Avertir le modérateur

  • Quand Christine Lagarde invente la méditation du crédit

    Edito Lagarde Méditation du Crédit - Couv.JPGDécidément Christine Lagarde a du mal avec les Nouvelles du 12e. Elle s'était déjà ridiculisée dans ce journal de l'opposition UMP de l'arrondissement avec une photo truquée en Une où elle apparaissait en photomontage devant le Viaduc des Arts sans bagues ni bijoux gommés sur Photoshop. Cela n'avait fait que souligner un peu plus le fait que la Ministre de l'Economie et des Finances n'honorait absolument pas son mandat local, au mépris des électeurs qui ont voté pour la liste où elle figurait en 2e position derrière Jean-Marie Cavada (aujourd'hui démissionnaire).

    Voilà que le nouveau numéro des Nouvelles du 12e nous gratifie d'un édito signée de la Ministre de l'Economie et des Finances intitulée : "La Méditation du Crédit"

    Méditation ? Etrange concept qui figure également en couverture du journal, que la Ministre vante ainsi : "nous avons inventé une nouvelle forme d'administration, moderne et réactive". Est-ce à dire que les fonctionnaires de Bercy sont invités à prier pour que la croissance reparte ? Ou bien qu'elle invite les Français à méditer sur la crise économique lorsque leurs banques leur refusent un crédit ? Ou encore que Mme Lagarde fuit la pression de sa candidature au poste de Directrice générale du FMI ? A moins qu'elle entende rester zen face aux accusations de l'affaire Tapie !Edito Lagarde Méditation du Crédit.JPG

    Cette coquille, car la Ministre parle évidemment de Médiation du crédit, serait seulement comique si cette tribune ne voulait pas faire croire aux Français que l'énorme prêt concédé aux banques sans participation de l'Etat n'a pas eu comme principal résultat d'enrichir un peu plus les responsables de la spéculation qui ont conduit à la crise, et ce sans contrepartie ni obligation de financer l'économie réelle. La Ministre avoue d'ailleurs que "des difficultés subsistent encore sur les petits crédits", donc pour les particuliers et les PME-TPE qui créent des emplois et sont asphyxiés par un système bancaire qui médite avant tout sur ses propres profits.

    Le sous-titre de la tribune de Madame Lagarde est aussi amusant : "Méditation du Crédit : Un succès prolongé jusqu'en 2012"... D'ici 2012, espérons que nos concitoyens trouvent le temps de méditer sur l'échec de la politique économique du gouvernement !

  • Les visites de printemps et d'été dans le 12e

    En tant que Maire-adjoint chargé du tourisme, avec le soutien de la Ville de Paris, j'ai proposé à plusieurs associations de tourisme participatif d'organiser pour les nouveaux habitants des visites insolites des quartiers du 12e arrondissement. Ces visites sont maintenant ouvertes à tous les habitants, les parisiens et les touristes pour qu'ils puissent découvrir gratuitement la grande histoire et les petits secrets de notre arrondissement, ses grands monuments comme ses oeuvres d'architectures contemporaines, ses commerces et ses artisans, ses jardins et ses rues animées. De mai à septembre, profitez du beau temps pour découvrir ou redécouvrir notre arrondissement.


    Dix thèmes de visites guidées gratuites vous sont proposés aux mois de mai, juin, juillet et septembre. Chacune de ces visites propose la découverte d'un quartier du 12e avec un regard et un intervenant spécifique. Plusieurs dates et horaires sont disponibles sur réservation pour chaque visite, dans la limite des places disponibles. Les réservations sont obligatoires.

    Le quartier d'Aligre
    Les samedis 14 et 28 mai et 25 juin - de 10h à 12h
    Les mercredis 18 mai, 1er juin de 13h à 15h et le 15 juin de 14h à 16h

    Bercy, des négociants en vin au jardin de la mémoire
    Le samedi 28 mai et le samedi 11 juin - à 14h30

    Le Faubourg Saint-Antoine
    Le samedi 28 mai et le samedi 25 juin - à 14h30

    De la gare de Lyon au marché d'Aligre
    Le samedi 28 mai - à 14h30

    Autour de la place de la Nation
    Le samedi 4 juin - à 14h30

    Autour de la Porte Dorée
    Le samedi 4 juin - à 14h30

    De jardin en jardin
    Le samedi 2 et le dimanche 3 juillet - à 14h30

    Le quartier des Quinze-Vingt et la rue de Charenton
    Le samedi 9 juillet - à 14h30

    L'abbaye Saint-Antoine des Champs et le marché d'Aligre
    Le dimanche 11 septembre - à 14h30

    La rue de Picpus
    La date n'est pas encore fixée

    Contact réservation : 01 44 68 12 46
    Attention, merci de penser à nous informer trois jours au plus tard avant la promenade, si vous ne pouvez pas venir.

  • Quand la droite attaque les Aveyronnais !

    Lors du dernier Conseil d'arrondissement, notre majorité a eu la surprise d'être interpellée par les élus d'opposition sur un projet de délibération qui n'avait jusqu'alors jamais posé problème : la subvention de 8000 euros à la Fédération Nationale des Amicales Aveyronnaises (FNAA) qui organise notamment le traditionnel Marché des Pays de l'Aveyron depuis plus de 10 ans en octobre dans le quartier de Bercy, avec un succès populaire bien mérité.

    Les Aveyronnais sont très implantés dans le quartier de Bercy. On y compte des restaurants, à commencer par l'Auberge aveyronnaise, les Salons de l'Aveyron pour l'organisation de congrès et conférences, la maison de l'Aveyron, pour la promotion du département et qui vient d'emménager dans le quartier, et l'Oustal qui accueille un foyer de jeunes travailleurs. La FNAA joue un peu le rôle de coordination dans tout ce petit monde.

    Or c'est justement sur cette association au rôle culturel et social reconnu que l'UMP a jeté le discrédit. Au nom du groupe UMP, Gérard Rey s'est ainsi interrogé en mode accusatoire sur la ligne « loyer locaux et salles » dans son budget de fonctionnement, suspectant visiblement l'association aveyronnaise de se louer à elle-même ses propres salles, bref de truquer ses comptes.

    Voici, tiré du Compte-rendu (provisoire) du Conseil d'arrondissement de mai, l'attaque de M. Rey : "J'aimerais bien aussi connaître les détails concernant les achats externes. Je vois qu'il y a « loyers, locaux et salles ». J'espère qu’ils ne s’auto-louent pas leurs salles, parce que cette association aveyronnaise a de magnifiques salles dans lesquelles il y a un restaurant. Je voudrais savoir, quand il y a une réunion de cette association, si la fédération facture au restaurant pour avoir une salle. Je suis d'accord pour aider les associations de ce type, mais pas pour les nourrir, ni facturer les salles pour faire la fête, même pour les dirigeants. Je voudrais donc avoir quelques détails là-dessus."

    Et voici un extrait de ma réponse :

    « Il faut déjà savoir que les 8 000 euros représentent, par rapport au budget du marché des pays de l'Aveyron, à peine 5 % du budget général. Cela dit, par rapport à votre question sur les loyers, locaux et salles, les commissaires aux comptes regardent les comptes de l'association. J'ai rarement vu délibération plus complète. Vous avez tous les documents sur le bilan et le budget des activités de cette association.

    Cela dit, en votre nom, nous leur demanderons s'ils ne détournent pas de l'argent public, mais je dois dire que c'est une assez grave accusation. »

    Il est normal qu'un élu interroge l'exécutif sur l'utilisation des subventions accordées, c'est son rôle. Mais il ne faut pas pour autant parler sans savoir et lancer des accusations sans fondement !

    M. Rey ne sait visiblement pas que les comptes d'une association avec un budget conséquent comme la FNAA sont soumis à un double contrôle, celui de la Ville de Paris via le Bureau des subventions aux associations, mais aussi par l'obligation légale de les faire certifier par un Commissaire aux comptes. Il est d'ailleurs indiquédans ses statuts : "Le rapport annuel et les comptes y compris ceux des comités locaux, s’il y a lieu, sont adressés chaque année au commissaire de la République du département et au Ministre de l’Intérieur."

    M. Rey a surtout confondu la Fédération Nationale des Amicales Aveyronnaises avec les Salons de l'Aveyron. Il s'agit de 2 entités distinctes, même si les Salons de l'Aveyron gère le site confiée en 1996 par les Amicales aveyronnaises, propriétaires de l'immeuble L'Oustal des Aveyronnais où se trouvent les Salons rue de l'Aubrac, à Paris XIIe. Comme spécifié sur le site des Salons : "Le bâtiment, érigé sans subvention et grâce aux épargnants aveyronnais, a été construit au service de tous les rouergats, grâce à l'obstination de Messieurs Solignac, président des Amicales aveyronnaises, et Ribeiro, directeur de la Compagnie aveyronnaise." Les Salons de l'Aveyron louent donc salles de réunions et restaurant à des entreprises pour des séminaires, des congrès et à des associations comme la FNAA, qui y organise par exemple son Assemblée générale. C'est peut-être un peu complexe mais il n'y a rien de répréhensible à tout cela, et surtout pas motif au réquisitoire du groupe UMP.

    Reste qu'il est assez surprenant de voir l'UMP s'attaquer aussi brutalement aux Aveyronnais de Paris et les traiter comme des suspects alors que cette subvention à la FNAA est récurrente, et même en baisse pour respecter l'effort budgétaire entrepris par la Ville de Paris.

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu