Avertir le modérateur

Mémoire et Monde Combattant - Page 3

  • Un voeu pour la reconstruction de la statue d'Alphonse Baudin

    A l'occasion de l'anniversaire du site d'information Mediapart, dont le siège se trouve dans le 12e, le journaliste Laurent Mauduit a lancé un appel et une souscription populaire pour la reconstruction de la statue d'Alphonse Baudin rue du Faubourg Saint-Antoine.

    Rappeler le souvenir de ce député républicain assassiné lors du coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte a une signification symbolique forte pour moi, entant que maire-adjoint chargé de la Mémoire et comme élu local radical de gauche et porte-parole de notre fédération parisienne.

    A la fois car c'est notre courant de pensée qui a contribué à défendre l'idéal républicain pour lequel s'est sacrifié Baudin et ce sont des députés radicaux-socialistes qui lui ont rendu hommage en 1901 (et son neveu Pierre Baudin fut député de Paris de 1898 à 1902). Et parce nous vivons dans un régime de monarchie républicaine où l'équilibre des pouvoirs n'est plus assuré, nous en avons la preuve continuelle, surtout depuis l'élection de Nicolas Sarkozy et les dérives du pouvoir en place. C'est pourquoi nous, Radicaux de gauche militons pour une VIe République sur le modèle présidentiel, qui contrairement à ce que l'on peut croire, est un régime de contrôle parlementaire du pouvoir.

    C'est pour ces raisons que j'ai signé l'appel de Laurent Mauduit et aussi que j'ai proposé à notre majorité municipale de relayer cet appel par un Voeu au maire de Paris que je présenterai au conseil d'arrondissement du lundi 5 décembre.

    Fabrice Moulin

     

    Voeu de la majorité municipale pour la reconstruction de la statue d'Alphonse Baudin
    Conseil d’arrondissement du 5 décembre 2011



    Voilà exactement 160 ans, le 3 décembre 1851, le député Alphonse Baudin mourut sur une barricade érigée rue du Faubourg-Saint-Antoine à Paris, alors qu'il manifestait contre le coup d'Etat perpétré la veille par Louis Napoléon Bonaparte. Lui qui voulait montrer au peuple de Paris comment on « meurt pour 25 francs », il tomba, fauché par une balle tirée par la troupe envoyée par celui que Victor Hugo allait bientôt affubler du sobriquet de Napoléon le Petit.

    Ce drame fait partie de la légende française. Symbole de la République assassinée, le député Alphonse Baudin a longtemps été, bien après sa mort, honoré par tous les républicains. Et la construction d'une statue en sa mémoire a pendant des années été un point de ralliement des républicains. Cela a été le combat du journaliste Charles Delescluze, qui, dans son journal Le Réveil, avait lancé une première souscription, pour ériger cette statue ; cela a été le combat du tout jeune avocat Léon Gambetta qui avait assuré la défense du journaliste.

    Si les cendres d'Alphonse Baudin furent transférées au Panthéon en 1889 et si sa statue fut finalement érigée en 1901, sur les lieux mêmes de son assassinat, celle-ci fut détruite par le gouvernement de Vichy en 1941, sur pression de l'occupant nazi, et à la différence de beaucoup d'autres, elle n'a ensuite jamais été reconstruite.

    Alors que la démocratie est confrontée à une crise qui la voit mise à mal par les marchés financiers et menacée par la montée des extrêmes, Alphonse Baudin, le médecin des pauvres de Nantua, le député courageux qui brava le coup d'Etat, est le symbole d'une République authentiquement démocratique et sociale, résolument généreuse et fraternelle.

    C’est pourquoi, sur proposition de la majorité municipale, le Conseil d’arrondissement demande au Maire de Paris d’étudier les conditions d’une reconstruction de la statue d'Alphonse Baudin à proximité du lieu de son assassinat.

  • Réussite et affluence aux cérémonies du 11 novembre

    Les cérémonies de commémoration du 93e anniversaire de l'Armistice de la Première Guerre mondiale du 11 novembre 1918 ont été une belle réussite avec un nombre record d'habitants parmi les participants et bien sûr de membres d'associations du monde combattant ainsi que beaucoup d'élus.11 novembre 2011 défilé - @Mairie du 12e.jpg

    11 novembre 2011 - @Mairie du 12e.jpgDès le petit matin à la caserne Chaligny, au commissariat central, au défilé comme au monument aux morts, les élus de notre majorité étaient présents en nombre autour de notre maire comme à chaque cérémonie,  tout comme notre députée (PS) Sandrine Mazetier, et aussi Jean-Luc Romero, conseiller régional qui a déposé une gerbe au nom de son président Jean-Paul Huchon.

    Le discours de Michèle Blumenthal au nom de l'équipe municipale a été salué et a rappelé la nécessaire leçon de Paix en Europe qu'impose le souvenir de ces conflits meurtriers.IMG_1974.JPG Une réponse indirecte aux élus EELV, et leur candidate Eva Joly qui propose une "journée européene de la Paix" pour se démarquer alors que c'est déjà le sens donné à nos commémorations qui ne célèbrent pas une victoire mais la fin d'une tragédie.

    Mais cette année, nous avons eu aussi abondance de gerbes déposées par l'opposition dont toutes les divisions avaient semble-t-il exceptionnellement cette année eu envie de montrer leur attachement au monde combattant, y compris un conseiller régional des Yvelines habitant le 12e et une ancienne ministre n'y habitant pas.

    Peut-être ont-ils entendu comme moi nos anciens combattants se plaindre vertement de la dernière invention de Nicolas Sarkozy, transformer le 11 novembre en un Mémorial Day à l'américaine, un espèce de fourre-tout pour honorer tous les morts pour la France. François Hollande a d'ailleurs eu raison de rappeler au contraire l'unicité de chaque date commémorative (plus de détails ici).

    Enfin, on ne va pas se plaindre de cette affluence exceptionnelle car l'attention que nous portons aux anciens combattants leur fait chaud au coeur ainsi qu'à leurs familles.

    Alors disons justes vive la Paix... et vive 2012!

  • Jouanno, Laffineur, retour sur le passage de 2 ministres sarkozistes dans le 12e

    La semaine passée, j'ai eu par deux fois l'occasion de croiser la route de 2 représentants de la Sarkozie dans notre arrondissement, actuel ou récent membres du gouvernement, et de constater que les campagnes sont lancées...

    ***

    1) Tout d'abord, la présidentielle de 2012 où la droite relance la démagogie électorale pour promettre qu'elle fera la prochaine fois tout ce qu'elle avait promis en 2007 !

    Exemple avec Marc Laffineur, nouveau Secrétaire d'Etat au Monde combattant venu clore l'Assemblée générale de l'UFAC (Union française des associations de combattants et de victimes de guerre), réunie à l'Espace Reuilly le 6 octobre, dont j'accueillais au nom de notre mairie les membres.

    Pendant 5 ans, cette fédération d'association influente n'a pas toujours été gratifiée d'une visite ministérielle, surtout du temps d'Hubert Falco, peu intéressé par le job et régulièrement représenté par son Directeur de cabinet.

    A 8 mois de la Présidentielle, Marc Laffineur a fait le déplacement pour annoncer le relèvement de la retraite du combattant à 48 points d'indice, revendication ancienne et promesse de 2007 de Nicolas Sarkozy était enfin inscrite au budget 2012 ! C'est une bonne nouvelle pour le Monde combattant qui n'a que trop attendu et ressent comme une course contre la montre malsaine les tergiversations du gouvernement alors que les rangs des combattants retraités s'amenuisent. Mais comment ne pas s'étonner que cette mesure soit prisé maintenant, après 5 ans de renoncement et alors que le gouvernement prône la rigueur. Comment ne pas craindre qu'en cas de réélection de Sarkozy un collectif budgétaire efface les belles promesses d'aujourd'hui!

    Surtout quand on entend le Ministre déclarer que toute les autres revendications des anciens combattants sont à l'étude, qu'il y est favorable mais qu'il ne peut pas leur répondre avant les élections...

    Les anciens combattants sont influents et surtout beaucoup plus critiques envers Sarkozy et le gouvernement qu'on pourrait le penser. Et pour la droite, l'opération "reconquête" a commencé !

    2) La campagne des législatives et celle des municipales de 2014, déjà, qui démarrent dans le 12e où Chantal Jouanno semble de plus en plus s'implanter. J'ai en effet eu la surprise de voir s'inviter l'ex-ministre à l'inauguration du Marché des Pays de l'Aveyron samedi 8 octobre, où d'après le président de la Fédération Nationale des Amicales Aveyronnaises (FNAA), elle n'était ni invitée, ni attendue, ni annoncée!

    bercy 12 009.jpgAprès la défaite de la liste qu'elle conduisait à Paris aux régionales de 2010, l'échec face aux dissidents et aux centristes de la liste UMP officielle qu'elle conduisait en 2011, la sénatrice filloniste lorgne clairement sur le 12e.

    Et on ne peut pas lui donner tort de se préparer car après 2 crashs pathétiques qui l'ont précédée sur le sol du 12e, Klarsfeld et le tandem Lagarde-Cavada, elle a peut-être compris qu'il valait mieux ouvrir son parachute assez longtemps avant d'atterrir. Mais vu le bras d'honneur que lui ont adressé Pierre Charon et une partie des grands électeurs de droite aux sénatoriales, je ne sais pas si l'opposition UMP de l'arrondissement l'accueillera avec des fleurs ou des baïonnettes.

    Coïncidence ou pas, Chantal Jouanno est tout de même arrivée avec l'ancien maire du 12e, Jean-François Pernin, que j'ai vu coaché son fils à la politique locale... Rappelons que Jean-François Pernin avait succédé à son père, Paul Pernin, est-ce à dire qu'il espère remettre sa lignée aux commandes de notre arrondissement ? Je ne suis pas sûr que la politique dynastique fonctionne encore dans l'électorat parisien !

    Et à voir le fiston refuser le bon aligot qui nous était offert de bon matin par les organisateurs du marché, pas sûr non plus que la dernière génération des Pernin soit prête ! Mais nul doute que les Pernin s'y préparent.

    Malgré cette présence forte de personnalités de droite autour du ruban inaugural, le Président de la FNAA, Gérard Paloc, a rappelé dans son discours en me citant l'attachement de notre mairie à l'Aveyron et son marché de pays à Bercy ainsi que celui du maire de Paris, Bertrand Delanoë (PS), et de son adjoint au tourisme Jean-Bernard Bros (PRG), deux autres aveyronnais de paris qui visitent chaque année le marché le dimanche.

    ***

    Ces 2 évènements, auquel s'ajoute l'annonce de la remise en route du comité de liaison entre les groupes UMP et Centristes au Conseil de Paris, m'inspirent une réflexion : la droite au niveau national comme local s'organise, après le temps des divisions et des tâtonnements, elle va elle aussi se remettre en ordre de bataille. Laffineur se prétend d'une droite humaniste à l'inverse de la droite populaire. Jouanno n'est ni Lagarde, ni Cavada, c'est une politique, et elle peut peut-être réussir à trouver la formule pour conquérir un électorat "bobo-centriste". A gauche comme à droite, c'est au centre que vont se jouer les futures batailles, et c'est par la conquête du centre que se fera la victoire. Préparons-nous.

    Par Fabrice MOULIN

  • Ne manquez pas le forum des associations du 12e !

    La mairie du 12e arrondissement organise la 11e édition du Forum des associations.

    Sport, culture, solidarité, animations, vie locale... Le samedi 10 septembre de 10h à 18h sur le boulevard de Reuilly, ne manquez pas le Forum des Associations ! Il y en a pour tous les goûts et pour tous les âges.

    Le Forum des Associations 2011 se tiendra le samedi 10 septembre de 10h à 18h sur le boulevard de Reuilly. Ce temps fort permet de rassembler les acteurs associatifs et municipaux de l'arrondissement. Près de 200 structures seront ainsi présentes. Le Forum des Associations est l'occasion pour chacun de découvrir le tissu associatif de l'arrondissement, de s'inscrire à une activité, ou encore de devenir bénévole.
    C'est aussi l'occasion pour l'ensemble des acteurs de se rencontrer et de partager leurs expériences et leurs savoir-faire.

    Comme chaque année, de nombreuses animations et initiations seront proposées aux nombreux visiteurs.

    QUATRE VILLAGES THEMATIQUES :


    Afin de mieux vous repérer, les différentes associations seront réparties en plusieurs villages :

    Le village de la Mairie du 12e arrondissement :
    Mairie du 12e, MDA 12, France Bénévolat, Espace Bénévolat, Carrefour des Associations Parisiennes, Régie de Quartier, Conseils de Quartier, Conseil de la Jeunesse, Point d'Information et de Médiation Multi Services (PIMMS), etc.

    Au croisement du boulevard de Reuilly et de la rue de Charenton, la Mairie du 12e et de nombreuses structures municipales vous informeront sur les services municipaux et pourront vous conseiller, vous expliquer ou vous orienter vers le bon interlocuteur. Espace d'information et de dialogue, de propositions et d'initiatives, retrouvez les Conseils de Quartiers sur leur stand, et inscrivez-vous pour participer à leurs travaux.

    Le village culture :
    Renseignez-vous sur la programmation culturelle de votre arrondissement lors du Forum auprès des principales structures culturelles (municipales ou associatives) qui seront rassemblées près du métro Dugommier. Vous pourrez également y rencontrer toutes les associations proposant des cours de danse, de théâtre, de musique et d'arts plastiques pour vous ou vos enfants.

    Le village sport et loisirs
    Le village « Sport et Loisirs » présente toute l'offre associative de l'arrondissement sur cette thématique. Découvrez les nombreuses activités proposées et inscrivez-vous !

    Le village solidarité
    Plus de trente associations seront présentes pour répondre à vos questions, que ce soit en tant que futurs bénévoles ou usagers à travers toute une palette de thèmes : mémoire et monde combattant, coopération internationale, défense des droits, enfance et famille, insertion, santé et seniors.


    Il y aura aussi, sur la chaussée du boulevard de Reuilly, de nombreuses animations tout au long de la journée. Des expositions, lectures, chants, viendront animer les stands, ainsi que des initiations au skate et au roller, d'arts martiaux et de pratiquer toute une palette de sports différents.
    Les visiteurs auront également la possibilité d'être sensibilisés à la thématique du handicap par un parcours en fauteuil roulant, et d'être initiés aux Premiers Secours.
    Enfin, un espace prévention routière proposé par la Ville de Paris et la Préfecture de Police, un espace propreté, un parcours d'initiation au vélo compléteront les nombreuses animations de la journée.

    Consultez la plaquette du Forum des association

  • Les Parisiens accueillent leurs soldats à la Nation

    En tant que Correspondant Défense de la mairie du 12e, et pour l'avoir particulièrement souhaité avec mes collègues des 11e et 20e, je suis heureux que la Place de la Nation accueille pour la 3e année consécutive cette opération d'envergure qui attire beaucoup de familles parisiennes à la rencontre de nos soldats. Parmi ceux-ci les soldats d'Outre-Mer seront mis à l'honneur à l'occasion de l'année des Dom-Tom.

    Et comme chaque année notre mairie ainsi que celles des 11e et 20e vont leur offir un "apéro républicain" afin que tous se retrouvent pour tisser les liens armées-nation autour des valeurs de la République alors que beaucoup de soldats risquent leur vie hors de nos frontières.

    FM.


     

    14 juillet : place de la Nation

    Cette années encore les Mairies du 12e, 11e et 20e vous invitent à venir à la rencontre les soldats, place de la Nation à partir de 14h et de vous rassembler autour d'un apéro républicain à 17h.

    Nouveauté cette année, retrouvez un stand des conseils de quartier des 12e, 11e et 20e arrondissements.
    Vous trouverez sur la place de la Nation des démonstrations d'engins, un stand d'information du Service Militaire Adapté d'Outre-Mer ainsi que des animations musicales.
    Venez nombreux !

    Accès :
    Place de la Nation
    Rer A Nation
    Métros 2, 6 et 3
    Bus 56, 57,64, 86, 351

     

     


     



  • Des Justes entre les Nations à la mairie du 12e

    Ce jeudi 23 juin en mairie du 12e arrondissement, sous le patronage de notre maire, Michèle Blumenthal, a eu lieu la Cérémonie de remise du titre de Justes entre les Nations.

    Le comité français de Yad Vashem et un attaché de l'ambassade d'Israël ont remis le titre de Justes à titre posthume aux ayants droit de Lucienne CARUEL, Lazare et Léonie MACON, François et François LE CARDINAL.

    Ce titre salue le courage et l'engagement humaniste de ceux qui, aux pires heures de notre histoire, ont aidé les juifs à échapper à la mort des camps de concentration pendant la seconde guerre mondiale.

    C'est la deuxième fois que cette cérémonie se tient dans notre mairie depuis 2008 et elle est toujours aussi émouvante, notamment par les témoignages des survivants, souvent enfants sauvés du génocide.

    Devant un public nombreux, la maire a rappelé que, encore aujourd'hui, il nous fallait rester intransigeant avec le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie.

     

    Cérémonie des Justes 002.jpg


     

     

  • Le FN rejoint l'«apéro saucisson», version 2011

    Riposte laïque n'a rien de républicaine ou laïque. C'est une organisation d'extreme-droite qui, au cas où certains en douteraient, n'hésite plus à s'afficher au côté du FN pour stigmatiser une partie de nos concitoyens en attisant les peurs. La fédération de Paris du PRG a été la seule formation politique a dénoncer cette manifestation provocatrice sur la voie publique, avec notamment le député suisse Oskar Freysinguer, dont le slogan était « Non à l’islamisation de la France ». (FM)


    marienne2.jpg

    Le FN rejoint l'«apéro saucisson», version 2011

    A l'occasion de l'anniversaire de l'appel du 18 juin, les organisateurs du controversé « apéro saucisson-pinard » ont remis le couvert. Cette année une délégation du Front national de la jeunesse a rejoint Riposte laïque, tandis que le Bloc identitaire est resté à la maison.



    (photo Marianne2)

    Un appel à revisiter les standards de la chanson française sur les Champs-Elysées pour la commémoration du 18 juin 1940 ? A première vue, rien de bien méchant. Tout juste une initiative un peu chauvine. Au menu : Sardou, Brel, Piaf, Trenet… Sans oublier le « Chant des Partisans » et la « Marseillaise ».  Et pour le décor : quelques drapeaux et des macarons bleu blanc rouge accrochés à la boutonnière, un ou deux bonnets phrygiens en prime…

    Mais derrière le dress code tricolore et le karaoké géant se cachent le site militant Riposte Laïque et l'association Résistance Républicaine de Pierre Cassen et Chritine Tasin - ces ultra laïcs qui avaient déjà été à l’origine du controversé « apéro saucisson-pinard », il y a tout juste un an. L’évènement qui devait se tenir rue Myrha dans le quartier de la Goutte d'or (19ème) - connue pour être investie par des prières de rue, faute de place dans la Mosquée voisine - avait alors été interdit par la préfecture de police avant d'échouer place de l’Etoile.

    Cette fois, le thème a été choisi avec minutie : « chanter l’amour de la France ». Pas de quoi mettre en émoi la préfecture de police. Pourtant, pas de doute possible, lorsque les badauds – tantôt interloqués tantôt choqués - sortent du métro à la station Charles-de-Gaulle-Etoile, le slogan affiché est sans équivoque : « Non à l’islamisation de la France ». Et ce n’est pas le cordon de sécurité que forme le service d’ordre aux crânes rasés convié pour l’occasion qui va nous convaincre du contraire.

    Une nouvelle provocation à peine voilée

    Depuis un an, le vocabulaire de combats de ces « ultra-laïcs » est bien rodé. Ils s’estiment en résistance contre un nouveau fascisme : l’Islam. Et considèrent comme des « collabos » tous ceux qui les privent de leur liberté d’expression, à savoir pêle-mêle les « islamistes », les « gauchistes » ou encore les associations qui les poursuivent en justice (comme le MRAP ou la LDH). Ils dénoncent le port du voile, le Quick Halal et les subventions pour la construction des mosquées.

    « Ils essayent de faire passer ça pour une gentille chorale, mais c’est un meeting politique », s’insurge Fabrice Moulin, élu du parti radical de gauche du XIIe qui a demandé l’interdiction du rassemblement. Pour lui, le fait qu’Oskar Freysinger, - le Suisse du parti UDC (Union démocratique du centre) à l’origine de la votation sur l’interdiction des minarets - soit sur la liste des invités en est une preuve flagrante. Et d’ajouter : « c'est un détournement de la résistance et de la commémoration de l’appel du 18 juin du général de Gaulle par des gens dont la prose laïque a dérivée ».

    « Ce n’est qu’une nouvelle provocation qui euphémise un discours raciste et xénophobe », acquiesce Alexis Corbière. Pourtant, cette fois-ci, l’élu du parti de gauche du XIIe n’a quant à lui pas jugé bon d’appeler à une interdiction de la manifestation comme il l’avait fait lors des « Assises contre l’islamisation de la France » de février dernier – autre événement-phare organisé par la mouvance ultra laïque. « Cela n’aurait été que prêter le flanc à des gens qui n’attendent que cela de se présenter en victimes. »

    « Dénoncer au risque de faire de la publicité ou se taire au risque de banaliser », voilà l’éternel dilemme pour Fabrice Moulin. Qui doit constater que les élus et les associations coutumiers du fait n’ont majoritairement pas réagi à cette nouvelle manifestation, qui passera encore une fois assez inaperçue, sauf pour une poignée de touristes qui auront été attirés par les drapeaux flottants au vent au dessus de la centaine de personnes réunie en face de l’ambassade du Qatar près de l’Arc-de-Triomphe.

    Le Bloc Identitaire absent, la jeunesse FN s’invite

    Curieusement, le Bloc identitaire (BI), inséparable de Riposte Laïque et Résistance Républicaine depuis l'« apéro saucisson-pinard », n'a pas pris part officellement à la fête.  Pour rassurer leurs fidèles, presque «inquiets » de cette absence, Chritine Tasin et Pierre Cassen se sont fendus d'une petite mise au point préalable. Non, ils ne sont « pas fâchés » avec les Identitaires. C'est juste que ces derniers ont eu beaucoup à faire avec leur propre manifestation : la « marche aux cochons » du 15 mai à Lyon, et qu'ils ne partagent pas cette « tradition républicaine et jacobine ».

    Joint par Marianne2, Fabrice Robert, président du BI, a confirmé cette explication en invoquant un problème de timing : « J'ai trop tardé à répondre » à leur invitation. Mais il a surtout rappelé que chanter l'amour de la France en bleu blanc rouge,  ce n'était pas trop « leur tasse de thé ». « Nous ne sommes pas habitués à ce genre, ce n'est pas ce qui nous intéresse », insiste-t-il. Et Christine Tasin de confirmer : « Ce n’était pas assez provocateur pour le Bloc Identitaire ».

    (photo Marianne2)
    A contrario, une poignée de jeunes du Front national avaient trouvé cette initiative à leur goût, alors que Marine Le Pen, en campagne interne pour la présidence du FN, avait pris soin l'an dernier de rester à l'écart de l'opération apéro-saucisson. Alignés avec des drapeaux bleu blanc rouge en face de la sortie du métro, ils ont tenté de dérouler une banderole sur laquelle on pouvait lire : « Vive la France libre, Vive la République », avant que les organisateurs le leur interdisent. Raison invoqué : « Un motif administratif ». Pas de banderoles, que des drapeaux tricolores. C’était pourtant bien « marqué sur le prospectus », sermonne un militant de Résistance Républicaine.

    Ce couac montre combien les ultra laïcs peinent à véhiculer un discours sans équivoque. Au générique de fin, au moment où Christine Tasin remercie les différents acteurs (Union gaulliste, Ligue du droit des femmes, etc...) qui ont soutenu l'opération, Oskar Freysinger - clairvoyant  -  murmure à l'un de ces voisins :  « Il va falloir fédérer toutes ces chapelles ! »

    Dimanche 19 Juin 2011
    Chloé Demoulin - Marianne


  • Travail de mémoire : enfin une plaque pour Félix Eboué

    Commémoration de l'Appel du 18 juin 1940, nous avons inauguré la plaque en mémoire de Félix Eboué avec la maire Michèle Blumenthal et l'équipe municipale du 12e. Grâce à la mairie du 12e, c'est une concrétisation du travail de mémoire que j'ai engagé avec le Mois de la Résistance et de la France libre, en juin 2010, pour que les habitants puissent enfin savoir quel grand homme a donné son nom à la place centrale de leur arrondissement.

    Plaque Félix Eboué.jpg

    Félix Eboué, petit-fils d'esclaves, fut l'un des premiers à répondre à l'Appel du 18 juin 1940 et que son ralliement fut décisif.

    Plaque Félix Eboué2.jpg

     

  • 71e anniversaire Appel du 18 juin 1940

    Michèle BLUMENTHAL
    Maire du 12e arrondissement

    Fabrice MOULIN
    Adjoint à la Mairie du 12e, chargé de la mémoire
    du monde combatant et du tourisme

    L'équipe municipale

    Et le comité d'Entente des Associations d'Anciens Combattants

    Vous convient à la cérémonie du :

    71e anniversaire de l'Appel Historique du Général de Gaulle du 18 juin 1940

    Samedi 18 juin 2011

     

    10h : Dépôt de gerbes place Félix Eboué
    devant la plaque commémorant la mémoire de Félix Eboué

    11h : Dépôt de gerbes au Monument aux Morts
    Mairie du 12e arrondissement, 130, avenue Daumesnil

  • La nouvelle provocation de Riposte laïque

    parisien

    article du Parisien du 10 Juin 2011

    Sur le papier, ça ressemble à un aimable radio crochet franchouillard : le 18 juin, près du rond-point des Champs-Elysées (VIIIe), un concert pour « chanter l’amour de la France » propose 24 titres célèbres.

    Au programme, Brel, Reggiani, Trénet, Piaf, Ferrat, « les Chevaliers de la table ronde », « la Carmagnole », « le Temps des cerises »… Mais cette opération est tout sauf innocente : elle est co-organisée par Riposte laïque, qui avait participé il y a un an déjà à l’opération Saucisson-pinard.

    Sous couvert de défendre les traditions françaises, l’objectif était de s’attaquer directement à l’islam.  « Ils tentent de maquiller ça en gentille chorale, alors que c’est un meeting politique, ni plus ni moins, dénonce Fabrice Moulin, élu (Radical de gauche) du XIIe qui demande l’interdiction de cette manifestation.

    La preuve : est programmée une intervention d’Oskar Freysinger, qui s’est fait connaître par la campagne islamophobe en Suisse où des minarets étaient assimilés à des missiles. En plus, ces personnes sont particulièrement sournoises : la manifestation est organisée le 18 juin, près de la statue du général de Gaulle. C’est une insulte au vrai esprit de résistance et à ceux qui ont donné leur vie pour la liberté ».

    Il y a un an, la préfecture de police avait interdit l’opération Saucisson-pinard prévue au départ dans le quartier populaire de la Goutte-d’Or (XVIIIe) par crainte de troubles à l’ordre public, mais ne s’était pas opposée à son organisation sur les Champs-Elysées.

    « Nous n’avons pas vocation à autoriser telle ou telle manifestation, précise-t-on à la préfecture de police, on peut interdire si il y a un risque de trouble. Dans le cas présent, il est trop tôt pour se prononcer, il faut avoir des éléments précis et argumentés. »

    S.R

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu