Avertir le modérateur

vendredi, 22 juin 2012

13 députés PRG élus aux législatives, un an de campagne et ses conséquences

En attendant d'analyser avec plus de précision les enseignements à tirer de ce scrutin, notamment dans le 12e arrondissement, faisons un petit retour rapide sur les résultats du second tour des législatives et ses conséquences, tant à l'assemblée nationale qu'au gouvernement.

Rappelons que Sandrine Mazetier, députée PS de la 8e circonscription de Paris (12e-20e), auquel le PRG avait apporté son soutien comme à chacun des candidats socialistes parisiens de la majorité présidentielle, a remporté haut-la-main le scrutin avec 61,5% des suffrages, face à Charles Beigbeder dont le parachutage depuis le XVIe n'aura rien donné de bon pour la droite. Ce score démontre une fois encore, hormis les qualités intrinsèques de notre députée, que le travail de la majorité municipale comme le programme de Hollande rencontre un écho positif parmi les habitants de l'arrondissement.

Gageons qu'il en est de même pour Patrick Bloche, député maire du 11e, qui a remporté une victoire encore plus massive (69%) dans la 7e circonscription qui comporte le quartier des Quinze-Vingt, Aligre et la Gare de Lyon, et dont la suppléante n'est autre que Michèle Blumenthal.

 

nombre-sieges-partis.jpg

Au niveau national, la majorité est absolue pour la gauche et pour soutenir François Hollande, ce dont nous nous réjouissons. Absolue pour le PS seul avec quelques 300 députés (en comptant les DVG), ce dont nous nous réjouissons un peu moins car l'hégémonie est à craindre. Mais nous nous réjouissons que le PRG compte à lui seul au moins 13 députés, qui se sont chacun fait élire dans des circonscription où ils s'étaient présentés plusieurs fois, dans lesquelles ils étaient sortants ou qu'ils ont arraché à la droite, et même parfois contre le PS et EELV comme Thierry Braillard qui de dissident dans la 1er circonscription de Lyon a battu le député sortant UMP au second tour !

Il n'y a donc pas eu de parachutage en terrain conquis comme ce fut le cas pour d'autres candidats d'autres formations, et notamment à Paris.

Déjà candidat en 1997 et suppléant d'Anne Hidalgo, notre ami et conseiller de Paris PRG du 15e arrondissement, Gilles Alayrac, a fait une brillante et courageuse campagne contre Jean-François Lamour, député et président du groupe UMPPA à Paris.

Soutenu par Bertrand Dalanoë et Anne Hidalgo, et plusieurs ministres, notre candidat a fait progesser la gauche au 1er tour, à tel point que pour la 1ère fois le total des voix de gauche équivalait celui de droite. Avec de nombreux radicaux, j'ai tenu à l'aider à faire campagne pour ce combat que je juge historique pour Paris. Et j'ai pu constater la difficulté qu'il y a à faire campagne à gauche dans un arrondissement tenu par un maire UMP et où les militants socialistes n'étaient pas toujours aussi mobilisés que ceux que je connais dans le 12e... Et pourtant il s'en est fallu de peu que la 13e circonscription de Paris bascule, mais il a considérablement fait progresser la gauche dans ce bastion UMP; au point qu'il semble enfin à portée de main pour 2014!

Le PRG représente le 3e parti politique à gauche à l'Assemblée nationale derrière le PS et EELV et il devrait pouvoir constituer un groupe politique autonome dont le président sera l'un de nos anciens ministres sous Jospin et député du Val de Marne, Roger-Gérard Schwartzenberg.

L'existence de ce groupe ne pourrait être qu'une bonne chose pour la majorité et le gouvernement et je reprendrai mot pour mot un passage à ce sujet dans l'édito du Monde au lendemain du second tour. C'est cette prise en compte constante de la sphère économique, créatrice d'emplois, de la modernisation des entreprises vers une plus grande démocratie sociale, et un développement de l'économie sociale et solidaire que je voudrais nous voir défendre ces cinq prochaines années. Ainsi que la défense des libertés individuelles de tous les citoyens, y compris face aux excès des lois et réglementations qu'un gouvernement est toujours capable d'inventer avec les meilleures intentions du monde...

824287396.2.JPG

Enfin, le remaniement du gouvernement Ayrault II apporte encore son lot de satisfaction pour le PRG puisqu'après la nomination à un poste régalien comme Ministre de la Justice de notre ancienne candidate à la présidentielle, Christiane Taubira, c'est Sylvia Pinel qui est promue Ministre de plein exercice, toujours au Commerce, Artisanat et Tourisme, et Anne-Marie Escoffier, sénatrice radicale de gauche, qui entre au gouvernement comme Ministre déléguée à la Décentralisation.

Alors que le Modem se révèle enfin comme une impasse politique (incapacité à s'inscrire de manière claire dans une majorité) et subit une débâcle totale (leader battu, score minimes, propositions inaudibles), nos choix de l'année écoulé, à commencer par notre participation aux primaires ouvertes, se révèlent bénéfique pour l'ensemble de la gauche. Nous prouvons qu'il existe bien un centre ancré à gauche qui sait faire valoir sa spécificité et son utilité. Nous sommes donc en bonne position pour aborder les années qui viennent, dont les défis, on le sait, seront immenses et préparer les prochaines échéances inévitablement difficiles et où il faudra compter sur le PRG. A commencer par le 12e où je pressens que le combat se jouera au centre...

19:55 Écrit par Fabrice Moulin dans Campagne législatives 2012, Politique, PRG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu