Avertir le modérateur

mercredi, 18 juin 2014

Paru dans Le Parisien : "HLM : la réforme des modes d’attribution relance les débats"

 

Le_Parisien_logoC’est une petite révolution qui se prépare dans la capitale. Dès cet automne, les 148 000 demandes de logement seront hiérarchisées selon une grille de cotation bien précise. Cette gestion automatisée expérimentée à Rennes (Ille-et-Vilaine) est censée garantir plus de transparence et de lisibilité.

Le scoring (voir encadré) s’accompagnera d’une volonté de présenter des dossiers anonymes et d’une expérimentation sur la mise en ligne des logements disponibles via le dispositif « loc’annonces ». Ce projet de réforme du mode d’attribution (que Bertrand Delanoë avait lui même annoncé pour 2013) a été l’occasion d’un débat où la droite et la gauche se sont affrontées.

A gauche, Jean-Bernard Bros, le président du groupe Radical de gauche, centre et indépendants, qui avait prôné ce système lors de la campagne des municipales, a loué, sans surprise, le projet porté par l’adjoint (PCF) Ian Brossat. Il a néanmoins suggéré d’élargir les critères aux futures assistantes maternelles dans l’attente d’un agrément, faute d’un logement suffisamment grand pour accueillir des enfants, ainsi qu’aux familles pratiquant la garde alternée ou aux commerçants habitant loin de Paris. La conseillère de Paris (Parti de gauche) Danielle Simonnet a regretté que cette réforme n’ait pas « été élaborée avec l’association Droit au logement » et qualifié le tableau de cotation « d’incompréhensible ». « Mieux vaut être en résidence étudiante que squatteur ou dans un logement insalubre », s’est-elle emportée.

A droite, Jean-François Legaret, le maire UMP du I er arrondissement, a estimé que le vrai problème était « le manque de logements » et a plaidé en faveur « d’un parcours résidentiel ». Pour Eric Azière, le président du groupe UDI-MoDem, le problème, c’est « le manque de rotation dans le parc social » et « l’exclusion des classes moyennes » de ce parc. Florence Berthoud, la maire UMP du V e, favorable au scoring, conteste l’aspect anonyme, synonyme de « déshumanisation ». « Il ne faut pas confondre empathie et clientélisme », a-t-elle ironisé. La présidente du groupe UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet, a regretté, elle, « l’absence de contrôle sur les déclarations des demandeurs », évoquant entre autres des logements sociaux transformés en meublés saisonniers.

Face à ces critiques, Ian Brossat, l’adjoint chargé de ce projet, a affirmé que les critères retenus garantissaient au contraire « une mixité sociale » grâce à « une sélection de profils variés ». « Le suivi, a-t-il ajouté, permettra éventuellement de modifier les éléments à la lumière des différentes remarques. »

Le Parisien – 18 juin 2014

18:26 Écrit par Fabrice Moulin dans Conseil de Paris, Groupe PRG_CI, Logement et urbanisme, Politique, PRG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu