Avertir le modérateur

dimanche, 12 octobre 2014

Quand des cérémonies religieuses participent du manque de créneaux sportifs

DJS 20140324 : Délibération cadre sur l’extension de l’amplitude horaire d’ouverture des
équipements sportifs municipaux.


M. Fabrice MOULIN, Adjoint à la Maire du 12e arrondissement, Conseiller d'arrondissement :
« Merci Mme la Maire. Je n’avais pas prévu d’intervenir en premier, mais ce n’est pas grave. Je
souhaitais préciser que cet élargissement des créneaux horaires est une promesse de mandature. Il
a été inscrit dans notre contrat de mandature que nous élargirons les horaires en attribuant des
créneaux à des associations qui seraient alors responsables du lieu pendant cette tranche. Il s’agit
du but de cette délibération. Ce dispositif est pratiqué dans plusieurs autres communes françaises.
Il permet de répondre à la légitime aspiration des Parisiens de faire du sport à des horaires
correspondant à leur rythme de vie professionnelle et de vie de famille. Les Radicaux de gauche
souhaitent que cette extension des horaires s’applique à bien d’autres équipements publics
municipaux comme les bibliothèques, les piscines, les musées municipaux. Je sais que c’est
complexe. Mais après tout, les musées nationaux ont bien décidé d’ouvrir 7/7 jours. Autant
d’équipements qui demain peuvent avoir des amplitudes horaires plus larges.
Avec cette délibération, nous sommes dans une première phase qui répond à un nombre restreint
d’équipements, 17 en l’occurrence. Il s’agit de se passer de personnel durant les nouvelles heures
d’ouverture. En termes de sécurité, nous pouvons nous réjouir de voir une convention de mise à
disposition et des règles de sécurité strictes mises en oeuvre afin que tout se passe bien avec les
associations choisies pour utiliser ces créneaux. Nous parlons ici d’un manque de créneaux sportifs.
Notons que Paris est bien mal lotie en termes d’équipements sportifs. Il s’agit de l’un des derniers
départements de France avec 14 équipements pour 10 000 habitants contre 54 équipements pour
10 000 habitants en moyenne sur le territoire français. Malgré les efforts effectués ces dernières
années, nous ne rattraperons pas ce retard et il faut des solutions alternatives. L’extension des
horaires en est une ainsi que l’ouverture de nouvelles zones sportives qui ne seront pas forcément
des équipements sportifs. Chose que nous avons proposée.
Je souhaitais aussi poser une question qui interpelle sur le manque de créneaux sportifs. Il s’agit
de l’occupation de gymnases municipaux pour des activités non sportives notamment la
célébration de fêtes religieuses. C’était le cas ce week-end et ce fut déjà le cas précédemment.
Je l’ai fréquemment dénoncé ainsi que mes collègues du 11e et du 20e. Mais pour l’instant, nous
n’avons pas eu de réponse. Combien de créneaux d’équipements cela concerne à Paris ? Ce que
nous avons craint pendant un temps, arrive. Ce qui était présenté comme une exception est
devenue une habitude et sans doute demain, une obligation. Evidemment, cela interpelle le
principe de laïcité. Est-ce le rôle d’un gymnase de devenir un lieu de culte ? Pour répondre à
l’interpellation de M. BONNET, nous ne parlons pas d’associations sportives dans des gymnases
mais nous parlons de donner les clés à des associations cultuelles. C’est très différent. Quelles
conséquences pour les activités sportives ? Je ne vise aucune religion en particulier. Justement,
nous avons mis le doigt dans un engrenage. Sur quels critères aujourd’hui et demain seront prêtés
ces gymnases à des associations non sportives ? Est-ce qu’il y aura du personnel ou non ? Quelle
convention de mise à disposition ? Ce n’est pas ce soir et avec cette délibération que nous
pourrons avoir des réponses. Je ne demande pas à l’exécutif des réponses dès maintenant. Mais il
s’agit d’un débat que nous devrons avoir prochainement avec les Parisiens. En attendant, sur ce
projet de délibération, compte tenu de l’avancée qu’il représente pour l’attribution de créneaux
sportifs supplémentaires, je voterai pour. Merci.

 

Mme Catherine BARATTI-ELBAZ, Maire du 12e arrondissement, Conseillère de Paris :
« Je souhaite rassurer mon collègue M. MOULIN. En effet, un certain nombre de créneaux sportifs
dans notre arrondissement sont donnés à des associations cultuelles pour permettre à chacun
d’avoir des lieux de prière dignes. Et je l’assume. Cela fait aussi partie des responsabilités des élus
de la République que chacun puisse se retrouver et prier ailleurs que dans la rue. Je suis attentive
à ce que cette mise à disposition de gymnases ne pénalise pas les Parisiens ni les associations
sportives. Dans notre arrondissement sur l’année 2014, un seul et unique créneau de 2 heures a été
supprimé pour permettre à certains de prier. En revanche, depuis 2012 lorsque nous déclenchons
le plan hivernal, ce sont entre 21 et 22 jours durant lesquels les créneaux sportifs sont tous
bloqués (journée, soir et week-end) pour permettre aux plus démunis de trouver un toit. Dans ce
cas-là comme dans le premier, je suis fière que les équipements publics de proximité de la Ville de
Paris, exceptionnellement, ne soient pas utilisés pour faire du sport mais pour permettre d’autres
activités que je soutiens et qui font partie des autorisations que je suis amenée à donner en tant
que Maire d’arrondissement. Je renouvellerai cela les années à venir. Je propose de passer au
vote.

Finalement j'ai décidé de ne pas participer au vote, la maire ne m'ayant pas redonné la parole pour une explication de vote et donc d'exprimer mon désaccord avec ces propos qui mettent au même niveau d'urgence l'aide aux SDF et aux prieurs de rue et me paraissent assez éloignés des principes de laïcité que nous défendons.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu