Avertir le modérateur

Mémoire et Monde Combattant - Page 7

  • Dreyfus, pour la justice et contre l'antisemitisme

    Des élus réunis au nom de Dreyfus

    IL y a cent trois ans, le 12 juillet 1906, le capitaine Dreyfus était réhabilité.
    A l'occasion de cet anniversaire, plusieurs élus de gauche ont décidé de se rassembler aujourd'hui à 19 heures sur la place qui porte le nom du capitaine dans le XVe arrondissement, à l'initiative du Parti radical de gauche. Alfred Dreyfus, capitaine de l'année française, avait été condamné pour trahison en 1894 et déporté au bagne avant d'être réhabilité.

    Paru dans le Parisien, le 1er juillet

    J_accuse.jpg
  • Felix Eboué n'est pas qu'une place !

    eboue.jpgJ'ai repris au bond la proposition d'un ancien combattant du 12e de rendre un hommage solennel à Felix Eboué et par là-même de tirer de l'oubli un homme qui pour beaucoup d'habitants du 12e est avant tout le nom d'une place au carrefour de l'arrondissement.
    Il était temps de rappeler qui était Felix Eboué et quel parcours extraordinaire est le sien dans la défense de la liberté et ce sera fait par notre Mairie à l'occasion du 69e anniversaire de l'Appel du 18 juin 1940.

    Félix Eboué (1884-1944) fut en effet l'un des rares Compagnon de la Libération.

    Petit fils d’esclave, né à Cayenne (Guyane française), nommé gouverneur au Tchad par le gouvernement français en 1938, Félix Eboué
    refuse la défaite de 1940 et est l’un des premiers à répondre à l’Appel du 18 Juin du général de Gaulle pour la poursuite du combat aux côtés des forces Alliés.

    Sous son impulsion, le 26 août 1940, le Tchad rallie officiellement la France libre, donnant un exemple immédiatement suivi par la quasi totalité des territoires de l'Afrique Equatoriale Française (AEF). Au début du mois d'octobre 1940 le général de Gaulle le nomme membre du Conseil de Défense de l'Empire et le 12 novembre 1940, gouverneur général de l’AEF.

    En janvier 1941, il est décoré de la Croix de la Libération, nommé membre du Conseil de l'Ordre de la Libération et soutient la poussée des Forces françaises combattantes en Afrique du Nord.

    Début 1944, il participe activement à la conférence de Brazzaville ouverte par le général de Gaulle qui sera la première étape vers la décolonisation de l’Afrique noire française.

    Felix Eboué meurt d’une congestion pulmonaire le 17 mai 1944, au Caire, en Egypte. Le 20 mai 1949, il est inhumé au Panthéon.

    A l'occasion des cérémonies du 18 juin, nous déposerons donc une gerbe à 11h sur le terre plein central de la Place Felix Eboué.

  • 8 mai 2009, aux oubliés de la République

     

     

     

     

     

    64e anniversaire de la

    victoire de 1945

     

    Vendredi 8 mai 2009

     

    Discours de Fabrice MOULIN

    Adjoint à la Maire du 12e arrondissement

    Chargé de la Mémoire, du Monde Combattant et du Tourisme

     

    Madame la Députée,

    Mesdames, messieurs les élus,

    Mesdames et messieurs les présidents et représentants des associations du Monde combattant,

    Mesdames, Messieurs,

     

    Nous sommes aujourd’hui rassemblés pour exercer notre devoir de mémoire à l’égard de celles et ceux qui sont morts pour que la France recouvre sa liberté, qui se sont battus pour mettre fin à la barbarie nazie.

     

    Connus ou anonymes, ces hommes et ces femmes étaient des soldats, troupes des armées Alliées et combattants de la France libre, des civils, des résistants, des français de France ou d’outre mer, des étrangers qui avaient été formés aux idéaux des droits de l’homme.

    Les armes à la main, ces hommes et ces femmes se sont élevés contre la dictature d’un régime violent, raciste et antisémite. Ils ont combattu une idéologie totalitaire qui a plongé l’Europe dans un bain de sang et causé des millions de morts.

    Ils ont vaincu l’Allemagne nazie dont le 8 mai 1945 marque l’échec final.

    SCNBSM 20090508.JPG

    Nous devons honorer leur extrême courage et leur extraordinaire détermination. Mais nous avons aussi le devoir de rappeler que dans notre pays, celui du siècle des Lumières, d’autres ont collaboré et cédé à la tentation du bannissement, de la violence, de l’exclusion.

     

    Aujourd’hui encore, certains essayent de nier ou de minimiser les crimes contre l’Humanité commis au nom de la supériorité de la race. C’est pour cela qu’il est important, pour nous tous réunis ici, que les jeunes et moins jeunes restent vigilants.Défilé2 20090508.JPG

    Il y a 2 semaines, nous nous sommes souvenus des victimes et des héros de la déportation, avec 2 expositions dans notre mairie.

    Nous célébrerons aussi bientôt la création du Conseil national de la Résistance et l’Appel du 18 juin.

    Autant d’évènements liés par le fil de l’Histoire dont les commémorations ont chacune leur importance pour inculquer les valeurs de solidarité, de compassion, de courage et de tolérance qui sont garantes de la paix.

     

    Si nous voulons transmettre cette mémoire à la France plurielle du 21e siècle, nous devons également ne pas oublier que notre liberté a été aussi chèrement payée par les combattants «indigènes» : goumiers, zouaves, tabors, tirailleurs, spahis engagés dans l'armée française. Ce serait l'honneur de notre Nation que de leur rendre enfin justice.

     

    Dépot gerbe2 20090508.JPGEnfin, cette année peut-être encore plus qu’une autre, nous devons nous rappeler que dans l’Europe en guerre et en ruine, les ennemis d’hier, la France et l’Allemagne, se sont tendus la main dès 1950 pour construire une Europe démocratique.

    Une communauté devenue Union européenne qui, quoi qu’on en dise, est aujourd’hui garante de la paix entre tous les peuples qui la composent.

    Bien sûr, il y eut la guerre froide et il y a encore des conflits sur notre planète. Mais la paix en Europe, c’est aussi cela qu’annonçait la victoire du 8 mai 1945 !

     

    Je vous remercie.

     

  • Contre Dieudonné et tous les négationnistes, la preuve par les mots et par l'image

    Aux blagues immondes de Dieudonné, propos révisionnistes et négationnistes de ses amis Le Pen et Faurisson, à l'intégrisme antisémite d'un Monseigneur Williamson, absou par le Pape, doit être opposé la force des témoignages et des images. Modestement, je crois que nous y avons contribué avec la mairie ces dernières semaines.

    La conférence "Les Alphabets de la Shoah" organisée par la mairie du 12e, que j'animais avec ma collègue adjointe à la culture mardi dernier, a mis en évidence une fois de plus le besoin de lire, relire et faire lire les oeuvres littéraires de ceux qui ont vécu l'indicible et qui témoignent au nom de ceux qui ne sont pas revenus de l'horreur des camps de concentration et d'extermination des nazis. Primo Levi, Ellie Wiesel et tant d'autres, juifs et résistants.

    IMG_0127.jpgLes mots, ce sont aussi ceux entendus de la bouche de témoins et victimes de l'Holocauste, habitants du 12e venus assister à cette conférence, qui par leur émotion et leur sincérité suffisent à couper le sifflet des négationnistes.

    IMG_0128.jpgMais il y a aussi l'exposition de l'ADIRP, avec des photos terribles des camps et des victimes, et même l'habit de déporté, appartenant à un membre de l'association. Même déjà vu, ces preuves sont un rappel salutaire.

    Inauguré le 23 avril, je crains qu'elle n'ait pas assez été visitée par rapport à l'importance de l'enjeu. Il ne reste plus que jusqu'au 5 mai pour venir la voir (Mairie du 12e, du lundi au vendredi de 9h à 17h - Jeudi jusqu’à 19h30 - Samedi de 9h à 12h). Espérons que ces derniers jours ouvrent les yeux de nos concitoyens sur les dangers du retour de l'antisémitisme.

     

     

  • Résistance et déportation

    Journée nationale du Souvenir des victimes et héros de la déportation
    Michèle Blumenthal, l’équipe municipale et le Comité d’Entente des Associations d’Anciens Combattants vous invitent à assister à la cérémonie commémorative de la Journée nationale du Souvenir des victimes et héros de la déportation.


    Journée nationale du Souvenir
    des victimes et héros de la déportation

    Samedi 25 avril 2009 à 11 heures

    Au Monument aux Morts de la Mairie du 12e
    (130, avenue Daumesnil)

    Dans le cadre de cette journée la mairie du 12e vous propose une série de manifestations :

    Expositions :
    "Ce ne sont pas des Jeux d’enfants"
    Proposée par le Comité Français pour Yad Vashem

    "Résistance et déportation"
    Proposée par l’Association des Déportés et Internés Résistants et Patriotes de Paris (A.D.I.R.P.)

    Vernissage le jeudi 23 avril à 18h30

    Expositions proposées du jeudi 23 avril au mardi 5 mai
    Du lundi au vendredi de 9h à 17h
    Jeudi jusqu’à 19h30 - Samedi de 9h à 12h
    Salle des fêtes

    Conférence :
    "Les Alphabets de la Shoah, survivre, témoigner, écrire"
    Par Anny Dayan Rosenman, Maître de conférence en littérature à l'Université Paris VII-Denis Diderot.

    Introduction par Raymond Huard et Simone Benhamu, Président et Vice-Présidente de l’A.D.I.R.P. du 12e

    Mardi 28 avril à 19h30
    Salle des mariages

    Mairie du 12e arrondissement
    130, avenue Daumesnil
  • Commémoration du 19 mars 1962


    Michèle Blumenthal, Fabrice Moulin et l’équipe municipale et la Fédération Nationale des Anciens Combattants en Algerie, Maroc et Tunisie vous invitent à assister aux cérémonies commémoratives du 47e anniversaire du cessez-le-feu en Algerie.

    Le 19 mars 1962 date marque la fin officielle des combats, conséquence directe de la signature des Accords d’Evian, ratifiés par une très large majorité du peuple français le 8 avril 1962 avec plus de 90 % de suffrages positifs.

    La commémoration renforce les liens entre les générations, elle est propice à l'enseignement, l'incompréhension du présent naît de l'incompréhension du passé. Au delà des anciens combattants, la date du 19 mars 1962 appartient à notre histoire.

     

    Cérémonies commémoratives du 47e anniversaire
    du cessez-le-feu en Algerie

    Le jeudi 19 mars 2009

    9h30 : Cérémonie devant le Mémorial Parisien
    Cimetière du Père-Lachaise

    10H15 : Dépôt de gerbe par la F.N.A.C.A.

    Place du 19 mars 1962

    (angle Avenue Daumesnil et rue Legraverend)

    11H : Dépôts de gerbes au Monument aux Morts
    Mairie du 12e arrondissement, 130, avenue Daumesnil

  • Le PRG proteste contre l'absence de vote sur l'OTAN au Sénat

    PARIS, 17 mars 2009 (AFP) - Les sénateurs de l'opposition de gauche ont quitté l'hémicycle du Sénat, mardi, refusant d'assister à la lecture de la déclaration du gouvernement sur l'Otan pour protester contre l'absence de débat avec vote.
    La déclaration de politique étrangère, dont le retour de la France dans l'Otan, sur laquelle le Premier ministre François Fillon engage sa responsabilité à l'Assemblée nationale, a été simplement lue devant le Sénat par le ministre de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo.

    Les sénateurs de gauche ont reproché au gouvernement, dans plusieurs rappels au règlement, de mépriser la Haute-assemblée et réclamé un débat avec un vote, avant de quitter l'hémicycle.

    Un débat sur la politique étrangère du gouvernement est organisé le 25 mars au Sénat mais il ne sera pas suivi d'un vote. L'opposition juge qu'il est de plus tardif.

    Le président du groupe PS au Sénat, Jean-Pierre Bel, a accusé le gouvernement de vouloir "museler l'opposition mais aussi la majorité".
    "Compte tenu des discussions, je me demande si le Sénat n'aurait pas refusé la réintégration de la France dans l'Otan, il y avait un risque pour le gouvernement d'organiser un débat avec vote" a-t-il lancé.

    Le groupe UMP compte bon nombre de sénateurs de tradition gaulliste qui sont réservés sur cette réintégration dans l'Otan.

    Au nom du groupe communiste (CRC-SPG), Jean-Luc Mélenchon (Parti de Gauche) a parlé de "notre honneur de parlementaires et notre devoir concernant la sécurité de notre continent".

    Il a exprimé l'"absolue et totale opposition à ce que nous considérons comme une capitulation sans conditions devant les décisions militaires de l'empire".

    "Il s'agit là d'une bien mauvaise manière", a renchéri le président du groupe RDSE (à majorité PRG) Yvon Collin, qui s'est joint à cette action. "Eu égard aux enjeux majeurs pour notre politique étrangère et de défense que cette question soulève, il nous parait incompréhensible et injustifiable que le Sénat ne puisse se prononcer", a-t-il déploré.

    Le Sénat, assemblée élue au suffrage indirect, ne peut pas censurer le gouvernement mais la Constitution prévoit que le gouvernement peut, s'il le désire, organiser un débat suivi d'un vote.

  • Nouveaux emblèmes RF pour l'AG de la SEMLH

    L'Assemblée générale de la Société d'Entraide des Membres de la Légion d'Honneur (SEMLH) du 12e s'est tenu à la mairie sous la présidence du Colonel Pacchianno, président du comité local, et du Général d'Armée (2S) François GERIN-ROZE, Grand Officier de la Légion d'Honneur, Officier de l'Ordre National du Mérite, président national.

    emblèmes.JPG

    Une gerbe de la SEMLH et une de notre municipalité ont été déposées au monument aux Morts. Celui ci s'ornait des emblèmes République Française flambant neufs  grace à l'action déterminée et conjuguée de mon collègue Raphaël Greck, délégué à la propreté, et moi-même pour convaincre les directions de la Ville de Paris d'enfin les remplacer.

  • Une proposition de loi du PRG pour l''indemnisation des victimes des essais nucléaires

    Députés Radicaux de Gauche et Divers Gauche

    Paris, le 19 novembre 2008

    *COMMUNIQUE DE PRESSE*

    Les Députés Radicaux de gauche et divers gauche disposeront de la « niche » du groupe SRC du jeudi 27 novembre pour l'examen de la proposition de loi de Christiane Taubira et Paul Giacobbi visant à la reconnaissance et à l'indemnisation des personnes victimes des essais ou
    accidents nucléaires.

    Dans le cadre de l'ordre du jour d'initiative parlementaire réservé au groupe Socialiste, Radical, Citoyen et divers gauche (SRC), la "proposition de loi visant à la reconnaissance et à l'indemnisation des personnes victimes des essais ou accidents nucléaires" est inscrite à l'ordre du jourde l'Assemblée nationale du *jeudi 27 novembre* (à partir de 9 h 30).

    Les auteurs de cette proposition de loi sont les députés Radicaux de gauche Christiane Taubira et Paul Giacobbi. Après avoir reçu le soutien de leurs collègues Radicaux de gauche, ce texte a été co-signé par l'ensemble des membres du groupe SRC. Il concerne aussi bien les personnes, civiles ou militaires, qui ont été "victimes d'essais nucléaires effectués par la France entre 1960 et 1996" que celles "victimes d'accidents nucléaires comme celui de Tchernobyl" qui en 1986 a dispersé des quantités importantes d'éléments radioactifs dans de nombreuses régions françaises, et particulièrement dans le sud-est de la France.

    Cette proposition de loi entend établir une "présomption de lien de causalité," fixée par décret et après avis de la Commission nationale de suivi des essais nucléaires, "pour toute maladie radio-induite" "contractée en lien avec les essais nucléaires" ou par "toute personne ayant résidé sur une partie du territoire contaminée par un accident nucléaire".

    La proposition de loi prévoit également de créer un "fonds d'indemnisation des préjudices" résultant d'une exposition aux rayonnements ionisants ou à une contamination interne due aux essais nucléaires.

    Christiane Taubira sera rapporteur de cette proposition de loi au nom de la Commission des Affaires culturelles, familiales et sociales et Paul Giacobbi interviendra dans la discussion générale au nom des Députés Radicaux de gauche et divers gauche, lesquels espèrent que le Gouvernement et sa majorité feront preuve de responsabilité en permettant l'adoption de ce texte, très attendu par toutes les personnes victimes des accidents et des essais nucléaires.

    http://www.deputesradicauxdegauche.fr*

  • En souvenir des 60 enfants du 12e trop jeunes pour être scolarisés et morts en déportation parce que nés juifs

    Inauguration de la stèle du square Eugène Thomas

    Inauguration de la stèle du square Eugène Thomas
    Inauguration le jeudi 13 novembre à 10h30 du monument en souvenir des 60 enfants du 12e trop jeunes pour être scolarisés et morts en déportation parce que nés juifs.

    .....
    ....
    .........

    En présence de Michèle BLUMENTHAL, Maire du 12e arrondissement ;

    Catherine VIEU-CHARIER, Adjointe au Maire de Paris, chargée de la mémoire et du monde combattant ;

    Fabrice MOULIN, Adjoint à la Maire du 12e, chargé de la mémoire et du monde combattant  ;


    l'Association pour la Mémoire des Enfants Juifs Déportés du 12e
    et d’enfants des écoles de l’arrondissement


    Jeudi 13 novembre 2008 à 10h30

    Square Eugène Thomas, Parvis de la Mairie du 12e
    130, avenue Daumesnil

    Ici, dans notre arrondissement, dans nos écoles, dans nos immeubles, des enfants ont été arrachés à l'innocence, envoyés dans les camps d'extermination, pour avoir eu le seul tort d'être nés juifs.

    Parce qu'il nous revient de transmettre aux générations futures les valeurs de liberté, d'égalité, de fraternité, de tolérance, qui fondent l'identité de notre République, parce que dans l'histoire de notre pays, la passivité, et trop souvent la collaboration, ont conduit à l'accomplissement de l'horreur absolue, parce qu'il est de notre de devoir à tous de lutter contre l'oubli, la Mairie de Paris, la Mairie du 12e et l'Association pour la Mémoire des Enfants Juifs Déportés du 12e s'associent par cette cérémonie à cette oeuvre de mémoire collective.

    Il est essentiel que tous ceux qui font vivre aujourd'hui notre arrondissement prennent la mesure de la cérémonie qui nous réunira ce 13 novembre. Pour cela, j'espère que nous serons nombreux, habitants, parents, enfants, rassemblés dans le square Eugène Thomas (parvis de la Mairie du 12e)

    Simplement, se souvenir pour construire l'avenir…

    Michèle BLUMENTHAL
    Maire du 12e arrondissement

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu