Avertir le modérateur

Conseil d'arrondissement 2008-2014 - Page 2

  • De la chance du tourisme pour notre arrondissement

    Voici un extrait du débat qui nous a opposé lors du Conseil municipal du 18 mars 2013 à EE-LV mais surtout au Parti de Gauche au sujet de la création d'un hôtel en bordure du périphérique, au limite du secteur de Grand Projet de Renouvellement Urbain Porte de Vincennes. Il est à mon sens révélateur du dogmatisme anti-entreprise privé des amis de Mélenchon et leur incapacité de penser les entreprises et le dynamisme économique comme une opportunité de création d'emplois, et l'importance d'assurer une mixité entre logements, équipements publics, services et activités économiques dans un quartier qui en a bien besoin.


    DU 20130009 – Délimitation de parcelles et lancement d’une consultation pour la cession d’un volume en vue de la réalisation d’un programme hôtelier 31 à 43, boulevard Carnot, 16 avenue Courteline (12ème)


    Monsieur Alexis CORBIERE, Premier Adjoint à la Maire du 12ème arrondissement, Conseiller de Paris :
    « Je suis défavorable sur le principe. Je ne suis pas pour que la Ville cède des terrains en dernière analyse pour une opération immobilière. S’il s’agit de construire des logements ou un programme hôtelier, la Ville de Paris peut le faire elle-même. Là nous cédons à un privé. Nous nous étions déjà 25 opposés pour d’autres cas et je ne comprends pas pour quelle raison nous avançons dans cette voie. C’est pourquoi, je ne voterai pas cette délibération. »

    Monsieur Fabrice MOULIN, Adjoint à la Maire du 12ème arrondissement, Conseiller d’arrondissement :
    « Cette prise de position est étonnante. Je parle sous le contrôle de Christian SAUTTER qui le dira bien mieux que moi mais je pense que la cession est le seul moyen de pouvoir construire une opération hôtelière qui soit rentable. Vous savez qu’il est très difficile de convaincre les opérateurs de réaliser des projets hôteliers ici. Nous avons un plan hôtelier qui prévoit de construire 7 000 chambres ce qui correspond à un besoin pour la Ville de Paris. Nous avons besoin de 20 000 chambres en Ile-de-France. Je précise que le tourisme est une chance et il représente tout de même 7% du PIB national et 8 milliards de chiffre d’affaires pour Paris, plus de 30 millions d’euros de taxes de séjours.

    Il s’agit d’une chance pour Paris mais aussi une chance pour notre arrondissement de devenir un arrondissement qui accueille plus de touristes. Il y a tout de même deux gares et le tramway désormais, de grands équipements de loisirs, Bercy village, le futur POPB, l’opéra, le parc floral, le parc zoologique, la cinémathèque etc. Cet hôtel comme le 295, avenue Daumesnil, comme la résidence 13, rue de Reuilly, comme la tour Gamma de la gare de Lyon, ce sont des chances pour offrir à la clientèle touristique une large gamme en matière d’hôtellerie car un hôtel 2 ou 3 étoiles permet d’accueillir tous les publics.

    Il s’agit d’une chance pour l’arrondissement en termes d’emploi, de retombées économiques. Il y a les emplois directs dans le cadre de ce projet mais aussi les emplois et le développement économique dans le tissu situé aux environs de cet hôtel. Le fait que la Ville construise directement des hôtels n’est pas une solution viable financièrement. La Ville n’est pas promoteur hôtelier. »

    L'intégralité des débats est à lire sur le site de la Mairie du 12e.

  • Le tunnel Proudhon va prendre des couleurs

    Un article du Parisien ce samedi met à l'honneur le travail des étudiants de l’école Boulle pour redessiner le tunnel de la rue Proudhon, cet axe routier passant sous les voies ferrées dont l'aspect sinistre actuel ne peut échapper à toute personne l'empruntant. C'est pourtant l'un des seuls accès entre le quartier de Bercy et le reste de l'arrondissement, que ce soit pour les piétons que les véhicules, et son besoin de rénovation et de "relookage" était une évidence pour tous.

    null

     

    Les étudiantes qui ont voulu "évoquer l'univers du train et du voyage" ont présenté leur travail ainsi :
    "Nous avons souhaité revaloriser ce patrimoine ferroviaire singulier par une mise en lumière intégrée dans la dentelle des rails. La succession de rails est reprise en écho au sol par des zones de béton, dans lesquelles sont intégrés les noms des destinations desservies par les trains. Cette typographie est constituée de carrés rétro-réfléchissants renvoyant la lumière."

    On peut saluer la manière dont ce projet a été mis en oeuvre, d'abord parce que c'était un engagement de mandature de notre majorité mais surtout parce qu'il s'est réalisé en concertation complète entre conseils de quartiers concernés, riverains, services de la ville et mairie d'arrondissement mais aussi l'ensemble des habitants de l'arrondissements avec des réunions publiques en mairie et des consulations sur Internet.

    Les travaux peuvent commencer et d’ici quelques mois, le tunnel Proudhon qui s’étire sur 150 m sous les voies ferrées aura repris des couleurs!

  • Plan Climat : Soutien aux mesures économiques et réserves sur celles pour la réduction du trafic automobile

    Conseil d'arrondissement du 3 décembre : Mon intervention sur le projet de délibération DEVE 186 Actualisation du Plan Climat Energie de Paris.

    L’actualisation du Plan Climat adopté en 2007 est un texte important de cette mandature, et au nom du Parti Radical de Gauche je souhaite saluer un engagement constant de la Ville depuis 2001.

    Mes collègues ont déjà dit beaucoup de chose. Je parlerai donc d’économie et de transports, dont notre collègue Catherine Barratti-Elbaz a parlé et sur lesquels je compte revenir.

    Saluons d'abord l’action qui a été mené auprès des commerces, et notamment avec les Chartes d'engagement partenariales, et auprès des entreprises et parmi elles d’un secteur premier pourvoyeur d’emplois et d’activités à Paris qu’est le tourisme.

    Et cette action reflète à nos yeux l’importance de chercher des solutions pragmatiques et réalistes pour engager l’ensemble des citoyens vers la réduction de leur emprunte énergétique, en permettant à chacun de participer à cet effort selon les moyens dont il dispose. L’effort environnemental doit être proposé dans la justice.

    Je me souviens que certains voulaient remplacer les foires, expos et salons par des conférences téléphoniques, ce qui aurait annihilé le leadership de la capitale.

    La Ville agit aujourd’hui pour l’éco-responsabilisation dans le cadre de l’organisation d’évènements d’affaires comme critère déterminant pour les opérateurs du secteur : agences réceptives et organisateurs professionnels de congrès ; lieux événementiels, parcs d’exposition et centres de congrès ; etc.

    Je citerais aussi le Plan Hôtelier pour créer 7000 chambres d’Hôtels, en sélectionnant les opérateurs répondant aux critères de Haute Qualité architecturale, environnementale et énergétique. Ou la proposition d’un autodiagnostic de réduction énergétique pour les hôteliers adhérents de l’OTCP.

    Ou bien la création d’un Pass entreprises Vélib, Autolib’ ou le Pass Eco Autocar pour diminuer la pollution des cars qui a nécessité des très nombreuses concertations avec les professionnels.

    Or cela m’amène à la problématique des transports. Et aux mesures annoncées par le Maire de Paris pour réduire la circulation automobile, que nous n’avons pas pu discuter en conseil mais que l’on retrouve dans ce Plan, sous l’intitulé « Et demain… ».

    Et demain justement ?

    Si nous partageons l’objectif de réduction de la pollution, le Parti Radical de Gauche, et en premier lieu nos élus en région, s’est ému des conséquences sociales de certaines mesures qui n’étaient pas au programme de 2008 et méritent un véritable débat.

    C’est ainsi que le projet de ZAPA pose plus de questions qu’il n’en résout. Ses modalités, ses contours et les véhicules ciblés ne peuvent pas être décidés à la légère.

    Une hausse des taxes sur le diésel n’est-elle pas plus efficace que l’interdiction sans ménagement des autos de plus de 17 ans et moto de plus de 10 ans ?

    Quelle conséquence sur les propriétaires des véhicules bannis ? Ce n’est pas quelques mois de pass Navigo offert qui les indemnisera. Quid de la mise en place d'une véritable prime à la casse ?

    Nous sommes aussi opposés à un péage urbain aux véhicules individuels, qui n'est pas annoncé clairement dans cette délibération mais dont on entend régulmièrement parler dans la presse.

    Nous demandons donc l’organisation d’une Grande conférence des déplacements dans le cadre de Paris Métropole se tienne afin d’étudier les mesures nécessaires pour optimiser la circulation, le stationnement, la sécurité et la réduction de la pollution à Paris et en Ile-de-France.

    Beaucoup plus large que la concertation annoncée, cette conférence pourrait réunir Paris, les communes membres de Paris Métropole, la Région Ile-de-France, les associations des usagers des transports en commun et de l'automobile, la Fédération Française des Motards en Colère (FFMC), les associations de cyclistes, syndicats de taxis, patronaux et professionnels.

    Enfin, la limitation de l’usage de l’automobile sans freiner la mobilité ne pourra se faire qu’en proposant des alternatives de jour comme de nuit, partout à Paris et en Ile-de-France. Et il faut donc insister beaucoup plus lourdement sur les efforts que doivent faire la RATP et la SNCF, et le STIF, notamment pour le confort, la régularité et la sécurité des RER ou l’ouverture des métros toute la nuit.

    L’effort environnemental doit être proposé dans la justice. Il doit être aussi proposé dans le dialogue et l’écoute de tous les usagers.

  • Opposition à l'extension d'un collège privé confessionnel

    Conseil d'arrondissement du 3 décembre : j'ai voté contre le projet de délibération DU 36 Cession d'un terrain destiné à l'extension du collège Georges Leven au 45 à 51 boulevard Carnot (12e).

    Comme je l'avais fait une première fois lorsque le principe de cette cession avait été soumis à notre Conseil, j'ai voté contre la vente d'une terrain municipal à un collège privé et confessionnel qui doit permettre son extension. En effet, quelque soit la qualité de l'enseignement délivré, le foncier public, denrée rare, ne devrait pas être gaspillé pour renforcer l'école privée alors que les besoins sont immenses pour construire du logement social, de l'activité économique, ou des écoles publiques et laïques. Surtout quand on a vu les conséquences de la Loi Carles qui a renforcé le financement des établissements privés avec l'argent public des communes et donc des contribuables, au détriment des écoles publiques.

    J'ai donc voté contre cette vente au nom du PRG, comme les élus PG-PC, EE-LV et même un élu PS "attaché à l'école publique", suivi d'un autre socialiste qui s'est abstenu. Cela n'a toutefois pas suffit pour repousser le projet de délibération qui passera au Conseil de Paris.

    Au passage et sans vouloir faire de comparaison, j'ai regretté que l'ancien gouvernement ait vendu à la Russie du foncier dans Paris, dans le 7e, pour y construire une Cathédrale Orthodoxe dont le principal objectif est de satisfaire l'égo de son nouveau Tsar, Vladimir Poutine.

    Là encore, comme il aurait été plus judicieux d'y construire du logement social...

  • Du Protocole républicain, des desiderata et division de l'UMP

    Conseil d'arrondissement du 3 décembre : Valérie Montandon, conseillère de Paris UMP, a posé une Question orale :

    "Lors des commémorations du 11 novembre dernier dans le 12 eme arrondissement, le titre des élus de l’opposition n’a pas été annoncé lors du dépôt des gerbes de fleurs devant le monument aux morts. Pourquoi ce manque de courtoisie républicaine ?"

    Voici ma réponse, dont la conclusion a visiblement fait des heureux au-delà des rangs de la majorité :

    "Madame Montandon, vous ne cesserez de me surprendre.

    Vous exprimez soudainement le désir en cette fin d’année 2012 de poser nommément une gerbe aux commémorations de notre arrondissement, alors que ce n’était pas le cas pendant toutes les années précédentes de cette mandature et encore moins de la part de monsieur Casa.

    Il connaissait les usages républicains auxquels vous vous référez, et sachez que je suis tout autant attaché au respect de la tradition républicaine.

    Or justement le protocole français est régi par le décret n°89-655 du 13 septembre 1989, modifié le 15 novembre 2008, relatif aux cérémonies publiques, préséances, honneurs civils et militaires « Lors d’une cérémonie officielle, le dépôt de gerbe est réservé, par tradition républicaine, aux seules autorités publiques ainsi qu’aux organisations d’anciens combattants ».

    Le protocole ne prévoit pas le dépôt de gerbe nominative.

    C’est pourquoi le 11 novembre, Madame BLUMENTHAL et moi-même, en tant qu’adjoint en charge de la mémoire combattant ont déposé une gerbe au nom de la Mairie du 12e et donc de tous les élus de la municipalité.

    Donc rassurez-vous, Mme Montendon, c’est aussi en votre nom que nous déposons la gerbe municipale.

    L’organisation protocolaire étant confiée au Comité d’Entente, je lui soumettrais la question de savoir comment les élus qui le souhaitent pourraient déposer une gerbe en marge des cérémonies.

    Mais avouez que si tous les élus déposaient nommément une gerbe cela ralentirait considérablement les cérémonies et leur donnerait un caractère ubuesque.

    Devrais-je moi-même déposer une seconde gerbe en mon nom propre ou au nom du Parti Radical de Gauche, et mes 25 collègues de la majorité à la suite, et d’autres en leur nom, ou de l’UMP canal Copé ou du R-UMP Fillon ?

    Ce sont les Maires et Présidents des autorités publiques qui désignent leur représentant.

    C’est ainsi monsieur Romero, conseillé régional, élu dans le 12e, qui a déposé la gerbe au nom Jean Paul Huchon. Et ce n’était pas à un autre conseillé régional pas même élu à Paris de s’en arroger ce droit.

    Quant à madame Mazetier c’est en qualité de députée réélue de notre arrondissement.

    Et pour finir, je vais vous dire ce qui a véritablement choqué dans le rang des anciens combattants, et même dans vos rangs. C’est qu’une personne qui n’a aucun mandat ni droit ni titre, autre que candidat UMP battu en juin 2012, se glisse entre les élus, les présidents d’associations et le commissaire de Police de l’arrondissement pour saluer les drapeaux! Cela c’est contraire à l’usage républicain.

  • Une plaque en mémoire des "Zoos humains"

    Conseil d'arrondissement du 3 décembre : J'ai présenté le projet de délibération voté à l'unanimité DAC 794 Appositions de plaques commémoratives relatives à la reconnaissance et la dénonciation des «zoos humains» qui se sont tenus à Paris à l’époque coloniale.

    Comment ne pas être ému par le destin de ces femmes et de ces hommes arrachés à leur terre natale pour être exposés dans de véritable zoos humains lors de l’Exposition coloniale internationale et des pays d’Outre-Mer de 1931.

    Cette exposition voulait exalter l’Empire et affirmer la « mission civilisatrice et bienfaitrice » de la France sur ses colonies. Des propos que l'on entend malheureusement encore aujourd'hui dans certains discours politique!

    Elle rencontra un énorme succès mais fut aussi contesté, notamment par des artistes surréalistes.

    Lors de sa séance des 19 et 20 mars 2012, le Conseil de Paris a émis le vœu que des plaques, rappelant ces épisodes indignes de l’histoire de la colonisation au regard des droits humains, soient apposées dans les lieux les plus emblématiques où se déroulèrent ces évènements.

    Ces plaques apposés dans les 12e, 16e et 19e arrondissement s'inscriront dans la continuité du travail de mémoire engagé avec l'exposition-parcours dans le bois de Vincennes qu'avait organisée la Mairie du 12e arrondissement en 2006.

    ­Voici le texte de celle qui orenra la Porte Dorée anciennement Palais des Colonies édifié lors de l'Exposition :

    "Le 6 mai 1931, l’Exposition coloniale internationale et des pays d’Outre-Mer a ouvert ses portes après plus de mille jours de travaux. C’est la plus grande exposition coloniale que la France ait connue. Pendant plusieurs mois et sur plus de 110 hectares, des pavillons coloniaux français et étrangers, diverses reconstitutions ainsi que l’exhibition de plusieurs centaines de « figurants indigènes » ont invité le public à un « Tour du monde en un jour ». Cette immense propagande a contribué à légitimer la colonisation. Le 15 novembre 1931, l’exposition s’est achevée après que 33 millions de tickets d’entrées furent vendus. Le Palais de la Porte Dorée, qui a abrité le musée permanent des colonies, est aujourd’hui le principal vestige de cette période d’apogée de l’expansion coloniale."

  • Apposition de la plaque aux victimes de la rafle du Vel d'Hiv sur notre mairie

    En 2012, nous commémorons une des plus grandes tragédies du XXe siècle, la rafle des juifs arrêtés en juillet 1942 par des policiers français sur ordre du régime de Vichy, parqués au Vél d'Hiv puis déportés par les allemands vers les camps d'exterminations.

    Or peu de gens le savent mais notre mairie d'arrondissement était pendant l'occupation l'ancien commissariat central du 12e et c'est dans ses murs que furent regroupés les hommes, femmes et enfants juifs de l'arrondissement victimes de la rafle.Apposition plaque raflé ancien commissariat du 12e 2.jpg

    Afin qu'on se souvienne de ces terribles évènements, le Comité 12e de l'Association pour la Mémoire des Enfants Juifs Déportés (AMEJD) avait proposé d'apposer une plaque commémorative, à l'instar de celles sur les murs des écoles de l'arrondissement pour honorer la mémoire des enfants victimes de la Shoah. Notre conseil d'arrondissement a voté avant l'été un projet de délibération sur le principe d'une plaque commémorative et c'est celle-ci que nous avons dévoilé le 22 novembre, sur le mur de la façade arrière de la mairie rue Bignon où était jadis la porte du commissariat.

    L'apposition de cette plaque doit évidemment avoir un rôle pédagogique de transmission de la mémoire. Pas moins de 6 classes de CM2 assistaient à la cérémonie au cours de laquelle M. Zylberstein a livré un témoignage poignant : raflé en 1942, emmené au commissariat du 12e puis au Vel d'Hiv, libéré car son père juif était prisonnier de guerre, puis raflé une nouvelle fois en 1944 et envoyé à Bergen-Belsen avec sa famille où il a survécu jusqu'à la libération du camps...

    Apposition plaque raflé ancien commissariat du 12e.jpg

    Notre maire Michèle Blumenthal (lire son discours ici) , Jacques Wittenberg, président de l'AMPEJD 12, et Catherine Vieu-Charier, mairie-adjointe de Paris chargé de la Mémoire, ont dévoilé la plaque. Le Commissaire du 12e était également là, représentant du Préfet de Police de Paris était présent et nous avons rappelé également l'action des policiers qui ont prévenu les juifs de la rafle et des résistants du groupe "honneur de la Police".

     

  • Compte-rendu de mandat 2012 de Bertrand Delanoë

    Bertrand Delanoë effectue comme chaque année sa tournée des comptes-rendus de mandat dans chaque arrondissement.

    Comme depuis 2010 chaque réunion porte sur une thématique identifiée, correspondant aux enjeux qui structurent les politiques municipales, et celui du 12e sera consacré à « l’art dans la ville ».

    Franchement, je ne trouve pas ce thème très porteur pour une réunion de ce type dans notre arrondissement et je préferais le format précédent qui laissait la parole aux habitants sur l'ensemble des problèmes qui les préoccupent. D'autant que, thème ou pas thème, certains vont surement poser des questions sur le logement ou les transports. Pour modifier les compte-rendus de mandat, il serait sans doute préférable que le maire de Paris et le maire d'arrondissement ainsi que leurs équipes respectives présentent leur action et répondent conjointement aux questions des habitants sur tous les sujets qui les concernent.

    Cela dit, rendez-vous mardi 23 octobre à 18h30 à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration pour assister à ce compte-rendu de mandat de Bertrand Delanoë dans le 12e arrondissement. Un interprète en Langue des signes (LSF) sera présent. 

    http://www.mairie12.paris.fr/mairie12/document?id=3452&id_attribute=111

    Cité nationale de l’histoire de l’immigration 293, avenue Daumesnil M° Porte Dorée

  • Quand l'UMPPA du 12e a la nostalgie coloniale...

     

    Au conseil d'arrondissement du 8 octobre, l'UMPPA a déposé un vœu qui sous des allures anodines fleure bon la nostalgie de la France coloniale. Après le nouveau dérapage de Jean-François Copé et ses "vols de pains aux chocolats par des musulmans" ou les amalgames indécents du maire du 8e, soutien de Fillon, la droite parisienne semble de plus en plus sous influence du Front National. C'est ce que j'ai tenu a dénoncer en répondant au nom de notre majorité et de l'exécutif municipal. Il semble d'ailleurs que mes arguments ont eu leur effet car si la majorité a bien évidemment repoussé ce vœu, seul Valérie Montandon a voté pour, Gérard Rey s'abstenant et les autres UMP ne participant pas opportunément au vote ! En plus d'être irresponsable, la droite du 12e est toujours plus divisée...


    Voeu déposé par Valérie MONTANDON, Conseiller de Paris, et les élus du Groupe UMPPA, relatif à la restauration de la statue du Commandant Marchand


    Considérant que, l’expédition du commandant Jean Baptiste Marchand qui a traversé l’Afrique du Congo au Nil, de 1896 à 1899, fut une réelle expédition de plus de 6 000 km, d’une durée de 3 ans et qu’elle fait partie intégrante de l’histoire de France,

    Considérant que, les ambitions de cette mission ne peuvent pas se résumer seulement à des fins impérialistes ou mercantiles, mais qu’elles furent aussi motivées par un élan humanitaire en apportant notamment de la connaissance à des populations ne bénéficiant pas de moyens techniques, éducatifs ou encore médicaux comme par exemple, les nombreux soins dispensés par le docteur Emily auprès des nombreuses tribus rencontrées,

    Considérant que, le retour en France des explorateurs fut triomphal et que cette mission qui fut jalonnée de hauts faits de courage et participa au renforcement de l’unité nationale,

    Considérant que, cette mission « appelée mission Marchand » impulsa aussi une nouvelle donne dans le rapport de force franco-britannique et put servir de socle à une nouvelle diplomatie entre les deux pays,

    Considérant que, la statue du Commandant Marchand n’a jamais été restaurée après l’attentat anticolonialiste de 1983 et qu’elle est laissée à l’abandon dans un entrepôt de la ville de Paris,

    Valérie MONTANDON et les élus du groupe UMPPA émettent le vœu que la ville de Paris restaure la statue du commandant Marchand et qu’un emplacement dans le 12ème  lui soit attribuée.

     

    Réponse de Fabrice MOULIN, Adjoint à la Maire du 12ème arrondissement :


    « Je ne sais si vous avez écrit vous-même ce voeu mais j’estime la ficelle un peu grosse voire choquante. Vous ne nous avez pas habitué à avoir un tel intérêt pour l’Histoire et la Mémoire dans notre arrondissement. Alors je me pose la question de savoir pourquoi ce voeu et pourquoi maintenant ?

    L’Histoire de France est ce qu’elle est. Ne nions pas le passé colonial de la France, passé auquel ont aussi participé de grands hommes de la République, et je me suis toujours opposé à la réécriture de l’Histoire. Mais tout de même ! Donner une dénomination à une rue ou une place, poser une statue est un acte symbolique, a une signification qui transmet un message à nos concitoyens à une époque donnée et dans un lieu donné.

    Par exemple, lorsque nous commémorons les 50 ans de la fin de la guerre d’Algérie, nous honorons la Mémoire des appelés et des morts d’une guerre dans une démarche de réconciliation entre deux pays aujourd’hui. Lorsque nous rappelons le souvenir de Félix Eboué dans le 12ème, nous honorons l’apport capital des armées d’Afrique Equatoriale Française dans la légitimation de la France libre du général de Gaulle.

    Alors quel est le message que vous souhaitez transmettre ici ?

    Tout d’abord vous n’ignorez pas qu’il existe déjà un monument commémorant l’expédition MARCHAND. Il a été érigé en 1934 en face de l’ancien musée des colonies, au palais de la Porte Dorée. Entre parenthèses, ce musée est aujourd’hui devenu la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration qui, comme me le précisait mon collègue Richard BOUIGUE, n'a été inaugurée ou visitée par aucun ministre des gouvernements précédents.

    Le monument dont je parle est sculpté et stylisé avec les silhouettes de 6 militaires français, 6 tirailleurs sénégalais et Jean-Baptiste MARCHAND. Sur un bouclier de bronze, les noms de tous apparaissent : le commandant MARCHAND, les 14 militaires français, les 152 tirailleurs sénégalais et votre bon docteur Emily dont vous parlez dans le voeu.

    Précisons qu'il y a aussi une rue au nom de la mission MARCHAND dans le 16ème arrondissement, nous ne pouvons pas dire que Paris manque de rappels à cette expédition.


    Dans vos considérants vous dites « cette mission dont les ambitions ne peuvent pas se résumer seulement à des fins impérialistes ou mercantiles mais furent aussi motivées par un élan
    humanitaire ». Excusez-moi mais la mission MARCHAND n’était pas un élan humanitaire mais une mission stratégique au moment du partage de l’Afrique entre les puissances coloniales. D’ailleurs vous le précisez après. Lorsque je lis « élan humanitaire », je me demande si vous n’êtes pas plus nostalgique de la loi UMP en 2005 sur le rôle positif de la colonisation que du commandant MARCHAND.

    Vous écrivez aussi « la mission MARCHAND impulsa aussi une nouvelle donne dans le rapport de force franco-britannique ». Il faut tout de même rappeler que la crise de Fachoda a quasiment abouti à une guerre entre le Royaume-Uni et la France. Finalement l'Entente cordiale a été signée par le gouvernement d'Emile COMBES, mais après que MARCHAND eut été obligé d'abandonner Fachoda et de rentrer en France. Donc on peut toujours dire qu’il s’agit d’une conclusion positive, mais ce n’est tout de même pas extraordinaire! A l’heure où l’Europe actuelle est en crise, nous avons surtout besoin de renforcer les liens de solidarité au sein de l’Union Européenne, alors célébrer la crise de Fachoda me paraît un peu étrange. Certes l’Europe est un compromis mais cela ne me paraît tout de
    même pas très heureux de faire cela.


    La statue fut retirée lors de la restructuration du square il y a plus de 30 ans. Il s’agit d’une figure de la politique colonialiste du XIXème siècle aussi je ne vois pas quel message vous souhaitez transmettre avec ce voeu ?

    Des citoyens peuvent avoir cette demande, cela peut se comprendre mais un parti politique qui se dit républicain, selon moi doit se montrer responsable. Personnellement, je vois dans ce voeu un symptôme de la course du "plus à droite que moi tu meurs" à laquelle vous vous livrez au sein de l’UMP depuis que Nicolas SARKOZY en a pris la présidence. Il s’agit d’une compétition qui "altère le pacte républicain". C’est bien la première fois que je cite François BAROIN mais je le fais ce soir.

    Je souhaitais vous dire enfin que vous avez tout de même fait un heureux avec ce voeu puisque la première personne qui m’a parlé dans l’arrondissement de cette statue, quasiment avec vos mots d’ailleurs, est le candidat aux dernières législatives du Front National.

    Vous comprendrez qu'au nom de l'exécutif et de mon groupe j’invite nos amis et collègues à voter contre ce voeu. »

     

  • Mise à dispostion des salles de mairie, marchandisation et respect de la laïcité

    Lors du conseil d'arrondissement, je me suis abstenu sur le projet de délibération DUCT 175 sur les conditions de mise à disposition des salles de mairies aux associations. Notre collègue Alexis Corbière avait soulevé un certain nombre de points litigieux dans la rédaction de ce nouveau réglement.

    Qui aura le droit demain de "louer" une salle de notre mairie et à quelles conditions ? Est-ce que ce sera réservé aux "associations reconnues d'utilité publique" comme le laisse entendre le texte sans précision, car c'est un statut légal et fiscal particulier, reonnu par le Conseil d'Etat et donc réservé aux grandes associations, ce qui esclut la plupart des associations parisiennes et encore plus locales. Quid des tarifs ? La vocation d'une mairie n'est-elle pas d'accueillir quand elle le peut le monde associatif et faire vivre le débat démocratique et la participation citoyenne, et ce gratuitement ? Et les partis politiques, qui sont des associations, auront-ils le droit de louer une salle ? Si oui lesquels ?

    Et j'ai posé la question des associations cultuelles dont la délibération ne parle pas mais n'exclut pas non plus de leur autoriser l'accès à nos salles. Je sais que des cérémonies religieuses ont été accueillie dans certaines mairie d'arrondissement, en contradiction complète avec la vocation républicaine et universelle de ces lieux. Cela deviendra-t-il la norme demain ? Suffira-t-il à une "église" de payer son écot pour célébrer baptème et liturgie dans la salle des Fêtes ?

    Le PG, EELV et moi-même au nom du PRG nous sommes abstenus sur ce texte.

    J'espère que le débat au prochain Conseil de Paris parviendra à éclairer ces points, mais il me semble que ce texte mériterait d'être retravaillé avec les groupes et partis politiques du Conseil de Paris avant d'être représenté au vote.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu