Avertir le modérateur

  • Expo universelle sur le périph - Tribune de Jean-Bernard Bros (PRG) dans Libératione la note

     

     
     

    libéQu'ont en commun Chaillot, le Trocadéro, la gare de Lyon, le Grand Palais et la tour Eiffel ? Ils sont quelques-uns des cent héritages parisiens des Expositions universelles. Entre 1844 et 1937, pas moins de huit expos ont contribué à façonner la ville et à assurer son rayonnement international. Depuis, l'humanité démonstratrice de ses espoirs et progrès s'en est allée éclairer le monde ailleurs, sur d'autres continents.

    L'histoire du Bureau international des expositions (BIE), chargé de l'organisation des expos, est liée à l'histoire de France : la convention internationale fut signée en 1928 à Paris, où est son siège, sa langue de travail officielle est le français, et tous les contacts que j'ai eus avec le BIE indiquent qu'ils souhaitent le grand retour des expos à Paris.

    Trois tentatives récentes ont été initiées en France, sans succès, faute d'entente entre Etat et acteurs locaux. Or, pour qu'une expo existe, il faut les deux : des collectivités locales désireuses et un Etat porteur de la candidature. Aujourd'hui, l'Etat, la région Ile-de-France et Paris ont pour la première fois depuis onze ans les mêmes couleurs politiques, et peuvent œuvrer à la constitution d'une candidature pour une expo à Paris, ou plutôt : autour de Paris. Toutes les politiques de désenclavement portant sur les questions de logement et de Transports ne suffiront pas à abolir la fracture territoriale. Il est temps de trancher le nœud gordien du périphérique : il est temps d'abolir le périph.

    L'expo prendra place sur le boulevard périphérique. Les futurs pavillons et paysages qui naîtront de ce méga-événement devront être construits par-dessus lui, et le recouvrir d'équipements, de monuments et de jardins, irriguant les communes de la première couronne. Paris est une «ville monde». Que Paris donne donc à nouveau rendez-vous au monde, montre sa capacité à abolir les frontières, et fasse du périphérique un mauvais souvenir. Seule une expo est d'une envergure suffisante pour redessiner la ville, ses territoires, ses transports. Les citoyens, tous parisiens, d'un côté comme de l'autre du périph, seraient réunis autour d'un défi identitaire majeur. L'expo laissera une empreinte importante sur les villes hôtes en termes de renouvellement urbain et de développement de nouveaux comportements sociaux.

    Il sera aussi temps de provoquer le big bang de toutes les agences de promotion de la destination Paris : on en compte pas moins de douze. Leur unification sous une seule marque permettra de refonder la gouvernance de nos politiques d'attractivité internationales.

    En complément, les radicaux de gauche proposent l'organisation de référendums locaux dans les communes limitrophes de Paris, sur une question : «Souhaitez-vous que votre commune devienne un nouvel arrondissement de Paris ?» Montmartre, Passy, Charonne, Belleville et Bercy, autant de communes qui ont fait ce choix. Ont-elles perdu leur âme et leur identité ? Non. Il est temps d'agrandir à nouveau Paris. Géographiquement et concrètement. De sortir la métropole de l'étau du périphérique et de lui donner la taille d'une métropole mondiale.

    Par Jean-Bernard BROS, Adjoint au maire de Paris, président de la fédération du Parti Radical de Gauche de Paris, candidat à la primaire des gauches (Paris).

    Source : Libération - 25 mars 2013

  • Hidalgo à Paris en 2014 ? Jouons le jeu de la primaire

    Une tribune de Jean-Bernard Bros, maire-adjoint de Paris et président de la fédération de Paris du Parti Radical de Gauche, éditée par le LE PLUS du Nouvel Obs.

    L'UMP veut organiser une primaire pour trouver son candidat à la mairie de Paris. Le choix du candidat de la gauche, lui, doit-il être l'apanage de Delanoë ou du jeu de la démocratie interne ? Jean-Bernard Bros, président de la fédération de Paris du Parti radical de gauche, plaide pour la seconde option.

    La succession à Bertrand Delanoë attise les convoitises. La majorité de gauche est variée, un de ses composants est le Parti radical de gauche.

    Le travail de ses militants avec la société civile est riche et compte déjà plus de 300 contributions solidaires, fraternelles et progressistes. Ces dernières alimenteront le programme radical qui sera rendu public lors de la primaire. Elles se proposeront de défendre le dynamisme économique parisien et le rayonnement international de Paris à travers une offre de transports modernes pour la complémentarité des mobilités et des usages, une politique de logement innovante, assurant efficacement une réelle mixité sociale, une écologie urbaine ambitieuse, une participation citoyenne renouvelée et un attachement indéfectible à la laïcité.

    Paris, ville cosmopolite à la gauche plurielle Après deux mandats réussis successifs, la gauche parisienne a besoin de sortir de ses certitudes et de d’organiser ce débat démocratique moderne. Nous avons l’expérience de la primaire de 2011 pour l’organiser. Les radicaux sont prêts pour le succès de la gauche à Paris et pour le bien des Parisiennes et des Parisiens.

    De la colline de Ménilmontant jusqu’à la butte aux Cailles, en passant par le Marais, de la Nation aux Abbesses, dans leurs 20 arrondissements les 2,3 millions de Parisiennes et Parisiens vivent tous des réalités différentes et ont donc chacun leurs sensibilités politiques même lorsqu’ils se reconnaissent de gauche. Paris est une ville-monde comme aime à le rappeler son maire, Bertrand Delanoë. Elle rassemble des dizaines de cultures et de provinces françaises.

    Comment pourrait-il en être autrement politiquement ?

    Lire la suite sur leplus.nouvelobs.com

  • Le tunnel Proudhon va prendre des couleurs

    Un article du Parisien ce samedi met à l'honneur le travail des étudiants de l’école Boulle pour redessiner le tunnel de la rue Proudhon, cet axe routier passant sous les voies ferrées dont l'aspect sinistre actuel ne peut échapper à toute personne l'empruntant. C'est pourtant l'un des seuls accès entre le quartier de Bercy et le reste de l'arrondissement, que ce soit pour les piétons que les véhicules, et son besoin de rénovation et de "relookage" était une évidence pour tous.

    null

     

    Les étudiantes qui ont voulu "évoquer l'univers du train et du voyage" ont présenté leur travail ainsi :
    "Nous avons souhaité revaloriser ce patrimoine ferroviaire singulier par une mise en lumière intégrée dans la dentelle des rails. La succession de rails est reprise en écho au sol par des zones de béton, dans lesquelles sont intégrés les noms des destinations desservies par les trains. Cette typographie est constituée de carrés rétro-réfléchissants renvoyant la lumière."

    On peut saluer la manière dont ce projet a été mis en oeuvre, d'abord parce que c'était un engagement de mandature de notre majorité mais surtout parce qu'il s'est réalisé en concertation complète entre conseils de quartiers concernés, riverains, services de la ville et mairie d'arrondissement mais aussi l'ensemble des habitants de l'arrondissements avec des réunions publiques en mairie et des consulations sur Internet.

    Les travaux peuvent commencer et d’ici quelques mois, le tunnel Proudhon qui s’étire sur 150 m sous les voies ferrées aura repris des couleurs!

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu