est la solution.
    • Parce que l'émancipation des citoyens libres par l'acquisition d'un savoir, que le droit de choisir son avenir sont des aspirations communes à toutes les jeunesses d'Europe, l'Europe de l'Education, l'Europe de la culture sont les solutions.

    C'est donc le projet d'une Europe ambitieuse et conquérante, unie et solidaire, qui appartient avant tout aux peuples européens que nous portons à l'heure où nous savons toute la déception et la frustration des peuples européens tentés par la désespérance et la résurgence des thèses manichéennes et obscures.
    Parce que les leçons de l'histoire nous montrent combien l'absence de projet politique a pu nourrir les peurs et les angoisses dues à l'avenir, que l'absence d'horizon commun a toujours servi de terreau fertile aux populismes, aux replis identitaires et aux dérives nationalistes plutôt que la cause des peuples.

    C'est pourquoi, Nous, jeunes hommes et femmes, radicaux de gauche engagés en faveur d'un idéal européen démocratique, économique et social, continuerons de combattre le spectre des populismes en proposant une orientation ambitieuse pour l'Europe.

    "Ce qui est important, ce n'est, ni d'être optimiste, ni pessimiste, mais d'être déterminé" nous disait alors Jean Monnet, père fondateur de la construction européenne. Et bien c'est cette même détermination qui anime les Jeunes Radicaux de Gauche (JRG), aujourd'hui, pour sortir de la crise, Osons l'idéal européen, Osons l'Europe Fédérale!

  • Vous qui passez... Charlotte Delbo et le souvenir de la Déportation

    En cette fin avril où nous commémorons la Journée nationale du Souvenir de la Déportation, nous avons rendu hommages aux résistants, internés, déportés et toutes les victimes de la barbarie nazie en déposant des gerbes au monument aux morts ainsi qu'à la plaque que nous avons inauguré pour la mémoire des 60 enfants juifs de l'arrondissement déportés non scolarisés. Notre maire Michèle Blumenthal a rappelé, comme toujours avec le ton juste, que la vigilance est toujours d'actualité contre les résurgences de la xénophobie, de l'antisémitisme et aussi de l'homophobie. Ce qui est malheureusement de plus ne plus vraie dans le contexte politique de ces derniers mois, lorsque l'on voit les dérapages honteux des opposants au mariage pour tous, y compris de certains députés de droite, ou le rapprochement idéologique et y compris physique, dans la contestation dans la rue des militants et mêmes des élus de la droite dite républicaine et du FN.

    Cérémonie du souvenir de la Déportation 2013 2.JPG

    Michèle Blumenthal a également cité un très émouvant poème de la résistante Charlotte Delbo, véritable leçon de vie :

    Prière aux vivants pour leur pardonner d’être vivants

    Vous qui passez

    bien habillés de tous vos muscles

    un vêtement qui vous va bien

    qui vous va mal

    qui vous va à peu près

    vous qui passez

    animés d’une vie tumultueuse aux artères

    et bien collée au squelette

    d’un pas alerte sportif lourdaud

    rieurs renfrognés, vous êtes beaux

    si quelconques

    si quelconquement tout le monde

    tellement beaux d’être quelconques

    diversement

    avec cette vie qui vous empêche

    de sentir votre buste qui suit la jambe

    votre main au chapeau

    votre main sur le coeur

    la rotule qui roule doucement au genou

    comment vous pardonner d’être vivants...


    Lire la suite

  • Avec le PRG 12e au Marché Porte de Vincennes

    IMG_5202.JPGCe weekend, les militants du cercle PRG Paris 12e se sont mobilisés avec notre nouveau matériel de campagne pour aller à la rencontre des habitants. Nous avons reçu un bon accueil et l'originalité et l'humour de nos badges ont permis d'engager plus facilement le dialogue, à un an des municipales et malgré le contexte politique difficile.

    Au menu des discussions, le logement bien sûr. D'ailleurs sur cette question, les IMG_5208.JPGdiscussions confirment notre volonté d'améliorer la mobilité dans le parc social, d'augmenter encore la mixité, mais surtout de rendre plus clair le traitement des demandes de logement pour que chacun sache où en est son dossier et ses chances d'attribution. La défense des commerces, et les mesures pour favoriser l'emploi et les PME font aussi partie des préoccupations, surtout des jeunes et des cadres. Et notre combat ancien sur l'augmentation du nombre de taxis et le métro la nuit a fait echo à la grogne de certains concernant les transports.

     Enfin, la réforme des rythmes scolaires nécessite encore de la pédagogie et d'associer les associations de parents d'élèves. Et même le mariage pour tous et la défense de la laïcité se sont invités au marché, avec des habitants venus nous soutenir, encore énervés de la présence de Franck Margain, représentant de Chrisitne Boutin, en campagne pour les primaires UMP...IMG_5197.JPG

    Enfin j'ai eu le plaisir d'accueillir notre Président fédéral, Jean-Bernard Bros, maire-adjoint de Paris, est passé nous encourager au cours de sa tournée du lancement de campagne du PRG Paris, car tous les arrondissements ont pu voir les Radicaux de gauche sur le terrain.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu