Avertir le modérateur

dimanche, 24 novembre 2013

Bercy Village : clients, patrons et salariés veulent l'ouverture le dimanche. Nous aussi, sous condition

Les commerçants de Bercy Village ont aujourd'hui bravé l'interdiction qui leur est faite d'ouvrir leurs commerces le dimanche dans ce quartier très fréquenté le weekend et qui compte de nombreux restaurants, un multiplexe cinéma et de nombreux sites de loisirs. Les commerçants qui ont toujours ouvert le dimanche à Bercy Village se le sont vu interdire dernièrement par décision de justice et ont perdu jusqu'à 30% de leur chiffre d'affaires. Et ils ont fait aujourd'hui une opération pour sensibiliser l'opinion et les politiques de la situation assez ubuesque dans laquelle ils se trouvent face à un empilement de lois et réglementations contradictoires et inefficaces.

Je me suis rendu au nom du PRG 12e à Bercy Village et j'ai eu l'occasion de dialoguer avec entrepreneurs, salariés et clients et le verdict est sans appel. Les employés, dont beaucoup d'étudiants qui veulent travailler le dimanche pour étudier la semaine, travaillent sur la base du volontariat et bénéficient de rémunération et bénéficie d'un repos compensateurs, et la fermeture le dimanche leur fait perdre du revenu, parfois jusqu'à 300 € par mois.

Ceux qui prétendent que le travail le dimanche est la faute des patrons et qu'ils pourraient payer mieux la semaine sans faire le chiffre d'affaires du weekend n'ont aucune connaissance du fonctionnement de l'économie. Ceux qui pensent que le dimanche doit être un jour obligé pour tous à consacrer au temps spirituel ou à la culture omettent juste de respecter le principe de liberté qui, plus particulièrement à gauche, devrait être la valeur cardinale de la justesse de nos décisions. Rappelons cette évidence : c'est aux citoyens de choisir s'ils préfèrent faire les magasins ou se balader au Bois de Vincennes le weekend, voire les deux, et sûrement pas à l'Etat ou à la mairie de décider pour eux.

Les entrepreneurs de Nature & Découvertes et d'Alice Délice mettent en avant les avantages donnés aux salariés et expliquent bien que pour eux il ne s'agit pas de libéraliser partout et sans condition les ouvertures, y compris de leurs autre magasins en France. Mais Paris et ce quartier sont spécifiques.

Notons que les commerces de Bercy sont tous centrés autour de la culture, de l'art de vivre, du loisirs, et sont dans un quartier dont la fréquentation touristique francilienne, française et même étrangère est indéniable. Ajoutons enfin qu'il y a peu de commerces de proximité dans le quartier de Bercy, dont peu d'impact, mais que par contre on compte 2 gares, un complexe sportif en pleine mutation, le Palais Omnisports de Paris Bercy, un parc, la Cinémathèque Française, des salles de congrès et conférences, et un grand nombre d'hôtels! Bref le quartier de Bercy - qui va s'ouvrir sur Charenton - a dans son ensemble a vocation à devenir une destination de tourisme à part entière.

Nous avons eu fréquemment l'occasion de discuter de l'ouverture des commerces le dimanche à Bercy en Conseil d'arrondissement, et ma réponse n'a pas variée. Notre majorité, Front de Gauche, PCF et PG compris, a voté en 2006 pour la création d'une zone touristique à Montmartre, il n'y a donc pas de tabou sur cette question. Mais comme on l'a vu dans d'autres cas comme Bricorama, les lois actuelles ne sont plus adaptées, ni les zones touristiques anciennes dont les limites paraissent toujours arbitraires, ni les PUCES mal ficelés et il faut revoir l'ensemble du dispositif législatif, comme notre ministre du commerce Sylvia Pinel et le gouvernement l'ont décidé.

Les calculs politiques de court terme et les alliances provisoires doivent s'effacer devant la résolution des problèmes de manière pragmatique et c'est la période électorale qui s'ouvre qui doit permettre de trancher un débat complexe en toute franchise. Rappelons que 89% des Franciliens se déclarent pour l'ouverture des commerces le dimanche et une écrasante majorité favorable à travailler ce jour là sous certaines conditions.

C'est pourquoi les Radicaux de gauche affirment clairement que les autorisations d'ouverture le dimanche peuvent potentiellement créer de l’emploi et de l'activité économique mais que celles-ci doivent être conditionnées par un respect de règles de rémunération au moins double, de repos compensateurs et d'une délibération des salariés et d'une garantie de volontariat. En attendant de créer une zone touristique à Bercy Village, il y a une autre solution que nous avons proposé au nom du PRG dans notre programme "Faire le Paris d'avenir" : que les maires puissent autoriser des dérogations permettant l'ouverture 12 dimanches par an contre 5 aujourd'hui.

Ce serait donc au futur maire de Paris de décider en toute transparence, dans le dialogue et en contact avec le terrain de permettre d'ouvrir. Cela permettrait aussi aux Grands Magasins d'ouvrir le dimanche au moins une fois par mois, ce qui est la moindre des choses pour la première destination mondiale du tourisme.

Antoine Lemarchand, patron de Nature & Découvertes, s'est montré intéressé par cette solution intermédiaire qu'il a qualifié "à l'italienne" car c'est ce qui se passe en Italie et fonctionne bien.

Le rapport Bailly commandé par le gouvernement pour une remise à plat de la réglementation avance comme solution de laisser aux maires une dérogation pour 10 dimanches! On y est presque!

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu