Avertir le modérateur

Stop aux contre-vérités sur la réforme de la SNCF

Imprimer

Mes explications de vote au Conseil du 12e arrondissement du 16 avril sur deux vœux présentés par les groupes de la majorité contre la réforme de la SNCF et concernant l'accueil des réfugiés et migrants.

 

Une nouvelle fois nous allons devoir nous prononcer sur des vœux dont la portée va bien au-delà des compétences et problématiques de notre arrondissement, voire de notre commune, sans rapport avec le programme de mandature et dont le seul objectif commun semble d’interpeler, critiquer, caricaturer, gêner l’action du gouvernement. Nous ne sommes pas à l’Assemblée nationale.

Deux vœux présentés « au nom des groupes de la majorité municipale » mais dont celui de contre la réforme de la SNCF semble avoir des considérants télégraphiés par la CGT et me parait encore une fois caricatural et globalement mensonger.

Rappelons certaines vérités.

L’ouverture à la concurrence ne veut absolument pas dire privatisation de la SNCF. La loi la transforme en société aux capitaux publics incessibles

Cette ouverture n’est ni une nouveauté ni une surprise. Elle a été décidée par tous les pays européens en 2015 et a été votée à l’Assemblée nationale fin 2016 sous François Hollande.

Ce que propose le Gouvernement, c’est une ouverture à la concurrence progressive.

Il n’y a pas non plus de fermeture des petites lignes. De plus, 36 Md€ d’investissements sont prévus pour les 10 prochaines années pour la rénovation du réseau.

S’agissant des salariés, le gouvernement a décidé l’arrêt des recrutements au statut, qui est nécessaire pour assurer à terme l’équité entre tous les salariés du secteur ferroviaire, sans revenir sur les droits des cheminots.

Du reste le gouvernement, en concertation avec les syndicats, a fait le choix d’un haut niveau de garanties sociales. Le cheminots actuels gardent leur statut et à la demande de la CFDT ils emporteront en cas de transfert d’activités leurs droits avec eux, c’est ce que le syndicat appelle le « sac à dos social ». Les cheminots d’aujourd’hui le resteront demain !

Cette modernisation de la SNCF est la condition nécessaire à une reprise partielle ou totale de la dette annoncée par le Président.

Laissons aux syndicats réformistes comme la CFDT et au gouvernement le bénéfice de la négociation plutôt que de suivre le jusqu’au-boutisme de la CGT.

Je ne voterai donc pas ce vœu.

Concernant le vœu relatif à l’accueil des migrants et réfugiés, vous demandez la suppression pur et simple du délit de solidarité « dans les plus brefs délais ».

Mais pourquoi ne pas l’avoir fait pendant les cinq ans de mandat de François Hollande.

Le débat est certes légitime mais il est plus complexe et il doit avoir lieu à l’Assemblée nationale. Assemblée où il est justement discuté des amendements déposés par des parlementaires LREM pour modifier la loi de façon à faire un distinguo entre les simples citoyens généreux et les profiteurs de misères.

Je ne participerai pas au vote sur ce second vœu qui dépasse largement les compétences municipales.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu