Avertir le modérateur

Politique - Page 20

  • L'extrême-droite débarque dans notre arrondissement !

    Certains groupuscules d'extrême-droite comme le Bloc Identitaire se sont fait une spécialité des opérations d'agit-prop et du buzz sur le web avec une nébuleuse de sites Internet ; des opérations sournoises car avec ce nouveau mode d'action, ils se cachent derrière des revendications relativement anodines pour diffuser leurs idées politiques nauséabondes. Ils agissent ainsi masqués, à la manière des sectes pour prendre dans leur filet de nouveaux adeptes.

    Samedi en début d'après-midi, Place de la Nation, j'ai eu le grand déplaisir d'assister à l'une de ces opérations.

    mas1.jpgAinsi, devant le restaurant de la chaine de Fast-food Quick, un homme me tend un tract intitulé "Manger peinard, manger terroir !" et siglé "Campagne nationale du Mouvement d'Action Sociale pour la défense et la promotion des terroirs culinaires et gastronomiques de France." Intrigué, je regarde le texte du tract et commence à m'interroger : s'il n'y a pas de propos xénophobes dans cette soi-disant lutte contre l'obésité et la malbouffe, j'y trouve des contre-vérités, une accusation sans nuance de l'Etat français "plus grand dealer de malbouffe de France" et aussi des références à une "culture en péril" qui m'interpellent... Il y a aussi une invitation à signer une pétition en ligne "antifastfood". A regarder de plus près les militants qui distribuent les tracts, mon malaise est encore plus grand : pas de paysan à moustache à la José Bové ou de look baba-cool, mais des cheveux courts ou des crânes rasés, des manteaux noirs et des blousons de camouflage. De plus, après le débat sur le Quick Hallal de Roubaix, prendre cette chaine de restaurant pour cible n'est peut être pas une coïncidence.

    Certes il n'y a pas de tête pour défendre les produits régionaux mais je pose la question à l'homme qui m'a tendu le tract :

    - Vous êtes un peu bizarre pour des militants écolos ? C'est quoi ce Mouvement d'Action Social dont vous vous revendiquez ? Je pense savoir qui vous êtes, vous êtes du Bloc Identitaire, l'extrême-droite, c'est ça ?

    En général, traiter un militant quel qu'il soit d'être d'extrême-droite provoque chez lui une réaction indignée et une dénégation immédiate sauf chez ceux qui le sont réellement ! Or à ma question, l'homme répond simplement, avec un sourire narquois mais loin d'être aimable :

    - Vous vous prenez pour un medium... Allez voir notre site Internet !

    Je m'éloigne et prends en photo les camionnettes autour desquelles ils se sont rassemblés devant le Quick et sur lesquels sont tendus des banderoles "bouffe mondialisée ? Non ! Gueuleton enraciné" avec un étrange logo qui figure une sorte de fourmi dans un cercle rouge.

    Deux hommes se dirigent alors à grandes enjambés vers moi et m'interpellent agressivement :

    - Qu'est-ce que tu fais ! Tu nous tires le portrait ? Arrête ça !

    Je réponds qu'ils n'ont d'abord pas à me tutoyer et que s'ils ont amené des camionnettes dans une manifestation publique, je ne vois pas en quoi cela les gênerait que je les photographie. Visiblement ces messieurs cherchent la publicité mais craignent les RG ou je ne sais quoi d'autre, alors qu'un militant politique républicain n'a normalement rien à cacher ni à avoir honte de ses actions.mas2.jpg

    Je ne sais pas de quelle manière légale cette opération aurait pu être empêchée mais cela me rappelle les "apéros saucissons" organisés à la Goutte d'Or par Bloc Identitaire sous des prête-noms et avec le concours d'associations qui ont définitivement tourné le dos aux valeurs républicaines et pervertissent le principe de laïcité en un racisme antimusulman.

    Le site internet de ce Mouvement d'Action Social (MAS) apporte sans plus de doute possible une confirmation de la vraie nature des gens qui manifestaient devant le Quick de la Nation. C'est un salmigondis écœurant de références à l'identité nationale, à la patrie ramenée à sa dimension ethnique, de concept comme l'enracinement qui "ne peut dès lors être complet sans une dimension ethnique fondatrice, ni sans un engagement écologique radical", de critiques de "l'élite mondialiste du Système" et de propos pseudo-révolutionnaire qui ont des relents de rhétorique fasciste de l'entre-deux guerres... De plus le site est parsemé de dessins de cocktails molotovs et de symboles crypto-fascistes !  Sans parler de ce slogan qui à mon sens fait explicitement référence à "l'ordre nouveau" du régime collaborationniste de Pétain : "Nous ne sommes pas les derniers survivants d'un monde qui s'éteint, mais l'avant-garde d'un nouvel ordre qui vient !"

    La nouvelle extrême-droite identitaire est donc active à Paris et est passée dans notre arrondissement. Derrière ce genre d’action, cette nébuleuse fait la propagande des idées les plus abjectes, étend son influence partout en Europe et entretient un activisme qui pourrait un jour dégénérer en actions violentes. D'ailleurs, un autre groupuscule, Dies Irae, dont on a entendu parlé dernièrement dans un reportage télé sur une école d'extremistes catholiques à Bordeaux,  salue ainsi la création du MAS : "après la création de Vox Populi sur Tours, la naissance d'une nouvelle structure agissant sur les mêmes principes que la notre, mais sur Paris et la région parisienne. Comme pour Vox Populi, nous entretiendrons avec elle d'excellentes relations, puisque notre stratégie et nos finalités sont les mêmes."

    Et je crains que l’Etat et les pouvoirs publics négligent bien plus ce risque qu’ils ne le font pour la fameuse « ultra-gauche ».

    Je me suis demandé si je devais parler de cette manifestation ici, au risque d'entrer dans leur jeu du buzz médiatique. Mais je me souviens que le Parti Radical de Gauche était dans les années 90 à la tête du Comité de vigilance contre l'extrême-droite. Et nous devons rester vigilants contre cette nouvelle menace extrémiste !

    Par Fabrice Moulin

  • Une liste républicaine, humaniste et laïque aux élections sénatoriales à Paris

    PRG PARIS

    COMMUNIQUE DE PRESSE

    Samedi 20 novembre 2010

    ---------------------------------

    Jean-Bernard BROS, adjoint au maire de Paris,

    Président de la Fédération de Paris,

    Laurence GOLDGRAB, Conseillère de Paris et du XVIIIe arrondissement,

    Gilles ALAYRAC, Conseiller de Paris et du XVe arrondissement

    et les élus et militants parisiens du PRG


    La fédération de Paris du Parti Radical de Gauche (PRG), réunie ce jour en assemblée générale, a décidé, à l’unanimité, de présenter une liste lors des prochaines élections sénatoriales de 2011.

    Elle prend acte de l’impossibilité de constitution d’une liste composée de toutes les sensibilités de la gauche et du centre-gauche.

    Le Parti Radical de Gauche (PRG) axera sa campagne sur la défense des idéaux républicains, citoyens, humanistes et laïcs dans un esprit de rassemblement de toutes celles et tous ceux qui partagent ces valeurs.

  • Le monde combattant à l'épreuve du remaniement et du budget

    Petit retour sur les derniers évènements politiques nationaux, le remaniement et le vote du budget. Loin de moi l’idée de jouer les commentateurs de l’actualité, d’autres le font mieux que moi, notamment les journalistes dont c’est le rôle, mais il y a des enseignements à en tirer concernant les délégations dont je m’occupe.

    Ainsi, après la désastreuse expérience Hubert Falco, sous-secrétaire d’Etat aux anciens combattant, qui n’a eu de cesse de mépriser ceux-ci et sa mission, on notera que le remaniement acte la disparition totale de tout représentant du monde combattant au gouvernement. La Fédération Nationale des Anciens Combattants en Algérie Maroc et Tunisie (FNACA) a d’ailleurs dénoncé cette nouvelle marque de mépris qui est révélateur de l’oubli progressif des sacrifices que beaucoup de nos concitoyens, aujourd’hui âgés, ont rendu à la France.

    Autre épisode, le débat sur la loi de Finance où des amendements votés par l’Assemblée nationale, parfois à l’unanimité, ont été purement et simplement annulés par le gouvernement. Ce déni de démocratie est l’œuvre de François Baroin, ministre du Budget, et de sa ministre de tutelle, Christine Lagarde, ministre des Finances et élue d’opposition du 12e arrondissement.

    Le président de nos députés Radicaux de Gauche (PRG) et apparentés, Gérard Charasse a dénoncé « le coup de force du gouvernement à l'Assemblée sur le budget 2011 », dénonçant le « retour forcé sur les délibérations de l'Assemblée, nouveau symptôme de l'agonie de la Ve République ».

    Parmi ces amendements annulés par la Ministre des Finances, Christine Lagarde, figurait notamment le relèvement de 2 points de la retraite des Anciens combattants, promesse non tenues parmi tant d’autres du candidat Sarkozy.

    Le budget 2011 des anciens combattants est donc en baisse de 3,89 %. Le plafond de l'allocation de solidarité pour les conjoints survivants n'augmentera pas. Le rattrapage entre l'indice des prix à la consommation et la valeur des retraites n'aura pas lieu cette année non plus. Une fin de non recevoir qui rend un peu plus ridicule, si c’est possible, les gesticulations de notre opposition locale devant les anciens combattants du 12e, en la personne de M. Casa affirmant plaider la cause du monde combattant auprès de sa collègue ministre.

    Enfin, autre conséquence du remaniement du gouvernement, le Tourisme a un nouveau secrétaire d’Etat, l’inéfable Frédéric Lefebvre, porte-flingue de Sarkozy et porte-parole habitué aux dérapages de l’UMP. Et je ne suis pas sûr que ce soit une bonne chose pour ce secteur pourvoyeur d’emplois non délocalisables, qui a plus besoin d’une politique de développement économique inscrite dans la durée que de coups médiatiques et autres numéros d’esbroufe dont Lefebvre est coutumier !

  • Habitat : "1 toit 2 générations"

    Alors que le Plan Local d'Habitat est en débat dans les arrondissements et au Conseil de Paris, rappelons que le PRG inscrivait dans ses propositions pour Paris en 2008 le concept de "1 Toit, 2 Générations" pour favoriser par l'établissement de conventions garanties par la Ville de Paris la colocation intergénérationnelle afin d’offrir une offre nouvelle à prix réduit d'hébergement aux étudiants et jeunes travailleurs et de rompre l'isolement tout en allégeant le quotidien des personnes âgées. Les Radicaux sont pour populariser et développer ce principe, y compris dans le parc social. Mais déjà plusieurs initiatives associatives sont soutenues par la Ville de Paris :

    Dans son édition de mars 2010, le journal A Paris publiait une rencontre avec une senior et un jeune étudiant, adepte de la colocation intergénérationnelle.

    » Témoignage de deux colocataires dans le magazine "à Paris"

    A qui s'adresser ?

    Quatre associations mettent en relation seniors et jeunes et s'assurent du bon fonctionnement de la colocation. Senior ou jeune, il vous suffit de les contacter pour connaître les modalités pratiques de cette colocation. Il n'y a pas de formule type, mais le principe reste toujours le même : un logement en échange d'une présence rassurante.

    Les associations :

    Le PariSolidaire - Tél. : 01 42 27 06 20 ou 01 42 27 06 50
    Site web : www.leparisolidaire.fr

    Ensemble 2 générations - Tél. : 01 30 24 81 28 - 06 33 33 53 47 / 06 34 57 38 26,
    Site web : www.ensemble2generations.fr

    Logement intergénération - Contact : logement.intergeneration@numericable.fr
    Site
    web : www.logementintergeneration.org

    Besoin2toit - Tél. : 06 34 50 01 38 et 01 47 50 18 48
    Site web : www.besoin2toit.com

    Dossier complet à lire sur paris.fr.

  • Plan Local de l'Habitat : plus de fluidité dans le parc social

    Le Conseil d’arrondissement d’hier a adopté le nouveau Plan Local de l’Habitat (PLH) malgré l’opposition UMP et l’abstention des groupes PC-PG et Verts. Je suis intervenu dans le débat au sujet des difficultés à développer la fluidité dans le parc social. En effet l’Etat bloque toute mobilité dans son contingent de logements sociaux, soi-disant pour répondre aux impératifs de la loi DALO qui a malheureusement montré sa totale inefficacité (il suffit pour s’en assurer de voir dans nos permanences en mairie les familles pauvres ayant épuisé tous leur recours et laissées à l’abandon par la Préfecture).

    « Je voudrais revenir sur un des axes de la politique du logement qui peut être un élément de solution, c’est-à-dire développer une plus grande fluidité au sein du parc de logement social. Or on sait que le taux de mobilité résidentielle n’a jamais été aussi bas et c’est en grande partie de la faute de l’Etat.

    Contrairement à ce que certains ont dit, le nouveau Plan Local de l’Habitat (PLH) doit et va répondre à la diversité des besoins des Parisiens, qu’ils soient défavorisés ou classes moyennes, et notamment en passant par des actions spécifiques en direction des familles, des jeunes, des étudiants, des personnes âgées ou en situation de handicap.

    Ainsi l’objectif 1 de l’Axe 2 du PLH entend harmoniser les pratiques d’attribution des bailleurs sociaux et favoriser les mutations dans le parc social.

    On sait que certains locataires du parc social souhaitent changer ou échanger leur logement, pour une plus grande surface ou une plus petite, pour des raisons financières ou professionnelles, parce que la famille s’agrandit ou au contraire parce que les enfants sont partis ou que la surface est trop grande pour des personnes âgées.

    Nous, les Radicaux de Gauche, militons depuis longtemps pour la mise en place des méthodes innovantes pour favoriser adaptabilité et mobilité dans la politique du logement.

    La Ville de Paris soutient d’ailleurs plusieurs initiatives associatives pour la colocation intergénérationnelle, réunissant personnes âgées et jeunes ou étudiants, dont l’extension au parc social pourrait être étudiée. Il faut également développer des bourses d’échange entre locataires de bailleurs différents.

    Mais il semble que l’on rencontre des difficultés dans l’harmonisation des pratiques et la mobilité entre bailleurs, malgré la volonté de la Ville de Paris et surtout à cause de l’Etat et des effets pervers de la loi Dalo.

    Je pense que notre conseil doit savoir les raisons exactes de ces blocages et je demande à notre collègue au logement de nous éclairer sur ce point. »

  • Le problème de Christine Lagarde ce ne sont pas ses bijoux !

    Difficile de trouver plus efficace pour faire le buzz que de révéler comme l'a fait notre collègue Alexis Corbière, premier adjoint à la maire du 12e arrondissement, la dernière supercherie de Christine Lagarde. En effet, sous le titre modeste « Christine Lagarde, une femme d'excellence au service de la France et du 12e », celle-ci pose à la une du journal de l'opposition municipale UMP, Les Nouvelles du 12e, sur une photo censée être prise devant le viaduc des Arts alors qu'une observation même rapide de cette couverture révèle un photomontage grossier. La photo originale de la ministre a en effet été prise hors du 12e avant d'être superposée à un « décor local » ce qui souligne une nouvelle fois son absence totale de la vie de notre arrondissement dans lequel elle est pourtant élue et de la vie municipale pour laquelle elle n'a aucun goût. Cerise sur le gâteau, l'habile utilisateur de photoshop a tenu à gommer bagues et bijoux de la photo originale de la ministre, sans doute pour lui donner un aspect moins bling-bling.

    Cette supercherie est maintenant révélée au grand jour, en témoignent les articles du Canard ou du Parisien à ce sujet, suivis par tous les médias qui rappellent opportunément à ses électeurs que la Ministre n'a siégé qu'une fois au conseil municipal depuis 2008... Croyez-moi cela fait belle lurette qu'elle n'as pas pris des nouvelles du 12e !

    1134339_ok-lagarde.jpgMais la politique, ce n'est pas que du buzz et il serait encore plus intéressant d'analyser le fond du long portrait qui accompagne cette photo dans le journal de l'UMP 12e. Car il est tout aussi grotesque, si ce n'est plus que le photomontage.

    Il tresse ainsi des lauriers à la ministre de l'Economie et des Finances  alors que la situation économique de notre pays est catastrophique. On y apprend ainsi dans une longue et absurde litanie que Mme Lagarde a été "classée 17e dans la liste des femmes les plus influentes de la planète" par Forbes, 5e dans celle "des femmes d'affaires européennes" dressée par le Wall Street Journal, "parmi les 100 meilleurs leaders du monde" (rien que ça!) par Time ou encore "meilleur ministre des Finances de l'Union européenne de l'année" pour le Financial Times... Mais quelle politique célèbre donc ces porte-voix des marchés boursiers bien connus pour leur progressisme social ?

    Sans doute la dette et les déficits creusés à des niveaux inégalés dans l'histoire de notre pays, qu'aucun gouvernement de gauche n'aurait osé présenter au pays ! Ou le chômage, et surtout celui des jeunes, qui a explosé, masqué avant tout par les radiations massives et les ratés de Pôle Emploi et un nombre croissant de chômeurs en fin de droits qui sortent des statistiques. Peut-être la croissance de l'activité tombée au plus bas depuis 13 mois en octobre, selon le Point.  Brillants résultats pour cette "femme la plus puissante du monde" chargée par Nicolas Sarkozy de "conduire la politique économique française" ! Et ce n'est pas la crise qui peut justifier seule ces échecs de la France quand on la compare avec nos voisins européens comme l'Allemagne.

    Quelles sont donc les formidables réalisations de Lagarde "au service des Français" mises en avant par le journal de l'UMP ?

    De "grands principes" pour la "maitrise des frais bancaires" pour laquelle la ministre a choisi "la voie de la confiance" ! Faire confiance aux banques pour résoudre un problème dénoncé depuis des années par les associations de consommateurs et après avoir prêté des milliards aux établissements bancaires sans que ceux-ci ne modifient en rien leur politique restrictive de prêt aux entreprises et aux particuliers contrairement aux engagements pris auprès du Président de la République ! Il fallait y penser...

    Le succès du Livret A dont le taux de rémunération "historiquement bas remonte un peu"... à 1,75% ! Selon le journal, de quoi constituer "un petit bas de laine en cas de coup dur et non un placement destiné à rapporter"... Les Français qui prennent les coups de la politique de la droite devraient sans doute en remercier notre "meilleur ministre des Finances" !

    L'UMP oublie visiblement de rappeler la défense acharnée de Christine Lagarde du bouclier fiscal, symbole de l'injustice sociale qui coûte chaque année 800 millions d'euros au budget sans influer sur l'évasion fiscale mais qui, lui, "est destiné à rapporter" beaucoup à quelques privilégiés.

    Et que dire de cet énorme Intertitre qui barre l'article "Christine LAGARDE protège le commerce", slogan d'autant plus absurde qu'aucun argument ne vient l'étayer !

    Pour ce qui est du 12e arrondissement, l'opposition municipale joue avec la Ministre et nos concitoyens un drôle de jeu. Elle fait en effet croire qu'elle peut servir de courroie de transmission pour exaucer les vœux des habitants alors que la ministre, comme le Président dont elle défend sans faillir la politique injuste, reste sourde aux difficultés de nos concitoyens.

    Je peux personnellement en témoigner par un épisode tragi-comique lors de la dernière réunion des Anciens combattants de notre arrondissement où l'ensemble des intervenants des associations du Monde combattant ont dénoncé les promesses non tenues par le gouvernement, la baisse des pensions, et le mépris profond qui a vu pour la première fois leur budget discuté en commission et non en séance plénière à l'Assemblée ! J'ai tenu à rappeler à l'assistance l'intervention des députés de gauche, à commencer par ceux du 12e, Patrick Bloche et Sandrine Mazetier, sur ce sujet mais surtout la responsabilité première de la ministre des finances élue dans notre arrondissement. Celle-ci n'a d'aillleurs jamais daigné saluer par sa présence les associations du Monde combattant. Face à ce flot de critiques, le conseiller UMP Vincent Casa, dans un numéro d'équilibriste dont il a le secret, a proclamé la main sur le cœur qu'il était d'accord avec les anciens combattants - donc contre la décision de sa collègue Christine Lagarde à qui il entend transmettre le message...

    Espérons qu'il la croise plus souvent que les habitants du 12e, ce dont on peut douter, et qu'elle l'écoute, ce dont on peut encore plus douter au vu du palmarès effarant de cette "femme d'excellence" !

    Par Fabrice Moulin

  • Des changements dans la majorité municipale

    Il y a des changements dans la composition de la majorité municipale.

    Tout d'abord Pénélope Komites, adjointe au Affaires sociales du 12e et ancienne adjointe Verte aux personnes handicapées à la mairie de Paris lors de la mandature précédente, a quitté le parti écologiste et donc le groupe Vert. Elle rejoint notre groupe qui compte ainsi de nouveau 20 membres.

    Ensuite, l'explosion du groupe Mouvement Républicain et Citoyen (MRC) au Conseil de Paris et sa disparition du paysage politique parisien se traduit dans l'arrondissement par la démission de Karen Taïeb du parti chevènementiste. La conseillère de Paris devient donc apparentée au groupe Socialiste Radical et Citoyens au conseil municipal qui change de nom, devenant le groupe Socialiste, Radical de gauche et apparentés, comme au conseil de Paris.

    Bien sûr, malgré ce changement de nom, les membres de notre groupe représenteront toujours tous les "citoyens" et le radical de gauche que je suis aura toujours à coeur de porter la voix des vrais Républicains !

  • Le PRG 12e soutient les travailleurs sans-papiers de la CNHI

    Suite à la grève et à l’occupation depuis le 6 octobre de la Cité Nationale d’Histoire de l’Immigration (CNHI) par des travailleurs sans-papiers et des syndicats, le groupe socialiste, radical et citoyens a déposé un vœu au Conseil d’arrondissement pour demander au gouvernement de respecter ses engagements pris en juin. Le vœu a été présenté et voté par l’ensemble de notre majorité avant que tous ensemble nous nous rendions à la « nuit blanche » de soutien des travailleurs sans-papiers à la CNHI. Voici ci-dessous mon explication de vote ainsi que le texte du vœu.

     

    « Rappelons le contexte de ce qui se passe actuellement dans notre arrondissement. Le Président de la République et son gouvernement ont théorisé le concept fumeux de « l’immigration choisie ». Or il est aujourd’hui clair qu’en matière d’immigration ils ont choisi l’injustice, sociale et économique.

    Une politique d’injustice sociale bien sûr car elle maintient les travailleurs sans-papiers dans une extrême précarité, comme on peut le voir actuellement dans le campement de la Cité Nationale d’Histoire de l’Immigration dans le 12e, et que ceux-ci continuent d’être expulsé en contradiction même avec les promesses tout aussi fumeuse que le gouvernement a faites en juin.

    Une politique d’injustice économique également car, dans des métiers en tension comme la restauration ou le bâtiment par exemple, elle encourage l’économie souterraine et favorise les entreprises qui ont recours au travail au noir, à l'encontre des entreprises qui veulent respecter les règles et aider leurs salariés à obtenir des papiers et travailler dans la légalité.

    Ce sont les raisons qui font que le Parti Radical de Gauche, que je représente à ce conseil d’arrondissement, soutient les travailleurs sans-papiers et condamne cette politique injuste et inefficace qui fait honte à notre République. »

    ***********************

    Conseil du 12eme arrondissement du lundi 11 octobre 2010

    Vœu de soutien aux travailleurs sans-papiers qui occupent la CNHI dans le 12eme arrondissement

    Considérant que depuis jeudi 7 octobre, plusieurs centaines de travailleurs sans-papiers occupent la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration (CNHI), dans le 12e arrondissement,

    Considérant que cette occupation s’inscrit dans le prolongement de la grève entamée depuis de longs mois par des milliers de travailleurs sans-papiers pour obtenir leur régularisation,

    Considérant que plusieurs dizaines d'entre eux habitent ou travaillent dans le 12e arrondissement, et que notre conseil d'arrondissement leur avait apporté son soutien dès 2008 et à nouveau en 2009,

    Considérant qu'en juin dernier, les travailleurs sans-papiers et les onze organisations qui les soutiennent obtenaient une avancée importante et significative du Ministère de l’Immigration et de la Direction générale du Travail par le biais :

    · d'un addendum au Guide des Bonnes Pratiques de novembre 2009, qui insistait sur la nécessité de délivrer aux demandeurs une autorisation provisoire de séjour de 3 mois (renouvelable) avec autorisation de travailler, lors du dépôt de leur dossier, et rappelait que les régularisations devaient se faire selon des critères objectifs et uniformes par l'ensemble des Préfectures.

    · d'une reconnaissance du droit des 6804 grévistes recensés de séjourner et de travailler en France dans l'attente du dépôt de leur dossier jusqu'au 30 septembre dernier.

    Considérant que ce délai du 30 septembre passé, sur les 1806 premiers dossiers de demande déposés, seuls 58 salariés ont obtenu une autorisation provisoire de séjour et de travail, et que se poursuivent les arrestations de grévistes au mépris des engagements de juin dernier.

    Considérant que l’Etat a une nouvelle fois failli à ses engagements devant des hommes et des femmes qui vivent et travaillent en France depuis de nombreuses années et qui, pour beaucoup d'entre eux, participent à la solidarité nationale par leurs cotisations sociales et leurs impôts, laissant les intéressés dans l'incertitude et la précarité,

    Considérant qu'avec l'occupation de la CNHI, les travailleurs sans papiers nous rappellent qu'au-delà du respect de leurs droits, leur combat s'inscrit pleinement dans l'histoire de notre pays, un pays riche des nombreux apports économiques et culturels de son immigration,

    Considérant que le projet de loi "immigration, nationalité et intégration" présenté actuellement à l'Assemblée nationale par le Ministre de l'immigration ne dit pas un mot des critères de régularisation des travailleurs sans papiers, préférant s'en tenir à un accord sans valeur législative contraignante,

    Sur proposition du groupe des élus socialistes, radicaux et citoyens, le Conseil du 12ème arrondissement :

    - affirme son soutien aux travailleurs sans papiers qui occupent actuellement la CNHI pour faire valoir leurs droits

    - émet le vœu que le Maire de Paris intervienne auprès du Premier Ministre pour exiger la mise en œuvre sans délai des engagements pris en juin dernier afin de régulariser la situation de tous les travailleurs sans papiers qui en font la demande.

     

  • La Commune libre d'Aligre : un soutien exceptionnel qui doit le rester

    Conseil d'arrondissement du lundi 20 septembre 2010

    Notre majorité a voté lors du Conseil d’arrondissement de lundi une subvention exceptionnelle à la Commune libre d’Aligre. Celle-ci ne pouvait en en effet faire face depuis longtemps au paiement du loyer de son « café associatif » et la survie à long terme de ce qui est présenté dans l’exposé des motifs de la délibération comme une véritable « institution de proximité » ne peut s’envisager que par une réévaluation des charges dues à la Ville de Paris.

    C’est donc pour assurer la pérennité de la Commune et de son café au sein de l’équipement pluriculturel de la Maison des ensembles, la Ville de Paris tire un trait sur 26 000 € de loyers impayés. Elle réduit également fortement le loyer au mètre carré pour les prochaines années; la mairie de Paris consentant ainsi à un effort de 15 000 € annuel, ce qui n’a rien d’une « opération blanche » pour notre municipalité, comme l’a étrangement défendu notre collègue des Verts, Christophe Nadjovski…

    Après un concert de louanges des Verts et du PG, sans doute alimenté par la présence des gestionnaires de l’association dans le public du conseil, j'ai rappelé pour ma part que si la Commune n’est en rien « institutionnelle », ce qui est tant mieux pour la grande liberté dont jouissent ses membres, elle joue un rôle d’animation et de sociabilisation du quartier et de ses habitants qui mérite notre soutien, d’ailleurs répété plusieurs fois chaque année par les subventions à Cinémaligre ou la Fête de la Trôle, mais qu’avec ces conditions financières nouvelles et avantageuses, la subvention votée « est et doit rester exceptionnelle ».

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu