Avertir le modérateur

  • Ecoutons les usagers des deux-roues motorisés

    Mardi 15 novembre, la mairie du 12e a organisé pour la première fois - et je crois pour la première fois dans un arrondissement parisien - un Comité municipal des Deux-roues motorisés, à la manière des comités vélos, présidé par notre maire Michèle Blumenthal (et j'ai pu apprécier une évolution favorable de son opinion sur la question).

    Comité 2RM 002.jpgCette initiative, que l'on doit à ma collègue adjointe aux transports et à l'espace public, Catherine Baratti-Elbaz, a été un succès, puisqu'une soixantaine de personnes participait à la réunion. Autour de la table, les représentants parisiens de la Fédération Française des Motards en Colère (FFMC), des usagers des deux-roues motorisés, des conseillers de quartier, des représentant de la police et de la Direction de la Voirie et des Déplacements (DVD) de la Ville de Paris.

    J'étais le seul autre élu présent, pas seulement parce que je suis moi-même scootériste, mais car il me semble important de mieux prendre en compte les attentes d'un grand nombre d'automobilistes passés aux deux-roues et les conséquences sur les déplacements et les stationnements dans notre ville. Depuis 2001, le nombre de deux-roues motorisés a ainsi augmenté de plus de 50% et la DVD estime entre 150 et 300 000 le nombre de 2 roues motorisées circulant dans Paris chaque jour. On compterait plus de 4000 propriétaires de motos ou scooters rien que dans le 12e

    En 2008, nous avions fait un certain nombre de propositions avec le PRG Paris, reprise en partie dans le programme de Bertrand Delanoë, notamment un plan ambitieux de créations de places de stationnements.

    Or c'est de ces projets de création de places dans l'arrondissement qu'il était question, de leur localisation comme de leur conception, et la FFMC a pu échanger avec la DVD des aménagements les plus pratiques et les plus sécurisants à la fois pour les motards et pour les piétons.

    La FFMC a proposé à juste titre que les entreprises contribuent aussi à la création de places de stationnement pour leurs employés.

    La FFMC a pu rappeler également que la charte signée avec le maire de Paris, Bertrand Delanoë, n'était pas signée et encore moins respectée par la Préfecture de Police qui verbalise sans discernement les stationnements sur les trottoirs.

    Et si ce n'est pas de responsabilité municipale, la FFMC a raison de rappeler la nécessité de faire une distinction entre le stationnement réellement gênant à sanctionner, et celui qui doit être toléré sur les trottoirs larges où il ne gêne pas les circulations piétonnes. Cette répression rationnelle est pour eux le meilleur moyen d'éduquer les conducteurs à adopter de bons comportements.Comité 2RM 001.jpg

    En effet, si on peut se féliciter de l'augmentation du nombre d'emplacements de stationnement créés par la ville sur la chaussée, et donc de la place qu'ils libèrent sur les trottoirs, ces places sont et resteront longtemps insuffisantes au vu du nombre de deux-roues.

    Il est vrai que la concentration de deux-roues peut être impressionnante et parfois gênante sur des placettes ou trottoirs à proximité de quartier de restaurants, de bars, de sites touristiques ou culturels, de gares ou de bureaux. Je pense par exemple à Bastille, Aligre, la Gare de Lyon, ou vers Saint-Emilion.

    Si on ne veut pas que l'exaspération de certains entraîne une politique de répression aveugle, il faut donc établir un modus vivendi pour un partage de l'espace et le PRG Paris avait proposé de définir des emplacements sur les trottoirs avec de simples marquages au sol. Ce serait pédagogique pour les conducteurs qui sauraient où se garer sans gêner. Il faudra remettre sur le tapis cette idée à la fois économique pour les finances publique et pragmatique.

     

     

  • Quand elle est enfant rom ou parents tziganes, l'espèce humaine ne ferait-elle plus partie de la biodiversité ?

    J'ai appris que la présidente du groupe UMP de notre mairie, Valérie Montendon, a déposé au Conseil de Paris un voeu demandant l'abandon du projet des aires d'accueil des gens du voyage au bois de Vincennes et réclame qu'"au nom du plan biodiversité le projet des aires des gens du voyage ne soit pas réalisé dans le bois de Vincennes et que la parcelle soit dédiée à un réel projet de biodiversité".

    Quand elle est enfant rom ou parents tziganes, l'espèce humaine ne ferait-elle plus partie de la biodiversité ? Au nom de la "biodiversité" faudrait-il construire une aire d'acceuil en sous-sol ou sous un échangeur autoroutier ? Bien entendu, au delà de son refus, la droite n'apporte pas de solution... Etrangement, on les entend moins défendre les petits oiseaux quand il s'agit de construire des bureaux...
    Quelle hypocrisie et quel cynisme de se draper dans l'écologie pour continuer à tracer le sillon du discours de Grenoble de Nicolas Sarkozy, d'
    une stigmatisation d'une population et de la politique xénophobe anti-Roms qui vient d'être condamné comme discriminatoire et contraire à la dignité humaine par le Conseil de l'Europe.

    L'UMP feint d'oublier d'ailleurs que c'est une loi de la République française de 2000 qui impose aux communes de plus de 5000 habitants de créer des aires d'accueil. Rappelons d'ailleurs que ces aires d'accueil sont destinées à tous les gens du voyage qui ont choisi un mode de vie nomade et dont la plupart sont de nationalité française.

    Mais l'UMP explique bien sûr depuis des mois que s'il faut se conformer à la loi, on doit le faire mais pas là, mais peut-être ailleurs dans notre arrondissement (où bien entendu c'est impossible) ou sinon nul part ailleurs dans le 12e mais plus loin... Bref l'application politique du fameux principe du "NIMBY", littéralement "ok mais pas dans mon jardin". Cette propention à encourager les réflexes égoïstes des citoyens et à ne jamais assumer une responsabilité collective n'est pas nouvelle de la part de l'UMP du 12e mais elle est de plus en plus grave. Elle est partagée par leurs collègues et le maire du 16e, Claude Goasguen, qui refuse l'aire d'accueil du Bois de Boulogne.

    Valérie Montendon fait parti des "dissidents" à la fédération de Paris de l'UMP. Les jeunes loups qui, disent-ils, sont censées incarner le "renouvellement" de la droite parisienne, plus jeunes et moins conservateurs que ceux de l'ouest parisien, plus en phase avec l'électorat "bobo"... Moi je ne vois pas de différence avec leurs ainés et ces élus de droite qui pendant des décénnies n'ont pas construit de logements sociaux pour exclure les plus modestes de la capitale. Avec ce voeu, Montendon flatte les pires instincts de nos concitoyens, à l'exemple de la droite populaire qui plagie tous les jours les propositions du FN. Je remarque d'ailleurs qu'elle s'est bien gardée de déposer ce voeu à notre conseil d'arrondissement, pourtant le premier concerné, sans doute pour ne pas avoir à répondre à une question trop précise : si vous ne voulez pas de l'aire dans le bois de Vincennes, alors où exactement ?

    Mais je suis certain que les Parisiens ne sont pas sensibles aux idées extrémistes, et que la droite parisienne payera une fois de plus dans les urnes sa méconnaissance des habitants de cette ville.

    S'il n'y a jamais élu domicile, l'humanisme a définitivement quitté le cœur des élus de droite! Plus grave, l'intelligence semble avoir déserté leurs cerveaux...

  • Réussite et affluence aux cérémonies du 11 novembre

    Les cérémonies de commémoration du 93e anniversaire de l'Armistice de la Première Guerre mondiale du 11 novembre 1918 ont été une belle réussite avec un nombre record d'habitants parmi les participants et bien sûr de membres d'associations du monde combattant ainsi que beaucoup d'élus.11 novembre 2011 défilé - @Mairie du 12e.jpg

    11 novembre 2011 - @Mairie du 12e.jpgDès le petit matin à la caserne Chaligny, au commissariat central, au défilé comme au monument aux morts, les élus de notre majorité étaient présents en nombre autour de notre maire comme à chaque cérémonie,  tout comme notre députée (PS) Sandrine Mazetier, et aussi Jean-Luc Romero, conseiller régional qui a déposé une gerbe au nom de son président Jean-Paul Huchon.

    Le discours de Michèle Blumenthal au nom de l'équipe municipale a été salué et a rappelé la nécessaire leçon de Paix en Europe qu'impose le souvenir de ces conflits meurtriers.IMG_1974.JPG Une réponse indirecte aux élus EELV, et leur candidate Eva Joly qui propose une "journée européene de la Paix" pour se démarquer alors que c'est déjà le sens donné à nos commémorations qui ne célèbrent pas une victoire mais la fin d'une tragédie.

    Mais cette année, nous avons eu aussi abondance de gerbes déposées par l'opposition dont toutes les divisions avaient semble-t-il exceptionnellement cette année eu envie de montrer leur attachement au monde combattant, y compris un conseiller régional des Yvelines habitant le 12e et une ancienne ministre n'y habitant pas.

    Peut-être ont-ils entendu comme moi nos anciens combattants se plaindre vertement de la dernière invention de Nicolas Sarkozy, transformer le 11 novembre en un Mémorial Day à l'américaine, un espèce de fourre-tout pour honorer tous les morts pour la France. François Hollande a d'ailleurs eu raison de rappeler au contraire l'unicité de chaque date commémorative (plus de détails ici).

    Enfin, on ne va pas se plaindre de cette affluence exceptionnelle car l'attention que nous portons aux anciens combattants leur fait chaud au coeur ainsi qu'à leurs familles.

    Alors disons justes vive la Paix... et vive 2012!

  • Ensemble contre les fondamentalistes de tous bords

    Le PRG Paris a réagi deux fois cette semaine pour condamner les actions violentes des intégristes de tous bords qui s’attaquent à la liberté d’expression (lire les communiqués de presse ici).

    La liberté artistique d’abord, que des fondamentalistes chrétiens contestent à l'appel de l'Institut Civitas, proche du mouvement intégriste lefebvriste, en perturbant viollement depuis deux semaines la représentation de la pièce pièce de Roméo Castelluci, « Sul Concetto di volto nel figlio di Dio (Sur le concept du visage du fils de Dieu) » au Théâtre de la Ville.

    La liberté de la presse et la liberté d’opinion ensuite, menacés par l’incendie criminel du journal satirique Charlie Hebdo, vraisemblablement perpétrés par des musulmans intégristes, qui se répandent en insulte et en menaces contre le journal dont la une du dernier numéro baptisé Charia Hebdo figure une caricature de Mahomet.

    La fédération de Paris du Parti Radical de Gauche défend la tolérance, la laïcité, la liberté d'expression et la liberté artistique, et a tenu à rappeler (et rares sont les partis qui ont eu le courage de le dire) que dans le cadre de la loi, la République laïque ne connaît pas le délit de blasphème.

    Méfions nous des amalgames et des récupérations politiciennes, à commencer par l'UMP et le FN dont la haine de l'altérité est un poison tout aussi dangereux que les intégrisme religieux. Mais restons vigilant pour défendre nos libertés conquises à la Révolution française puis par la loi 1905.

    Le PRG Paris s’associe à l’appel des associations antiracistes et progressistes à tous les citoyens attachés comme nous à la démocratie, à la laïcité et au vivre ensemble à se rassembler ce dimanche 6 novembre à 15h sur le Parvis de l’Hôtel de Ville de Paris.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu